Beauzée

Articles de l’Encyclopédie

Compilation établie à partir de l’édition numérisée de l’ARTFL

Beauzée, articles de l’Encyclopédie §

FORMATION §

{p. 7:172}

Formation (Grammaire) §

FORMATION, s.f. terme de Grammaire, c’est la maniere de faire prendre à un mot toutes les formes dont il est susceptible, pour lui faire exprimer toutes les idées accessoires que l’on peut joindre à l’idée fondamentale qu’il renferme dans sa signification.

Cette définition n’a pas dans l’usage ordinaire des Grammairiens, toute l’étendue qui lui convient effectivement. Par formation, ils n’entendent ordinairement que la maniere de faire prendre à un mot les différentes terminaisons ou inflexions que l’usage a établies pour exprimer les différens rapports du mot à l’ordre de l’énonciation. Ce n’est donc que ce que nous désignons aujourd’hui par les noms de déclinaison & de conjugaison (Voyez ces deux mots), & que les anciens comprenoient sous le nom général & unique de déclinaison.

Mais il est encore deux autres especes de formation, qui méritent singulierement l’attention du grammairien philosophe ; parce qu’on peut les regarder comme les principales clés des langues : ce sont la dérivation & la composition. Elles ne sont pas inconnues aux Grammairiens qui dans l’énumération de ce qu’ils appellent les accidens des mots, comptent l’espece & la figure : ainsi, disent-ils, les mots sont de l’espece primitive ou dérivée, & ils sont de la figure simple ou composée. Voyez Accident.

Peut-être se sont-ils crus fondés à ne pas réunir la dérivation & la composition avec la declinaison & la conjugaison, sous le point de vûe général de formations ; car c’est à la Grammaire, peut-on dire, d’apprendre les inflexions, destinées par l’usage à marquer les diverses relations des mots à l’ordre de l’énonciation, afin qu’on ne tombe pas dans le défaut d’employer l’une pour l’autre : au lieu que la dérivation & la composition ayant pour objet la génération même des mots, plûtôt que leurs formes grammaticales, il semble que la Grammaire ait droit de supposer les mots tout faits, & de n’en montrer que l’emploi dans le discours.

Ce raisonnement qui peut avoir quelque chose de spécieux, n’est au fond qu’un pur sophisme. La Grammaire n’est, pour ainsi dire, que le code des décisions de l’usage sur tout ce qui appartient à l’art de la parole : par-tout où l’on trouve une certaine uniformité usuelle dans les procédés d’une langue, la Grammaire doit la faire remarquer, & en faire un principe, une loi. Or on verra bien-tôt que la dérivation & la composition sont assujetties à cette uniformité de procédés, que l’usage seul peut introduire & autoriser. La Grammaire doit donc en traiter, comme de la déclinaison & de la conjugaison ; & nous ajoûtons qu’elle doit en traiter sous le même titre, parce que les unes comme les autres envisagent les diverses formes qu’un même mot peut prendre pour exprimer, comme on l’a déjà dit, les idées accessoires, ajoûtées & subordonnées à l’idée fondamentale, renfermée essentiellement dans la signification de ce mot.

Pour bien entendre la doctrine des formations, il faut remarquer que les mots sont essentiellement les signes des idées, & qu’ils prennent différentes dénominations, selon la différence des points de vûe sous lesquels on envisage leur génération & les idées qu’ils expriment. C’est de-là que les mots sont primitifs ou dérivés, simples ou composés.

Un mot est primitif relativement aux autres mots qui en sont formés, pour exprimer avec la même idée originelle quelque idée accessoire qui la modifie ; & ceux-ci sont les dérivés, dont le primitif est en quelque sorte le germe.

Un mot est simple relativement aux autres mots qui en sont formés, pour exprimer avec la même idée quelqu’autre idée particuliere qu’on lui associe ; & ceux-ci sont les composés, dont le simple est en quelque sorte l’élément.

On donne en général le nom de racine, ou de mot radical à tout mot dont un autre est formé, soit par dérivation, soit par composition ; avec cette différence néanmoins, qu’on peut appeller racines génératrices les mots primitifs à l’égard de leurs dérivés ; & racines {p. 7:173} élémentaires, les mots simples à l’égard de leurs composés.

Eclaircissons ces définitions par des exemples tirés de notre langue. Voici deux ordres differens de mots dérivés d’une même racine génératrice, d’un même mot primitif destiné en général à exprimer ce sentiment de l’ame qui lie les hommes par la bien veillance. Les dérivés du premier ordre sont amant, amour, amoureux, amoureusement, qui ajoûtent à l’idée primitive du sentiment de bienveillance, l’idée accessoire de l’inclination d’un sexe pour l’autre : & cette inclination étant purement animale, rend ce sentiment aveugle, impétueux, immodéré, &c. Les dérivés du second ordre sont ami, amitié, amical, amicalement, qui ajoûtent à l’idée primitive du sentiment de bienveillance, l’idée accessoire d’un juste fondement, sans distinction de sexe ; & ce fondement étant raisonnable, rend ce sentiment éclairé, sage, modéré, &c. Ainsi ce sont deux passions toutes différentes qui sont l’objet fondamental de la signification commune des mots de chacun de ces deux ordres : mais ces deux passions portent l’une & l’autre sur un sentiment de bienveillance, comme sur une tige commune. Si nous les mettons maintenant en parallele, nous verrons de nouvelles idées accessoires & analogues modifier l’une ou l’autre de ces deux idées fondamentales : les mots amant & ami expriment les sujets en qui se trouve l’une ou l’autre de ces deux passions. Amour & amitié expriment ces passions mêmes d’une maniere abstraite, & comme des êtres réels ; les mots amoureux & amical servent à qualifier le sujet qui est affecté par l’une ou par l’autre de ces passions : les mots amoureusement, amicalement, servent à modifier la signification d’un autre mot, par l’idée de cette qualification. Amant & ami sont des noms concrets ; amour & amitié des noms abstraits ; amoureux & amical sont des adjectifs ; amoureusement & amicalement sont des adverbes.

La syllabe génératrice commune à tous ces mots est la syllabe am, qui se retrouve la même dans les mots latins amator, amor, amatorius, amatoriè, &c... amicus, amicè, amicitia, &c. & qui vient probablement du mot grec ἅμα, una, simul ; racine qui exprime assez bien l’affinité de deux coeurs réunis par une bienveillance mutuelle.

Les mots ennemi, inimitié, sont des mots compo sés, qui ont pour racines élémentaires les mots ami & amitié, assez peu altérés pour y être reconnoissables, & le petit mot in ou en, qui dans la composition marque souvent opposition, voyez Préposition. Ainsi ennemi signifie l’opposé d’ami ; inimitié exprime le sentiment opposé à l’amitié.

Il en est de même & dans toute autre langue, de tout mot radical, qui par ses diverses inflexions, ou par son union à d’autres radicaux, sert à exprimer les diverses combinaisons de l’idée fondamentale dont il est le signe, avec les différentes idées accessoires qui peuvent la modifier ou lui être associées. Il y a dans ce procédé commun à toutes les langues un art singulier, qui est peut-être la preuve la plus complette qu’elles descendent toutes d’une même langue, qui est la souche originelle : cette souche a produit des premieres branches, d’où d’autres sont sorties & se sont étendues ensuite par de nombreuses ramifications. Ce qu’il y a de différent d’une langue à l’autre, vient de leur division même, de leur distinction, de leur diversité : mais ce qu’on trouve de commun dans leurs procédés généraux, prouve l’unité de leur premiere origine. J’en dis autant des racines, soit génératrices soit élémentaires, que l’on retrouve les mêmes dans quantité de langues, qui semblent d’ailleurs avoir entre elles peu d’analogie. Tout le monde sait à cet égard ce que les langues greque, latine, teutone, & celtique, ont fourni aux langues modernes de l’Europe, & ce que celles-ci ont mutuellement emprunté les unes des autres ; & il est constant que l’on trouve dans la langue des Tartares, dans celle des Perses & des Turcs, & dans l’allemand moderne, plusieurs radicaux communs.

Quoi qu’il en soit, il résulte de ce qui vient d’être dit, qu’il y a deux especes générales de formations qui embrassent tout le système de la génération des mots ; ce sont la composition & la dérivation.

La composition est la maniere de faire prendre à un mot, au moyen de son union avec quelqu’autre, les formes établies par l’usage pour exprimer les idées particulieres qui peuvent s’associer à celle dont il est le type.

La dérivation est la maniere de faire prendre à un mot, au moyen de ses diverses inflexions, les formes établies par l’usage pour exprimer les idées accessoires qui peuvent modifier celle dont il est le type.

Or deux sortes d’idées accessoires peuvent modifier une idée primitive : les unes, prises dans la chose même, influent tellement sur celle qui leur sert en quelque sorte de base, qu’elles en font une toute autre idée ; & c’est à l’egard de cette nouvelle espece d’idées, que la premiere prend le nom de primitive ; telle est l’idée exprimée par canere, à l’égard de celles exprimées par cantare, cantitare, canturire : canere présente l’action de chanter, dépouillée de toute autre idée accessoire ; cantate l’offre avec une idée d’augmentation ; cantitare, avec une idée de répétition ; & canturire présente cette action comme l’objet d’un desir vis.

Les autres idées accessoires qui peuvent modifier l’idée primitive, viennent non de la chose même, mais des différens points de vûe qu’envisage l’ordre de l’énonciation ; ensorte que la premiere idée demeure au fond toûjours la même : elle prend alors à l’égard de ces idées accessoires, le nom d’idée principale : telle est l’idée exprimée par canere, qui demeure la même dans la signification des mots cano, canis, canit, canimus, canitis, canunt : tous ces mots ne different entre eux que par les idées accessoires des personnes & des nombres ; voyez Personne & Nombre. Dans tous, l’idée principale est celle de l’action de chanter présentement : telle est encore l’idée de l’action de chanter attribuée à la premiere personne, à la personne qui parle ; laquelle idée est toûjours la même dans la signification des mots cano, canam, canebam, canerem, cecini, cecineram, cecinero, cecinissem ; tous ces mots ne different entr’eux que par les idées accessoires des tems. Voyez Tems.

Telle est enfin l’idée de chanteur de profession, qui se retrouve la même dans les mots cantator, cantatoris, cantatori, cantatorem, cantatore, cantatores, cantatorum, cantatoribus ; lesquels ne different entre eux que par les idées accessoires des cas & des nombres. Voyez Cas & Nombre.

De cette différence d’idées accessoires naissent deux sortes de dérivation ; l’une que l’on peut appeller philosophique, parce qu’elle sert à l’expression des idées accessoires propres à la nature de l’idée primitive, & que la nature des idées est du ressort de la Philosophie ; l’autre, que l’on peut nommer grammaticale, parce qu’elle sert à l’expression des points de vûe exigés par l’ordre de l’énonciation, & que ces points de vûe sont du ressort de la Grammaire.

La dérivation philosophique est donc la maniere de faire prendre à un mot, au moyen de ses diverses inflexions, les formes établies par l’usage pour exprimer les idées accessoires qui peuvent modifier en elle-même l’idée primitive, sans rapport à l’ordre de l’énonciation : ainsi cantare, cantitare, canturire, {p. 7:174} sont dérivés philosophiquement de canere ; parce que l’idée primitive exprimée par canere y est modifiée en elle-même, & sans aucun rapport à l’ordre de l’énonciation. Felicior & felicissimus sont aussi dérivés philosophiquement de felix, pour les mêmes raisons.

La dérivation grammaticale est la maniere de faire prendre à un mot, au moyen de ses diverses inflexions, les formes établies par l’usage pour exprimer les idées accessoires qui peuvent présenter l’idée principale, sous différens points de vûe relatifs à l’ordre de l’énonciation : ainsi canis, canit, canimus, canitis, canunt, canebam, canebas, &c. sont dérivés grammaticalement de cano ; parce que l’idée principale exprimée par cano y est modifiée par différens rapports à l’ordre de l’énonciation, rapports de nombres, rapports de tems, rapports de personnes : cantatoris, cantatori, cantatorem, cantatores, cantatorum, &c. sont aussi dérivés grammaticalement de cantator, pour des raisons toutes pareilles.

Pour la facilité du commerce des idées, & des services mutuels entre les hommes, il seroit à desirer qu’ils parlassent tous une même langue, & que dans cette langue, la composition & la dérivation, soit philosophique soit grammaticale, fussent assujetties à des regles invariables & universelles : l’étude de cette langue se réduiroit alors à celle d’un petit nombre de radicaux, des lois de la formation, & des regles de la syntaxe. Mais les diverses langues des habitans de la terre sont bien éloignées de cette utile régularité : il y en a cependant qui en approchent plus que les autres.

Les langues greque & latine, par exemple, ont un système de formation plus méthodique & plus fécond que la langue françoise, qui forme ses dérivés d’une maniere plus coupée, plus embarrassée, plus irréguliere, & qui tire de son propre fonds moins de mots composés, que de celui des langues greque & latine. Quoi qu’il en soit, ceux qui desirent faire quelque progrès dans l’étude des langues, doivent donner une attention singuliere aux formations des mots ; c’est le seul moyen d’en connoître la juste valeur, de découvrir l’analogie philosophique des termes, de penétrer jusqu’à la métaphysique des langues, & d’en démêler le caractere & le génie ; connoissances bien plus solides & bien plus précieuses que le stérile avantage d’en posséder le pur matériel, même d’une maniere imperturbable. Pour faire sentir la vérité de ce qu’on avance ici, nous nous contenterons de jetter un simple coup-d’oeil sur l’analogie des formations latines ; & nous sommes sûrs que c’est plus qu’il n’en faut, non-seulement pour convaincre les bons esprits de l’utilité de ce genre d’étude, mais encore pour leur en indiquer en quelque sorte le plan, les parties, les sources même, les moyens, & la fin.

Il faut donc observer, 1°. que la composition & la dérivation ont également pour but d’exprimer des idées accessoires ; mais que ces deux especes de formations employent des moyens différens & en un sens opposé.

Dans la composition, les idées accessoires s’expriment, pour la plûpart, par des noms ou des prépositions qui se placent à la tête du mot primitif ; au lieu que dans la dérivation elles s’expriment par des inflexions qui terminent le mot primitif : fidi-cen, tibi-cinium, vati-cinari, vati-cinatio, ju-dex, ju-dicium, ju-dicare, ju-dicatio ; parti-ceps, parti-cipium, parti-cipare, parti-cipatio ; ac-cinere, con-cinere ; in-cinere, inter-cinere ; ad-dicere, con-dicere, in-dicere, inter-dicere ; ac-cipere, con-cipere, in-cipere, intercipere : voilà autant de mots qui appartiennent à la composition. Canere, canax, cantio, cantus, cantor, cantrix, cantare, cantatio, cantator, cantatrix, canti- tare, canturire, cantillare ; dicere, dicax, dicacitas, dictio, dictum, dictor, dictare, dictatio, dictator, dictatrix, dictatura, dictitare, dicturire ; capere, capax, capacitas, capessere, captio, captus, captura, captare, captatio, captator, captatrix, &c. ce sont des mots qui sont du ressort de la dérivation.

Il faut observer, 2°. qu’il y a deux sortes de racines élémentaires qui entrent dans la formation des composés ; les unes sont des mots qui peuvent également paroître dans le discours sous la figure simple & sous la figure composée, c’est-à-dire seuls ou joints à un autre mot : telles sont les racines élémentaires des mots magnanimus, respublica, senatusconsultum, qui sont magnus & animus, res & publica, senatus & consultum : les autres sont absolument inusitées hors de la composition, quoiqu’anciennement elles ayent pû être employées comme mots simples : telles sont jux & jugium, ses & sidium, ex & igium, plex & plicium, spex & spicium, stes & stitium, que l’on trouve dans les mots conjux, conjugium ; praeses, proesidium ; remex, remigium ; supplex, supplicium ; extispex, frontispicium ; antistes, solstitium.

Il faut observer, 3°. qu’il y a quantité de mots réellement composés, qui au premier aspect peuvent paroître simples, à cause de ces racines élémentaires inusitées hors de la composition ; quelque sagacité & un peu d’attention suffisent pour en faire démêler l’origine : tels sont les mots judex, justus, justitia, juvenis, trinitas, oeternitas ; & une infinité d’autres. Judex renferme dans sa composition les deux racines jus & dex : cette derniere se trouve employée hors de la composition dans Cicéron ; dicis gratiâ, par maniere de dire : judex signifie donc jus dicens, ou qui jus dicit ; & c’est effectivement l’idée que nous avons de celui qui rend la justice : ce qui prouve, pour le dire en passant, que la définition de nom, comme parlent les Logiciens, differe assez peu, quand elle est exacte, de la définition de chose. Il en est de même de la définition étymologique de justus & de justitia : le premier signifie in jure stans, & le second, in jure constantia ; expressions conformes à l’idée que nous avons de l’homme juste & de la justice.

Quant à juvenis, il paroît signifier juvando ennis ; & cet ennis est un adjectif employé dans bi-ennis, tirennis, &c. pour signifier qui a des années : perennis paroît n’en être que le superlatif, tant par sa forme que par sa signification : ainsi juvenis veut dire juvando ennis, qui a assez d’années pour aider ; cela est d’autant plus probable, que juvenis est effectivement relatif au nombre des années ; & que tout homme parvenu à cet âge, est dans l’obligation réelle de mériter par ses propres services les secours qu’il tire de la société. Au reste la suppression d’une n dans juvenis ne le tire pas plus de l’analogie, que le changement de cette lettre en m n’en tire le mot de solemnis, qui semble être formé de solitò ennis, & signifie solitus quot annis, qui fieri solet quot annis ; & de fait, dans plusieurs bréviaires on trouve le mot d’annuel pour celui de solemnel, dans la qualification des fêtes.

Les mots trinitas & oeternitas sont également composés : trinitas n’est autre chose que trium unitas ; expression fidele de la foi de l’Eglise catholique sur la nature de Dieu ; trinus & unus ; trinus in personis, unus in substantia. Pour ce qui est du mot oeternitas, il signifie avi-trinitas, ou avi triplicis unitas, la trinité du tems qui réunit & embrasse tout à la fois le present, le passé, & le futur.

Il faut observer, 4°. que la composition & la dérivation concourent souvent à la formation d’un meme mot ; ensorte que l’on trouve des primitifs simples & des primitifs composés, comme des dérivés simples & des dérivés composés. Capio est un primitif simple ; particeps est un primitif compose ; capax est un dérivé simple ; participare est un dérivé composé. {p. 7:175} Les uns & les autres sont également susceptibles des formes de la dérivation philosophique & de la dérivation grammaticale : capio, capis, capit ; particeps, participis, participi ; capax, capacis, capaci ; participo, participas, participat.

Il faut observer, 5°. que les primitifs n’ont pas tous le même nombre de dérivés, parce que toutes les idées primitives ne sont pas également susceptibles du même nombre d’idées modificatives ; on que l’usage n’a pas établi le même nombre d’inflexions pour les exprimer. D’ailleurs un même mot peut être primitif sous un point de vûe, & dérivé sous un autre : ainsi amabo est primitif relativement à amabilis, amabilitas, & il est dérivé d’amo : de même affectare est primitif relativement à affectatio, assectator, & il est dérivé du supin, qui en est le générateur immédiat. Ainsi un même primitif peut avoir sous lui differens ordres de dérivés, tirés immédiatement d’autant de primitifs subalternes & dérivés eux-mêmes de ce premier.

Il faut observer, 6°. que comme les terminaisons introduites par la dérivation grammaticale forment ce qu’on appelle déclinaison & conjugaison, on peut regarder aussi les terminaisons de la dérivation philosophique comme la matiere d’une sorte de declinaison ou conjugaison philosophique. Ceci est d’autant mieux fondé, que la plûpart des terminaisons de cette seconde espece sont soûmises à des lois générales, & ont d’ailleurs, dans la même langue ou dans d’autres, des racines qui expriment fondamentalement les mêmes idées qu’elles désignent comme accessoires dans la dérivation.

Nous disons en premier lieu, que ces terminaisons sont soûmises à des lois générales, parce que telle terminaison indique invariablement une même idée accessoire, telle autre terminaison une autre idée ; de maniere que si on connoit bien la destination usuelle de toutes ces terminaisons, la connoissance d’une seule racine donne sur le champ celle d’un grand nombre de mots. Posons d’abord quelques principes usuels sur les terminaisons ; & nous en ferons ensuite l’application à quelques racines.

1°. Les verbes en are, dérivés du supin d’un autre verbe, marquent augmentation ou répétition ; ceux en essere, ardeur & célérité ; ceux en urire, desir vif ; ceux en illare, diminution.

2°. Dans les noms ou dans les adjectifs dérivés des verbes, la terminaison tio indique l’action d’une maniere abstraite ; celle entus ou entum en exprime le produit ; celle en tor pour le masculin, & en trix pour le féminin, désigne une personne qui fait profession ou qui a un état relatif à cette action ; celle en ax, une personne qui a un penchant naturel ; celle en acitas marque ce penchant même.

On pourroit ajoûter un grand nombre d’autres principes semblables ; mais ceux-ci sont suffisans pour ce que l’on doit se proposer ici : un plus grand detail appartient plûtôt à un ouvrage sur les analogies de la langue latine, qu’à l’Encyclopédie ; & il est vraissemblable que c’étoit la matiere des livres de César sur cet objet.

Eprouvons maintenant la fecondité de ces principes. Des que l’on sait, par exemple, que canere signifie chanter, on en conclut avec certitude la signification des mots cantare, chanter à pleine voix ; cantitare, chanter souvent ; canturire, avoir grande envie de chanter ; cantillare, chanter bas & à différentes reprises ; cantio, l’action de chanter ; cantus, le chant, l’effet de cette action ; cantor & cantrix, un homme ou une femme qui fait profession de chanter, un chanteur, une chanteuse ; canax, qui aime à chanter.

Pareillement, de capere, prendre, on a tiré par analogie captare, capessere, faisir ardemment, se hâter de prendre ; captio, captus, captatio, captator, captatrix, capax, capacitas.

De la différente destination des terminaisons d’une même racine, naissent les différentes dénominations des mots qu’elles constituent : de-là les diminutifs, les augmentatifs, les inceptifs, les inchoatifs, les fréquentatifs, les desidératifs, &c. selon que l’idée primitive est modifiée par quelqu’une des idées accessoires que ces dénominations indiquent.

Nous disons en second lieu, que ces terminaisons ont dans la même langue, ou dans quelqu’autre, aes racines qui expriment fondamentalement les mêmes id�es, qu’elles désignent comme accessoires dans la dérivation ; nous allons en faire l’essai sur quelques-unes, où la chose sera assez claire pour faire présumer qu’il peut en être ainsi des autres dont on ne connoitroit plus l’origine.

1°. Dans les noms, les terminaisons men & mentum signifient chose, signe sensible par lui-même ou par ses effets : l’une & l’autre paroissent venir du verbe minere dont Lucrece s’est servi, & qu’on retrouve dans la composition des verbe, eminere, im-minere, pro-minere, & qui tous renferment la signification que nous prêtons ici à men & à mentum ; la voici justifiée par l’explication étymologique de quelques noms :

  • Flumen, (men ou res quoe fluit.)
  • Fulmen, (men quod fulget.)
  • Lumen, (men quod lucet.)
  • Semen, (men quod seritur.)
  • Vimen, (men vinciens, quod vincit.)
  • Carmen, peigne à carder, (men quod carpit.)

Il est vraissemblable que les Romains donnerent le même nom à leurs poëmes ; parce que les premiers qu’ils connurent étoient satyriques & picquans comme les dents du peigne à carder, & avoient une destination analogue, celle de corriger.

  • Armentum, (mentum quod arat, ou arare potest.)
  • Jumentum, (mentum quod juvat, ou mentum jugatorium.)
  • Monumentum, (mentum quod monet.)
  • Alimentum, (mentum quod alit.)
  • Testamentum, (mentum quod testatur.)
  • Tormentum, (mentum quod torquet.)

La terminaison culum semble venir de colo, j’habite, & signifie effectivement une habitation, ou du moins un lieu habitable :

  • Cubiculum, (cubandi locus.)
  • Coenaculum, (coenandi locus.)
  • Habitaculum, (habitandi locus.)
  • Propugnaculum, (pro-pugnandi locus.)

Il faut cependant observer, pour la vérité de ce principe, que cette terminaison n’a le sens & l’origine que nous lui donnons ici, que quand elle est adaptée à une racine tirée d’un verbe : car si on l’appliquoit à un nom, elle en feroit un simple diminutif ; tels sont les mots corculum, opusculum, corpusculum, &c.

2°. Dans les adjectifs, la terminaison undus désigne abondance & pléritude, & vient d’unda, onde, symbole d’agitation ; ou du mot undare, d’où abundare, exundare. Ordinairement cette terminaison est jointe à une autre racine par l’une des deux lettres euphoniques b ou c.

  • Cogita-b-undus, (cogitationibus undans.)
  • Furi-b-undus, (furore ou furiis undans.)
  • Foe-c-undus, (foetu abundans.)
  • Fa-c-undus, (fandi copiâ abundans.)

La terminaison stus venue de sto, marque stabilité habituelle.

{p. 7:176}
  • Justus, (in jure constans.)
  • Modestus, (in modo constans.)
  • Molestus, (pro mole stans.)
  • Moestus, (in moerore constans.)
  • Honestus, (in honore constans.)
  • Scelestus, (in scelere constans.)

3°. Dans les verbes, la terminaison scere ajoûtée à quelque radical significatif par lui-même, donne les verbes inchoatifs, c’est-à-dire ceux qui marquent le commencement de l’acquisition d’une qualité ou d’un état ; cette terminaison paroît avoir été prise du vieux verbe escere, esco, dont on trouve des traces dans le II. livre des lois de Cicéron, dans Lucrece, & ailleurs. Ce verbe, dans son tems, signifioit ce qu’a signifié depuis esse, sum, & a été consacré dans la composition à exprimer le commencement d’être. Selon ce principe,

  • Calesco, je commence à avoir chaud, je m’échauffe,
  • équivaut à calidus esco.
  • Frigesco, je commence à avoir froid, (frigidus esco.)
  • Albesco, (albus esco.)
  • Senesco, (senex esco.)
  • Duresco, (durus esco.)
  • Dormisco, (dormiens esco.)
  • Obsolesco, (obsoletus esco.)

Une observation qui confirme que le vieux mot escere est la racine de la terminaison de cette espece de verbes, c’est que comme ce verbe n’avoit ni prétérit ni supin (voyez l’article Prétérit, où nous en ferons voir la cause), les verbes inchoatifs n’en ont pas d’eux-mêmes : ou ils les empruntent du primitif d’où ils dérivent, comme ingemisco, qui prend ingemui de ingemo ; ou ils les forment par analogie avec ceux qui sont empruntés, comme senesco qui fait senui ; ou enfin ils s’en passent absolument, comme dormisco.

Cette petite excursion sur le système des formations latines, suffit pour faire entrevoir l’utilité & l’agrément de ce genre d’étude : nous osons avancer que rien n’est plus propre à déployer les facultés de l’esprit ; à rendre les idées claires & distinctes ; & à étendre les vûes de ceux qui voudroient, si on peut le dire, étudier l’anatomie comparée des langues, & porter leurs regards jusque sur les langues possibles. (E. R. M.)

{p. 7:297}

FREQUENTATIF §

FREQUENTATIF, adj. terme de Grammaire, c’est la dénomination que l’on donne aux verbes dérivés, dans lesquels l’idée primitive est modifiée par une idée accessoire de répétition ; tels sont dans la langue latine les verbes clamitare, dormitare, dérivés de clamare, dormire. Clamare n’exprime que l’idée de l’action de crier ; au lieu que clamitare, outre cette idée primitive, renferme encore l’idée modificative de répetition, de sorte qu’il équivaut à clamare saepè ; criailler est le mot françois qui y correspond : de même dormire ne présente à l’esprit que l’idée de dormir ; & dormitare ajoûte à cette idée primitive celle d’une répétition fréquente, de maniere qu’il signifie dormire frequenter, dormir à différentes reprises ; c’est l’état d’un homme dont le sommeil n’est ni suivi ni continu, mais coupé & interrompu.

Le supin doit être regardé dans la langue latine ; comme le générateur unique & immédiat, ou la racine prochaine des verbes fréquentatifs : l’on voit en effet que leur formation est analogue à la terminaison du supin, & qu’ils en conservent la consonne figurative : ainsi de saltum, supin de salio, vient saltare ; de versum, supin de verto, vient versare ; & d’amplexum, supin d’amplector, vient amplexari. D’ailleurs les verbes primitifs, auxquels l’usage a refusé un supin, sont également privés de l’espece de dérivation dont nous parlons, quoique l’action qu’ils expriment soit susceptible en elle même de l’espece de modification qui caractérise les verbes fréquentatifs.

Il faut cependant avoüer que le détail présente quelques difficultés qui ont induit en erreur d’habiles grammairiens : mais on va bien-tôt reconnoître que ce sont ou de simples écarts qui ont paru préférables à la cacophonie, ou des irrégularités qui ne sont qu’apparentes, parce que la racine génératrice n’est plus d’usage.

Ainsi dans la dérivation des fréquentatifs, dont les primitifs sont de la premiere conjugaison, l’usage qui tâche toûjours d’accorder le plaisir de l’oreille avec {p. 7:298} la satisfaction de l’esprit, a autorisé le changement de la voyelle a du supin générateur terminé en atum, afin d’éviter le concours desagréable de deux a consécutifs : au lieu donc de dire clamatare, rogatare, selon l’analogie des supins clamatum, rogatum, on dit clamitare, rogitare : mais il n’en est pas moins évident que le supin est la racine génératrice de cette formation.

Dans la seconde conjugaison, on trouve haerere, dont le supin haesum semble devoir donner pour fréquentatif haesare ; & cependant c’est haesitare : c’est que ce supin haesum n’est effectivement rien autre chose que haesitare, insensiblement altéré par la syncope ; & ce supin haesitum est analogue aux supins territum, latitum, des verbes terrere, latere de la même conjugaison, d’où viennent territare, latitare, selon la regle générale. Au reste, il n’est pas rare de trouver des verbes avec deux supins usités, l’un conforme aux lois de l’analogie, & l’autre défiguré par la syncope.

C’est par la syncope qu’il faut encore expliquer la génération des fréquentatifs des verbes qui ont la seconde personne du présent absolu de l’indicatif en gis, comme ago, agis ; lego, legis ; fugio, fugis. Priscien prétend que cette seconde personne est la racine génératrice des fréquentatifs agitare, legitare, fugitare : mais c’est abandonner gratuitement l’analogie de cette espece de formation, puisque rien n’empêche de recourir encore ici au supin. Pourquoi ago & lego n’auroient-ils pas eu autrefois les supins agitum & legitum, comme fugio a encore aujourd’hui fugitum, d’où fugitare est dérivé ? Ces supins ont dû assez naturellement se syncoper. Les Latins ne donnoient à la lettre g que le son foible de k, comme nous le prononçons dans guerre : ainsi ils prononçoient agitum, legitum, comme notre mot guitarre se prononce parmi nous : ajoûtez que la voyelle i étant breve dans la syllabe gi de ces supins, les Latins la prononçoient avec tant de rapidité qu’elle échappoit dans la prononciation, & étoit en quelque sorte muette ; de maniere qu’il ne restoit qu’agtum, legtum, où la foible g se change nécessairement dans la forte c, à cause du t qui suit, & qui est une consonne forte ; l’organe ne peut se prêter à produire de suite deux articulations, l’une foible & l’autre forte, quoique l’orthographe semble quelquefois présenter le contraire.

C’est par ce méchanisme que sorbeo a aujour d’hui pour supin sorptum, qui n’est qu’une syncope de l’ancien supin sorbitum, qui a effectivement existé, puisqu’il a produit sorbitio ; & c’est par une raison toute contraire que les verbes de la quatrieme conjugaison n’ont point de supin syncopé, & forment régulierement leurs frèquentatifs ; parce que l’i du supin étant long, rien n’a pû en autoriser la suppression.

Il faut prendre garde cependant de donner deux frequentatifs à plusieurs verbes de la troisieme conjugaison, qui, d’après ce que nous venons d’exposer, paroîtroient en avoir deux ; tels que canere, facere, jacere, qui ont cantare & cantitare, factare & factitare, jactare & jactitare. Les premiers, qui peut-être n’étoient effectivement que fréquentatifs dans leur origine, sont devenus depuis des verbes augmentatifs, pour exprimer l’idée accessoire d’étendue ou de plénitude que l’on veut quelquefois donner à l’action ; & les autres en ont été tirés conformément à l’analogie que nous indiquons ici, pour les remplacer dans le service de fréquentatifs.

Il est donc constant, nonobstant toutes les irrégularités apparentes, que tous les verbes fréquentatifs sont formés du supin du verbe primitif ; & cette conséquence doit servir à réfuter encore Priscien, & après lui la méthode de P. R. qui prétendent que les verbes vellico & fodico sont fréquentatifs ; outre que cette terminaison n’a aucun rapport au supin des primitifs vello & fodio, la signification de ces dérivés comporte une idée de diminution qui ne peut convenir aux fréquentatifs ; & d’ailleurs les mêmes grammairiens regardent comme de vrais diminutifs, les verbes albico, candico, nigrico, frondico, qui ont une terminaison si analogue avec ces deux-là : par quelle singularité ne seroient-ils pas placés dans la même classe, ayant tous la même terminaison & le même sens accessoire ?

Il est vrai cependant que l’idée primitive qu’un ver be dérivé renferme dans sa signification, y est quelquefois modifiée par plus d’une idée accessoire ; ainsi sorbillare, avaler peu-à-peu & à différentes reprises, a tout-à-la-fois un sens diminutif & un sens fréquentatif. Donnera t-on pour cela plusieurs dénominations différentes à ces verbes ? non sans doute ; il n’en faut qu’une, mais il faut la choisir ; & le fondement de ce choix ne peut être que la terminaison, parce qu’elle sert comme de signal pour rassembler dans une même classe des mots assujettis à une même marche, & qu’elle indique d’ailleurs le principal point de vûe qui a donné naissance au verbe dont il est question ; car voilà la maniere de procéder dans toutes les langues ; quand on y crée un mot, on lui donne scrupuleusement la livrée de l’espece à laquelle il appartient par sa signification ; il n’y feroit pas fortune s’il avoit à-la-fois contre lui la nouveauté & l’anomalie : si l’on trouve donc ensuite des mots qui dérogent à l’analogie, c’est l’effet d’une altération insensible & postérieure.

Jugeons après cela si Turnebe, & Vossius après lui, ont eu raison de placer dormitare dans la classe des desidératifs, parce qu’il présente quelquefois ce sens, & spécialement dans l’exemple de Plaute, cité par Turnebe, dormitare te aiebas. Il faudroit donc aussi l’appeller diminutif, parce qu’il signifie quelquefois dormire leviter, comme dans le mot d’Horace, quandoque bonus dormitat Homerus ; & augmentatif, puisque Ciceron l’a employé dans le sens de dormire altè. La vérité est que dormitare est originairement & en vertu de l’analogie, un verbe fréquentatif : & que les autres sens qu’on y a attachés depuis, découlent de ce sens primordial, ou viennent du pur caprice de l’usage. Une derniere preuve que les Latins n’avoient pas prétendu regarder dormitare comme desidératif, c’est qu’ils avoient leur dormiturire destiné à exprimer ce sens accessoire.

Nous remarquerons 1°. que tous les fréquentatifs latins sont terminés en are, & sont de la premiere conjugaison.

2°. Qu’ils suivent invariablement la nature de leurs primitifs, étant comme eux absolus ou relatifs ; l’absolu dormitare vient de l’absolu dormire ; le relatif agitare vient du relatif agere.

Voyons maintenant si nous avons des fréquentatifs dans notre langue. Robert Etienne dans sa petite grammaire françoise imprimée en 1569, prétend que nous n’en avons point quant à la signification ; & soit que l’autorité de ce célebre & savant typographe en ait imposé aux autres grammairiens françois, ou qu’ils n’ayent pas assez examiné la chose, ou qu’ils l’ayent jugée peu digne de leur attention, ils ont tous gardé le silence sur cet objet.

Quoi qu’il en soit, il y a effectivement en françois jusqu’à trois sortes de fréquentatifs, distingués les uns des autres, & par la différence de leurs terminaisons, & par celle de leur origine : les uns sont naturels à cette langue, d’autres y ont été faits à l’imitation de l’analogie latine, & les autres enfin y sont étrangers, & seulement assujettis à la terminaison françoise. Il faut cependant avoüer que la plûpart de ceux des deux premieres especes ne s’employent guere que dans le style familier. {p. 7:299}

Les fréquentatifs naturels à la langue françoise lui viennent de son propre fonds, & sont en genéral terminés en ailler : tels sont les verbes criailler, tirailler, qui ont pour primitifs crier, tirer, & qui répondent aux fréquentatifs latins clamitare, tractare. On y apperçoit sensiblement l’idée accessoire de répétition, de même que dans brailler, qui se dit plus particulierement des hommes, & dans piailler, qui s’applique plus ordinairement aux femmes ; mai elle est encore plus marquée dans ferrailler, qui ne veut dire autre chose que mettre souvent le fer a la main.

Les fréquentatifs françois faits à l’imitation de l’analogie latine, sont des primitifs françois auxquels on a donné une inflexion ressemblante à celle des fréquentatifs latins ; cette inflexion est oter, & désigne comme le tare latin, l’idée accessoire de repétition : comme dans crachoter, clignoter, chuchoter, qui ont pour correspondans en latin sputare, nictare, mussitare.

Les fréquentatifs étrangers dans la langue françoise lui viennent de la langue latine, & ont seulement pris un air françois par la terminaison en er : tels sont habiter, dicter, agiter, qui ne sont que les fréquentatifs latins habitare, dictare, agitare.

C’est le verbe visiter que R. Etienne employe pour prouver que nous n’avons point de fréquentatifs. Car, dit-il, combien que visiter soit tiré de visito latin & fréquentatif, il n’en garde pas toutefois la signification en notre langue : tellement qu’il a besoin de l’adverbe souvent : comme je visite souvent le palais & les prisonniers.

Mais on peut remarquer en premier lieu, que quand ce raisonnement seroit concluant, il ne le seroit que pour le verbe visiter : & ce seroit seulement une preuve que sa signification originelle auroit été dégradée par une fantaisie de l’usage.

En second lieu, que quand la conséquence pourroit s’étendre à tous les verbes de la même espece, il ne seroit pas possible d’y comprendre les fréquentatifs naturels & ceux d’imitation, où l’idée accessoire de répétition est trop sensible pour y etre méconnue.

En troisieme lieu, que la raison alléguée par R. Etienne ne prouve absolument rien. un adverbe fréquentatif ajoûté à visiter, n’y détruit pas l’idée accessoire de répétition, quoiqu’elle semble d’abord supposer qu’elle n’y est point renfermée ; c’est un pur pléonasme qui éleve à un nouveau degré d’énergie le sens fréquentatif, & qui lui donne une valeur semblable à celle des phrases latines, itat ad eam frequens, (Plaute) frequenter in officinam ventitanti (Plin.) ; saepius sumpsitaverunt (Id.). On ne diroit pas sans doute que itare n’est pas fréquentatif à cause de frequens, ni ventitare à cause de frequenter, ni sumpsitare à cause de saepius.

La décision de R. Etienne n’a donc pas toute l’exactitude qu’on a droit d’attendre d’un si grand homme ; c’est que les esprits les plus éclairés peuvent encore tomber dans l’erreur, mais ils ne doivent rien perdre pour cela de la considération qui est dûe aux talens. (E. R. M.)

FUTUR §

{p. 7:402}

Futur (Grammaire) §

Futur, en termes de Grammaire, est pris substantivement : c’est une forme particuliere ou une espece d’inflexion qui désigne l’idée accessoire d’un rapport au tems à venir, ajoûtée à l’idée principale du verbe.

On trouve dans toutes les langues différentes sortes de futur, parce que ce rapport au tems à venir y a été envisagé sous différens points de vûe ; & ces futurs sont simples ou composés, selon qu’il a plû à l’usage de désigner les uns par de simples inflexions, & les autres par le secours des verbes auxiliaires.

Il semble que dans les diverses manieres de considérer le tems par rapport à l’art de la parole, on se soit particulierement attaché à l’envisager comme absolu, comme relatif, & comme conditionnel. On trouve dans toutes les langues des inflexions équivalentes à celles de la nôtre, pour exprimer le présent absolu, comme j’aime ; le présent relatif, comme j’aimois ; le présent conditionnel, comme j’aimerois. Il en est de même pour les trois prétérits ; l’absolu, j’ai aimé ; le relatif, j’avois aimé ; & le conditionnel, j’aurois aimé. Mais on n’y trouve plus la même unanimité pour le futur ; il n’y a que quelques langues qui ayent un futur absolu, un relatif, & un conditionnel : la plûpart ont saisi par préférence d’autres faces de cette circonstance du tems.

Les Latins ont en général deux futurs, un absolu & un relatif.

Le futur absolu marque l’avenir sans aucune autre modification ; comme laudabo, je louerai ; accipiam, je recevrai.

Le futur relatif marque l’avenir avec un rapport à quelque autre circonstance du tems ; il est composé du futur du participe actif ou passif, selon la voix que l’on a besoin d’employer, & d’une inflexion du verbe auxiliaire sum ; & le choix de cette inflexion dépend des différentes circonstances de tems avec lesquelles on combine l’idée fondamentale d’avenir. En voici le tableau pour les deux voix.

{p. 7:403}
Voix active. Voix passive.
Laudaturus sum. Laudandus sum.
Laudaturus eram. Laudandus eram.
Laudaturus essem. Laudandus essem.
Laudaturus fui. Laudandus fui.
Laudaturus fueram. Laudandus fueram.
Laudaturus fuissem. Laudandus fuissem.
Laudaturus ero. Laudandus ero.
Laudaturus fuero. Laudandus fuero.

Comme la langue latine fait un des principaux objets des études ordinaires, elle exige de notre part quelque attention plus particuliere. Nous remarquerons donc que les huit futurs relatifs que l’on présente ici, ne se trouvent pas dans les tables ordinaires des conjugaisons, non plus que les tems composés du subjonctif qui ont un rapport à l’avenir, comme laudaturus sim, laudaturus essem, laudaturus fuerim, laudaturus fuissem. Il en est de même des tems correspondans de la voix passive ; mais c’est un véritable abus. Ces tables doivent être des listes exactes de toutes les formes analogiques, soit simples, soit composées, que l’usage a établies pour exprimer uniformément les accessoires communs à tous les verbes. Il est assez difficile de déterminer ce qui a pu donner lieu à nos méthodistes de retrancher du tableau de leurs conjugaisons, des expressions d’un usage si nécessaire, si ordinaire, & si uniforme. Si c’est la composition de ces tems, il n’ont pas assez étendu leurs conséquences ; il falloit encore en bannir les futurs qu’ils ont admis à l’infinitif, & tous les tems composés qui marquent un rapport au passé dans la voix passive.

Ce n’est pas la seule faute qu’on ait faite dans ces tables ; on y place comme futur au subjonctif, un tems qui appartient assûrément à l’indicatif, & qui paroît être plûtôt de la classe des prétérits, que de celle des futurs : c’est laudavero, j’aurai loüé, pour la voix active ; & laudatus ero, j’aurai été loüé, pour la voix passive.

1°. Ce tems n’appartient pas au subjonctif, & il est aisé de le prouver aux méthodistes par leurs propres regles. Selon eux, la conjonction dubitative an étant placée entre deux verbes, le second doit être mis au subjonctif : qu’ils partent de-là, & qu’ils nous disent comment ils rendront cette phrase, je ne sai si je loüerai ; en conséquence de la loi, je loüerai doit être au subjonctif en latin, & le seul futur du subjonctif autorisé par les tables ordinaires, est laudavero : cependant nos Grammatistes n’auront garde de dire nescio an laudavero ; ils rendront cet exemple par nescio an laudaturus sim. Chose singuliere ! Cette locution autorisée par l’usage des meilleurs auteurs latins, devoit faire conclure naturellement que laudaturus sim, ainsi que les autres expressions que nous avons indiquées plus haut, étoient du mode subjonctif ; & l’on a mieux aimé imaginer des exceptions chimériques & embarrassantes, que de suivre une conséquence si palpable. Au contraire on n’a jamais pu employer laudavero dans les cas où l’usage demande expressément le mode subjonctif, & néanmoins on y a placé ce tems avec une persévérance qui prouve bien la force du préjugé.

2°. Ce tems est de l’indicatif ; puisque, comme tous les autres tems de ce mode, il indique la modification d’une maniere positive, déterminée, & indépendante : de même que l’on dit caenabam ou caenaveram cùm intrasti, on dit coenabo ou coenavero cùm intrabis : caenabam marque l’action de souper comme présente, & coenaveram l’énonce comme passée relativement à l’action d’entrer qui est passée : la même analogie se trouve dans les deux autres tems ; coenabo marque l’action de souper comme présente, & caenavero l’énonce comme passée à l’egard de l’action d’entrer qui est future. Coenavero a donc les mêmes caracteres d’énonciation que caenabo, caenabam, & coenaveram, & par conséquent il appartient au même mode. Les usages de toutes les langues déposent unaniment cette vérité. Consultons la nôtre. Nous disons invariablement, je ne sai si je dormois, si j’ai dormi, si j’avois dormi, si je dormirai ; & tous ces tems du verbe dormir sont à l’indicatif : j’aurai dormi est donc au même mode, car nous disons de même, je ne sai si j’aurai dormi suffisamment lorsque, &c. mais j’aurai dormi est, de l’aveu de tous les méthodistes, la traduction de dormivero ; dormivero est donc aussi à l’indicatif. Eh à quel autre mode appartiendroit-il, puisqu’il est prouvé d’ailleurs qu’il n’est pas du subjonctif ?

3°. Ce tems est de la classe des prétérits, plûtôt que de celle des futurs. Quelle est en effet l’intention de celui qui dit j’aurai soupé quand vous entrerez, caenavero cum intrabis ? c’est de fixer le rapport du tems de son souper au tems de l’entrée de celui à qui il parle, c’est de présenter son action de souper comme passée à l’égard de l’action d’entrer qui est future ; & par conséquent l’inflexion qui l’indique est de la classe des prétérits. C’est par une raison analogue que caenabam, je soupois, est de la classe des présens ; & aujourd’hui tous nos meilleurs grammairiens l’appellent présent relatif ; parce qu’il exprime principalement la coexistence des deux actions comparées. S’il renferme un rapport au tems passé, ce rapport n’est qu’une idée secondaire, & seulement relative à la circonstance du tems à laquelle on fixe l’autre évenement qui sert de terme à la comparaison. C’est la même chose dans caenavero ; ce n’est pas l’action de souper comme avenir que l’on a principalement en vûe, mais l’antériorité du souper à l’égard de l’entrée : cette anteriorité est donc en quelque sorte l’idée principale ; & le rapport à l’avenir, une idée accessoire qui lui est subordonnée. L’analyse des phrases suivantes achevera d’établir cette vérité.

Coenabam, cùm intrasti ; c’est-à-dire cùm intrasii, potui dicere coeno, présent absolu.

Coenaveram, cùm intrasti ; c’est-à-dire cùm intrasti, potui dicere caenavi, prétérit absolu.

Coenabo, cùm intrabis ; c’est-à-dire cùm intrabis, potero dicere coeno, présent absolu.

Coenavero, cùm intrabis ; c’est-à-dire cùm intrabis, potero dicere coenavi, prétérit absolu.

Il paroit inutile de développer la conséquence de cette analyse ; elle est frappante : mais il est remarquable que ce tems que nous plaçons ici parmi les prétérits, en conserve la caractéristique en latin ; laudavi, laudavero ; dixi, dixero ; qu’il en suit l’analogie en françois. Il est composé d’un auxiliaire comme les autres prétérits ; on dit j’aurai soupé, comme l’on dit j’ai soupé, j’avois soupé, j’aurois soupé : & qu’enfin son correspondant au subjonctif est dans notre langue le prétérit absolu de ce mode ; on dit également & dans le même sens, je ne sai si j’aurai soupé quand vous entrerez, & je ne crois pas que j’aye soupé quand vous entrerez.

L’erreur que nous combattons ici n’est pas nouvelle ; elle prend sa source dans les ouvrages des anciens grammairiens. Scaliger après avoir observé que les Grecs divisoient le futur, & qu’ils avoient un futur prochain, dit, nos non divisimus ; & ajoûte ensuite, nisi putemus in modo subjunctivo extare vestigia & vim hujus significatûs, ut fecero. Lib. V. cap. cxiij. de causis ling. lat. Priscien long-tems auparavant s’étoit encore expliqué plus positivement, lib. VIII. de cognai. temp. Après avoir fait l’énumération des tems qui ont quelque affinité avec le prétérit, il ajoûte, sed tamen in subjunctivo futurum quoque praeteriti perfecti servat consonantes, ut dixi, dixero. Nous avons fait usage plus haut de cette remarque même, pour rappeller ce tems à la classe des prétérits ; & il est assez surprenant que Priscien avec du jugement l’ait faite sans conséquence.

Nos premiers méthodistes qui vivoient dans un {p. 7:404} tems où l’on ne voyoit que par les yeux d’autrui, & où l’autorité des anciens tenoit lieu de raisons, frappés de ces passages, n’ont pas même soupçonné que Scaliger & Priscien se fussent trompés.

La plûpart de nos grammairiens françois qui n’ont eu que le mérite d’appliquer comme ils ont pû la grammaire latine à notre langue, ont copié presque tous ces défauts. Robert Etienne à la vérité a rapporté à l’indicatif le prétendu futur du subjonctif ; mais il n’a pas osé en dépouiller entierement celui-ci, il l’y répete en mêmes termes. Il l’a appellé futur-parfait, parce qu’il y démêloit les deux idées de passé & d’avenir ; mais s’il avoit fait attention à la maniere dont ces idées y sont présentées, il l’auroit nommé au contraire prétérit-futur. Voyez Prétérit.

C’est un vice contre lequel on ne sauroit être trop en garde, que d’appliquer la grammaire d’une langue à toute autre indistinctement ; chaque langue a la sienne, analogue à son génie particulier. Il est vrai toutefois qu’un grammairien philosophe démêlera ce qui appartient à chaque langue, en suivant toûjours une même route ; il n’est question que de bien saisir les points de vûes généraux ; par exemple, à l’égard du futur, il ne faut que déterminer toutes les combinaisons possibles de cette idée avec les autres circonstances du tems, & apprendre de l’usage de chaque langue ce qu’il a autorisé ou non, pour exprimer ces combinaisons. C’est par-là que l’on fixera le nombre des futurs en grec, en hébreu, en allemand, &c. & c’est par-là que nous allons le fixer dans notre langue.

Nous avons en françois un futur absolu, que nous rendons par une simple inflexion, comme je partirai. Nous avons de plus deux futurs relatifs, qui marquent l’avenir avec un rapport spécial au présent ; & voilà en quoi conviennent ces deux futurs : ce qui les différencie, c’est que l’un emporte une idée d’indétermination, & n’exprime qu’un avenir vague, & que l’autre présente une idée de proximité, & détermine un avenir prochain, ce qui correspond au paulo-post-futur des Grecs ; nous appellons le premier futur défini, & le second futur prochain. L’un & l’autre est composé du présent de l’infinitif du verbe principal, & d’une inflexion du verbe devoir pour le futur indéfini, ou du verbe aller pour le futur prochain ; le choix de cette inflexion dépend de la maniere dont on envisage le présent même auquel on rapporte le futur. Je dois partir, je devois partir, font des futurs relatifs indéfinis ; je vais partir, j’allois partir, sont des futurs relatifs prochains.

Dans l’un & dans l’autre de ces futurs, les verbes devoir & aller ne conservent pas leur signification primitive & originelle ; ce ne sont plus que des auxiliaires réduits à marquer simplement l’avenir, l’un d’une maniere vague & indéterminée, & l’autre avec l’idée accessoire de proximité.

Ces auxiliaires nous rendent le même service au subjonctif, mais notre langue n’a aucune inflexion destinée primitivement à marquer dans ce mode l’autre espece de futur ; elle se sert pour cela des inflexions du présent & du passé, selon les diverses combinaisons du subjonctif avec les tems du verbe auquel il est subordonné ; ainsi dans ce mode, la même inflexion fait, suivant le besoin, deux fonctions différentes, & les circonstances en décident le sens.

Sens primitif Sens futur
Je ne crois pas qu’il le fasse présentement. Qu’il le fasse jamais.
Je ne croyois pas qu’il le fit alors. Qu’il le fît jamais.
Je ne crois pas qu’il l’ait fait hier. Qu’il l’ait fait demain.
Je ne croyois pas qu’il l’eût fait hier. Qu’il l’eût fait quand on l’en auroit prié.

Quoiqu’il semble que certaines langues n’ayent pas d’expressions propres à déterminer quelques points de vûe pour lesquels d’autres en ont de fixées par leur analogie usuelle, aucune cependant n’est effectivement en défaut ; chacune trouve des ressources en elle-même. On le voit dans notre langue par les futurs du subjonctif ; & les latins qui n’ont point de forme particuliere pour exprimer le futur prochain, y suppléent par d’autres moyens : jamjam faciam ut jusseris, dit Plaute, (je vais faire ce que vous ordonnerez) : on trouve dans Térence, factum puta (cela va se faire, ou regardez-le comme fait).

Il ne faut pas croire non plus que l’usage d’aucune langue restreigne exclusivement ces futurs à leur destination propre ; le rapport de ressemblance & d’affinité qui est entre ces tems, fait qu’on employe souvent l’un pour l’autre, comme il est arrivé au futur premier & au futur second des Grecs. Il en est de même du futur absolu & du prétérit futur des Latins ; il disent également, pergratum mihi facies, & pergratum mihi feceris. Mais on ne doit pas conclure pour cela que ces tems ayent une même valeur ; la différence d’inflexions suppose une différence originelle de signification, qui ne peut être changée ni détruite par aucuns usages particuliers, & que les bons auteurs ne perdent pas de vûe, lors même qu’ils paroissent en user le plus arbitrairement ; ils choisissent l’une ou l’autre par un motif de goût, pour plus d’énergie, pour faire image, &c. Ainsi il y a une différence réelle & inaltérable entre le futur absolu & l’impératif, quoiqu’on employe souvent le premier pour le second, curabis pour cura, valebis pour vale : l’un & l’autre effectivement exprime l’avenir, mais de diverses manieres.

La licence de l’usage sur les futurs va bien plus loin encore, puisqu’il donne quelquefois au présent & au prétérit le sens futur ; comme dans ces phrases : Si l’ennemi quitte les hauteurs, nous le battons, ou nous avons gagné la bataille : il est évident que les mots quitte & battons sont des présents employés comme futurs, & que nous avons gagné est un prétérit avec la même acception. L’usage n’a pas introduit de futur conditionnel : il le faudroit dans ces phrases ; c’est donc une nécessité d’employer d’autres tems, qui par occasion en deviennent plus énergiques : le present semble rapprocher l’avenir pour faire envisager l’action de battre comme présente ; & le prétérit donne encore un plus grand degré de certitude en faisant envisager la victoire comme déjà remportée. On trouve même en latin le présent absolu du subjonctif employé pour le futur absolu de l’indicatif : multos reperias & reperies ; mais c’est à la faveur de l’ellipse : multos reperias, c’est-à-dire fieri poterit, ou fiet ut multos reperias. Tout a sa raison dans les langues, jusqu’aux écarts. (E. R. M.)

{p. 7:407}

G §

G, s. m. (Gramm.) c’est la troisieme lettre de l’alphabet des Orientaux & des Grecs, & la septieme de l’alphabet latin que nous avons adopté.

Dans les langues orientales & dans la langue greque, elle représentoit uniquement l’articulation gue, telle que nous la faisons entendre à la fin de nos mots françois, digue, figue ; & c’est le nom qu’on auroit dû lui donner dans toutes ces langues : mais les anciens ont eu leurs irrégularités & leurs écarts comme les modernes. Cependant les divers noms que ce caractere a reçus dans les différentes langues anciennes, conservoient du-moins l’articulation dont il étoit le type : les Grecs l’appelloient gamma, les Hébreux & les Phéniciens gimel, prononcé comme guimauve ; les Syriens gomal, & les Arabes gum, prononcé de la même maniere.

On peut voir (article C & méth. de P. R.) l’origine du caractere g dans la langue latine ; & la preuve que les Latins ne lui donnoient que cette valeur, se tire du témoignage de Quintilien, qui dit que le g n’est qu’une diminution du c : or il est prouvé que le c se prononçoit en latin comme le kappa des Grecs, c’est-à-dire qu’il exprimoit l’articulation que, & conséquemment le g n’exprimoit que l’articulation gue. Ainsi les Latins prononçoient cette lettre dans la premiere syllabe de gygas comme dans la seconde ; & si nous prononçons autrement, c’est que nous avons transporté mal-à-propos aux mots latins les usages de la prononciation françoise.

Avant l’introduction de cette lettre dans l’alphabet romain, le c représentoit les deux articulations, la forte & la foible, que & gue ; & l’usage faisoit connoitre à laquelle de ces deux valeurs il falloit s’en tenir : c’est à-peu-près ainsi que notre s exprime tantôt l’articulation forte, comme dans la premiere syllabe de Sion, & tantôt la foible, comme dans la seconde de vision. Sous ce point de vûe, la lettre qui désignoit l’articulation gue, étoit la troisieme de l’alphabet latin, comme de celui des Grecs & ces Orientaux. Mais les doutes que cette equivoque pouvoit jetter sur l’exacte prononciation, fit donner à chaque articulation un caractere particulier ; & comme ces deux articulations ont beaucoup d’affinité, on prit pour exprimer la foible le signe même de la forte C, en ajoûtant seulement sur sa pointe inférieure une petite ligne verticale G, pour avertir le lecteur d’en affoiblir l’expression.

Le rapport d’affinité qui est entre les deux articulations que & gue, est le principe de leur commutabilité, & de celle des deux lettres qui les représentent, du c & du g ; observation importante dans l’art étymologique, pour reconnoitre les racines génératrices naturelles ou étrangeres de quantité de mots dérivés : ainsi notre mot françois Cadix vient du latin Gades, par le changement de l’articulation foible en forte ; & par le changement contraire de l’articulation forte en foible, nous avons tiré gras du latin crassus ; les Romains écrivoient & prononçoient indistinctement l’une ou l’autre articulation dans certains mots, vicesimus ou vigesimus, Cneius ou Gneius. Dans quelques mots de notre langue, nous retenons le caractere de l’articulation forte, pour conserver la trace de leur étymologie ; & nous prononçons la foible, pour obéir à notre usage, qui peut être a quelque conformité avec celui de la latine : ainsi nous écrivons Claude, cicogne, second, & nous prenonçons Glaude, cigogne, segond. Quelquefois au con traire nous employons le caractere de l’articulation foible, & nous prononçons la forte ; ce qui arrive sur tout quand un mot finit par le caractere g, & qu’il est suivi d’un autre mot qui commence par une voyelle ou par un h non aspiré : nous écrivons sang épais, long hyver, & nous prononçons san-k-épais, lon-k-hyver.

Assez communément, la raison de ces irrégularités apparentes, de ces permutations, se tire de la conformation de l’organe ; on l’a vû au mot Fréquentatif, où nous avons montré comment ago & lego ont produit d’abord les supins agitum, legitum, & ensuite, à l’occasion de la syncope, actum, lectum.

L’euphonie, qui ne s’occupe que de la satisfaction de l’oreille, en combinant avec facilité les sons & les articulations, décide souverainement de la prononciation, & souvent de l’ortographe, qui en est ou doit en être l’image ; elle change non-seulement g en c, ou c en g ; elle va jusqu’à mettre g à la place de toute autre consonne dans la composition des mots ; c’est ainsi que l’on dit en latin aggredi pour adgredi, suggerere pour sub gerere, ignoscere pour in-noscere ; & les Grecs écrivoient ἄγγελος, ἄγκυρα, Ἀγχίσης, quoiqu’ils prononçassent comme les Latins ont prononcé les mots angelus, ancora, Anchises, qu’ils en avoient tirés, & dans lesquels ils avoient d’abord conservé l’ortographe greque, aggelus, agcora, Agchises : ils avoient même porté cette pratique, au rapport de Varron, jusque dans des mots purement latins, & ils écrivoient aggulus, agceps, iggero, avant que décrire angulus, anceps, ingero : ceci donne lieu de soupçonner que le g chez les Grecs & chez les Latins dans le commencement, étoit le signe de la nasalité, & que ceux-ci y substituerent la lettre n, ou pour faciliter les liaisons de l’écriture, ou parce qu’ils jugerent que l’articulation qu’elle exprime étoit effectivement plus nasale. Il semble qu’ils ayent aussi fait quelque attention à cette nasalité dans la composition des mots quadringenti, quingenti, où ils ont employé le signe g de l’articulation foible gue, tandis qu’ils ont conservé la lettre c, signe de l’articulation forte que, dans les mots ducenti, sexcenti, ou la syllabe précédente n’est point nasale.

Il ne paroît pas que dans la langue italienne, dans l’espagnole, & dans la françoise, on ait beaucoup raisonné pour nommer ni pour employer la lettre G & sa correspondante C ; & ce défaut pourroit bien, malgré toutes les conjectures contraires, leur venir de la langue latine, qui est leur source commune. Dans les trois langues modernes, on employe ces lettres pour représenter différentes articulations ; & cela à-peu-près dans les mêmes circonstances : c’est un premier vice. Par un autre écart aussi peu raisonnable, on a donné à l’une & à l’autre une dénomination prise d’ailleurs, que de leur destination naturelle & primitive. On peut consulter les Grammaires italienne & espagnole : nous ne sortirons point ici des usages de notre langue.

Les deux lettres C & G y suivent jusqu’à certain point le même systeme, malgré les irrégularités de l’usage.

1°. Elles y conservent leur valeur naturelle devant les voyelles a, o, u, & devant les consonnes l, r : on dit, galon, gosier, Gustave, gloire, grace, comme on dit, cabanne, colombe, cuvette, clameur, crédit, {p. 7:408}

2°. Elles perdent l’une & l’autre leur valeur originelle devant les voyelles e, i ; celle qu’elles y prennent leur est étrangere, & a d’ailleurs son caractere propre : C représente alors l’articulation se, dont le caractere propre est s ; & l’on prononce cité, céleste, comme si l’on écrivoit sité, séleste : de même G représente dans ce cas l’articulation je, dont le caractere propre est j ; & l’on prononce génie, gibier, comme s’il y avoit jénie, jibier.

3°. On a inséré un e absolument muet & oiseux après les consonnes C & G, quand on a voulu les dépouiller de leur valeur naturelle devant a, o, u, & leur donner celle qu’elles ont devant e, i. Ainsi on a écrit commencea, perceons, conceu, pour faire prononcer comme s’il y avoit commensa, persons, consu ; & de même on a écrit mangea, forgeons, & l’on prononce manja, forjons. Cette pratique cependant n’est plus d’usage aujourd’hui pour la lettre c ; on a substitué la cédille à l’e muet, & l’on écrit commença, perçons, conçu.

4°. Pour donner au contraire leur valeur naturelle aux deux lettres C & G devant e, i, & leur ôter celle que l’usage y a attachée dans ces circonstances, on met après ces consonnes un u muet : comme dans cueuillir, guérir, guider, où l’on n’entend aucunement la voyelle u.

5°. La lettre double x, si elle se prononce fortement, réunit la valeur naturelle de c & l’articulation forte s, comme dans axiome, Alexandre, que l’on prononce acsiome, Alecsandre ; si la lettre x se prononce foiblement, elle réunit la valeur naturelle de G & l’articulation de ze, foible de se, comme dans exil, exemple, que l’on prononce egzil, egzemple.

6°. Les deux lettres C & G deviennent auxiliaires pour exprimer des articulations auxquelles l’usage à refusé des caracteres propres. C suivi de la lettre h est le type de l’articulation forte, dont la foible est exprimée naturellement par j : ainsi les deux mots Japon, chapon, ne different que parce que l’articulation initiale est plus forte dans le second que dans le premier. G suivi de la lettre n est le symbole de l’articulation que l’on appelle communément n mouillé, & que l’on entend à la fin des mots cocagne, regne, signe.

Pour finir ce qui concerne la lette G, nous ajoûterons une observation. On l’appelle aujourd’hui , parce qu’en effet elle exprime souvent l’articulation  : celle-ci aura été substituée dans la prononciation à l’articulation gue sans aucun changement dans l’ortographe ; on peut le conjecturer par les mots jambe, jardin, &c. que l’on ne prononce encore gambe, gardin dans quelques provinces septentrionales de la France, que parce que c’étoit la maniere universelle de prononcer ; gambade même & gambader n’ont point de racine plus raisonnable que gambe ; de-là l’abus de l’épellation & de l’emploi de cette consonne.

G dans les inscriptions romaines avoit diverses significations. Seule, cette lettre signifioit ou gratis, ou gens, ou gaudium, ou tel autre mot que le sens du reste de l’inscription pouvoit indiquer : accompagnée, elle étoit sujette aux mêmes variations.

G. V. genio urbis, G. P. R. gloria populi romani ; Voyez les antiquaires, & particulierement le traité d’Aldus Manucius de veter. not. explanatione.

G chez les anciens a signifié quatre cents suivant ce vers.

G. Quadringentos demonstrativa tenebit. & même quarante mille, mais alors elle étoit chargée d’un tiret G.

G dans le comput ecclésiastique, est la septieme & la derniere lettre dominicale.

Dans les poids elle signifie un gros ; dans la Musique elle marque une des clés G-ré-sol ; & sur nos monnoies elle indique la ville de Poitiers. (E. R. M.)

{p. 7:450}

GALLICISME §

GALLICISME, s. m. (Gramm.) c’est un idiotisme françois, c’est-à-dire une façon de parler éloignée des lois générales du langage, & exclusivement propre à la langue françoise. Voyez Idiotisme.

« Lorsque dans un livre écrit en latin, dit le dictionnaire de Trévoux sur ce mot, on trouve beaucoup de phrases & d’expressions qui ne sont point du-tout latines, & qui semblent tirées du langage françois, on juge que cet ouvrage a été fait par un françois ; on dit que cet ouvrage est plein de gallicismes ».

Cette maniere de parler semble indiquer que le mot gallicisme est le nom propre d’un vice de langage, qui dans un autre idiome vient de l’imitation gauche ou déplacée de quelque tour propre à la langue françoise ; qu’un gallicisme en un mot est une espece de barbarisme. On ne sauroit croire combien cette opinion est commune, & combien on la soupçonne peu d’être fausse : elle a même surpris la sagacité de cet illustre écrivain, que la mort vient d’enlever à l’Encyclopédie ; ce grammairien créateur à qui nous avons eu la témérité de succéder, sans jamais oser nous flater de pouvoir le remplacer ; ce philosophe exact & profond qui a porté la lumiere sur tous les objets qu’il a traités, & dont les vûes répandues abondamment dans les parties qu’il a achevées, feront le principal mérite de celles que nous avons à remplir ; en un mot M. du Marsais lui-même paroît n’avoir pas été assez en garde contre l’impression de ce préjugé. Voici comme il s’explique à l’article Anglicisme.

« Si l’on disoit en françois foüetter dans de bonnes moeurs (whip into good manners), au lieu de dire fouetter afin de rendre meilleur, ce seroit un anglicisme  ».

Ne semble-t-il pas que M. du Marsais veuille dire que le tour anglois n’est anglicisme que quand il est transporté dans une autre langue ? C’est une erreur manifeste, & que ceux mêmes qui paroissent l’insinuer ou la répandre ont sentie : la définition que les auteurs du dictionnaire de Trévoux ont donnée du mot gallicisme, & celle que M. du Marsais a donnée du mot anglicisme, en fournissent la preuve.

L’essence du gallicisme consiste en effet à être un écart de langage exclusivement propre à la langue françoise. Le gallicisme en françois est à sa place, & il y est ordinairement pour éviter un vice ; dans une autre langue, c’est ou une locution empruntée qui prouve l’affinité de cette langue avec la nôtre, ou une expression figurée que l’imitation suggere à la passion ou au besoin, ou une expression vicieuse qui naît de l’ignorance : mais par-tout & dans tous les cas, le gallicisme est gallicisme dans le sens que nous lui avons assigné.

Chacun a son opinion, c’est un gallicisme où l’usage autorise la transgression de la syntaxe de concordance, pour ne pas choquer l’oreille par un hiatus desagréable. Le principe d’identité exigeoit que l’on dit sa opinion ; l’oreille a voulu qu’on fît entendre sonn-opinion, & l’oreille l’a emporté suavitatis causâ.

Eiles sont toute déconcertées ; c’est un gallicisme, où l’usage qui met le mot toute en concordance de genre avec le sujet elles, n’a aucun égard à la concordance de nombre, pour éviter un contre-sens qui en seroit la suite : toute est ici une sorte d’adverbe qui modifie la signification de l’adjectif déconcertées, comme si l’on disoit, elles sont totalement déconcertées ; au contraire toutes au pluriel seroit un adjectif collectif, qui détermineroit le sujet elles, comme si l’on disoit, il n’y en a pas une seule qui ne soit déconcertée : c’est donc à la netteté de l’expression que la loi de concordance est ici sacrifiée.

Vous avez beau dire, c’est un gallicisme, où l’usage permet à l’ellipse d’altérer l’intégrité physique de la phrase (voyez Ellipse), pour y mettre le mérite de la brieveté. Un françois qui sait sa langue entend cette phrase aussi clairement & avec plus de plaisir, que si on employoit l’expression pleine, mais diffuse, lâche & pesante, vous avez un beau sujet de dire ; c’est ici une raison de briéveté.

Il est incroyable le nombre de vaisseaux qui partirent pour cette expédition ; c’est un gallicisme, où l’usage consent que l’on soustraye les parties de la phrase à l’ordre qu’il a lui-même fixé, pour donner à l’ensemble un sens accessoire que la construction ordinaire ne pourroit y mettre. On auroit pu dire, le nombre de vaisseaux qui partirent pour cette expédition est incroyable ; mais il faut convenir qu’au moyen de cet arrangement, aucune partie de la phrase n’est plus saillante que les autres : au lieu que dans la premiere, le mot incroyable qui se présente à la tête, contre l’usage ordinaire, paroît ne s’y trouver que pour fixer davantage l’attention de l’esprit sur le nombre des vaisseaux, & pour en exagérer en quelque sorte la multitude ; raison d’énergie.

Nous venons d’arriver, nous allons partir ; ce sont des gallicismes, où l’usage est forcé de dépouiller de leur sens naturel les mots nous venons, nous allons, & de les revêtir d’un sens étranger, pour suppléer a des inflexions qu’il n’a pas autorisées dans les verbes arriver & partir, non plus que dans aucun autre : nous venons d’arriver, c’est-à-dire nous sommes arrivés dans le moment ; expression détournée d’un pretérit {p. 7:451} récent, auquel l’usage n’en a point accordée d’analogique : nous allons partir, c’est-à-dire nous partirons dans le moment ; expression équivalente à un futur prochain, que l’usage n’a point établi. Ces sortes de locutions ont pour fondement la raison irrésistible du besoin.

Nous ne prétendons pas donner ici une liste exacte de tous les gallicismes ; nous ne le devons pas, & l’exécution de ce projet ne seroit pas sans de grandes difficultés.

Il est évident en premier lieu qu’un recueil de cette espece doit faire la matiere d’un ouvrage exprès, dont l’exécution supposeroit une patience à l’épreuve des difficultés & des longueurs, une connoissance exacte & réfléchie de notre langue & de ses origines, & une philosophie profonde & lumineuse ; mais dont le succès, en enrichissant notre grammaire d’une branche qu’on n’a pas assez cultivée jusqu’à présent, assûreroit à l’auteur la reconnoissance de toute la nation, & une réputation aussi durable que la langue même. Si cette matiere pouvoit entrer dans un dictionnaire, elle ne pourroit convenir qu’à celui de l’académie, & nullement à l’Encyclopédie. On ne doit y trouver, en fait de Grammaire, que les principes généraux & raisonnés des langues, ou tout au plus les principes, qui, quoique propres à une langue, sont pourtant du district de la Grammaire générale ; parce qu’ils tiennent plus à la nature de la parole, qu’au génie particulier de cette langue ; qu’ils constituent ce génie plûtôt qu’ils n’en sont une suite ; qu’ils prouvent la fécondité de l’art ; qu’ils peuvent passer dans les langues possibles, & qu’ils étendent les vûes du grammairien. Mais tout détail qui concerne le pur matériel de quel que langue que ce soit, doit être exclu de ce Dictionnaire, dont le plan ne nous laisse que la liberté de choisir des exemples dans telle langue que nous jugerons convenable. Nos scrupules à cet égard vont jusqu’à nous persuader qu’on auroit dû omettre l’article anglicisme, qui ne devoit pas plus paroître ici que l’article arabisme qu’on n’y a point mis, & mille autres qui n’y seront point. L’article idiotisme qui les comprend tous, est le seul article encyclopédique sur cet objet ; & nous ne donnons celui-ci que pour céder aux instances qui nous en ont été faites. Les articles A (mot) ad, anti, ce, di ou dis, elle, en & dans, es, futur (adj.) sont encore bien plus déplacés ; on ne devoit les trouver que dans une grammaire françoise ou dans un simple vocabulaire.

Nous ajoûtons en second lieu, que le projet de détailler tous les gallicismes ne seroit pas sans de grandes difficultés. Le nombre en est prodigieux, & plusieurs habiles gens ont remarqué que, si l’on en excepte les ouvrages purement didactiques, plus un auteur a de goût, plus on trouve dans son style de ces irrégularités heureuses & souvent pittoresques, qui ne paroissent violer les lois générales du langage que pour en atteindre plus sûrement le but. D’ailleurs, à-moins de bien connoître les langues anciennes & modernes où la nôtre a puisé, il arriveroit souvent de prendre pour gallicismes, des expressions qui seroient peut-être des hellénismes, latinismes, celticismes, teutonismes, ou idiotismes de quelque autre genre ; & la précision philosophique que l’on doit sur-tout envisager dans cet ouvrage, ne permet pas qu’on s’y expose à de pareilles méprises. (E. R. M.)

{p. 7:574}

GÉNÉRIQUE §

GÉNÉRIQUE, adj. Les noms établis pour présenter à l’esprit des idées générales, pour exprimer des attributs qui conviennent à plusieurs especes ou à plusieurs individus, sont nommés appellatifs par le commun des Grammairiens. Quelques-uns trouvant cette dénomination peu expressive, peu conforme à l’idée qu’elle caractérise, en ont substitué une autre, qu’ils ont cru plus vraie & plus analogue ; c’est celle de génériques ; & il faut convenir que si cette derniere dénomination n’est pas la plus convenable, la premiere, quand on l’a introduite, devoit le paroître encore moins. Autant qu’il est possible, l’étymologie des dénominations doit indiquer la nature des choses nommées : c’est un principe qu’on ne doit point perdre de vûe, quand la découverte d’un objet nouveau exige qu’on lui assigne une dénomination nouvelle ; mais une nomenclature déjà établie doit être respectée & conservée, à-moins qu’elle ne soit absolument contraire au but même de son institution : en la conservant, on doit l’expliquer par de bonnes définitions ; en la réformant, il faut en montrer le vice, & ne pas tomber dans un autre, comme a fait M. l’abbé Girard, lorsqu’à la nomenclature ordinaire des différentes especes de noms, il en a substitué une toute nouvelle.

Les noms se divisent communément en appellatifs & en propres, & il semble que ces deux especes soient suffisantes aux besoins de la Grammaire ; cependant, soit pour lui fournir plus de ressources, soit pour entrer dans les vûes de la Métaphysique, on soûdivise encore les noms appellatifs en noms génériques ou de genre, & en noms spécifiques ou d’espece.

« Les premiers, pour employer les propres termes de M. du Marsais, conviennent à tous les individus ou êtres particuliers de différentes especes ; par exemple, arbre convient à tous les noyers, à tous les orangers, à tous les oliviers, &c. Les derniers ne conviennent qu’aux individus d’une seule espece ; tels sont noyer, olivier, oranger, &c. ».

Voyez Appellatif.

M. l’abbé Girard, tom. I. disc. v. pag. 219. partage les noms en deux classes, l’une des génériques, & l’autre des inviduels ; c’est la même division générale que nous venons de présenter sous d’autres expressions. Ensuite il soûdivise les génériques en appellatifs, abstractifs & actionnels, selon qu’ils servent, dit-il, à dénommer des substances, des modes, ou des actions. Mais on peut remarquer d’abord que le mot appellatif n’est pas appliqué ici plus heureusement que dans le système ordinaire, & que l’auteur ne fait que déroger à l’usage, sans le corriger. D’autre part, la soûdivision de l’académicien n’est ni ne peut être grammaticale, & elle devoit l’être dans son livre. La diversité des objets peut fonder, si l’on veut, une division philosophique ; mais une division grammaticale doit porter sur la diversité des services d’une même sorte de mots ; & cette diversité de service dépend, non de la nature des objets, 1 {p. 7:575} mais de la maniere dont les mots les expriment. Ainsi la division des noms appellatifs en génériques & spécifiques, peut être regardée comme grammaticale, en ce que les noms génériques conviennent aux individus de plusieurs especes, & que les noms spécifiques qui leur sont subordonnés, ne conviennent, comme on l’a déjà dit, qu’aux individus d’une seule espece ; ce qui constitue deux manieres d’exprimer bien différentes : animal convient à tous les individus, hommes & brutes ; homme ne convient qu’aux individus de l’espece humaine.

Si l’on avoit appellé communs les noms auxquels on a donné la dénomination d’appellatifs, on auroit peut-être rendu plus sensible tout-à-la-fois & leur nature intrinseque & leur opposition aux noms propres : mais nous croyons devoir nous en tenir aux dénominations ordinaires, les mêmes que M. du Marsais paroît avoir adoptées ; parce qu’elles sont autorisées par un usage, qui au fond n’a rien de contraire aux vûes légitimes de la Grammaire, & que de plus elles sont en quelque sorte l’expression abrégée de la génération de nos idées, & des effets merveilleux de l’abstraction dans l’entendement humain. Voyez Abstraction.

On peut voir au mot Appellatif une sorte de tableau raccourci de cette génération d’idées qui sert de fondement à la division des mots ; mais elle est amplement développée au mot Article, t. I. p. 722.

Nous y ajoûterons quelques observations qui nous ont paru intéressantes, parce qu’elles regardent la signification des noms appelletifs, & qu’elles peuvent même produire d’heureux effets, si, comme nous le présumons, on les juge applicables au système de l’éducation.

On peut remonter de l’individu au genre suprême, ou descendre du genre suprême à l’individu, en passant par tous les dégrés différenciels intermédiaires : Médor, chien, animal, substance, être, voilà la gradation ascendante ; être, substance, animal, chien, Médor, c’est la gradation descendante. L’idée de Médor renferme nécessairement plus d’attributs que l’idée spécifique de chien ; parce que tous les attributs de l’espece conviennent à l’individu, qui a de plus son suppôt particulier, ses qualités exclusivement propres & incommunicables à tout autre. Par une raison semblable & que l’on peut appliquer à chaque dégré de cette progression, l’idée de chien renferme plus d’attributs que l’idée générique d’animal, parce que tous les attributs du genre conviennent à l’espece, & que l’espece a de plus ses propriétés différencielles & caractéristiques, incommunicables aux autres especes comprises sous le même genre.

La gradation ascendante de l’individu à l’espece, de l’espece au genre prochain, de celui-ci au genre plus éloigné, & successivement jusqu’au genre suprême, est donc une véritable décomposition d’idées que l’on simplifie par le secours de l’abstraction, pour les mettre en quelque sorte plus à la portée de l’esprit ; c’est la méthode d’analyse.

La gradation descendante du genre suprême à l’espece prochaine, de celle-ci à l’espece plus éloignée, & successivement jusqu’aux individus, est au contraire une veritable composition d’idées que l’on réunit par la réflexion, pour les rapprocher davantage de la verité & de la nature ; c’est la méthode de synthèse.

Ces deux méthodes opposées peuvent être d’une grande utilité dans des mains habiles, pour donner aux jeunes gens l’esprit d’ordre, de précision, & d’observation.

Montrez-leur plusieurs individus ; & en leur faisant remarquer ce que chacun d’eux a de propre, ce qui l’individualise, pour ainsi dire, faites-leur observer en même tems ce qu’il a de commun avec les autres, ce qui le fixe dans la même espece ; & nommez-leur cette espece, en les avertissant que quand on désigne les êtres par cette sorte de nom, l’esprit ne porte son attention que sur les attributs communs à toute l’espece, & qu’il tire en quelque sorte hors de l’idée totale de l’individu, les idées singulieres qui lui sont propres, pour ne considérer que celles qui lui sont communes avec les autres. Amenez-les ensuite à la comparaison de plusieurs especes, & des propriétés qui les distinguent les unes des autres, qui les spécifient ; mais n’oubliez pas les propriétés qui leur sont communes, qui les réunissent sous un point de vûe unique, qui les constituent dans un même genre ; & nommez-leur ce genre, en y appliquant les mêmes observations que vous aurez faites sur l’espece ; savoir que l’idée de genre est encore plus simplifiée, qu’on en a séparé les idées différencielles de chaque espece, pour ne plus envisager que les idées communes à toutes les especes comprises sous le même genre. Continuez de même aussi loin que vous pourrez, en faisant remarquer avec soin toutes les abstractions qu’il faut faire successivement, pour s’élever par dégrés aux idées les plus générales. N’en demeurez pas là ; faites retourner vos éleves sur leurs pas ; qu’à l’idée du genre suprême ils ajoûtent les idées différencielles constitutives des especes qui lui sont immédiatement subordonnées ; qu’ils recommencent la même opération de degrés en degrés, pour descendre insensiblement jusqu’aux individus, les seuls êtres qui existent réellement dans la nature.

En les exerçant ainsi à ramener, par l’analyse, la pluralité des individus à l’unité de l’espece & la pluralité des especes à l’unité du genre, & à distinguer, par la synthese, dans l’unite du genre la pluralité des especes & dans l’unité de l’espece la pluralité des individus ; ces idées deviendront insensiblement précises & distinctes, & les élémens des connoissances & du langage se trouveront disposes de la maniere la plus méthodique. Quel préjugé pour la facilité de concevoir & de s’exprimer, pour la netteté du discernement, la justesse du jugement, & la solidité du raisonnement !

Seroit-il impossible, pour l’exécution des vûes que nous proposons ici, de construire un dictionnaire où les mots seroient rangés par ordre de matieres ? Les matieres y seroient divisées par genres, & chaque genre seroit suivi de ses especes : le genre une fois défini, il suffiroit ensuite d’indiquer les idées différencielles qui constituent les especes. Il y a lieu de croire que ce dictionnaire philosophique, en apprenant des mots, apprendroit en même tems des choses, & d’une maniere d’autant plus utile, qu’elle seroit plus analogue aux procédés de l’esprit humain.

Quoi qu’il en soit, il résulte des principes que nous venons de présenter sur la composition & la décomposition des idées, que les noms qui les expriment ont une signification plus ou moins déterminée, selon qu’ils s’éloignent plus ou moins du genre suprême ; parce que les idées abstraites que l’esprit se forme ainsi, deviennent plus simples, & par-là plus générales, plus vagues & applicables à un plus grand nombre d’individus ; les noms plus ou moins génériques qui en sont les expressions, portent donc aussi l’empreinte de ces divers degrés d’indétermination : la plus grande indétermination est celle du nom le plus générique, du genre suprême ; elle diminue par dégrés dans les noms des especes inférieures, à mesure qu’elles s’approchent de l’individu, & disparoît entierement dans les noms propres qui ont tous un sens déterminé.

On tire cependant les noms appellatifs de leur indétermination, pour en faire des applications précises. Les moyens abrégés qu’on employe à cette fin dans le discours, sont quelquefois des équivalens de {p. 7:576} noms propres qui n’existent pas ou qu’on ignore ; cette pierre, mon chapeau, cet homme. D’autres fois on supplée par cet artifice à une énumération ennuyeuse & impossible de noms propres ; les philosophes de l’antiquité, au lieu du long étalage des noms de tous ceux qui dans les premiers siecles ont fait profession de philosophie.

Il y a diverses manieres de restreindre la signification d’un nom générique : ici c’est l’apposition d’un autre nom, le prophete roi : là c’est un autre nom lié au premier par une préposition, ou sous une terminaison choisie à dessein ; la crainte du supplice, metus supplicii : dans une occasion c’est un adjectif mis en concordance avec le nom ; un homme savant, vir doctus : dans une autre c’est une phrase incidente ajoûtée au nom ; la loi qui nous soûmet aux puissances : souvent plusieurs de ces moyens sont combinés & employés tout-à-la-fois. C’est ainsi que l’esprit humain a su trouver des richesses dans le sein même de l’indigence, & assujettir les termes les plus vagues aux expressions les plus précises. (E. R. M.)

{p. 7:585}

GENITIF §

GENITIF, s. m. c’est le second cas dans les langues qui en ont reçu : son usage universel est de présenter le nom comme terme d’un rapport quelconque, qui détermine la signification vague d’un nom appellatif auquel il est subordonné.

Ainsi dans lumen solis, le nom solis exprime deux idées ; l’une principale, désignée sur-tout par les premiers élemens du mot, sol, & l’autre accessoire, indiquée par la terminaison is : cette terminaison présente ici le soleil comme le terme auquel on rapporte le nom appellatif lumen (la lumiere), pour en déterminer la signification trop vague par la relation de la lumiere particuliere dont on prétend parler, au corps individuel d’où elle émane ; c’est ici un détermination fondée sur le rapport de l’effet à la cause.

La détermination produite par le génitif peut être fondée sur une infinité de rapports différens. Tantôt c’est le rapport d’une qualité à son sujet, fortitudo regis ; tantôt du sujet à la qualité, puer egregiae indolis : quelquefois c’est le rapport de la forme à la matiere, vas auri ; d’autre fois de la matiere à la forme, aurum vasis. Ici c’est le rapport de la cause à l’effet, creator mundi ; là de l’effet à la cause, Ciceronis opera. Ailleurs c’est le rapport de la partie au tout, pes montis ; de l’espece à l’individu, oppidum Antiochioe ; du contenant au contenu, modius frumenti ; de la chose possédée au possesseur, bona civium ; de l’action à l’objet, metus supplicii, &c. Partout le nom qui est au génitif exprime le terme du rapport ; le nom auquel il est associé en exprime l’antécédent ; & la terminaison propre du génitif annonce que ce rapport qu’elle indique est une idée déterminative de la signification du nom antécédent. Voyez Rapport.

Cette diversité des rapports auxquels le génitif peut avoir trait, a fait donner à ce cas différentes dénominations, selon que les uns ont fixé plus que les autres l’attention des Grammairiens. Les uns l’ont appellé possessif, parce qu’il indique souvent le rapport de la chose possédée au possesseur, praedium Terentii ; d’autres l’ont nommé patrius ou paternus, à cause du rapport du pere aux enfans, Cicero pater Tuiliae : d’autres uxorius, à cause du rapport de l’épouse au mari, Hectoris Andromache. Toutes ces dénominations péchent en ce qu’elles portent sur un rapport qui ne tient point directement à la signification du génitif, & qui d’ailleurs est accidentel. L’effet général de ce cas est de servir à déterminer la signification vague d’un nom appellatif par un rapport quelconque dont il exprime le terme ; c’étoit dans cette propriété qu’il en falloit prendre la dénomination, & on l’auroit appellé alors déterminatif avec plus de fondement qu’on n’en a eu à lui donner tout autre nom. Celui de génitif a été le plus unanimement adopté, apparement parce qu’il exprime l’un des usages les plus fréquens de ce cas ; il naît du nominatif, & il est le générateur de tous les cas obliques & de plusieurs especes de mots : c’est la remarque de Priscien même, lib. V. de casu : Genitivus, dit-il, naturale vinculum generis possidet, nascitur quidem à nominativo, generat autem omnes obliquos sequentes ; & il avoit dit un peu plus haut, Generalis videtur esse hic casus genitivus, ex quo ferè omnes derivationes, & maximè apud Groecos, solent fieri. En effet les services qu’il rend dans le système de la formation s’étendent à toutes les branches de ce système. Voyez Formation.

I. Dans la dérivation grammaticale, le génitif est la racine prochaine des cas obliques ; tous suivent l’analogie de sa terminaison, tous en conservent la figurative. Ainsi homo a d’abord pour génitif hom-inis, où l’on voit o du nominatif changé en in-is ; is est la terminaison propre de ce cas, in en est la figurative : or la figurative in demeure dans tous les {p. 7:586} cas obliques, la seule terminaison is y est changée ; hom-in-is, hom-in-i ; hom-in-em, hom-in-e, hom-in-es, hom-in-um, hom-in-ibus. De même de temp-or-is, génitif de tempus, sont venus temp-or-i, temp-or-e, tempor-a, temp-or-um, temp-or-ibus. C’est par une suite de cet usage du génitif, que ce cas a été choisi comme le signe de la déclinaison, voyez Déclinaison. C’est le signal de ralliement qui rappelle à une même formule analogique tous les noms qui ont à ce cas la même terminaison. Il est vrai que la distinction des déclinaisons doit résulter des différences de la totalité des cas ; mais ces différences suivent exactement celles du génitif, & par conséquent ce cas seul peut suffire pour caractériser les déclinaisons.

Les noms de la premiere ont le génitif singulier en oe, comme mensa (table) gén. mensae : ceux de la seconde ont le génitif en i, comme liber (livre), génit. libri. Ceux de la troisieme l’ont en is, comme pater (pere), gén. patris. Ceux de la quatrieme l’ont en ûs, comme fructus (fruit), génit. fructûs ; & ceux de la cinquieme l’ont en ei, comme dies (jour), génit. diei. On en trouve quelques-uns dont le génitif s’éloigne de cette analogie ; ce sont des noms grecs auxquels l’usage de la langue latine a conservé leur génitif originel : Andromache (Andromaque), génit. Andromaches, premiere déclinaison : Orpheus (Orphée), génit. Orphei & Orpheos, seconde déclinaison : syntaxis (syntaxe), génit. syntaxis & syntaxeos, troisieme déclinaison.

Ces exceptions sont, pour ainsi dire, les restes des incertitudes de la langue naissante. Les cas, & spécialement le génitif, n’y furent pas fixés d’abord à des terminaisons constantes, & les premieres qu’on adopta étoient greques, parce que le latin est comme un rejetton du grec ; elles s’altérerent insensiblement pour se défaire de cet air d’emprunt, & pour se revêtir des apparences de la propriété.

Ainsi as fut d’abord la terminaison du génitif de la premiere déclinaison, & l’on disoit musa, musas, comme les Doriens μοῦσα, μούσας : outre le pater familias connu de tout le monde, on trouve encore bien d’autres traces de ce génitif dans les auteurs ; dans Ennius, dux ipse vias, pour viae ; & dans Virgile (AEnaeid. xj.) nihil ipsa, nec auras, nec sonitus memor, selon Jules Scaliger qui attribue à l’impéritie le changement d’auras en auroe. Le génitif de la premiere déclinaison fut aussi en ai, terraï, aulaï ; on lit dans Virgile, aulaï in medio, pour aulae : comme on rencontre plus d’exemples de ce génitif dans les poëtes, on peut présumer qu’ils l’ont introduit pour faciliter la mesure du vers, & qu’ils se régloient alors sur la déclinaison éolienne, où au lieu du μούσας dorien, on disoit μούσαις.

Les noms des autres déclinaisons ont eu également leurs variations au génitif. On trouve plusieurs fois dans Salluste senati. Aulu-Gelle (lib. VI. c. xvj.) nous apprend qu’on a dit senatuis, fluctuis ; & le génitif senatûs, fluctûs paroît n’en être qu’une contraction. Le génitif de dies se présente dans les auteurs sous quatre terminaisons différentes : 1°. en es, comme equites daturos illius dies poenas (Cic. pro Sext.) : 2°. en e, comme César l’avoit indiqué dans ses analogies, & comme Servius & Priscien veulent qu’on le lise dans ce vers de Virgile (j. Géorg. 208.)

Libra die somnique pares ubi fecerit horas.

3°. en ii, comme dans cet autre passage du même poëte, munera laetitiam que dii ; quod imperitiores dei legunt, dit Aulu-Gelle, lib. jx. cap. xjv. 4°. enfin en ei, & c’est la terminaison qui a prévalu.

II. Dans la dérivation philosophique le génitif est la racine génératrice d’une infinité de mots, soit dans la langue latine même, soit dans celles qui y ont puisé ; on en reconnoît sensiblement la figurative dans ses dérivés.

Ainsi du génitif des adjectifs l’on forme, à peu d’exceptions près, leurs degrés comparatif & superlatif, en ajoûtant à la figurative de ce cas les terminaisons qui caractérisent ces degrés : docti, docti-or, docti-ssimus ; prudenti-s, prudenti-or, prudenti-ssimus. Il en est de même des adverbes dérivés des adjectifs ; ils prennent cette figurative au positif, & la conservent dans les autres degrés : prudent-is, prudent-er, prudent-iùs, prudent-issimé.

Le génitif des noms sert à la dérivation de plusieurs especes de mots : de patris sont sortis les noms de patria, patriciatus, patratio, patronus, patrona, patruus ; les adjectifs patrius, patricius, patrimus ; l’adverbe patriè ; les verbes patrare, patrissare. On trouve même plusieurs noms dont le génitif, quant au matériel, ne differe en rien de la seconde personne du singulier du présent absolu de l’indicatif des verbes qui en sont dérivés : lex, legis ; lego, legis : dux, ducis ; duco, ducis. Quelques génitifs inusités hors de la composition, se retrouvent de même dans des verbes composés de la même racine élémentaire : tibicen, tibi-cinis ; con-cino, con cinis ; parti-ceps, participis ; ac-cipio, ac-cipis.

Nous avons dans notre langue des mots qui viennent immédiatement d’un génitif latin ; tels sont capitaine, capitation, qui sont dérivés de capitis ; tels encore les monosyllabes art, mort, part, sort, &c. qui viennent des génitifs art-is, mort-is, part-is, sort-is, dont on a seulement supprimé la terminaison latine. De-là les dérivés simples : de capitaine, capitainerie ; d’art, artiste, artistement ; de mort, mortel, mortellement, mortalité, mortuaire ; de part, partie, partiel ; de sort, sorte, sortable, &c.

III. Dans la composition, c’est encore le génitif qui est la racine élémentaire d’une infinité de mots, soit primitifs, soit dérivés. On le voit sans aucune altération dans les composés legis-lator, legis-latio ; juris-peritus, juris-prudentia ; agri-cola, agri-cultura. On en reconnoît la figurative dans patri-monium, patro-cinium, fronti-spicium, juri-stitium ; & on la retrouve encore dans homi-cidium malgré l’altération ; hom-o, c’est le nominatif ; hom-in-is, c’est le génitif dont la figurative est in ; & la consonne n de cette figurative est retranchée pour éviter le choc trop rude des deux consonnes n c, mais i est resté.

Nous appercevons sensiblement la même influence dans les mots composés de notre langue, qui ne sont pour la plûpart que des mots latins terminés à la françoise ; patri-moine, légis-lateur, légis-lation, juris-consulte, juris-prudence, agri-culture, frontis-pice, homi-cide : & l’analogie nous a naturellement conduits à conserver les droits de ce génitif dans les mots que nous avons composés par imitation ; part-ager, as-sort-ir, res-sort-ir, &c.

On voit par ce détail des services du génitif dans la génération des mots, que le nom qu’on lui a donné le plus unanimement a un juste fondement ; quoiqu’il n’exprime pas l’espece de service pour lequel il paroît que ce cas a été principalement institué, je veux dire la détermination du sens vague du nom appellatif auquel il est subordonné.

C’est pour cela qu’en latin il n’est jamais construit qu’avec un nom appellatif, quoiqu’on rencontre souvent des locutions où il paroît lié à d’autres mots : mais on retrouve aisément par l’ellipse le nom appellatif auquel se rapporte le génitif.

I. Il est quelquefois à la suite d’un nom propre ; Terentia Ciceronis, supp. uxor ; Sophia Septimi, supp. filia.

Il. D’autres fois il suit quelqu’un de ces adjectifs présentés sous la terminaison neutre, & réputés pronoms par la foule des Grammairiens ; ad id locorum, c’est-à-dire ad id punctum locorum ; quid rei est ? c’est-à-dire quod momentum rei est ? {p. 7:587}

III. Souvent il paroît modifier tout autre adjectif dont le corrélatif est exprimé ou supposé : plenus vini, lassus viarum, supp. de copiâ vini, de labore viarum. C’est la même chose après le comparatif & le superlatif ; fortior manuum, primus ou doctissimus omnium, supp. è numero manuum, è numero omnium.

IV. Plus souvent encore le génitif est à la suite d’un verbe, & les méthodistes énoncent expressément qu’il en est le régime ; c’est une erreur, il ne peut l’être en latin que d’un nom appellatif, & l’ellipse le ramene à cette construction. Il est aisé de le vérifier sur des exemples qui réuniront à-peu-près tous les cas. Est regis, c’est-à-dire est officium regis. Refert Coesaris, c’est-à-dire refert ad rem Coesaris, comme Plaute a dit (in Pers.). Quid id ad me aut ad meam rem refert ? Interest reipublicoe ; est inter negotia, est inter commoda reipublicoe. Manet Romoe, c’est à-dire manet in urbe Romoe.

On trouve communément le génitif après les verbes poenitere, pudere, pigere, taedere, miserere ; & les rudimentaires disent que ces verbes sont impersonnels, que leur nominatif se met à l’accusatif, & leur régime au génitif. Il est aisé d’appercevoir les absurdités que renferme cette décision : nous ferons voir au mot Impersonnel, que ces verbes sont réellement personnels, & que leur sujet doit être au nominatif quand on l’exprime. Nous allons montrer ici que leur prétendu régime au génitif est le régime déterminatif du nom qui leur sert de sujet ; & que ce qu’on envisage ordinairement comme leur sujet sous la dénomination ridicule de nominatif, est véritablement leur régime objectif.

On lit dans Plaute (Stich. in arg.) & me quidem hoec conditio nunc non poenitet : il est évident que hoec conditio est le sujet de poenitet, & que me en est le régime objectif ; & l’on pourroit rendre littéralement ces mots me hoec conditio non poenitet, par ceux-ci : cette condition ne me peine point, ne me fait aucune peine ; c’est le sens littéral de ce verbe dans toutes les circonstances. Cet exemple nous indique le moyen de ramener tous les autres à l’analogie commune, en suppléant le sujet sousentendu de chaque verbe : poenitet me facti veut dire conscientia facti poenitet me, le sentiment intérieur de mon action me peine.

Pareillement dans cette phrase de Cicéron (pro domo), ut me non solum pigeat stultitiaoe meae, sed etiam pudeat ; c’est tout simplement, ut conscientia stultitiae meae non solum pigeat, sed etiam pudeat me.

Dans celle-ci, sunt homines quos infamiae suoe neque pudeat neque taedeat (2. verr.) ; suppléez turpitudo, & vous aurez la construction pleine : sunt homines quos turpitudo infamiae suoe neque pudeat neque taedeat.

De même dans cette autre qui est encore de Cicéron, miseret me infelicis familiae ; suppléez sors, & vous aurez cette phrase complete, sors infelicis familiae miseret me.

On voit donc que les mots facti, stultitiae, infamiae, familiae, ne sont au génitif dans ces phrases, que parce qu’ils sont les déterminatifs des noms conscientia, turpitudo, sors, qui sont les sujets des verbes.

Le génitif se construit encore avec d’autres verbes ; quanti emisti ? c’est-à-dire, pro re quanti pretii emisti ? Cicéron (Attic. viij.) parlant de Pompée, dit facio pluris omnium hominum neminem ; c’est comme s’il avoit dit, facio neminem ex numero omnium hominum virum pluris momenti : c’est la même chose du passage de Térence (in Phorm.) meritò te semper maximi feci, c’est-à-dire virum maximi momenti. Mais si le régime objectif est le nom d’une chose inanimée, le nom appellatif qu’il faut suppléer, c’est res ; illos scelestos qui tuum fecerunt fanum parvi (Plaut. in Rudent.), c’est-à-dire, qui tuum fecerunt fanum rem parvi pretii. Accusare furti, c’est accusare de crimine furti ; condemnare capitis, c’est condemnare ad poenam capitis. Oblivisci, cordari, meminisse alicujus rei ; suppléez memoriam alicujus rei ; c’est ce même nom qu’il faut sous-entendre dans cette phrase de Cicéron & dans les pareilles, tibi tuarum virtutum veniat in mentem (de orat. ij. 61.) suppléez memoria.

V. Quand on trouve un génitif avec un adverbe, il n’y a qu’à se rappeller que l’adverbe a la valeur d’une préposition avec son complément, voyez Adverbe ; & que ce complément est un nom appellatif : en décomposant l’adverbe, on retrouvera l’analogie. Ubi terrarum, décomposez ; in quo loco terrarum : nusquam gentium, c’est-à-dire in nullo loco gentium.

Il faut remarquer ici qu’on ne doit pas chercher par cette voie l’analogie du génitif, après certains mots que l’on prend mal-à-propos pour des adverbes de quantité, tels que parum, multum, plus, minus, plurimum, minimum, satis, &c. ce sont de vrais adjectifs employés sans un nom exprimé, & souvent comme complément d’une préposition également sousentendue : dans ce second cas, ils font l’office de l’adverbe : mais par-tout, le génitif qui les accompagne est le déterminatif du nom leur corrélatif ; satis nivis, c’est copia satis nivis, ou copia conveniens nivis. De l’adjectif satis vient satior.

VI. Enfin on rencontre quelquefois le génitif à la suite d’une préposition ; il se rapporte alors au complement de la préposition même qui est fous-entendue. Ad Castoris, suppléez aedem ; ex Apollodori (Cic.) suppléez chronicis ; labiorum tenus, suppléez extremitate.

Nous nous sommes un peu étendus sur ces phrases elliptiques ; premierement, parce que le génitif qui est ici notre objet principal, y paroissant employé d’une autre maniere que sa destination originelle ne semble le comporter, il étoit de notre devoir de montrer que ce ne sont que des écarts apparens, & que les assertions contraires des méthodistes sont fausses & fort éloignées du vrai génie de la langue latine : en second lieu, parce que nous regardons la connoissance des moyens de suppléer l’ellipse, comme une des principales clés de cette langue.

On doit être suffisamment convaincu par tout ce qui précede, que le génitif fait l’office de déterminatif à l’égard du nom auquel il est subordonné : mais il faut bien se garder de conclure que ce soit le seul moyen qu’on puisse employer pour cette détermination. Il faut bien qu’il y en ait d’autres dans les langues dont les noms ne reçoivent pas les inflexions appellées cas.

En françois on remplace assez communément la fonction du génitif latin par le service de la préposition de, qui par le vague de sa signification semble exprimer un rapport quelconque ; ce rapport est spécifié dans les différentes occurrences (qu’on nous permette les termes propres) par la nature de son antécédent & de son conséquent. Le créateur de l’univers, rapport de la cause à l’effet : les écrits de Cicéron, rapport de l’effet à la cause : un vase d’or, rapport de la forme à la matiere : l’or de ce vase, rapport de la matiere à la forme, &c. En hébreu, on employe des préfixes, sortes de prépositions inséparables, dont quelqu’une est spécialement déterminative d’un terme antécédent. Chaque langue a son génie & ses ressources.

La langue latine elle-même n’est pas tellement restrainte à son génitif déterminatif, qu’elle ne puisse remplir les mêmes vûes par d’autres moyens : Evandrius ensis, c’est la même chose qu’ensis Evandri ; liber meus, c’est liber mei, liber pertinens ad me ; domus regia, c’est domus regis. On voit que le rapport de la chose possédée au possesseur, s’exprime par un adjectif véritablement dérivé du nom du possesseur, mais qui s’accorde avec le nom de la chose possédée ; parce que le rapport d’appartenance est réellement en elle & s’identifie avec elle. {p. 7:588}

Le rapport de l’espece à l’individu, n’est pas toûjours annoncé par le génitif : souvent le nom propre déterminant est au même cas que le nom appellatif déterminé ; urbs Roma, flumen Sequana, mons Parnassus, &c. Mais cette concordance ne doit pas s’entendre comme le commun des Grammairiens l’expliquent : urbs Roma ne signifie point, comme on l’a dit, Roma quoe est urbs ; c’est au contraire urbs quoe est Roma ; urbs est déterminé par les qualités individuelles renfermées dans la signification du mot Roma. Il y a précisément entre urbs Romoe & urbs Roma, la même différence qu’entre vas auri & vas aureum ; aureum est un adjectif, Roma en fait la fonction ; l’un & l’autre est déterminatif d’un nom appellatif, & c’est la fonction commune des adjectifs relativement aux noms. N’est-il pas en effet plus que vraissemblable que les noms propres Asia, Africa, Hispania, Gallia, &c. sont des adjectifs dont le substantif commun est terra ; que annularis, auricularis, index, &c. noms propres des doigts, se rapportent au substantif commun digitus ? Quand on veut donc interpréter l’apposition, & rendre raison de la concordance des cas, c’est le nom propre qu’il faut y considérer comme adjectif, parce qu’il est déterminant d’un nom appellatif. Voyez Apposition.

La langue latine a encore une maniere qui lui est propre, de déterminer un nom appellatif d’action par le rapport de cette action à l’objet ; ce n’est pas en mettant le nom de l’objet au génitif, c’est en le mettant à l’accusatif. Alors le nom déterminé est tiré du supin du verbe qui exprime la même action ; & c’est pour cela qu’on le construit comme son primitif avec l’accusatif. Ainsi, au lieu de dire, quid tibi hujus cura est rei ? Plaute dit, quid tibi hanc curatio est rem ?

Nous avons vû jusqu’ici la nature, la destination générale, & les usages particuliers du génitif ; n’en dissimulons pas les inconvéniens. Il détermine quelquetois en vertu du rapport d’une action au sujet qui la produit, quelquefois aussi en vertu du rapport de cette action à l’objet ; c’est une source d’obscurités dans les auteurs latins.

Est-il aisé, par exemple, de dire ce qu’on entend par amor Dei ? La question paroîtra singuliere au premier coup-d’oeil ; tout le monde répondra que c’est l’amour de Dieu : mais c’est en françois la même équivoque ; car il restera toûjours à savoir si c’est amor Dei amantis ou amor Dei amati. Il faut avouer que ni l’expression françoise ni l’expression latine n’en disent rien. Mais mettez ces mots en relation avec d’autres, & vous jugerez ensuite. Amor Dei est infinitus, c’est amor Dei amantis ; amor Dei est ad salutem necessarius, c’est amor Dei amati.

Cette remarque amene naturellement celle-ci. Il ne suffit pas de connoître les mots & leur construction méchanique, pour entendre les livres écrits en une langue ; il faut encore donner une attention particuliere à toutes les correspondances des parties du discours, & en observer avec soin tous les effets. (E. R. M.)

GENRE §

{p. 7:589}

Genre (Grammaire) §

GENRE, s. m. terme de Grammaire. Genre ou classe, dans l’usage ordinaire, sont à-peu-près synonymes, & signifient une collection d’objets réunis sous un point de vûe qui leur est commun & propre : il est assez naturel de croire que c’est dans le même sens que le mot genre a été introduit d’abord dans la Grammaire, & qu’on n’a voulu marquer par ce mot qu’- une classe de noms réunis sous un point de vûe commun qui leur est exclusivement propre. La distinction des sexes semble avoir occasionné celle des genres pris dans ce sens, puisqu’on a distingué le genre masculin & le genre féminin, & que ce sont les deux seuls membres de cette distribution dans presque toutes les langues qui en ont fait usage. A s’en tenir donc {p. 7:590} rigoureusement à cette considération, les noms seuls des animaux devroient avoir un genre ; les noms des mâles seroient du genre masculin ; ceux des femelles, du genre féminin : les autres noms ou ne seroient d’aucun genre relatif au sexe, ou ce genre n’auroit au sexe qu’un rapport d’exclusion, & alors le nom de genre neutre lui conviendroit assez : c’est en effet sous ce nom que l’on désigne le troisieme genre, dans les langues qui en ont admis trois.

Mais il ne faut pas s’imaginer que la distinction des sexes ait été le motif de cette distribution des noms ; elle n’en a été tout-au-plus que le modele & la regle jusqu’à un certain point ; la preuve en est sensible. Il y a dans toutes les langues une infinité de noms ou masculins ou féminins, dont les objets n’ont & ne peuvent avoir aucun sexe, tels que les noms des êtres inanimés & les noms abstraits qu’il est si facile & si ordinaire de multiplier : mais la religion, les moeurs, & le génie des différens peuples fondateurs des langues, peuvent leur avoir fait appercevoir dans ces objets des relations réelles ou feintes, prochaines ou éloignées, à l’un ou à l’autre des deux sexes ; & cela aura suffi pour en rapporter les noms à l’un des deux genres.

Ainsi les Latins, par exemple, dont la religion fut décidée avant la langue, & qui admettoient des dieux & des déesses, avec la conformation, les foiblesses & les fureurs des sexes, n’ont peut-être placé dans le genre masculin les noms communs & les noms propres des vents, ventus, Auster, Zephyrus, &c. ceux des fleuves, fluvius, Garumna, Tiberis, &c. les noms aer, ignis, sol, & une infinité d’autres, que parce que leur mythologie faisoit présider des dieux à la manutention de ces êtres. Ce seroit apparemment par une raison contraire qu’ils auroient rapporté au genre féminin les noms abstraits des passions, des vertus, des vices, des maladies, des sciences, &c. parce qu’ils avoient érigé presque tous ces objets en autant de déesses, ou qu’ils les croyoient sous le gouvernement immédiat de quelque divinité femelle.

Les Romains qui furent laboureurs dès qu’ils furent en société politique, regarderent la terre & ses parties comme autant de meres qui nourrissoient les hommes. Ce fut sans doute une raison d’analogie pour déclarer féminins les noms des régions, des provinces, des iles, des villes, &c.

Des vûes particulieres fixerent les genres d’une infinité d’autres noms. Les noms des arbres sauvages, oleaster, pinaster, &c. furent regardés comme masculins, parce que semblables aux mâles, ils demeurent en quelque sorte stériles, si on ne les allie avec quelque autre espece d’arbres fruitiers. Ceux-ci au contraire portent en eux-mêmes leurs fruits comme des meres ; leurs noms dûrent être féminins. Les minéraux & les monstres sont produits & ne produisent rien ; les uns n’ont point de sexe, les autres en ont en vain : de-là le genre neutre pour les noms metallum, aurum, oes, &c. & pour le nom monstrum, qui est en quelque sorte la dénomination commune des crimes stuprum, furtum, mendacium, &c. parce qu’on ne doit effectivement les envisager qu’avec l’horreur qui est dûe aux monstres, & que ce sont de vrais monstres dans l’ordre moral.

D’autres peuples qui auront envisagé les choses sous d’autres aspects, auront réglé les genres d’une maniere toute différente ; ce qui sera masculin dans une langue sera féminin dans une autre : mais décidés par des considérations purement arbitraires, ils ne pourront tous établir pour leurs genres que des regles sujettes à quantité d’exceptions. Quelques noms seront d’un genre par la raison du sexe, d’autres à cause de leur terminaison, un grand nombre par pur caprice ; & ce dernier principe de détermination se manifeste assez par la diversité des genres attribués à un même nom dans les divers âges de la même langue, & souvent dans le même âge. Alvus en latin avoit été masculin dans l’origine, & devint ensuite féminin ; en françois navire, qui étoit autrefois féminin, est aujourd’hui masculin ; duché est encore masculin ou féminin.

Ce seroit donc une peine inutile, dans quelque langue que ce fût, que de vouloir chercher ou établir des regles propres à faire connoître les genres des noms : il n’y a que l’usage qui puisse en donner la connoissance ; & quand quelques-uns de nos grammairiens ont suggéré comme un moyen de reconnoître les genres, l’application de l’article le ou la au nom dont est question, ils n’ont pas pris garde qu’il falloit déjà connoître le genre de ces noms pour y appliquer avec justesse l’un ou l’autre de ces deux articles.

Mais ce qu’il y a d’utile à remarquer sur les genres, c’est leur véritable destination dans l’art de la parole, leur vraie fonction grammaticale, leur service réel : car voilà ce qui doit en constituer la nature & en fixer la définition. Or un simple coup-d’oeil sur les parties du discours assujetties à l’influence des genres, va nous en apprendre l’usage, & en même tems le vrai motif de leur institution.

Les noms présentent à l’esprit les idées des objets considérés comme étant ou pouvant être les sujets de diverses modifications, mais sans aucune attention déterminée à ces modifications. Les modifications elles-mêmes peuvent être les sujets d’autres modifications ; & envisagées sous ce point de vûe, elles ont aussi leurs noms comme les substances.

Les adjectifs présentent à l’esprit la combinaison des modifications avec leurs sujets : mais en déterminant précisément la modification renfermée dans leur valeur, ils n’indiquent le sujet que d’une maniere vague, qui leur laisse la liberté de s’adapter aux noms de tous les objets susceptibles de la même modification : un grand chapeau, une grande difficulté, &c.

Pour rendre sensible par une application décidée, le rapport vague des adjectifs aux noms, on leur a donné dans presque toutes les langues les mêmes formes accidentelles qu’aux noms mêmes, afin de déterminer par la concordance des terminaisons, la corrélation des uns & des autres. Ainsi les adjectifs ont des nombres & des cas comme les noms, & sont comm’eux assujettis à des déclinaisons, dans les langues qui admettent cette maniere d’exprimer les rapports des mots. C’est pour rendre la corrélation des noms & des adjectifs plus palpable encore, qu’on a introduit dans ces langues la concordance des genres, dont les adjectifs prennent les différentes livrées selon l’exigence des conjonctures & l’état des noms au service desquels ils sont assujettis.

Les verbes servent aussi, à leur façon, pour présenter à l’esprit la combinaison des modifications avec leurs sujets ; ils en expriment avec précision telle ou telle modification ; ils n’indiquent pareillement le sujet que d’une maniere vague qui leur laisse aussi la liberté de s’adapter aux noms de tous les objets susceptibles de la même modification : Dieu veut, les rois veulent, nous voulons, vous voulez, &c.

En introduisant donc dans les langues l’usage des genres, on a pû revêtir les verbes de terminaisons relatives à cette distinction, afin d’ôter à leur signification l’équivoque d’une application douteuse au sujet auquel elle a rapport : c’est une conséquence que les Orientaux ont sentie & appliquée dans leurs langues, & dont les Grecs, les Latins, & nous-mêmes n’avons fait usage qu’à l’égard des participes, apparemment parce qu’ils rentrent dans l’ordre des adjectifs.

C’est donc d’après ces usages constatés, & d’après les observations précédentes, que nous croyons que, {p. 7:591} par rapport aux noms, les genres ne sont que les différentes classes dans lesquelles on les a rangés assez arbitrairement, pour servir à déterminer le choix des terminaisons des mots qui ont avec eux un rapport d’identité ; & dans les mots qui ont avec eux ce rapport d’identité, les genres sont les diverses terminaisons qu’ils prennent dans le discours relativement à la classe des noms leurs corrélatifs. Ainsi parce qu’il a plu à l’usage de la langue latine, que le nom vir fût du genre masculin, que le nom mulier fût du genre féminin, & que le nom carmen fût du genre neutre ; il faut que l’adjectif prenne avec le premier la terminaison masculine, vir pius ; avec le second, la terminaison féminine, mulier pia ; & avec le troisieme, la terminaison neutre, carmen pium : pius, pia, pium, c’est le même mot sous trois terminaisons différentes, parce que c’est la même idée rapportée à des objets dont les noms sont de trois genres différens.

Il nous semble que cette distinction des noms & des adjectifs est absolument nécessaire pour bien établir la nature & l’usage des genres : mais cette nécessité ne prouve-t-elle pas que les noms & les adjectifs sont deux especes de mots, deux parties d’oraison réellement différentes ? M. l’abbé Fromant, dans son supplément aux ch. ij. iij. & jv. de la II. partie de la Grammaire générale, décide nettement contre M. l’abbé Girard, que faire du substantif & de l’adjectif deux parties d’oraison différentes, ce n’est pas là poser de vrais principes. Ce n’est pas ici le lieu de justifier ce systeme ; mais nous ferons observer à M. Fromant, que M. du Marsais lui-même, dont il paroît admettre la doctrine sur les genres, a été contraint, comme nous, de distinguer entre substantif & adjectif, pour poser de vrais principes, au-moins à cet égard. On ne manquera pas de répliquer que les substantifs & les adjectifs étant deux especes différentes de noms, il n’est pas surprenant qu’on distingue les uns des autres ; mais que cette distinction ne prouve point que ce soient deux parties d’oraison différentes.

« Car, dit M. Fromant, comme tout adjectif uniquement employé pour qualifier, est nécessairement uni à son substantif, pour ne faire avec lui qu’un seul & même sujet du verbe, ou qu’un seul & même régime, soit du verbe soit de la préposition : comme on ne conçoit pas qu’une substance puisse exister dans la nature sans être revêtue d’un mode ou d’une propriété : comme la propriété est ce qui est conçû dans la substance, ce qui ne peut subsister sans elle, ce qui la détermine à être d’une certaine façon, ce qui la fait nommer telle ; un grammairien vraiment logicien voit que l’adjectif n’est qu’une même chose avec le substantif ; que par conséquent ils ne doivent faire qu’une même partie d’oraison ; que le nom est un mot générique qui a sous lui deux sortes de noms, savoir le substantif & l’adjectif  ».

Un logicien attentif doit voir & avoüer toutes les conséquences de ses principes ; mettons donc à l’épreuve la fécondité de celui qu’on avance ici. Tout verbe est nécessairement uni à son sujet, pour ne faire avec lui qu’un seul & même tout ; il exprime une propriété que l’on conçoit dans le sujet, qui ne peut subsister sans le sujet, qui détermine le sujet à être d’une certaine façon, & qui le fait nommer tel : un grammairien vraiment logicien doit donc voir que le verbe n’est qu’une même chose avec le sujet. On l’a vû en effet, puisque l’un est toûjours en concordance avec l’autre, & sur le même principe qui fonde la concordance de l’adjectif avec le substantif, le principe même d’identité approuvé par M. Fromant : le verbe & le substantif ne doivent donc faire aussi qu’une même partie d’oraison. Conséquence absurde qui dévoile ou la fausseté ou l’abus du principe d’où elle est déduite ; mais elle en est déduite par les mêmes voies que celle à laquelle nous l’opposons, pour détruire, ou du-moins pour contre-balancer l’une par l’autre ; ce qui suffit actuellement pour la justification du parti que nous avons pris sur les genres. Nous renverrons à l’article Nom, les éclaircissemens nécessaires à la distinction des noms & des adjectifs. Reprenons notre matiere.

C’est à la grammaire particuliere de chaque langue, à faire connoître les terminaisons que le bon usage donne aux adjectifs, relativement aux genres des noms leurs corrélatifs ; & c’est de l’habitude constante de parler une langue qu’il faut attendre la connoissance sûre des genres auxquels elle rapporte les noms mêmes. Le plan qui nous est prescrit ne nous permet aucun détail sur ces deux objets. Cependant M. du Marsais a donné de bonnes observations sur les genres des adjectifs. Voyez Adjectif. Nous allons seulement faire quelques remarques générales sur les genres des noms & des pronoms.

Parmi les différens noms qui expriment des animaux ou des êtres inanimés, il y en a un très-grand nombre qui sont d’un genre déterminé : entre les noms des animaux, il s’en trouve quelques-uns qui sont du genre commun d’autres qui sont du genre épicene : & parmi les noms des êtres inanimés, quelques-uns sont douteux, & quelques autres hétérogenes. Voilà autant de termes qu’il convient d’expliquer ici pour faciliter l’intelligence des grammaires particulieres où ils sont employés.

I. Les noms d’un genre déterminé sont ceux qui sont fixés déterminément & immuablement, ou au genre masculin, comme pater & oculus, ou au genre féminin, comme soror & mensa, ou au genre neutre, comme mare & templum.

II. A l’égard des noms d’hommes & d’animaux, la justesse & l’analogie exigeroient que le rapport réel au sexe fût toûjours caractérisé ou par des mots différens, comme en latin aries & ovis, & en françois bélier & brebis ; ou par les différentes terminaisons d’un même mot, comme en latin lupus & lupa, & en françois loup & louve. Cependant on trouve dans toutes les langues des noms, qui, sous la même terminaison, expriment tantôt le mâle & tantôt la femelle, & sont en conséquence tantôt du genre masculin, & tantôt du genre féminin : ce sont ceux-là que l’on dit être du genre commun, parce que ce sont des expressions communes aux deux sexes & aux deux genres. Tels sont en latin bos, sus, &c. on trouve bos mactatus & bos nata, sus immundus & sus pigra ; tel est en françois le nom enfant, puisqu’on dit en parlant d’un garçon, le bel enfant ; & en parlant d’une fille, la belle enfant, ma chere enfant.

On voit donc que quand on employe ces noms pour désigner le mâle, l’adjectif corrélatif prend la terminaison masculine ; & que quand on indique la femelle, l’adjectif prend la terminaison féminine : mais la précision qu’il semble qu’on ait envisagée dans l’institution des genres n’auroit elle pas été plus grande encore, si on avoit donné aux adjectifs une terminaison relative au genre commun pour les occasions où l’on auroit indiqué l’espece sans attention au sexe, comme quand on dit l’homme est mortel ? Il ne s’agit ici ni du mâle ni de la femelle exclusivement, les deux sexes y sont compris.

III. Il y a des noms qui sont invariablement du même genre, & qui gardent constamment la même terminaison, quoiqu’on les employe pour exprimer les individus des deux sexes. C’est une autre espece d’irrégularité, opposée encore à la précision qui a donné naissance à la distinction des genres ; & cette irrégularité vient apparemment de ce que les caracteres du sexe n’étant pas, ou étant peu sensibles dans plusieurs animaux, on a décidé les genre de leurs noms, ou par un pur caprice, ou par quelque raison {p. 7:592} de convenance. Tels sont en françois les noms aigle (a), renard, qui sont toûjours masculins, & les noms tourterelle, chauve-souris, qui sont toûjours féminins pour les deux sexes. En latin au contraire, & ceci prouve bien l’indépendance & l’empire de l’usage, les noms correspondans aquila & vulpes sont toûjours féminins ; turtur & vespertilio sont toûjours masculins. Les Grammairiens disent que ces noms sont du genre épicene, mot grec composé de la préposition ἐπὶ suprà, & du mot κοινὸς, communis : les noms épicenes ont en effet comme les communs, l’invariabilité de la terminaison, & ils ont de plus celle du genre qui est unique pour les deux sexes.

Il ne faut donc pas confondre le genre commun & le genre épicene. Les noms du genre commun conviennent au mâle & à la femelle sans changement dans la terminaison ; mais on les rapporte ou au genre masculin, ou au genre féminin, selon la signification qu’on leur donne dans l’occurrence : au genre masculin ils expriment le mâle, au genre féminin la femelle ; & si on veut marquer l’espece, on les rapporte au masculin, comme au plus noble des deux genres compris dans l’espece. Au contraire les noms du genre épicene ne changent ni de terminaison ni de genre, quelque sens qu’on donne à leur signification ; vulpes au féminin signifie & l’espece, & le mâle, & la femelle.

IV. Quant aux noms des êtres inanimés, on appelle douteux ceux qui sous la même terminaison se rapportent tantôt à un genre, & tantôt à un autre : dies & finis sont tantôt masculins & tantôt féminins ; sal est quelquefois masculin & quelquefois neutre. Nous avons également des noms douteux dans notre langue, comme bronze, garde, duché, équivoque, &c.

Ce n’étoit pas l’intention du premier usage de répandre des doutes sur le genre de ces mots, quand il les a rapportés à différens genres ; ceux qui sont effectivement douteux aujourd’hui, & que l’on peut librement rapporter à un genre ou à un autre, ne sont dans ce cas que parce qu’on ignore les causes qui ont occasionné ce doute, ou qu’on a perdu de vûe les idées accessoires qui originairement avoient été attachées au choix du genre. L’usage primitif n’introduit rien d’inutile dans les langues ; & de même qu’il y a lieu de présumer qu’il n’a autorisé aucuns mots exactement synonymes, on peut conjecturer qu’aucun n’est d’un genre absolument douteux, ou que l’origine doit en être attribuée à quelque mal-entendu.

En latin, par exemple, dies avoit deux sens différens dans les deux genres : au féminin il signifioit un tems indéfini ; & au masculin, un tems déterminé, un jour. Asconius s’en explique ainsi : Dies feminino genere, tempus, & ideò diminutivè diecula dicitur breve tempus & mora : dies horarum duodecim generis masculini est, unde hodie dicimus, quasi hoc die. En effet les composés de dies pris dans ce dernier sens, sont tous masculins, meridies, sesquidies, &c. & c’est dans le premier sens que Juvenal a dit, longa dies igitur quid contulit ? c’est-à-dire longum tempus ; & Virg. (xj. AEneid.) Multa dies, variusque labor mutabilis aevi rettulit in melius. La méthode de Port-Royal remarque que l’on confond quelquefois ces différences ; & cela peut être vrai : mais nous devons observer en premier lieu, que cette confusion est un abus si l’usage constant de la langue ne l’autorise : en second lieu, que les Poëtes sacrifient quelquefois la justesse à la commodité d’une licence, ce qui amene insensiblement l’oubli des premieres vûes qu’on s’étoit proposées dans l’origine : en troisieme lieu, que les meilleurs 2 écrivains ont égard autant qu’ils peuvent à ces distinctions délicates si propres à enrichir une langue & à en caractériser le génie : enfin que malgré leur attention, il peut quelquefois leur échapper des fautes, qui avec le tems font autorité, à cause du mérite personnel de ceux à qui elles sont échappées.

Finis au masculin exprime les extrémités, les bornes d’une chose étendue ; redeuntes inde Ligurum extremo fine (Tite-Liv. lib. XXXIII.) Au féminin il désigne cessation d’être ; hoec finis Priami fatorum. (Virg. AEneid. ij.)

Sal au neutre est dans le sens propre, & au masculin il ne se prend guere que dans un sens figuré. On trouve dans l’Eunuque de Térence, qui habet salem qui in te est ; & Donat fait là-dessus la remarque suivante : sal neutraliter, condimentum ; masculinum, pro sapientia.

En françois, bronze au masculin signifie un ouvrage de l’art, & au féminin il en exprime la matiere. On dit la garde du roi, en parlant de la totalité de ceux qui sont actuellement postés pour garder sa personne, & un garde du roi, en parlant d’un militaire aggrégé à cette troupe particuliere de sa maison, qui prend son nom de cette honorable commission. Duché & Comté n’ont pas des différences si marquées ni si certaines dans les deux genres ; mais il est vraissemblable qu’ils les ont eues, & peut-être au masculin exprimoient-ils le titre, & au féminin, la terre qui en étoit décorée.

Qui peut ignorer parmi nous que le mot équivoque est douteux, & qui ne connoît ces vers de Despréaux ?

Du langage françois bisarre hermaphrodite,
De quel genre te faire équivoque maudite,
Ou maudit ? car sans peine aux rimeurs hazardeux,
L’usage encor, je crois, laisse le choix des deux.

Ces vers de Boileau rappellent le souvenir d’une note qui se trouve dans les éditions posthumes de ses oeuvres, sur le vers 91. du quatrieme chant de l’art poétique : que votre ame & vos moeurs peintes dans vos ouvrages, &c. & cette note est très-propre à confirmer une observation que nous avons faite plus haut : on remarque donc que dans toutes les éditions l’auteur avoit mis peints dans tous vos ouvrages, attribuant à moeurs le genre masculin ; & que quand on lui fit appercevoir cette faute, il en convint sur le champ, & s’étonna fort qu’elle eût échappé pendant si long-tems à la critique de ses amis & de ses ennemis. Cette faute qui avoit subsisté tant d’années sans être apperçue, pouvoit l’être encore plûtard, & lorsqu’il n’auroit plus été tems de la corriger ; la juste célébrité de Boileau auroit pû en imposer ensuite à quelque jeune écrivain qui l’auroit copié, pour l’être ensuite lui-même par quelque autre, s’il avoit acquis un certain poids dans la Littérature : & voilà moeurs d’un genre douteux, à l’occasion d’une faute contre laquelle il n’y auroit eu d’abord aucune réclamation, parce qu’on ne l’auroit pas apperçue à tems.

V. La derniere classe des noms irréguliers dans le genre, est celle des hétérogenes. R. R. ἕτερος, autre, & γένος, genre. Ce sont en effet ceux qui sont d’un genre au singulier, & d’un autre au pluriel.

En latin, les uns sont masculins au singulier, & neutres au pluriel, comme sibilus, tartarus, plur. sibila, tartara : les autres au contraire neutres au singulier, sont masculins au pluriel, comme coelum, elysium, plur. coeli, elysii.

Ceux-ci féminins au singulier sont neutres au pluriel, carbasus, supellex ; plur. carbasa, suppellectilia : ceux-là neutres au singulier, sont féminins au pluriel ; delicium, epulum ; plur. deliciae, epulae.

Enfin quelques-uns masculins au singulier, sont {p. 7:593} masculins & neutres au pluriel, ce qui les rend tout-à -la-fois hétérogenes & douteux ; jocus, locus, plur. joci & joca, loci & loca : quelques autres au contraire neutres au singulier, sont au pluriel neutres & masculins ; fraenum, rastrum ; plur. fraena & fraeni, rastra & rastri.

Balnaeum neutre au singulier, est au pluriel neutre & feminin ; balnea & balneae.

Cette sorte d’irrégularité vient de ce que ces noms ont eu autrefois au singulier deux terminaisons différentes, relatives sans doute à deux genres, & vraisemblablement avec différentes idées accessoires dont la memoire s’est insensiblement perdue ; ainsi nous connoissons encore la différence des noms féminins, malus pommier, prunus prunier, & des noms neutres malum pomme, prunum prune ; mais nous n’avons que des conjectures sur les différences des mots acinus & acinum, baculus & baculum.

Il etoit naturel que les pronoms avec une signification vague & propre à remplacer celle de tout autre nom, ne fussent attachés à aucun genre détermine, mais qu’ils se rapportassent à celui du nom qu’ils représentent dans le discours ; & c’est ce qui est arrivé : ego en latin, je en françois, sont masculins dans la bouche d’un homme, & féminins dans celle d’une femme : ille ego qui quondam, &c. ast ego qu ae divûm incedo regina, &c. je suis certain, je suis certaine. L’usage en a déterminé quelques-uns par des formes exclusivement propres à un genre distinct : ille, a, ud ; il, elle.

« Ce est souvent substantif, dit M. du Marsais, c’est le hoc des latins ; alors, quoi qu’en disent les grammairiens, ce est du genre neutre : car on ne peut pas dire qu’il soit masculin ni qu’il soit féminin  ».

Ce neutre en françois ! qu’est ce donc que les genres ? Nous croyons avoir suffisamment établi la notion que nous en avons donnée plus haut ; & il en résulte très-clairement que la langue françoise n’ayant accordé à ses adjectifs que deux terminaisons relatives à la distinction des genres, elle n’en admet en effet que deux, qui sont le masculin & le féminin ; un bon citoyen, une bonne mere.

Ce doit donc appartenir à l’un de ces deux genres ; & il est effectivement masculin, puisqu’or donne la terminaison masculine aux adjectifs corrélatifs de ce, comme ce que j’avance est certain. Quelles pouvoient donc être les vûes de notre illustre auteur, quand il prétendoit qu’on ne pouvoit pas dire de ce, qu’il fût masculin ni qu’il fût féminin ? Si c’est parce que c’est le hoc des Latins, comme il semble l’insinuer ; disons donc aussi que temple est neutre, comme templum, que montagne est masculin comme mons. L’influence de la langue latine sur la nôtre, doit être la même dans tous les cas pareils, ou plûtôt elle est absolument nulle dans celui-ci.

Nous osons espérer qu’on pardonnera à notre amour pour la vérité cette observation critique, & toutes les autres que nous pourrons avoir occasion de faire par la suite, sur les articles de l’habile grammairien qui nous a précédé : cette liberté est nécessaire à la perfection de cet ouvrage. Au surplus c’est rendre une espece d’hommage aux grands hommes que de critiquer leurs écrits : si la critique est mal fondée, elle ne leur sait aucun tort aux yeux du public qui en juge ; elle ne sert même qu’à mettre le vrai dans un plus grand jour : si elle est solide, elle empêche la contagion de l’exemple, qui est d’autant plus dangereux, que les auteurs qui le donnent ont plus de mérite & de poids ; mais dans l’un & dans l’autre cas, c’est un aveu de l’estime que l’on a bour eux ; il n’y a que les écrivains médiocres qui puissent errer sans conséquence.

Nous terminerions ici notre article des genres, si une remarque de M. Duclos, sur le chap. v. de la ij. partie de la Grammaire générale, n’exigeoit encore de nous quelques réflexions.

« L’institution ou la distinction des genres, dit cet illustre académicien, est une chose purement arbitraire, qui n’est nullement fondée en raison, qui ne paroit pas avoir le moindre avantage, & qui a beaucoup d’inconvéniens  ».

Il nous semble que cette décision peut recevoir à certains égards quelques modifications.

Les genres ne paroissent avoir été institués que pour rendre plus sensible la corrélation des noms & des adjectifs ; & quand il seroit vrai que la concordance des nombres & celle des cas, dans les langues qui en admettent, auroient suffi pour caractériser nettement ce rapport, l’esprit ne peut qu’être satisfait de rencontrer dans la peinture des pensées un coup de pinceau qui lui donne pius de fidélité, qui la détermine plus sûrement, en un mot, qui éloigne plus infailliblement l’équivoque. Cet accessoire étoit peut-être plus nécessaire encore dans les langues où la construction n’est assujettie à aucune loi méchanique, & que M. l’abbé Girard nomme transpositives. La corrélation de deux mots souvent très-éloignés, seroit quelquefois difficilement apperçue sans la concordance des genres, qui y produit d’ailleurs, pour la satisfaction de l’oreille, une grande variété dans les sons & dans la quantité des syllabes. Voyez Quantité.

Il peut donc y avoir quelqu’exagération à dire que l’institution des genres n’est nullement fondée en raison, & qu’elle ne paroît pas avoir le moindre avantage ; elle est fondée sur l’intention de produire les effets mêmes qui en sont la suite.

Mais, dit-on, les Grecs & les Latins avoient trois genres ; nous n’en avons que deux, & les Anglois n’en ont point : c’est donc une chose purement arbitraire. Il faut en convenir ; mais quelle conséquence ultérieure tirera t-on de celle-ci ? Dans les langues qui admettent des cas, il faudra raisonner de la même maniere contre leur institution, elle est aussi arbitraire que celle des genres : les Arabes n’ont que trois cas. les Allemands en ont quatre, les Grecs en ont cinq, les Latins six, & les Arméniens jusqu’à dix, tandis que les langues moderne, du midi de l’Europe n’en ont point.

On repliquera peut-être que si nous n’avons point de cas, nous en remplaçons le service par celui des prépositions (voyez Cas & Préposition), & par l’ordonnance respective des mots (voyez Construction & Régime), mais on peut appliquer la même observation au service des genres, que les Anglois remplacent par la position, parce qu’il est indispensable de marquer la relation de l’adjectif au nom.

Il ne reste plus qu’à objecter que de toutes les manieres d’indiquer la relation de l’adjectif au nom, la maniere angloise est du moins la meilleure ; elle n’a l’embarras d’aucune terminaison : ni genres, ni nombres, ni cas, ne viennent arrêter par des difficultés factices, les progrès des étrangers qui veulent apprendre cette langue, ou même tendre des piéges aux nationaux, pour qui ces variétés arbitraires sont des occasions continuelles de fautes. Il faut avouer qu’il y a bien de la vérité dans cette remarque, & qu’à parler en général, une langue débarrassée de toutes les inflexions qui ne marquent que des rapports, seroit plus facile à apprendre que toute autre qui a adopté cette maniere ; mais il faut avouer aussi que les langues n’ont point été instituées pour être apprises par les étrangers, mais pour être parlées dans la nation qui en fait usage ; que les fautes des étrangers ne peuvent rien prouver contre une langue, & que les erreurs des naturels sont encore dans le même cas, parce qu’elles ne sont qu’une suite ou d’un défaut d’éducation, ou d’un défaut {p. 7:594} d’attention : enfin, que reprocher à une langue un procédé qui lui est particulier, c’est reprocher à la nation son génie, sa tournure d’idées, sa maniere de concevoir, les circonstances où elle s’est trouvée involontairement dans les différens tems de sa durée ; toutes causes qui ont sur le langage une influence irrésistible.

D’ailleurs les vices qui paroissent tenir à l’institution même des genres, ne viennent souvent que d’un emploi mal-entendu de cette institution.

« En féminisant nos adjectifs, nous augmentons encore le nombre de nos e muets  ».

C’est une pure maladresse. Ne pouvoit-on pas choisir un tout autre caractere ? Ne pouvoit-on pas rappeller les terminaisons des adjectifs masculins à certaines classes, & varier autant les terminaisons féminines ?

Il est vrai que ces précautions, en corrigeant un vice, en laisseroient toûjours subsister un autre ; c’est la difficulté de reconnoître le genre de chaque nom, parce que la distribution qui en a été faite est trop arbitraire pour être retenue par le raisonnement, & que c’est une affaire de pure mémoire. Mais ce n’est encore ici qu’une mal-adresse indépendante de la nature intrinseque de l’institution des genres. Tous les objets de nos pensées peuvent se réduire à différentes classes : il y a les objets réels & les abstraits ; les corporels & les spirituels ; les animaux, les végétaux, & les minéraux ; les naturels & les artificiels, &c. Il n’y avoit qu’à distinguer les noms de la même maniere, & donner à leurs corrélatifs des terminaisons adaptées à ces distinctions vraiment raisonnées ; les esprits éclairés auroient aisément saisi ces points de vûe ; & le peuple n’en auroit été embarrassé, que parce qu’il est peuple, & que tout est pour lui affaire de mémoire. (E. R. M.)

GOUVERNER §

{p. 7:791}

Gouverner (Grammaire) §

GOUVERNER, v. act. terme de Grammaire. Il ne suffit pas, pour exprimer une pensée, d’accumuler des mots indistinctement : il doit y avoir entre tous ces mots une corrélation universelle qui concourre à l’expression du sens total. Les noms appellatifs, les prépositions, & les verbes relatifs, ont essentiellement une signification vague & générale, qui doit etre déterminee tantôt d’une façon, tantôt d’une autre, selon les conjonctures. Cette détermination se fait communément par des noms que l’on joint aux mots indéterminés, & qui, en conséquence de leur destination, se revêtent de telle ou telle forme, prennent telle ou telle place, suivant l’usage & le génie de chaque langue.

Or ce sont les mots indéterminés qui, dans le langage des Grammairiens gouvernent ou régissent les noms déterminans. Ainsi les méthodes pour apprendre la langue latine disent, que le verbe actif gouverne l’accusatif : c’est une expression abregée, pour dire, que quand on veut donner à la signification vague d’un verbe actif, une détermination spéciale tirée de l’indication de l’objet auquel s’applique l’action énoncée par le verbe, on doit mettre le nom de cet objet au cas accusatif, parce que l’usage a destiné ce cas à marquer cette sorte de service.

C’est une métaphore prise d’un usage très-ordinaire de la vie civile. Un grand gouverne ses domestiques, & les domestiques attachés à son service lui sont subordonnés ; il leur fait porter sa livrée, le public la reconnoit & décide au coup-d’oeil, que tel homme appartient à tel maître. Les cas que prennent les noms déterminatifs sont de même une sorte de livrée ; c’est par-là que l’on juge que ces noms sont, pour ainsi dire, attachés au service des mots qu’ils {p. 7:792} déterminent par l’expression de l’objet, de la cause, de l’effet, de la forme, de la matiere, &c. Ils sont à leur égard ce que les domestiques sont à l’égard du maître : on dit des uns dans le sens propre, qu’ils sont gouvernés ; on le dit des autres dans le sens figuré.

Il seroit à desirer, dans le style didactique sur-tout, dont le principal mérite consiste dans la netteté & la précision, qu’on pût se passer de ces expressions figurées, toûjours un peu énigmatiques. Mais il est très-difficile de n’employer que des termes propres ; & il faut avoüer d’ailleurs que les termes figurés deviennent propres en quelque sorte, quand ils sont consacrés par l’usage & définis avec soin. On pouvoit cependant éviter l’emploi abusif du mot dont il est ici question, ainsi que des mots régie & régime, destinés au même usage. Il étoit plus simple de donner le nom de complément à ce que l’on appelle régime, parce qu’il sert en effet à rendre complet le sens qu’on se propose d’exprimer ; & alors on auroit dit tout simplement : le complément de telles prépositions doit être à tel cas ; le complément objectif du verbe actif doit être à l’accusatif, &c. M. Dumarsais a fait usage de ce mot en bien des occurrences, sans en faire en son lieu un article exprès : nous développerons nos vûes sur cet objet au mot Régime, en y exposant les principes de Grammaire qui peuvent y avoir rapport. On y verra que l’on peut quelquefois à peu de frais répandre la lumiere sur les élémens des Sciences & des Arts. (E. R. M.)

{p. 7:841}

GRAMMAIRE §

GRAMMAIRE, s. f. terme abstrait. R. Γράμμα, littera, lettre ; les Latins l’appellerent quelquefois Litteratura. C’est la science de la parole prononcée ou écrite. La parole est une sorte de tableau dont la pensée est l’original ; elle doit en être une fidele imitation, autant que cette fidélité peut se trouver dans la représentation sensible d’une chose purement spirituelle. La Logique, par le secours de l’abstraction, vient à bout d’analyser en quelque sorte la pensée, toute indivisible qu’elle est, en considérant séparément les idées différentes qui en sont l’objet, & la relation que l’esprit apperçoit entre elles. C’est cette analyse qui est l’objet immédiat de la parole ; & c’est pour cela que l’art d’analyser la pensée, est le premier fondement de l’art de parler, ou en d’autres termes, qu’une saine Logique est le fondement de la Grammaire.

En effet, de quelques termes qu’il plaise aux différens peuples de la terre de faire usage, de quelque maniere qu’ils s’avisent de les modifier, quelque disposition qu’ils leur donnent : ils auront toûjours à rendre des perceptions, des jugemens, des raisonnemens ; il leur faudra des mots pour exprimer les objets de leurs idées, leurs modifications, leurs corrélations ; ils auront à rendre sensibles les différens points de vûe sous lesquels ils auront envisagé toutes ces choses ; souvent le besoin les obligera d’employer des termes appellatifs & généraux, même pour exprimer des individus ; & conséquemment ils ne pourront se passer de mots déterminatifs pour restraindre la signification trop vague des premiers. Dans toutes les langues on trouvera des propositions qui auront leurs sujets & leurs attributs ; des termes dont le sens incomplet exigera un complément, un régime : en un mot, toutes les langues assujettiront indispensablement leur marche aux lois de l’analyse logique de la pensée ; & ces lois sont invariablement les mêmes partout & dans tous les tems, parce que la nature & la maniere de proceder de l’esprit humain sont essentiellement immuables. Sans cette uniformité & cette immutabilité absolue, il ne pourroit y avoir aucune communication entre les hommes de différens siecles ou de différens lieux, pas même entre deux individus quelconques, parce qu’il n’y auroit pas une regle commune pour comparer leurs procédes respectifs.

Il doit donc y avoir des principes fondamentaux communs à toutes les langues, dont la verite indestructible est antérieure à toutes les conventions arbitraires ou fortuites qui ont donné naissance aux différens idiomes qui divisent le genre humain.

Mais on sent bien qu’aucun mot ne peut être le type essentiel d’aucune idée ; il n’en devient le signe que par une convention tacite, mais libre ; on auroit pu lui donner un sens tout contraire. Il y a une égale liberté sur le choix des moyens que l’on peut employer, pour exprimer la correlation des mots dans l’ordre de l’énonciation, & celle de leurs idées dans l’ordre analytique de la pensée. Mais les conventions une fois adoptées, c’est une obligation indispensable de les suivre dans tous les cas pareils ; & il n’est plus permis de s’en départir que pour se conformer à quelque autre convention également autentique, qui déroge aux premieres dans quelque point particulier, ou qui les abroge entierement. De-là la possibilité & l’origine des différentes langues qui ont été, qui sont, & qui seront parlees sur la terre.

La Grammaire admet donc deux sortes de principes. Les uns sont d’une verité immuable & d’un usage universel ; ils tiennent à la nature de la pensée même ; ils en suivent l’analyse ; ils n’en sont que le résultat. Les autres n’ont qu’une vérité hypothétique {p. 7:842} & dépendante de conventions libres & muables, & ne sont d’usage que chez les peuples qui les ont adoptés librement, sans perdre le droit de les changer ou de les abandonner, quand il plaira à l’usage de les modifier ou de les proscrire. Les premiers constituent la Grammaire générale, les autres sont l’objet des diverses Grammaires particulieres.

La Grammaire générale est donc la science raisonnée des principes immuables & généraux de la parole prononcée ou écrite dans toutes les langues.

Une Grammaire particuliere est l’art d’appliquer aux principes immuables & généraux de la parole prononcée ou écrite, les institutions arbitraires & usuelles d’une langue particuliere.

La Grammaire générale est une science, parce qu’elle n’a pour objet que la spéculation raisonnée des principes immuables & généraux de la parole : une Grammaire particuliere est un art, parce qu’elle envisage l’application pratique des institutions arbitraires & usuelles d’une langue particuliere aux principes généraux de la parole (voyez Art). La science grammaticale est antérieure à toutes les langues, parce que ses principes sont d’une vérité éternelle, & qu’ils ne supposent que la possibilité des langues : l’art grammatical au contraire est postérieur aux langues, parce que les usages des langues doivent exister avant qu’on les rapporte artificiellement aux principes généraux. Malgré cette distinction de la science grammaticale & de l’art grammatical, nous ne prétendons pas insinuer que l’on doive ou que l’on puisse même en séparer l’étude. L’art ne peut donner aucune certitude à la pratique, s’il n’est éclairé & dirigé par les lumieres de la spéculation ; la science ne peut donner aucune consistance à la théorie, si elle n’observe les usages combinés & les pratiques différentes, pour s’élever par degrés jusqu’à la généralisation des principes. Mais il n’en est pas moins raisonnable de distinguer l’un de l’autre, d’assigner à l’un & à l’autre son objet propre, de prescrire leurs bornes respectives, & de déterminer leurs différences.

C’est pour les avoir confondues que le P. Buffier, (Gramm. fr. n°. 9. & suiv.) regarde comme un abus introduit par divers Grammairiens, de dire : l’usage est en ce point opposé à la Grammaire.

« Puisque la Grammaire, dit-il à ce sujet, n’est que pour fournir des regles ou des réflexions qui apprennent à parler comme on parle ; si quelqu’une de ces regles ou de ces réflexions ne s’accorde pas à la maniere de parler comme on parle, il est évident qu’elles sont fausses & doivent être changées  ».

est très clair que notre Grammairien ne pense ici qu’à la Grammaire particuliere d’une langue, à celle qui apprend à parler comme on parle, à celle enfin que l’on designe par le nom d’usage dans l’expression censurée. Mais cet usage a toûjours un rapport nécessaire aux lois immuables de la Grammaire générale, & le P. Buffier en convient lui-même dans un autre en droit.

« Il se trouve essentiellement dans toutes les langues, dit-il, ce que la Philosophie y considere, en les regardant comme les expressions naturelles de nos pensées : car comme la nature a mis un ordre nécessaire dans nos pensées, elle a mis, par une conséquence infaillible, un ordre nécessaire dans les langues  ».

C’est en effet pour cela que dans toutes ou trouve les mêmes especes de mots ; que ces mots y sont assujettis à-peu-près aux mêmes especes d’accidens ; que le discours y est soûmis a la triple syntaxe, de concordance, de régime, & de construction, &c. Ne doit-il pas résulter de tout ceci un corps de doctrine indépendant des décisions arbitraires de tous les usages, & dont les principes sont des lois également universelles & immuables ?

Or c’est à ces lois de la Grammaire générale, que les usages particuliers des langues peuvent se conformer ou ne pas se conformer quant à la lettre, quoiqu’effectivement ils en suivent toûjours & nécessairement l’esprit. Si l’on trouve donc que l’usage d’une langue autorise quelque pratique contraire à quelqu’un de ces principes fondamentaux, on peut le dire sans abus, ou plûtôt il y auroit abus à ne pas le dire nettement ; & rien n’est moins abusif que le mot de Cicéron (orat. n. 47.) Impetratum est à consuetudine ut peccare suavitatis causâ liceret : c’est à l’usage qu’il attribue les fautes dont il parle, impetratum est à consuetudine ; & conséquemment il reconnoît une regle independante de l’usage & supérieure à l’usage ; c’est la nature même, dont les décisions relatives à l’art de la parole forment le corps de la science grammaticale. Consultons de bonne foi ces décisions, & comparons y sans préjugé les pratiques usuelles ; nous serons bientôt en état d’apprécier l’opinion du P. Buffier. Les idiotismes suffiroient pour la sapper jusqu’aux fondemens, si nous voulions nous permettre une digression que nous avons condamnée ailleurs (voyez Gailicisme & Idiotisme) : mais il ne nous faut qu’un exemple pour parvenir à notre but, & nous le prendrons dans l’Ecriture. Que signifient les plaintes que nous entendons faire tous les jours sur les irrégularités de notre alphabet, sur les emplois multipliés de la même lettre pour représenter divers élémens de la parole, sur l’abus contraire de donner à un même element plusieurs caracteres différens, sur celui de réunir plusieurs caracteres pour représenter un élément simple, &c ? C’est la comparaison secrete des institutions usuelles avec les principes naturels, qui fait naître ces plaintes ; on voit, quoi qu’on en puisse dire, que l’usage autorise de véritables fautes contre les principes immuables dictés par la nature.

Eh ! comment pourroit-il se faire que l’usage des langues s’accordât toûjours avec les vûes générales & simples de la nature ? Cet usage est le produit du concours fortuit de tant de circonstances quelquefois très-discordantes. La diversité des climats, la constitution politique des Etats ; les révolutions qui en changent la face ; l’état des sciences, des arts, du commerce ; la religion & le plus ou le moins d’attachement qu’on y a ; les prétentions opposées des nations, des provinces, des villes, des familles même : tout cela contribue à faire envisager les choses, ici sous un point de vûe, là sous un autre, aujourd’hui d’une façon, demain d’une maniere toute differente ; & c’est l’origine de la diversité des génies des langues. Les différens résultats des combinaisons infinies de ces circonstances, produisent la différence prodigieuse que l’on trouve entre les mots des diverses langues qui expriment la même idée, entre les moyens qu’elles adoptent pour désigner les rapports énonciatifs de ces mots, entre les tours de phrase qu’elles autorisent, entre les licences qu’elles se permettent. Cette influence du concours des circonstances est frappante, si l’on prend des termes de comparaison très-éloignés, ou par les lieux, ou par les tems, comme de l’orient à l’occident, ou du regne de Charlemagne à celui de Louis le bien-aimé : elle le sera moins, si les points sont plus voisins, comme d’Italie en France, ou du siecle de François I. à celui de Louis XIV : en un mot plus les termes comparés se rapprocheront, plus les différences paroîtront diminuer ; mais elles ne seront jamais totalement anéanties : elles demeureront encore sensibles entre deux nations contiguës, entre deux provinces limitrophes, entre deux villes voisines, entre deux quartiers d’une même ville, entre deux familles d’un même quartier : il y a plus, le même homme varie ses façons de parler d’âge en âge, de jour en jour. De là la diversité des dialectes d’une même langue, suite naturelle de l’égale liberté & de la différente {p. 7:843} position des peuples & des Etats qui composent une même nation : de-là cette mobilité, cette succession de nuances, qui modifie perpétuellement les langues, & les métamorphose insensiblement en d’autres toutes différentes : c’est encore une des principales causes des difficultés qui peuvent se trouver dans l’étude des Grammaires particulieres.

Rien n’est plus aisé que de se méprendre sur le véritable usage d’une langue. Si elle est morte, on ne peut que conjecturer ; on est réduit à une portion bornée de témoignages consignés dans les livres du meilleur siecle. Si elle est vivante, la mobilité perpétuelle de l’usage empêche qu’on ne puisse l’assigner d’une maniere fixe ; ses oracles n’ont qu’une vérité momentanée. Dans l’un & dans l’autre cas, il ne faut négliger aucune des ressources que le hasard peut offrir, ou que l’art d’enseigner peut fournir.

Le moyen le plus utile & le plus avoué par la raison & par l’expérience, c’est de diviser l’objet dont on traite en différens points capitaux, auxquels on puisse rapporter les différens principes & les diverses observations qui concernent cet objet. Chacun de ces points capitaux peut être soudivisé en des parties subordonnées, qui serviront à mettre de l’ordre dans les matieres relatives aux premiers chefs de distribution. Mais les membres de ces divisions doivent effectivement présenter des parties différentes de l’objet total, ou les différens points de vûe sous lesquels on se propose de l’envisager ; il doit y en avoir assez pour faire connoitre tout l’objet, & assez peu pour ne pas surcharger la mémoire, & ne pas distraire l’attention. Voici donc comment nous croyons devoir distribuer la Grammaire, soit générale, soit particuliere.

La Grammaire considere la parole dans deux états différens, ou comme prononcée, ou comme écrite : la parole écrite est l’image de la parole prononcée, & celle-ci est l’image de la pensée. Ces deux points de vûe peuvent donc être comme les deux principaux points de réunion, auxquels on rapporte toutes les observations grammaticales ; & toute la Grammaire se divise ainsi en deux parties générales, dont la premiere qui traite de la parole, peut être appellée Orthologie ; & la seconde, qui traite de l’écriture, se nomme Orthographe. La nécessité de caractériser avec précision les points saillans de notre systeme grammatical, & la liberté que l’usage de notre langue paroit avoir laissée sur la formation des termes techniques, nous ont déterminés à en risquer plusieurs, que l’on trouvera dans le tableau que nous allons presenter de la distribution de la Grammaire. Nous ferons en sorte qu’ils soient dans l’analogie des termes didactiques usités, & qu’ils expriment exactement toute l’étendue de l’objet que nous prétendons leur faire désigner : à mesure qu’ils se présenteront, nous les expliquerons par leurs racines. Ainsi le mot Orthologie a pour racines ὀρθὸς, rectus, & λόγος, sermo ; ce qui signifie maniere de bien parler.

De l’Orthologie. Pour rendre la pensée sensible par la parole, on est obligé d’employer plusieurs mots, auxquels on attache les sens partiels que l’analyse démêle dans la pensée totale. C’est donc des mots qu’il est question dans la premiere partie de la Grammaire, & on peut les y considerer ou isolés, ou rassemblés, c’est-à-dire, ou hors de l’élocution, ou dans l’ensemble de l’élocution ; ce qui partage naturellement le traité de la parole en deux parties, qui sont la Lexicologie & la Syntaxe. Le terme de Lexicologie signifie explication des mots ; R. R. λέξις, vocabulum, & λόγος, sermo. Ce mot a déjà été employé par M. l’abbe Girard, mais dans un sens différent de celui que nous lui assignons, & que ses racines mêmes paroissent indiquer. M. Duclos semble diviser comme nous l’objet du traité de la parole ; il commence ainsi ses re-marques sur le dernier chap. de la Grammaire générale :

« La Grammaire de quelque langue que ce soit, a deux fondemens, le Vocabulaire & la Syntaxe ».

Mais le Vocabulaire n’est que le catalogue des mots d’une langue, & chaque langue a le sien ; au lieu que ce que nous appellons Lexicologie, contient sur cet objet des principes raisonnés communs à toutes les langues.

I. L’office de la Lexicologie est donc d’expliquer tout ce qui concerne la connoissance des mots ; & pour y procéder avec méthode, elle en considere le matériel, la valeur, & l’étymologie.

1°. Le matériel des mots comprend leurs élémens & leur prosodie.

Les sons & les articulations sont les parties élémentaires des mots, & les syllabes qui résultent de leur combinaison, en sont les parties intégrantes & immédiates. Voyez Son & Syllabe.

La Prosodie fixe les décisions de l’usage par rapport à l’accent & à la quantité. L’accent est la mesure de l’élévation, comme la quantité est la mesure de la durée du son dans chaque syllabe. Voyez Prosodie, Accent, & Quantité

Les mots ne conservent pas toûjours la forme matérielle que l’usage vulgaire leur a assignée primitivement ; souvent il se fait des changemens, ou dans les parties élémentaires, ou dans les parties intégrantes qui les composent, sans que ces licences avouées de l’usage en alterent la signification : comme dans les mots relligio, amasti, amarier, au lieu de religio, amavisti, amari. On donne communément le nom de figures aux divers changemens qui arrivent à la forme matérielle des mots. Voyez au mot Figure l’article des figures de diction qui regardent le matériel du mot.

2°. La valeur des mots consiste dans la totalité des idées que l’usage a attachées à chaque mot. Les différentes especes d’idées que les mots peuvent rassembler dans leur signification, donnent lieu à la Lexicologie de distinguer dans la valeur des mots trois sens différens ; le sens fondamental, le sens spécifique, & le sens accidentel.

Le sens fondamental est celui qui résulte de l’idée fondamentale que l’usage a attachée originairement à la signification de chaque mot : cette idée peut être commune à plusieurs mots, qui n’ont pas pour cela la même valeur, parce que l’esprit l’envisage dans chacun d’eux sous ces points de vûe différens. Par rapport à cette idée primitive, ses mots peuvent être pris ou dans le sens propre, ou dans le sens figuré. Un mot est dans le sens propre, lorsqu’il est employé pour réveiller dans l’esprit l’idée qu’on a eu intention de lui faire signifier primitivement ; & il est dans le sens figuré, lorsqu’il est employé pour exciter dans l’esprit une autre idée qui ne lui convient que par son analogie avec celle qui est l’objet du sens propre. On donne communément le nom de tropes aux divers changemens de cette espece, qui peuvent se faire dans le sens fondamental des mots. Voyez Sens & Trope.

Le sens spécifique est celui qui résulte de la différence des points de vûe, sous lesquels l’esprit peut envisager l’idée fondamentale, relativement à l’analyse de la pensée. De-là les différentes especes de mots, les noms, les pronoms, les adjectifs, &c. (voyez Mot, Nom, Pronom , &c.) On trouve souvent des mots de la même espece, qui semblent exprimer la même idée fondamentale & le même point de vûe analytique de l’esprit ; on donne à ces mots la qualification de synonymes, pour faire entendre qu’ils ont précisement la même signification ; & on appelle synonymie la propriété qui les fait ainsi qualifier. Nous examinerons ce qu’il y a de vrai & d’utile sur cette matiere aux articles Synonymes & Synonymie. {p. 7:844}

Le sens accidentel est celui qui résulte de la différence des relations des mots à l’ordre de l’énonciation. Ces diverses relations sont communément indiquées par des formes différentes, telles qu’il plait aux usages arbitraires des langues de les fixer : de-là les genres, les cas, les nombres, les personnes, les tems, les modes (voyez Accident & tous les mots que nous venons d’indiquer). Les différentes lois de l’usage sur la génération des formes qui expriment ces accidens, constituent les déclinaisons & les conjugaisons. Voyez Déclinaison & Conjugaison.

3°. L’Etymologie des mots est la source d’où ils sont tirés. L’étude de l’étymologie peut avoir deux fins différentes.

La premiere est de suivre l’analogie d’une langue, pour se mettre en état d’y introduire des mots nouveaux, selon l’occurrence des besoins : c’est ce qu’on appelle la formation ; & elle se fait ou par dérivation ou par composition. De-là les mots primitifs & les dérivés, les mots simples & les composés. Voyez Formation.

Le second objet de l’étude de l’étymologie, est de remonter effectivement à la source d’un mot, pour en fixer le véritable sens par la connoissance de ses racines génératrices ou élémentaires, naturelles ou étrangeres : c’est l’art étymologique, qui suppose des moyens d’invention, & des regles de critique pour en faire usage. Voyez Etymologie & Art Etymologique

Tels sont les points de vûe fondamentaux auxquels on peut rapporter les principes de la Lexicologie. C’est aux dictionnaires de chaque langue à marquer sur chacun des mots qu’ils renferment, les décisions propres de l’usage, relatives à ces points de vûe. Voyez Dictionnaire, & plusieurs remarques de l’article Encyclopédie.

II. L’office de la Syntaxe est d’expliquer tout ce qui concerne le concours des mots réunis, pour exprimer une pensée. Quand on veut transmettre sa pensée par le secours de la parole, la totalité des mots que l’on réunit pour cette fin, fait une proposition ; la syntaxe en examine la matiere & la forme.

1°. La matiere de la proposition est la totalité des parties qui entrent dans sa composition ; & ces parties sont de deux especes, logiques, & grammaticales.

Les parties logiques sont les expressions totales de chacune des idées que l’esprit apperçoit nécessairement dans l’analyse de la pensée, savoir le sujet, l’attribut, & la copule. Le sujet est la partie de la proposition qui exprime l’objet dans lequel l’esprit apperçoit l’existence ou la non existence d’une modification ; l’attribut est celle qui exprime la modification, dont l’esprit apperçoit l’existence ou la nonexistence dans le sujet ; & la copule est la partie qui exprime l’existence ou la non-existence de l’attribut dans le sujet.

Les parties grammaticales de la proposition sont les mots que les besoins de l’énonciation & de la langue que l’on parle y font entrer, pour constituer la totalité des parties logiques. Voyez Sujet & Copule.

Les différentes manieres dont les parties grammaticales constituent les parties logiques, font naître les différentes especes de propositions ; les simples & les composées, les incomplexes & les complexes, les principales & les incidentes, &c. Voyez Proposition, & ce qui en est dit a l’article Construction.

2°. La forme de la proposition consiste dans les inflexions particulieres, & dans l’arrangement respectif des différentes parties dont elle est composée. Par rapport à cet objet, la syntaxe est différente dans chaque langue pour les details ; mais toutes ses regles, dans quelque langue que ce soit, se rapportent à trois chefs généraux, qui sont la Concordance, le Régime, & la Construction.

La Concordance est l’uniformité des accidens communs à plusieurs mots, comme sont les genres, les nombres, les cas, &c. Les regles que la syntaxe prescrit sur la concordance, ont pour fondement un rapport d’identité entre les mots qu’elle fait accorder, parce qu’ils expriment conjointement un même & unique objet. Ainsi la concordance est ordinairement d’un mot modificatif avec un mot subjectif, parce que la modification d’un sujet n’est autre chose que le sujet modifié. Le modificatif se rapporte au subjectif, ou par apposition, ou par attribution ; par apposition, lorsqu’ils sont réunis pour exprimer une seule idée précise, comme quand on dit, ces hommes savans : par attribution, lorsque le modificatif est l’attribut d’une proposition dont le subjectif est le sujet, comme quand on dit, ces hommes sont savans. Toutes les langues qui admettent dans les modificatifs des accidens semblables à ceux des subjectifs, mettent ces mots en concordance dans le cas de l’apposition, parce que l’identité y est réelle & nécessaire ; la plûpart l’exigent encore dans le cas de l’attribution, parce que l’identité y est réelle : mais quelques unes ne l’admettent pas, & employent l’adverbe au lieu de l’adjectif, parce que dans l’analyse de la proposition elles envisagent le sujet & l’attribut comme deux objets séparés & différens : ainsi pour dire ces hommes savans, on dit en allemand, diese gelehrten manner, comme en latin, hi docti viri ; mais pour dire ces hommes sont savans, on dit en allemand, diese manner sind gelehrt, comme on diroit en latin, hi viri sunt doctè, ou cum doctrinâ, au lieu de dire sunt docti. L’une de ces deux pratiques est peut-être plus conforme que l’autre aux lois de la Grammaire générale ; mais entreprendre sur ce principe de réformer celle des deux que l’on croiroit la moins exacte, ce seroit pécher contre la plus essentielle des lois de la Grammaire générale même, qui doit abandonner sans reserve le choix des moyens de la parole à l’usage, Quem penès arbitrium est & jus & norma loquendi. Voyez Concordance, Apposition, & Usage

Le Régime est le signe que l’usage a établi dans chaque langue, pour indiquer le rapport de determination d’un mot à un autre. Le mot qui est en régime sert à rendre moins vague le sens général de l’autre mot auquel il est subordonné ; & celui-ci, par cette application particuliere, acquiert un degre de précision qu’il n’a point par lui-même. Chaque langue a ses pratiques différentes pour caractériser le regime & les différentes especes de régime : ici c’est par la place ; là par des prépositions ; ailleurs par des terminaisons ; par-tout c’est par les moyens qu’il a plû à l’usage de consacrer. Voyez Régime & Détermination.

La Construction est l’arrangement des parties logiques & grammaticales de la proposition. On doit distinguer deux sortes de construction : l’une analytique, & l’autre usuelle.

La construction analytique est celle où les mots sont rangés dans le même ordre que les idées se presentent à l’esprit dans l’analyse de la pensée. Elle appartient à la Grammaire générale, & elle est la regle invariable & universelle qui doit servir de base à la construction particuliere de quelque langue que ce soit ; elle n’a qu’une maniere de procéder, parce qu’elle n’envisage qu’un objet, l’exposition claire & suivie de la pensée.

La construction usuelle, est celle où les mots sont rangés dans l’ordre autorisé par l’usage de chaque langue. Elle a differens procédes, à cause de la diversité des vûes qu’elle a à combiner & à concilier : elle ne doit point abandonner totalement la succession analytique des idées ; elle doit se prêter à la succession pathétique des objets qui intéressent l’ame ; & elle ne doit pas négliger la succession euphonique {p. 7:845} des expressions les pius propres à flater l’oreille. Ce mélange de vûes souvent opposées ne peut se faire sans avoir recours à quelques licences, sans faire quelques inversions à l’ordre analytique, qui est vraiment l’ordre fondamental : mais la Grammaire générale approuve tout ce qui mene à son but, à l’expression fidele de la pensée. Ainsi quelque vrais & quelque nécessaires que soient les principes fondamentaux de la Grammaire générale sur l’énonciation de la pensée ; quelque conformité que les usages particuliers des langues puissent avoir à ces principes, on trouve cependant dans toutes, des locutions tout-à-fait éloignées & des principes métaphysiques & des pratiques les plus ordinaires ; ce sont des écarts de l’usage avoués même par la raison. La construction usuelle est donc simple ou figurée : simple, quand elle suit sans écart le procédé ordinaire de la langue ; figurée, quand elle admet quelque façon de parler qui s’éloigne des lois ordinaires. On donne à ces locutions particulieres le nom de figures de construction, pour les distinguer de celles dont nous avons parlé plus haut, & qui sont des figures de mots, les unes relatives au matériel, & les autres au sens. Celles ci sont les diverses altérations que les usages des langues autorisent dans la forme de la proposition. (voy. Figure & Construction) C’est communément sur quelques-unes de ces figures, que sont fondés les idiotismes particuliers des langues, & c’est en les ramenant à la construction analytique que l’on vient à-bout de les expliquer. C’est l’analyse seule qui remplit les vuides de l’ellipse, qui justifie les redondances du pléonasme, qui éclaire les détours de l’inversion. Voilà, nous osons le dire, la maniere la plus naturelle & la plus sûre d’introduire les jeunes gens à l’intelligence du latin & du grec. Voyez Construction, Idiotisme, Inversion, Méthode

On voit par cette distribution de l’Orthologie, quelles sont les bornes précises de la Grammaire par rapport à cet objet. Elle n’examine ce qui concerne les mots, que pour les employer ensuite à l’expression d’un sens total dans une proposition. Faut-il reunir plusieurs propositions pour en composer un discours ? Chaque proposition isolée sera toûjours du ressort de la Grammaire, quant à l’expression du sens que l’on y envisagera ; mais ce qui concerne l’ensemble de toutes ces propositions, est d’un autre district. C’est à la Logique à decider du choix & de la force des raisons que l’on doit employer pour éclairer l’esprit : c’est à la Rhetorique à régler les tours, les figures, le style dont on doit se servir pour émouvoir le coeur par le sentiment, ou pour le gagner par l’agrément. Ainsi la Logique enseigne en quelque sorte ce qu’il faut dire ; la Grammaire, comment il faut le dire pour être entendu ; & la Rhetorique, comment il convient de le dire pour persuader.

De l’Ortographe. Les Arts n’ont pas été portés du premier coup à leur perfection ; ils n’y sont parvenus que par degrés, & après bien des changemens. Ainsi quand les hommes songerent à communiquer leurs pensées aux absens, ou à les transmettre à la postérité, ils ne s’aviserent pas d’abord des signes les plus propres à produire cet effet. Ils commencerent par employer des symboles représentatifs des choses, & ne songerent à peindre la parole même, qu’après avoir reconnu par une longue expérience l’insuffisance de leur premiere pratique, & l’inutilité de leurs efforts pour la perfectionner autant qu’il convenoit à leurs besoins. Voyez Ecriture, Caracteres, Hieroglyphes .

L’écriture symbolique fut donc remplacée par l’écriture ortographique, qui est la représentation de la parole. C’est cette derniere seule qui est l’objet de la Grammaire ; & pour en exposer l’art avec methode, il n’y a qu’à suivre le plan même de l’Orthologie. Or nous avons d’abord considéré à part les mots qui sont les élemens de la proposition, ensuite nous avons envisagé l’ensemble de la proposition ; ainsi la Lexicologie & la Syntaxe sont les deux branches générales du traité de la parole. Celui de l’écriture peut se diviser également en deux parties correspondantes que nous nommerons Lexicographie & Logographie. R. R. λέξις, vocabulum ; λόγος, sermo ; & γραφία, scriptio : comme si l’on disoit ortographe des mots, & ortographe du discours. Le terme de Logographie est connu dans un autre sens, mais qui est éloigné du sens étymologique que nous revendiquons ici, parce que c’est le seul qui puisse rendre notre pensée.

I. L’office de la Lexicographie est de prescrire les regles convenables pour représenter le matériel des mots, avec les caracteres autorités par l’usage de chaque langue. On considere dans le matériel des mots les élémens & la prosodie ; de-là deux sortes de caracteres, caracteres élémentaires, & caracteres prosodiques.

1°. Les caracteres élémentaires sont ceux que l’usage a destinés primitivement à la représentation des élemens de la parole, savoir les sons & les articulations. Ceux qui sont établis pour representer les sons, se nomment voyelles ; ceux qui sont introduits pour exprimer les articulations, s’appellent consonnes : les uns & les autres prennent le nom commun de lettres. La liste de toutes les lettres autorisées par l’usage d’une langue, se nomme alphabet ; & on appelle alphabétique, l’ordre dans lequel on a coûtume de les ranger (voyez Alphabet, Lettres, Voyelles, Consonnes). Les Grecs donnerent aux lettres des noms analogues à ceux que nous leur donnons : ils les appellerent στοιχεῖα, élémens, ou γράμματα, lettres. Les termes d’élémens, de sons & d’articulations, ne devroient convenir qu’aux élémens de la parole prononcée ; comme ceux de lettres, de voyelles & de consonnes, ne devroient se dire que de ceux de la parole écrite ; cependant c’est assez l’ordinaire de confondre ces termes, & de les employer les uns pour les autres. C’est à cet usage, introduit par la maniere dont les premiers Grammairiens envisagerent l’art de la parole, que l’on doit l’etymologie du mot Grammaire.

2°. Les caracteres prosodiques sont ceux que l’usage a établis pour diriget la prononciation des mots écrits. On peut en distinguer de trois sortes : les uns reglent l’expression même des mots ou de leurs elemens ; tels que la cédille, l’apostrophe, le tiret, & la diérèse : les autres avertissent de l’accent, c’est à-dire de la mesure de l’élévation du son ; ce sont l’accent aigu, l’accent grave, & l’accent circonflexe : d’autres enfin fixent la quantité ou la mesure de la durée du son ; & on les appelle longue, breve, & douteuse, comme les syllabes mêmes dont elles caractérisent le son. Voyez Prosodie, Accent, Quantité , & les mots que nous venons d’indiquer.

II. L’office de la Logographie est de prescrire les regles convenables pour représenter la relation des mots à l’ensemble de chaque proposition. & la relation de chaque proposition à l’ensemble du discours.

1°. Par rapport aux mots considéres dans la phrase, la Logographie doit en général fixer le choix des lettres capitales ou courantes ; indiquer les occasions où il convient de varier la forme du caractere & d’employer l’italique ou le romain, & prescrire les lois usuelles sur la maniere de représenter les formes accidentelles des mots, relatives à l’ensemble de la proposition.

2°. Pour ce qui est de la relation de chaque proposition à l’ensemble du discours, la Logographie doit donner les moyens de distinguer la différence des sens, & en quelque sorte les différens degrés de leur mutuelle dépendance. Cette partie s’appelle {p. 7:846} Ponctuation. L’usage n’y décide guere que la forme des caracteres qu’elle employe : l’art de s’en servir devient en quelque sorte une affaire de goût ; mais le goût a aussi ses regles, quoiqu’elles puissent plus difficilement être mises à la portée du grand nombre. Voyez Ponctuation.

Tel est l’ordre que nous mettons dans notre maniere d’envisager la Grammaire. D’autres suivroient un plan tout différent, & auroient sans doute de bonnes raisons pour préférer celui qu’ils adopteroient. Cependant le choix n’en est pas indifférent. De toutes les routes qui conduisent au même but, il n’y en a qu’une qui soit la meilleure. Nous n’avons garde d’assûrer que nous l’ayons saisie ; cette assertion seroit d’autant plus présomptueuse, que les principes d’après lesquels on doit décider de la préférence des méthodes didactiques, ne sont peut-être pas encore assez déterminés. Tout ce que nous pouvons avancer, c’est que nous n’avons rien négligé pour présenter les choses sous le point de vûe le plus favorable & le plus lumineux.

Il ne faut pas croire cependant que chacune des parties que nous avons assignées à la Grammaire puisse être traitée seule d’une maniere complette ; elles se doivent toutes des secours mutuels. Ce qui concerne l’écriture doit aller assez parallelement avec ce qui appartient à la parole : il est difficile de bien sentir les caracteres distinctifs des différentes especes de mots, sans connoître les vûes de l’analyse dans l’expression de la pensée ; & il est impossible de fixer bien précisément la nature des accidens des mots, si l’on ne connoît les emplois différens dont ils peuvent être chargés dans la proposition. Mais il n’en est pas moins nécessaire de rapporter à des chefs généraux toutes les matieres grammaticales, & de tracer un plan qui puisse être suivi, du moins dans l’exécution d’un ouvrage élémentaire. Avec cette connoissance des élémens, on peut reprendre le même plan & l’approfondir de suite sans obstacle, parce que les premieres notions présenteront partout les secours qui sont dûs à l’une des parties par les autres. Nous allons les rapprocher ici dans un tableau raccourci, qui sera comme la récapitulation de l’exposition détaillée que nous en avons faite, & qui mettra sous les yeux du lecteur l’ordre vraiment encyclopédique des observations grammaticales.

SYSTÈME FIGURÉ DES PARTIES DE LA GRAMMAIRE.
[Omission table]
{p. 7:847}

Il faudroit peut-être, pour donner à cet article toute la perfection nécessaire, faire connoître ici les différentes Grammaires des langues savantes & vulgaires. Nous l’aurions souhaité, & nous l’avions même insinué à notre illustre prédécesseur : mais le tems ne nous a pas permis de le faire nous-mêmes ; & notre respect pour le public nous empêche de lui présenter des jugemens hasardés ou copiés. Nous dirons simplement qu’il y a peu d’ouvrages de Grammaire dont on ne puisse tirer quelque avantage, mais aussi qu’il y en a peu, ou il n’y ait quelque chose à desirer pour le philosophique. (E. R. M.)

GRAVE §

{p. 7:865}

Grave (Grammaire) §

GRAVE, adj. en terme de Grammaire : on dit, accent grave, accent aigu, accent circonflexe ; & cela se dit également & des différentes élévations du son, & des signes prosodiques qui les caractérisent dans les langues anciennes, & des mêmes caracteres, tels que nous les employons aujourd’hui, quoique destinés à une autre fin (voyez Accent). (E. R. M.)

GUTTURAL §

{p. 7:1015}

Guttural (Gramm.) §

Guttural, (Gramm.) on distingue en différentes classes les diverses articulations usitées dans chaque langue ; & cette distinction se fonde sur sa diversité des parties organiques qui paroissent le plus contribuer à la production de ces articulations. Les consonnes qui les représentent se partagent de même : de-là les labiales, les linguales, les gutturales, &c. Voyez Consonne. (E. R. M.)

H §

{p. 8:NA3}

(Grammaire) §

H, substantif féminin, (Gramm.) c’est la huitieme lettre de notre alphabet. Voyez Alphabet.

Il n’est pas unanimement avoüé par tous les Grammairiens que ce caractere soit une lettre, & ceux qui en font une lettre ne sont pas même d’accord entre eux ; les uns prétendant que c’est une consonne, & les autres, qu’elle n’est qu’un signe d’aspiration. Il est certain que le plus essentiel est de convenir de la valeur de ce caractere ; mais il ne sçauroit être indifférent à la Grammaire de ne sçavoir à quelle classe on doit le rapporter. Essayons donc d’approfondir cette question, & cherchons-en la solution dans les idées générales.

Les lettres sont les signes des élémens de la voix, savoir des sons & des articulations. Voy. Lettres. Le son est une simple émission de la voix, dont les différences essentielles dépendent de la forme du passage que la bouche prête à l’air qui en est la matiere, voyez Son ; & les voyelles sont les lettres destinées à la représentation des sons. Voyez Voyelles. L’articulation est une modification des sons produite par le mouvement subit & instantané de quelqu’une des parties mobiles de l’organe de la parole ; & les consonnes sont les lettres destinées à la représentation des articulations. Ceci mérite d’être développé.

Dans une thèse soutenue aux écoles de Médecine le 13 Janvier 1757 (an ut coeteris animantibus, ita & homini, sua vox peculiaris ?), M. Savary prétend que l’interception momentanée du son est ce qui constitue l’essence des consonnes, c’est-à-dire en distinguant le signe de la chose signifiée, l’essence des articulations : sans cette interception, la voix ne seroit qu’une cacophonie, dont les variations mêmes seroient sans agrément.

J’avoue que l’interception du son caractérise en quelque sorte toutes les articulations unanimement reconnues, parce qu’elles sont toutes produites par des mouvemens qui embarrassent en effet l’émission de la voix. Si les parties mobiles de l’organe restoient dans l’état où ce mouvement les met d’abord, ou l’on n’entendroit rien, ou l’on n’entendroit qu’un sifflement causé par l’échappement contraint de l’air hors de la bouche : pour s’en assûrer, on n’a qu’à réunir les levres comme pour articuler un p, ou approcher la levre inférieure des dents supérieures, comme pour prononcer un v, & tâcher de produire le son a, sans changer cette position. Dans le premier cas, on n’entendra rien jusqu’à ce que les levres se séparent ; & dans le second cas, on n’aura qu’un sifflement informe.

Voilà donc deux choses à distinguer dans l’articulation ; le mouvement instantané de quelque partie mobile de l’organe, & l’interception momentanée du son : laquelle des deux est représentée par les consonnes ? ce n’est assûrément ni l’une ni l’autre. Le mouvement en soi n’est point du ressort de l’audition ; & l’interception du son, qui est un véritable silence, n’en est pas davantage. Cependant l’oreille distingue très-sensiblement les choses représentées par les consonnes ; autrement quelle différence trouveroit-elle entre les mots vanité, qualité, qui se réduisent également aux trois sons a-i-é, quand on en supprime les consonnes ?

La vérité est que le mouvement des parties mobiles de l’organe est la cause physique de ce qui fait l’essence de l’articulation ; l’interception du son est l’effet immédiat de cette cause physique à l’égard de certaines parties mobiles : mais cet effet n’est {p. 8:2} encore qu’un moyen pour amener l’articulation même.

L’air est un fluide qui dans la production de la voix s’échappe par le canal de la bouche ; il lui arrive alors, comme à tous les fluides en pareille circonstance, que sous l’impression de la même force, ses efforts pour s’échapper, & sa vîtesse en s’échappant, croissent en raison des obstacles qu’on lui oppose ; & il est très-naturel que l’oreille distingue les différens degrés de la vîtesse & de l’action d’un fluide qui agit sur elle immédiatement. Ces accroissemens d’action instantanés comme la cause qui les produit, c’est ce qu’on appelle explosion. Ainsi les articulations sont les différens degrés d’explosion que reçoivent les sons par le mouvement subit & instantané de quelqu’une des parties mobiles de l’organe.

Cela posé, il est raisonnable de partager les articulations & les consonnes qui les représentent en autant de classes qu’il y a de parties mobiles qui peuvent procurer l’explosion aux sons par leur mouvement : de-là trois classes générales de consonnes, les labiales, les linguales, & les gutturales, qui représentent les articulations produites par le mouvement ou des levres, ou de la langue, ou de la trachée-artere.

L’aspiration n’est autre chose qu’une articulation gutturale, & la lettre h, qui en est le signe, est une consonne gutturale. Ce n’est point par les causes physiques qu’il faut juger de la nature de l’articulation ; c’est par elle-même : l’oreille en discerne toutes les variations, sans autre secours que sa propre sensibilité ; au lieu qu’il faut les lumieres de la Physique & de l’Anatomie pour en connoître les causes. Que l’aspiration n’occasionne aucune interception du son, c’est une vérité incontestable ; mais elle n’en produit pas moins l’explosion, en quoi consiste l’essence de l’articulation ; la différence n’est que dans la cause. Les autres articulations, sous l’impression de la même force expulsive, procurent aux sons des explosions proportionnées aux obstacles qui embarrassent l’émission de la voix : l’articulation gutturale leur donne une explosion proportionnée à l’augmentation même de la force expulsive.

Aussi l’explosion gutturale produit sur les sons le même effet général que toutes les autres, une distinction qui empêche de les confondre, quoique pareils & consécutifs : par exemple, quand on dit la halle ; le second a est distingué du premier aussi sensiblement par l’aspiration h, que par l’articulation b, quand on dit la balle, ou par l’articulation s, quand on dit la salle. Cet effet euphonique est nettement désigné par le nom d’articulation, qui ne veut dire autre chose que distinction des membres ou des parties de la voix.

La lettre h, qui est le signe de l’explosion gutturale, est donc une véritable consonne, & ses rapports analogiques avec les autres consonnes, sont autant de nouvelles preuves de cette décision.

1°. Le nom épellatif de cette lettre, si je puis parler ainsi, c’est-à-dire le plus commode pour la facilité de l’épellation, emprunte nécessairement le secours de l’e muet, parce que h, comme toute autre consonne, ne peut se faire entendre qu’avec une voyelle ; l’explosion du son ne peut exister sans le son. Ce caractere se prête donc, comme les autres consonnes, au système d’épellation proposé dès 1660 par l’auteur de la Grammaire générale, mis dans tout son jour par M. Dumas, & introduit aujourd’hui dans plusieurs écoles depuis l’invention du bureau typographique.

2°. Dans l’épellation on substitue à cet e muet la voyelle nécessaire, comme quand il s’agit de toute autre consonne : de même qu’avec b on dit, ba, bé, bi, bo, bu, &c. ainsi avec h on dit, ha, hé, hi, ho, hu, &c. comme dans hameau, héros, hibou, hoqueton, hupé, &c.

3°. Il est de l’essence de toute articulation de précéder le son qu’elle modifie, parce que le son une fois échappé n’est plus en la disposition de celui qui parle, pour en recevoir quelque modification. L’articulation gutturale se conforme ici aux autres, parce que l’augmentation de la force expulsive doit précéder l’explosion du son, comme la cause précede l’effet. On peut reconnoître par-là la fausseté d’une remarque que l’on trouve dans la Grammaire françoise de M. l’abbé Regnier (Paris, 1706, in-12, p. 31.), & qui est répétée dans la Prosodie françoise de M. l’abbé d’Olivet, page 36. Ces deux auteurs disent que l’h est aspirée à la fin des trois interjections ah, eh, oh. A la vérité l’usage de notre orthographe place ce caractere à la fin de ces mots ; mais la prononciation renverse l’ordre, & nous disons, ha, hé, ho. Il est impossible que l’organe de la parole fasse entendre la voyelle avant l’aspiration.

4°. Les deux lettres f & h ont été employées l’une pour l’autre ; ce qui suppose qu’elles doivent être de même genre. Les Latins ont dit fircum pour hircum, fostem pour hostem, en employant f pour h ; & au contraire ils ont dit heminas pour feminas, en employant h pour f. Les Espagnols ont fait passer ainsi dans leur langue quantité de mots latins, en changeant f en h : par exemple, ils disent, hablar, (parler), de fabulari ; hazer, (faire), de facere ; herir, (blesser), de ferire ; hado, (destin), de fatum ; higo, (figue), de ficus ; hogar, (foyer), de focus, &c.

Les Latins ont-aussi employé v ou s pour h, en adoptant des mots grecs : veneti vient de ἑνετοὶ, Vesta de ἡστία, vestis de ἑσθής, ver de ἧρ, &c. & de même super vient de ὑπέρ, septem de ἡπτά, &c.

L’auteur des grammaires de Port-Royal fait entendre dans sa Méthode espagnole, part. I. chap. iij. que les effets presque semblables de l’aspiration h & du sifflement f ou v ou s, sont le fondement de cette commutabilité ; & il insinue dans la Méthode latine, que ces permutations peuvent venir de l’ancienne figure de l’esprit rude des Grecs, qui étoit assez semblable à f, parce que, selon le témoignage de S. Isidore, on divisa perpendiculairement en deux parties égales la lettre H, & l’on prit la premiere moitié I- pour signe de l’esprit rude, & l’autre moitié -I pour symbole de l’esprit doux. Je laisse au lecteur à juger du poids de ces opinions, & je me réduis à conclure tout de nouveau que toutes ces analogies de la lettre h avec les autres consonnes, lui en assûrent incontestablement la qualité & le nom.

Ceux qui ne veulent pas en convenir soûtiennent, dit M. du Marsais, que ce signe ne marquant aucun son particulier analogue au son des autres consonnes, il ne doit être considéré que comme un signe d’aspiration. Voyez Consonne. Je ne ferai point remarquer ici que le mot son y est employé abusivement, ou du moins dans un autre sens que celui que je lui ai assigné dès le commencement, & je vais au contraire l’employer de la même maniere, afin de mieux assortir ma réponse à l’objection : je dis donc qu’elle ne prouve rien, parce qu’elle prouveroit trop. On pourroit appliquer ce raisonnement à telle classe de consonne que l’on voudroit, parce qu’en général les consonnes d’une classe ne marquent aucun son particulier analogue au son des consonnes d’une autre classe : ainsi l’on pourroit dire, par exemple, que nos cinq lettres labiales b, p, v, f, m, ne marquant aucuns sons particuliers analogues aux sons des autres consonnes, elles ne doivent être considérées que comme les signes de certains mouvemens des levres. J’ajoûte que ce raisonnement porte sur un principe faux, & qu’en effet la lettre h désigne un objet {p. 8:3} de l’audition très-analogue à celui des autres consonnes, je veux dire une explosion réelle des sons. Si l’on a cherché l’analogie des consonnes ou des articulations dans quelque autre chose, c’est une pure méprise.

Mais, dira-t-on, les Grecs ne l’ont jamais regardée comme telle ; c’est pour cela qu’ils ne l’ont point placée dans leur alphabet, & que dans l’écriture ordinaire ils ne la marquent que comme les accens au-dessus des lettres : & si dans la suite ce caractere a passé dans l’alphabet latin, & de-là dans ceux des langues modernes, cela n’est arrivé que par l’indolence des copistes qui ont suivi le mouvement des doigts & écrit de suite ce signe avec les autres lettres du mot, plûtôt que d’interrompre ce mouvement pour marquer l’aspiration au-dessus de la lettre. C’est encore M. du Marsais (ibid.) qui prête ici son organe à ceux qui ne veulent pas même reconnoître h pour une lettre ; mais leurs raisons demeurent toujours sans force sous la main même qui étoit la plus propre à leur en donner.

Que nous importe en effet que les Grecs ayent regardé ou non ce caractere comme une lettre, & que dans l’écriture ordinaire ils ne l’ayent pas employé comme les autres lettres ? n’avons-nous pas à opposer à l’usage des Grecs celui de toutes les Nations de l’Europe, qui se servent aujourd’hui de l’alphabet latin, qui y placent ce caractere, & qui l’employent dans les mots comme toutes les autres lettres ? Pourquoi l’autorité des modernes le céderoit-elle sur ce point à celle des anciens, ou pourquoi ne l’emporteroit-elle pas, du-moins par la pluralité des suffrages ?

C’est, dit-on, que l’usage moderne ne doit son origine qu’à la négligence de quelques copistes malhabiles, & que celui des Grecs paroît venir d’une institution réfléchie. Cet usage qu’on appelle moderne est pourtant celui de la langue hébraïque, dont le ה, n’est rien autre chose que notre h ; & cet usage paroît tenir de plus près à la premiere institution des lettres, & au seul tems où, selon la judicieuse remarque de M. Duclos (Remarq. sur le v. chap. de la I. part. de la Grammaire générale.), l’orthographe ait été parfaite.

Les Grecs eux-mêmes employerent au commencement le caractere H, qu’ils nomment aujourd’hui ἦτα, à la place de l’esprit rude qu’ils introduisirent plus tard ; d’anciens grammairiens nous apprennent qu’ils écrivoient ΗΟΔΟΙ pour ὁδῷ, ΗΕΚΑΤΟΝ pour ἑκατὸν, & qu’avant l’institution des consonnes aspirées, ils écrivoient simplement la ténue & Η ensuite, ΤΗΕΟΣ pour ΘΕΟΣ. Nous avons fidélement copié cet ancien usage des Grecs dans l’orthographe des mots que nous avons empruntés d’eux, comme dans rhétorique, théologie ; & eux-mêmes n’étoient que les imitateurs des Phéniciens à qui ils devoient la connoissance des lettres, comme l’indique encore le nom grec ἧτα, assez analogue au nom ou heth des Phéniciens & des Hébreux.

Ceux donc pour qui l’autorité des Grecs est une raison déterminante, doivent trouver dans cette pratique un témoignage d’autant plus grave en faveur de l’opinion que je défens ici, que c’est le plus ancien usage, &, à tout prendre, le plus universel, puisqu’il n’y a guere que l’usage postérieur des Grecs qui y fasse exception.

Au surplus, il n’est pas tout-à-fait vrai qu’ils n’ayent employé que comme les accens le caractere qu’ils ont substitué à h. Ils n’ont jamais placé les accens que sur des voyelles, parce qu’il n’y a en effet que les sons qui soient susceptibles de l’espece de modulation qu’indiquent les accens, & que cette sorte de modification est très-différente de l’explosion désignée par les consonnes. Mais ce que la grammaire greque nomme esprit se trouve quelquefois sur les voyelles & quelquefois sur des consonnes. Voyez Esprit.

Dans le premier cas, il en est de l’esprit sur la voyelle, comme de la consonne qui la précede ; & l’on voit en effet que l’esprit se transforme en une consonne, ou la consonne en un esprit, dans le passage d’une langue à une autre ; le ἧρ grec devient ver en latin ; le fabulari latin devient hablar en espagnol. On n’a pas d’exemple d’accens transformés en consonnes, ni de consonnes métamorphosées en accens.

Dans le second cas, il est encore bien plus évident que ce qu’indique l’esprit est de même nature que ce dont la consonne est le signe. L’esprit & la consonne ne sont associés que parce que chacun de ces caracteres représente une articulation, & l’union des deux signes est alors le symbole de l’union des deux causes d’explosion sur le même son. Ainsi le son ε de la premiere syllabe du mot grec ῤέω est articulé comme le même son e dans la premiere syllabe du mot latin creo : ce son dans les deux langues est précédé d’une double articulation ; ou, si l’on veut, l’explosion de ce son y a deux causes.

Non-seulement les Grecs ont placé l’esprit rude sur des consonnes, ils ont encore introduit dans leur alphabet des caracteres représentatifs de l’union de cet esprit avec une consonne, de même qu’ils en ont admis d’autres qui représentent l’union de deux consonnes : ils donnent aux caracteres de la premiere espece le nom de consonnes aspirées, φ, χ, θ, & à ceux de la seconde le nom de consonnes doubles, ψ, ξ, ζ. Comme les premieres sont nommées aspirées, parce que l’aspiration leur est commune & semble modifier la premiere des deux articulations, on pouvoit donner aux dernieres la dénomination de sifflantes, parce que le sifflement leur est commun & y modifie aussi la premiere articulation : mais les unes & les autres sont également doubles & se décomposent effectivement de la même maniere. De même que ψ vaut πσ, que ξ vaut κσ, & que ζ vaut δσ ; ainsi φ vaut ΠΗ, χ vaut ΚΗ, & θ vaut ΤΗ.

Il paroît donc qu’attribuer l’introduction de la lettre h dans l’alphabet à la prétendue indolence des copistes, c’est une conjecture hasardée en faveur d’une opinion à laquelle on tient par habitude, ou contre un sentiment dont on n’avoit pas approfondi les preuves, mais dont le fondement se trouve chez les Grecs mêmes à qui l’on prête assez légerement des vûes tout opposées.

Quoi qu’il en soit, la lettre h a dans notre orthographe différens usages qu’il est essentiel d’observer.

I. Lorsqu’elle est seule avant une voyelle dans la même syllabe, elle est aspirée ou muette.

1°. Si elle est aspirée, elle donne au son de la voyelle suivante cette explosion marquée qui vient de l’augmentation de la force expulsive, & alors elle a les mêmes effets que les autres consonnes. Si elle commence le mot, elle empêche l’élision de la voyelle finale du mot précédent, ou elle en rend muette la consonne finale. Ainsi au lieu de dire avec élision funest’hasard en quatre syllabes, comme funest’ardeur, on dit funest-e-hasard en cinq syllabes, comme funest-e combat ; au contraire, au lieu de dire au pluriel funeste-s hasards comme funeste-s ardeurs, on prononce sans s funest’hasards, comme funeste’ combats.

2°. Si la lettre h est muette, elle n’indique aucune explosion pour le son de la voyelle suivante, qui reste dans l’état naturel de simple émission de la voix ; dans ce cas, h n’a pas plus d’influence sur la prononciation que si elle n’étoit point écrite : ce n’est alors qu’une lettre purement étymologique, que l’on conserve comme une trace du mot radical où elle se trouvoit, plûtôt que comme le signe d’un élément réel du mot où elle est employée ; & si elle {p. 8:4} commence le mot, la lettre finale du mot précédent, soit voyelle, soit consonne, est réputée suivie immédiatement d’une voyelle. Ainsi au lieu de dire sans élision titr e honorable, comme titr-e favorable, on dit titr’honorable avec élision, comme titr’onéreux : au contraire, au lieu de dire au pluriel titre’ honorables, comme titre’favorables, on dit, en prononçant s, titre-s honorables, comme titre-s onéreux.

Notre distinction de l’h aspirée & de l’h muette répond à celle de l’esprit rude & de l’esprit doux des Grecs ; mais notre maniere est plus gauche que celle des Grecs, puisque leurs deux esprits avoient des signes différens, & que nos deux h sont indiscernables par la figure.

Il semble qu’il auroit été plus raisonnable de supprimer de notre orthographe tout caractere muet ; & celle des Italiens doit par-là même arriver plûtôt que la nôtre à son point de perfection, parce qu’ils ont la liberté de supprimer les h muettes ; nomo, homme ; uomini, hommes ; avere, avoir, &c.

Il seroit du-moins à souhaiter que l’on eût quelques regles générales pour distinguer les mots où l’on aspire h, de ceux où elle est muette : mais celles que quelques-uns de nos grammairiens ont imaginées sont trop incertaines, fondées sur des notions trop éloignées des connoissances vulgaires, & sujettes à trop d’exceptions : il est plus court & plus sûr de s’en rapporter à une liste exacte des mots où l’on aspire. C’est le parti qu’a pris M. l’abbé d’Olivet, dans son excellent Traité de la Prosodie françoise : le lecteur ne sauroit mieux faire que de consulter cet ouvrage, qui d’ailleurs ne peut être trop lû par ceux qui donnent quelque soin à l’étude de la langue françoise.

II. Lorsque la lettre h est précédée d’une consonne dans la même syllabe, elle est ou purement étymologique, ou purement auxiliaire, ou étymologique & auxiliaire tout à-la-fois. Elle est-étymologique, si elle entre dans le mot écrit par imitation du mot radical d’où il est dérivé ; elle est auxiliaire, si elle sert à changer la prononciation naturelle de la consonne précédente.

Les consonnes après lesquelles nous l’employons en françois sont c, l, p, r, t.

1°. Après la consonne c, la lettre h est purement auxiliaire, lorsqu’avec cette consonne elle devient le type de l’articulation forte dont nous représentons la foible par j, & qu’elle n’indique aucune aspiration dans le mot radical : telle est la valeur de h dans les mots chapeau, cheval chameau, chose, chûte, &c. L’orthographe allemande exprime cette articulation par sch, & l’orthographe angloise par sh.

Après c la lettre h est purement étymologique dans plusieurs mots qui nous viennent du grec ou de quelque langue orientale ancienne, parce qu’elle ne sert alors qu’à indiquer que les mots radicaux avoient un k aspiré, & que dans le mot dérivé elle laisse au c la prononciation naturelle du k, comme dans les mots, Achaie, Chersonèse, Chiromancie, Chaldée, Nabuchodonosor, Achab, que l’on prononce comme s’il y avoit Akaie, Kersonèse, Kiromancie, Kaldée, Nabukodonosor, Akab.

Plusieurs mots de cette classe étant devenus plus communs que les autres parmi le peuple, se sont insensiblement éloignés de leur prononciation originelle, pour prendre celle du ch françois. Les fautes que le peuple commet d’abord par ignorance deviennent enfin usage à force de répétitions, & font loi, même pour les savans. On prononce donc aujourd’hui à la françoise, archevêque, archiépiscopal ; Achéron prédominera enfin, quoique l’opéra paroisse encore tenir pour Akéron. Dans ces mots la lettre h est auxiliaire & étymologique tout à-la-fois.

Dans d’autres mots de même origine, où elle n’étoit qu’étymologique, elle en a été supprimée totalement ; ce qui assûre la durée de la prononciation originelle & de l’orthographe analogique : tels sont les mots caractere, colere, colique, qui s’écrivoient autrefois charactere, cholere, cholique. Puisse l’usage amener insensiblement la suppression de tant d’autres lettres qui ne servent qu’à défigurer notre orthographe ou à l’embarrasser !

2°. Après la consonne l la lettre h est purement auxiliaire dans quelques noms propres, où elle donne à l la prononciation mouillée ; comme dans Milhaud (nom de ville), où la lettre l se prononce comme dans billot.

3°. H est tout à-la-fois auxiliaire & étymologique dans ph ; elle y est étymologique, puisqu’elle indique que le mot vient de l’hébreu ou du grec, & qu’il y a à la racine un p avec aspiration, c’est-à-dire un phé פ, ou un phi φ : mais cette lettre est en même tems auxiliaire, puisqu’elle indique un changement dans la prononciation originelle du p, & que ph est pour nous un autre symbole de l’articulation déjà désignée par s. Ainsi nous prononçons, Joseph, philosophe, comme s’il y avoit Josef, filosofe.

Les Italiens employent tout simplement f au lieu de ph ; en cela ils sont encore plus sages que nous, & n’en sont pas moins bons étymologistes.

4°. Après les consonnes r & t, la lettre h est purement étymologique ; elle n’a aucune influence sur la prononciation de la consonne précédente, & elle indique seulement que le mot est tiré d’un mot grec ou hébreu, où cette consonne étoit accompagnée de l’esprit rude, de l’aspiration, comme dans les mots rhapsodie, rhétorique, théologie, Thomas. On a retranché cette h étymologigue de quelques mots, & l’on a bien fait : ainsi l’on ecrit, trésor, trône, sans h ; & l’orthographe y a gagné un degré de simplification.

Qu’il me soit permis de terminer cet article par une conjecture sur l’origine du nom ache que l’on donne à la lettre h, au lieu de l’appeller simplement he en aspirant l’e muet, comme on devroit appeller be, pe, de, me, &c. les consonnes b, p, d, m, &c.

On distingue dans l’alphabet hébreu quatre lettres gutturales, […], […], […], […], aleph, hé, kheth, aïn, & on les nomme ahécha (Grammaire hébraïque par M. l’abbé Ladvocat, page 6.). Ce mot factice est évidemment résulté de la somme des quatre gutturales, dont la premiere est a, la seconde , la troisiéme kh ou ch, & la quatriéme a ou ha. Or ch, que nous prononçons quelquefois comme dans Chalcédoine, nous le prononçons aussi quelquefois comme dans chanoine ; & en le prononçant ainsi dans le mot factice des gutturales hébraïques, on peut avoir dit de notre h que c’étoit une lettre gutturale, une lettre ahécha, par contraction une acha, & avec une terminaison françoise, une ache. Combien d’étymologies reçûes qui ne sont pas fondées sur autant de vraissemblance ! (B. E. R. M.)

{p. 8:104}

HELLENISME §

HELLENISME, s. m. (Gram.) C’est un idiotisme grec, c’est-à-dire, une façon de parler exclusivement {p. 8:105} propre à la langue grecque, & éloignée des lois générales du langage. Voyez Idiotisme. C’est le seul article qui, dans l’Encyclopédie, doive traiter de ces façons de parler ; on peut en voir la raison au mot Gallicisme. Je remarquerai seulement ici que dans tous les livres qui traitent des élémens de la langue latine, l’hellénisme y est mis au nombre des figures de construction propres à cette langue. Voici sur cela quelques observations.

1°. Cette maniere d’envisager l’hellénisme, peut faire tomber les jeunes gens dans la même erreur qui a déjà été relevée à l’occasion du mot gallicisme ; savoir que les hellénismes ne sont qu’en latin. Mais ils sont premierement & essentiellement dans la langue grecque, & leur essence consiste à y être en effet un écart de langage exclusivement propre à cette langue. C’est sous ce point de vûe que les hellénismes sont envisagés & traités dans le livre intitulé, Francisci Vigeri Rothomagensis de proecipuis groecoe dictionis idiotismis libellus. L’ordre des parties d’oraison est celui que l’auteur a suivi ; & il est entré sur les idiotismes grecs, dans un détail très-utile pour l’intelligence de cette langue. Dans l’édition de Leyde 1742, l’éditeur Henri Hoogeveen y a ajoûté plusieurs idiotismes, & des notes très-savantes & pleines de bonnes recherches.

2°. Ce n’est pas seulement l’hellénisme qui peut passer dans une autre langue, & y devenir une figure de construction ; tout idiotisme particulier peut avoir le même sort, & faire la même fortune. Faudra-t-il imaginer dans une langue autant de sortes de figures de construction, qu’il y aura d’idiomes différens, dont elle aura adopté les locutions propres ? M. du Marsais paroît avoir senti cet inconvénient, dans le détail qu’il fait des figures de construction aux articles Construction & Figure : il n’y cite l’hellénisme, que comme un exemple de la figure qu’il appelle imitation. Mais il n’a pas encore porté la réforme aussi loin qu’elle pouvoit & qu’elle devoit aller, quoiqu’il en ait exposé nettement le principe.

3°. Ce principe est, que ces locutions empruntées d’une langue étrangere, étant figurées même dans cette langue, ne le sont que de la même maniere dans celle qui les a adoptées par imitation, & que dans l’une comme dans l’autre, on doit les réduire à la construction analytique & à l’analogie commune à toutes les langues, si l’on veut en saisir le sens.

Voici, par exemple, dans Virgile (AEn. iv.) un hellénisme, qui n’est qu’une phrase elliptique :

Omnia Mercurio similis, vocemque, coloremque,
Ét crines flavos, & membra decora juventoe.

L’analyse de cette phrase en sera-t-elle plus lumineuse, quand on aura doctement décidé que c’est un hellénisme ? Faisons cette analyse comme les Grecs mêmes l’auroient faite. Ils y auroient sousentendu la préposition κατὰ, ou la préposition περὶ ; les Latins y sous-entendoient les prépositions équivalentes secundùm ou per : similis Mercurio secundùm omnia, & secundùm vocem, & secundùm colorem, & secundùm crines flavos, & secundùm membra decora juventoe. L’ellipse seule rend ici raison de la construction ; & il n’est utile de recourir à la langue grecque, que pour indiquer l’origine de la locution, quand elle est expliquée.

Mais les Grammatistes, accoutumés au pur matériel des langues qu’ils n’entendent que par une espece de tradition, ont multiplié les principes comme les difficultés, faute de sagacité pour démêler les rapports de convenance entre ces principes, & les points généraux où ils se réunissent. Il n’y a que le coup d’oeil perçant & sûr de la Philosophie qui puisse appercevoir ces relations & ces points de réunion, d’où la lumiere se répand sur tout le systeme grammatical, & dissipe tous ces phantômes de difficultés, qui ne doivent souvent leur existence qu’à la foiblesse de l’organe de ceux qu’ils effraient. (E. R. M.)

{p. 8:190}

HÉTEROCLITE §

HÉTEROCLITE, adj. (Gram.) les Grammairiens appellent ainsi les noms & les adjectifs, qui s’écartent en quelque chose des regles de la déclinaison à laquelle ils appartiennent, au lieu qu’ils appellent anomaux les verbes qui ne suivent pas exactement les loix de leur conjugaison. Voyez Anomal.

L’idée commune attachée à ces deux termes est donc celle de l’irrégularité ; ce font deux dénominations spécifiques attribuées à différentes especes de mots, & également comprises sous la dénomination générique d’irrégulier. C’est donc sous ce mot qu’il convient d’examiner les causes des irrégularités qui se sont introduites dans les langues. Voyez Irrégulier.

Pour ce qui concerne les anomaux & les hétéroclites propres à chaque langue, c’est aux grammaires particulieres qui en traitent à les faire connoître : les méthodes de P. R. ont assez bien rempli cet objet à l’égard du grec, du latin, de l’italien, & de l’espagnol.

Le mot hétéroclite est composé de deux mots grecs, ἑτέρως, autrement, & κλίνω, décliner ; de-là l’interprétation qu’en fait Priscien, lib. XVII. de constr. ἑτερόκλιτα, dit-il, id est diversiclinia, des mots qui se déclinent autrement que les paradigmes, avec lesquels ils ont de l’analogie. (B. E. R. M.)

HÉTEROGENE §

{p. 8:190}

Hétérogène (Grammaire) §

HÉTEROGENE, adj. en Grammaire, on appelle ainsi les noms qui sont d’un genre au singulier, & d’un autre au pluriel. R R. ἕτερος, autre, & γένος, genre. Voyez Genre, n°. v.

Quoiqu’on ne trouve dans cet article que des exemples latins, il ne faut pas croire que le terme & le fait qu’il désigne soient exclusivement propres à la langue latine. On trouve plusieurs noms hétérogenes dans la langue grecque ; ὁ ἐρετμὸς, remus ; τὰ ἐρετμά, remi ; ὁ κύκλος, circulus ; οἱ κύκλοι & τὰ κύκλα, circuli, &c. Voyez le ch. viij. liv. II. de la méthode grecque de P. R.

Notre langue elle-même n’est pas sans exemple de cette espece : délice au singulier est du genre masculin ; quel délice, c’est un grand délice : le même nom est du genre féminin au pluriel, des délices infinies.

La langue italienne a aussi plusieurs noms hétérogenes qui, masculins & terminés en o au singulier, sont féminins & terminés en a au pluriel : il braccio, le bras ; le braccia, les bras ; l’osso, l’os ; le ossa, les os ; il riso, le ris ; le risa, les ris ; l’uovo, l’oeuf ; le uova, les oeufs, &c. Voyez le Maître italien de Veneroni, traité des neuf parties d’oraison, ch. ij. des noms en o, & la Méthode italienne de P. R. part. I. ch. v. regl. vij.

En un mot, il peut se trouver des hétérogenes dans toutes les langues qui admettent la distinction des genres ; la seule stabilité de l’usage suffit pour y en introduire. (E. R. M.)

{p. 8:198}

HIATUS §

HIATUS, s. m. (Gramm.) ce mot purement latin a été adopté dans notre langue sans aucun changement, pour signifier l’espece de cacophonie qui résulte de l’ouverture continuée de la bouche, dans l’émission consécutive de plusieurs sons qui ne sont distingués l’un de l’autre par aucune articulation. M. du Marsais paroît avoir regardé comme exactement synonymes les deux mots hiatus & bâillement ; mais je suis persuadé qu’ils sont dans le cas de tous les autres synonymes, & qu’avec l’idée commune de l’émission consécutive de plusieurs sons non articulés, ils désignent des idées accessoires différentes qui caractérisent chacun d’eux en particulier. Je crois donc que bâillement exprime particulierement l’état de la bouche pendant l’émission de ces sons consécutifs, & que le nom hiatus exprime, comme je l’ai déjà dit, la cacophonie qui en résulte : en sorte que l’on peut dire que l’hiatus est l’effet du bâillement. Le bâillement est pénible pour celui qui parle ; l’hiatus est desagréable pour celui qui écoute : la théorie de l’un appartient à l’Anatomie, celle de l’autre est du ressort de la Grammaire. C’est donc de l’hiatus qu’il faut entendre ce que M. du Marsais a écrit sur le bâillement. Voyez Baillement. Qu’il me soit permis d’y ajoûter quelques réflexions.

« Quoique l’élision se pratiquât rigoureusement dans la versification des Latins, dit M. Harduin, secrétaire perpétuel de la société littéraire d’Arras (Remarques diverses sur la prononciation, page 106. à la note.) : & quoique les François qui n’élident ordinairement que l’e féminin, se soient fait pour les autres voyelles une regle équivalente à l’élision latine, en proscrivant dans leur poésie la rencontre d’une voyelle finale avec une voyelle initiale ; je ne sai s’il n’est pas entré un peu de prévention dans l’établissement de ces regles, qui donne lieu à une contradiction assez bisarre. Car l’hiatus, qu’on trouve si choquant entre deux mots, devroit également déplaire à l’oreille dans le milieu d’un mot : il devroit paroître aussi rude de prononcer meo sans élision, que me odit. On ne voit pas néanmoins que les poëtes latins aient rejetté au tant qu’ils le pouvoient les mots où se rencontroient ces hiatus ; leurs vers en sont remplis, & les nôtres n’en sont pas plus exempts. Non-seulement nos poëtes usent librement de ces sortes de mots, quand la mesure ou le sens du vers paroît les y obliger ; mais lors même qu’il s’agit de nommer arbitrairement un personnage de leur invention, ils ne font aucun scrupule de lui créer ou de lui appliquer un nom dans lequel il se trouve un hiatus ; & je ne crois pas qu’on leur ait jamais reproché d’avoir mis en oeuvre les noms de Cléon, Chloé, Arsinoé, Zaïde, Zaïre, Laonice, Léandre, &c. Il semble même que loin d’éviter les hiatus dans le corps d’un mot, les poëtes françois aient cherché à les multiplier, quand ils ont séparé en deux syllabes quantité de voyelles qui font diphtongue dans la conversation. De tuer ils ont fait tu-er, & ont allongé de même la prononciation de ruine, violence, pieux, étudier, passion, diadème, jouer, avouer, &c. On ne juge cependant pas que cela rende les vers moins coulans ; on n’y fait aucune attention ; & on ne s’apperçoit pas non plus que souvent l’élision de l’e féminin n’empêche point la rencontre de deux voyelles, comme quand on dit, année entiere, plaie effroyable, joie extréme, vûe agréable, vûe égarée, bleue & blanche, boue épaisse ».

Ces observations de M. Harduin sont le fruit d’une attention raisonnée & d’une grande sagacité ; mais elles me paroissent susceptibles de quelques remarques.

1°. Il est certain que la loi générale qui condamne l’hiatus comme vicieux entre deux mots, a un autre fondement que la prévention. La continuité du bâillement qu’exige l’hiatus, met l’organe de la parole dans une contrainte réelle, & fatigue les poûmons de celui qui parle, parce qu’il est obligé de fournir de suite & sans interruption une plus grande quantité d’air : au lieu que quand des articulations interrompent la succession des sons, elles procurent nécessairement aux poûmons de petits repos qui facilitent l’opération de cet organe : car la plûpart des articulations ne donnent l’explosion aux sons qu’elles modifient, qu’en interceptant l’air qui en est la matiere. Voyez h. Cette interception doit donc diminuer le travail de l’expiration, puisqu’elle en suspend le cours, & qu’elle doit même occasionner vers les poûmons un reflux d’air proportionné à la force qui en arrête l’émission.

D’autre part, c’est un principe indiqué & confirmé par l’expérience, que l’embarras de celui qui parle affecte desagréablement celui qui écoute : tout le monde l’a éprouvé en entendant parler quelque personne enrouée ou begue, ou un orateur dont la mémoire est chancelante ou infidelle. C’est donc essentiellement & indépendamment de toute prévention que l’hiatus est vicieux ; & il l’est également dans sa cause & dans ses effets.

2°. Si les Latins pratiquoient rigoureusement l’élision d’une voyelle finale devant une voyelle initiale, quoiqu’ils n’agissent pas de même à l’égard de deux voyelles consécutives au milieu d’un mot ; si nous-mêmes, ainsi que bien d’autres peuples, avons en cela imité les Latins, c’est que nous avons tous suivi l’impression de la nature : car il n’y a que ses décisions qui puissent amener les hommes à l’unanimité.

Ne semble-t-il pas en effet que le bâillement doit être moins pénible, & conséquemment l’hiatus moins desagreable au milieu du mot qu’à la fin, parce que les poûmons n’ont pas fait encore une si grande dépense d’air ? D’ailleurs l’effet du bâillement étant de soûtenir la voix, l’oreille doit s’offenser plûtôt de l’entendre se soûtenir quand le mot est fini, que {p. 8:199} quand il dure encore ; parce qu’il y a analogie entre soûtenir & continuer, & qu’il y a contradiction entre soûtenir & finir.

Il faut pourtant avouer que cette contradiction a paru assez peu offensante aux Grecs, puisque le nombre des voyelles non élidées dans leurs vers est peut-être plus grand que celui des voyelles élidées : c’est une objection qui doit venir tout naturellement à quiconque a lu les poëtes grecs. Mais il faut prendre garde en premier lieu à ne pas juger des Grecs par les Latins, chez qui la lettre h étoit toûjours muette quant à l’élision qu’elle n’empêchoit jamais ; au lieu que l’esprit rude avoit chez les Grecs le même effet que notre h aspirée ; & l’on ne peut pas dire qu’il y ait alors hiatus faute d’élision, comme dans ce vers du premier livre de l’Iliade :

Ἄξω ἑλών· ὃ δέ κεν κεχολώσεται ὅν κεν ἵκωμαι.

Cette premiere observation diminue de beaucoup le nombre apparent des voyelles non élidées. Une seconde que j’y ajoûterai peut encore réduire à moins les témoignages que l’on pourroit alléguer en faveur de l’hiatus : c’est que quand les Grecs n’élidoient pas, les finales, quoique longues de leur nature, & même les diphthongues, devenoient ordinairement breves ; ce qui servoit à diminuer ou à corriger le vice de l’hiatus : & les poëtes latins ont quelquefois imité les Grecs en ce point :

Credimus ? An qui amant ipsi sibi somnia fingunt ?
Virgile.
Implerunt montes ; flerunt Rhodopēĭæ rupes.
idem.

Que reste-t-il donc à conclure de ce qui n’est pas encore justifié par ces observations ? que ce sont des licences autorisées par l’usage en faveur de la difficulté, ou suggérées par le goût pour donner au vers une mollesse relative au sens qu’il exprime, ou même échappées au poëte par inadvertance ou par nécessité ; mais que comme licences ce sont encore des témoignages rendus en faveur de la loi qui proscrit l’hiatus.

3°. Quoique les Latins n’élidassent pas au milieu du mot, l’usage de leur langue avoit cependant égard au vice de l’hiatus ; & s’ils ne supprimoient pas tout-à-fait la premiere des deux voyelles, ils en supprimoient du-moins une partie en la faisant breve. C’est-là la véritable cause de cette regle de quantité énoncée par Despautere en un vers latin :

Vocalis brevis antè aliam manet usque Latinis.

& par la Méthode latine de Port-Royal, en deux vers françois :

Il faut abréger la voyelle,
Quand une autre suit après elle.

Ce principe n’est pas propre à la langue latine : inspiré par la nature, & amené nécessairement par le méchanisme de l’organe, il est universel & il influe sur la prononciation dans toutes les langues. Les Grecs y étoient assujettis comme les Latins ; & quoique nous n’ayons pas des regles de quantité aussi fixes & aussi marquées que ces deux peuples, c’en est cependant une que tout le monde peut vérifier, que nous prononçons breve toute voyelle suivie d’une autre voyelle dans le même mot : lĭer, nŭer, prĭeur, crĭant.

On trouve néanmoins dans le Traité de la Prosodie françoise par M. l’abbé d’Olivet (page 73 sur la terminaison ée), une regle de quantité contradictoire à celle-ci : c’est

« que tous les mots qui finissent par un e muet, immédiatement précédé d’une voyelle, ont leur pénultieme longue comme aimēe, je līe, joīe, je loūe, je nūe, &c. »

La langue italienne a une pratique assez semblable ; & en outre toute diphthongue à la fin d’un vers, se divise en deux syllabes dont la pénultieme est longue & la derniere breve. Peut-être n’y a-t-il pas une langue qui ne pût fortifier cette objection par quelques usages particuliers & par des exemples : les mots grecs ἀέναος, ἄονες, &c. les mots latins diēi, fīunt, &c. en sont des preuves.

Mais qu’on y prenne garde : dans tous les cas que l’on vient de voir, toutes les langues ont pensé à diminuer le vice de l’hiatus ; la premiere des deux voyelles est longue à la vérité, mais la seconde est breve ; ce qui produit à-peu-près le même effet que quand la premiere est breve & la seconde longue. Si quelquefois on s’écarte de cette regle, c’est le moins qu’il est possible ; & c’est pour concilier avec elle une autre loi de l’harmonie encore plus inviolable, qui demande que de deux voyelles consécutives la premiere soit fortifiée, si la seconde est muette ou très-breve, ou que la premiere soit foible, si la seconde est le point où se trouve le soûtien de la voix.

4°. C’est encore au même méchanisme & à l’intention d’éviter ou de diminuer le vice de l’hiatus, qu’il faut rapporter l’origine des diphthongues ; elles ne sont point dans la nature primitive de la parole ; il n’y a de naturel que les sons simples. Mais dans plusieurs occasions, le hasard ou les lois de la formation ayant introduit deux sons consécutifs sans articulation intermédiaire, on a naturellement prononcé bref l’un de ces deux sons, & communément le premier, pour éviter le desagrément d’un hiatus trop marqué, & l’incommodité d’un bâillement trop soûtenu. Lorsque le son prépositif s’est trouvé propre à se prêter à une rapidité assez grande sans être totalement supprimé, les deux sons se sont prononcés d’un seul coup de voix : c’est la diphthongue. C’est pour cela que toute diphthongue réelle est longue, dans quelque langue que ce soit, parce que le son double réunit dans sa durée les deux tems des sons élémentaires dont il est résulté : & que quand les besoins de la versification ont porté les poëtes à décomposer une diphthongue pour en prononcer séparément les deux parties élémentaires (Voyez Diérese), ils ont toûjours fait bref le son prépositif. Si par une licence contraire ils ont voulu se débarrasser d’ une syllabe incommode, en n’en faisant qu’une de deux sons consécutifs que l’usage de la langue n’avoit pas réunis en une diphthongue (Voy. Synecphonèse & Synérèse), cette syllabe factice a toûjours été longue, comme les diphthongues usuelles.

5°. Quoiqu’il soit vrai en général que l’hiatus est un vice réel dans la parole, sur-tout entre deux mots qui se suivent ; loin cependant d’y déplaire toûjours, il y produit quelquefois un bon effet, comme il arrive aux dissonnances de plaire dans la Musique, & aux ombres dans un tableau, lorsqu’elles y sont placées avec intelligence. Par exemple, lorsque Racine (Athalie, act. I. sc. j.) met dans la bouche du grand-prêtre Joad ce discours si majestueux & si digne de sa matiere :

Celui qui met un frein à la fureur des flots,
Sait aussi des méchans arréter les complots.

est-il bien certain que l’hiatus qui est à l’hémistiche du premier vers, y soit une faute ? M. l’abbé d’Olivet (Prosod. franç. page 47.) se contente de l’excuser par la raison du repos qui interrompt la continuité des deux sons & le bâillement : mais je serois fort tenté de croire que cet hiatus est ici une véritable beauté ; il y fait image, en mettant, pour ainsi dire, un frein à la rapidité de la prononciation, comme le Tout-puissant met un frein à la fureur des flots. Je ne prétends pas dire que le poëte ait eu explicitement cette intention : mais il est certain que le fondement des beautés qu’on admire avec enthousiasme dans le procumbit humi bos, n’a pas plus de solidité ; peut-être même en a-t-il moins. {p. 8:200}

6°. Quoique je n’aye pas expliqué toutes les inconséquences apparentes de la loi qui condamne l’hiatus & qui en laisse pourtant subsister un grand nombre dans toutes les langues, j’ai cru néanmoins pouvoir joindre mes remarques à celles de M. Harduin : peut-être que la combinaison des unes avec les autres pourra servir quelque jour à les concilier & à faire disparoître les prétendues contradictions du système de prononciation dont il s’agit ici. En général, on doit se défier beaucoup des exceptions à une loi qui paroît universelle & fondée en nature : souvent on ne la croit violée, que parce que l’on n’en connoît pas les motifs, les causes, les relations, les degrés de subordination à d’autres lois plus générales ou plus essentielles. Eh, sans sortir des matieres grammaticales, combien de regles contradictoires & d’exceptions aujourd’hui ridicules, qui remplissent les anciens livres élémentaires & plusieurs des modernes, & qu’une analyse exacte & approfondie ramene sans embarras à un petit nombre de principes également solides, lumineux & féconds ! (B. E. R. M.)

{p. 8:282}

HOMONYME §

HOMONYME, adj. (Gramm.) ὁμόνομος, de même nom ; racines, ὁμὸς, semblable, & ὄνομα, nom. Ce terme grec d’origine, étoit rendu en latin par les mots univocus, ou oequivocus, que j’employerois volontiers à distinguer deux especes différentes d’homonymes, qu’il est à propos de ne pas confondre, si l’on veut prendre de ce terme une idée juste & précise.

J’appellerois donc homonyme univoque tout mot qui, sans aucun changement dans le matériel, est destiné par l’usage à diverses significations propres, & dont par conséquent le sens actuel dépend toûjours des circonstances où il est employé. Tel est en latin le nom de taurus, qui quelquefois signifie l’animal domestique que nous appellons taureau, & d’autres fois une grande chaîne de montagnes située en Asie. Tel est aussi en françois le mot coin, qui signifie une sorte de fruit, malum cydonium ; un angle, angulus ; un instrument à fendre le bois, cuneus ; la matrice ou l’instrument avec quoi l’on marque la monnoie ou les médailles, typus.

J’ai dit diverses significations propres, parce que l’on ne doit pas regarder un mot comme homonyme, quoiqu’il signifie une chose dans le sens propre, & une autre dans le sens figuré. Ainsi le mot voix n’est point homonyme, quoiqu’il ait diverses significations dans le sens propre & dans le sens figuré : dans le sens propre, il signifie le son qui sort de la bouche ; dans le figuré, il signifie quelquefois un sentiment intérieur, une sorte d’inspiration, comme quand on dit la voix de la conscience, & d’autres fois, un suffrage, un avis, comme quand on dit, qu’il vaudroit mieux peser les voix que de les compter.

J’appellerois homonymes équivoques, des mots qui n’ont entre eux que des différences très-légeres, ou dans la prononciation, ou dans l’orthographe, ou même dans l’une & dans l’autre, quoiqu’ils aient des significations totalement différentes. Par exemple, les mots voler, latrocinari, & voler, volare, ne different entre eux que par la prononciation ; la syllabe vo est longue dans le premier, & breve dans le second ; v[…]ler, v[…]ler. Les mots ceint, cinctus ; sain, sanus ; saint, sanctus ; sein, sinus ; & seing, chirographum, ne different entre eux que par l’ortographe. Enfin les mots tâche, pensum, & tache, macula, different entre eux, & par la prononciation & par l’orthographe.

L’idée commune à ces deux especes d’homonymes est donc la pluralité des sens avec de la ressemblance dans le matériel : leurs caracteres spécifiques se tirent de cette ressemblance même. Si elle est totale & identique, les mots homonymes sont alors indiscernables quant à leur matériel ; c’est un même & unique mot, una vox ; & c’est pour cela que je les distingue des autres par la dénomination d’univoques. Si la ressemblance n’est que partielle & approchée, il n’y a plus unité dans le matériel des homonymes, chacun a son mot propre, mais ces mots ont entre eux une relation de parité, oequoe voces ; & de-là la dénomination d’équivoques, pour distinguer cette seconde espece.

Dans le premier cas, un mot est homonyme absolument, & indépendamment de toute comparaison avec d’autres mots, parce que c’est identiquement le même matériel qui désigne des sens différens : dans {p. 8:283} le second cas, les mots ne sont homonymes que relativement, parce que les sens différens sont désignés par des mots qui, malgré leur ressemblance, ont pourtant entre eux des différences, légeres à la vérité, mais réelles.

L’usage des homonymes de la premiere espece, exige que dans la suite d’un raisonnement, on attache constamment au même mot le même sens qu’on lui a d’abord supposé ; parce qu’à coup sûr, ce qui convient à l’un des sens ne convient pas à l’autre, par la raison même de leur différence, & que dans l’une des deux acceptions, on avanceroit une proposition fausse, qui deviendroit peut-être ensuite la source d’une infinité d’erreurs.

L’usage des homonymes de la seconde espece exige de l’exactitude dans la prononciation & dans l’orthographe, afin qu’on ne présente pas par mal-adresse un sens louche ou même ridicule, en faisant entendre ou voir un mot pour un autre qui en approche. C’est sur-tout dans cette distinction délicate de sons approchés, que consiste la grande difficulté de la prononciation de la langue chinoise pour les étrangers. Walton, d’après Alvarès Semedo, nous apprend que les Chinois n’ont que 326 mots, tous monosyllables ; qu’ils ont cinq tons différens, selon lesquels un même mot signifie cinq choses différentes, ce qui multiplie les mots possibles de leur langue jusqu’à cinq fois 326, ou 1630 ; & que cependant il n’y en a d’usités que 1228.

On peut demander ici comment il est possible de concilier ce petit nombre de mots avec la quantité prodigieuse des caracteres chinois que l’on fait monter jusqu’à 80000. La réponse est facile. On sait que l’écriture chinoise est hyéroglyphique, que les caracteres y représentent les idées, & non pas les élémens de la voix, & qu’en conséquence elle est commune à plusieurs nations voisines de la Chine, quoiqu’elles parlent des langues différentes. Voyez Ecriture chinoise. Or quand on dit que les Chinois n’ont que 1228 mots significatifs, on ne parle que de l’idée individuelle qui caractérise chacun d’eux, & non pas de l’idée spécifique ou de l’idée accidentelle qui peut y être ajoûtée : toutes ces idées sont attachées à l’ordre de la construction usuelle ; & le même mot matériel est nom, adjectif verbe, &c. selon la place qu’il occupe dans l’ensemble de la phrase. (Rhétorique du P. Lamy, liv. I. ch. x.) Mais l’écriture devant offrir aux yeux toutes les idées comprises dans la signification totale d’un mot, l’idée individuelle & l’idée spécifique, l’idée fondamentale & l’idée accidentelle, l’idée principale & l’idée accessoire ; chaque mot primitif suppose nécessairement plusieurs caracteres, qui servent à en présenter l’idée individuelle sous tous les aspects exigés par les vûes de l’énonciation.

Quoi qu’il en soit, on sent à merveille que la diversité des cinq tons qui varient au même son, doit mettre dans cette langue une difficulté très-grande pour les étrangers qui ne sont point accoutumés à une modulation si délicate, & que leur oreille doit y sentir une sorte de monotonie rebutante, dont les naturels ne s’apperçoivent point, si même ils n’y trouvent pas quelque beauté. Ne trouvons-nous pas nous-mêmes de la grace à rapprocher quelquefois des homonymes équivoques, dont le choc occasionne un jeu de mots que les Rhéteurs ont unis au rang des figures, sous le nom de paronomase. Les Latins en faisoient encore plus d’usage que nous, amantes sunt amentes. Voyez Paronomase.

« On doit éviter les jeux qui sont vuides de sens, dit M. du Marsais, (des tropes, part. III. artic. 7.) mais quand le sens subsiste indépendamment des jeux de mots, ils ne perdent rien de leur mérite ».

Il n’en est pas ainsi de ceux qui servent de fondement à ces pitoyables rébus dont on charge ordinairement les écrans, & qui ne sont qu’un abus puérile des homonymes. C’est connoître bien peu le prix du tems, que d’en perdre la moindre portion à composer ou à deviner des choses si misérables ; & j’ai peine à pardonner au P. Jouvency, d’avoir avancé dans un très-bon ouvrage (de ratione discendi & docendi), que les rébus expriment leur objet, non sine aliquo sale, & de les avoir indiqués comme pouvant servir aux exercices de la jeunesse : cette méprise, à mon gré, n’est pas assez réparée par un jugement plus sage qu’il en porte presque aussitôt en ces termes : hoc genus facilè in pueriles ineptias excidit.

Qu’il me soit permis, à l’occasion des homonymes, de mettre ici en remarque un principe qui trouvera ailleurs son application. C’est qu’il ne faut pas s’en rapporter uniquement au matériel d’un mot pour juger de quelle espece il est. On trouve en effet des homonymes qui sont tantôt d’une espece & tantôt d’une autre, selon les différentes significations dont ils se revêtent dans les diverses occurrences. Par exemple, si est conjonction quand on dit, si vous voulez ; il est adverbe quand on dit, vous parlez si bien ; il est nom lorsqu’en termes de musique, on dit un si cadencé. En est quelquefois préposition, parler en maître ; d’autres fois il est adverbe, nous en arrivons. Tout est nom dans cette phrase, le tout est plus grand que sa partie ; il est adjectif dans celle-ci, tout homme est menteur ; il est adverbe dans cette troisieme, je suis tout surpris.

C’est donc sur-tout dans leur signification qu’il faut examiner les mots pour en bien juger ; & l’on ne doit en fixer les especes que par les différences spécifiques qui en déterminent les services réels. Si l’on doit, dans ce cas, quelque attention au matériel des mots, c’est pour en observer les différentes métamorphoses, qui ne sont toutes que la nature sous diverses formes ; car plus un objet montre de faces différentes, plus il est accessible à nos lumieres. Voyez Mot. (B. E. R. M.)

{p. 8:397}

HYPPALAGE §

HYPPALAGE, s. f. ὑπαλλαγὴ, changement, subversion, RR. ὑπὸ, sub, & ἠλλάγην, aor. 2. pass. d’ἀλλάττω, muto, lequel est dérivé d’ἄλλος, alius.

Les Grammairiens ont admis trois différentes figures fondées également sur l’idée générale de changement, savoir l’énallage, l’hypallage & l’hyperbate : mais il semble qu’ils n’en ont pas déterminé d’une maniere assez précise les caracteres distinctifs, puisque l’on trouve les mêmes exemples rapportés à {p. 8:398} chacune de ces trois figures. Virgile a dit (AEneïd. III. 61.) dare classibus austros, au lieu de dire dare classes austris : M. du Marsais (des tropes, part. II. art. xviij.) rapporte cette expression à l’hyppallage ; Minellius & Servius l’avoient fait de même avant lui. Le P. Lamy (Rhét. liv. I. chap. xij.) cite la même phrase comme un exemple de l’énallage ; & d’autres l’ont rapportée à l’hyperbate, Méth. lat. de P. R. traité des figures de constr. ch. vj. de l’hyperbate.

La signification des mots est incontestablement arbitraire dans son origine ; & cela est vrai, surtout des mots techniques, tels que ceux dont il est ici question. Mais rien n’est plus contraire aux progrès des Sciences & des Arts, que l’équivoque & la confusion dans les termes destinés à en perpétuer la tradition, par conséquent rien de plus essentiel que d’en fixer le sens d’une maniere précise & immuable.

Or je remarque, en effet, par rapport aux mots, trois especes générales de changemens, que les Grammairiens paroissent avoir envisagés, quand ils ont introduit les trois dénominations dont il s’agit, & qu’ils ont ensuite confondues.

Le premier changement consiste à prendre un mot sous une forme, au lieu de le prendre sous une autre, ce qui est proprement un échange dans les accidens, comme sont les cas, les genres, les tems, les modes, &c. C’est à cette premiere espece de changement que M. du Marsais a donné spécialement le nom d’énallage d’après la plus grande partie des Grammairiens. Voyez Enallage. Mais ce terme n’est, selon lui, qu’un nom mystérieux, plus propre à cacher l’ignorance réelle de l’analogie qu’à répandre quelque jour sur les procédés d’aucune langue. J’aurai occasion, dans plusieurs articles de cet Ouvrage, de confirmer cette pensée par de nouvelles observations, & principalement a l’article Tems.

La seconde espece de changement qui tombe directement sur les mots, est uniquement relative à l’ordre successif selon lequel ils sont disposés dans l’expression totale d’une pensée. C’est la figure que l’on nomme communément hyperbate. Voyez Hyperbate.

La troisieme sorte de changement, qui doit caractériser l’hypallage, tombe moins sur les mots que sur les idées mêmes qu’ils expriment ; & il consiste à présenter sous un aspect renversé la corrélation des idées partielles qui constituent une même pensée. C’est pour cela que j’ai traduit le nom grec hypallage par le nom françois subversion ; outre que la préposition élémentaire ὑπὸ se trouve rendue ainsi avec fidélité, il me semble que le mot en est plus propre à désigner que le changement dont il s’agit ne tombe pas sur les mots immédiatement, mais qu’il pénetre jusques sous l’écorce des mots, & jusques aux idées dont ils sont les signes. Je vais justifier cette notion de l’hypallage par les exemples mêmes de M. du Marsais, & je me servirai de ses propres termes : ce que je ferai sans scrupule par-tout où j’aurai à parler des tropes. Je prendrai simplement la précaution d’en avertir par une citation & des guillemets, & d’y insérer entre deux crochets mes propres réflexions.

« Cicéron, dans l’oraison pour Marcellus, dit à César qu’on n’a jamais vû dans la ville son épée vuide du fourreau, gladium vaginâ vacuum in urbe non vidimus. Il ne s’agit pas du fond de la pensée, qui est de faire entendre que César n’avoit exercé aucune cruauté dans la ville de Rome ».

[Sous cet aspect, elle est rendue ici par une métonymie de la cause instrumentale pour l’effet, puisque l’épée nue est mise à la place des cruautés dont elle est l’instrument].

« Il s’agit de la combinaison des paroles qui ne paroissent pas liées entre elles comme elles le sont dans le langage ordinaire ; car vacuus se dit plûtôt du fourreau que de l’épée.

Ovide commence ses métamorphoses par ces paroles :

In nova fert animus mutatas dicere formas
Corpora.

La construction est, animus fert me dicere formas mutatas in nova corpora ; mon génie me porte à raconter les formes changées en de nouveaux corps : il étoit plus naturel de dire, à raconter les corps, c’est-à-dire, à parler des corps changés en de nouvelles formes.....

Virgile fait dire à Didon, AEn. IV. 385.

Et cum frigida mors animâ seduxerit artus ;

après que la froide mort aura séparé de mon ame les membres de mon corps ; il est plus ordinaire de dire, aura séparé mon ame de mon corps ; le corps demeure, & l’ame le quitte : ainsi Servius & les autres commentateurs trouvent une hypallage dans ces paroles de Virgile.

Le même poëte, parlant d’Enée & de la sibylle qui conduisit ce héros dans les enfers, dit, AEneid. VI. 268.

Ibant obscuri solâ sub nocte per umbram,

pour dire qu’ils marchoient tout seuls dans les ténebres d’une nuit sombre. Servius & le P. de la Rue disent que c’est ici une hypallage, pour ibant soli sub obscurâ nocte.

Horace a dit, V. od. xiv. 3.

Pocula Lethoeos ut si ducentia somnos
Traxerim,

comme si j’avois bû les eaux qui amenent le sommeil du fleuve Léthé. Il étoit plus naturel de dire, pocula Lethoea, les eaux du fleuve Léthé.

Virgile a dit qu’Enée ralluma des feux presque éteints, sopitos suscitat ignes (AEn. V. 745.) Il n’y a point là d’hypallage ; car sopitos, selon la construction ordinaire, se rapporte à ignes. Mais quand, pour dire qu’Enée ralluma sur l’autel d’Hercule le feu presque éteint, Virgile s’exprime en ces termes, AEn. VII. 542.

..... Herculeis sopitas ignibus aras
Excitat ;

alors il y a une hypallage ; car, selon la combinaison ordinaire, il auroit dit, excitat ignes sopitos in aris Herculeis, id est, Herculi sacris.

Au livre XII. vers 187, pour dire, si au contraire Mars fait tourner la victoire de notre côté, il s’exprime en ces termes :

Sin nostrum annuerit nobis victoria Martem ;

ce qui est une hypallage, selon Servius : hypallage, pro, sin noster Mars’annuerit nobis victoriam, nam Martem victoria comitatur ».

[Cette suite d’exemples, avec les interprétations qui les accompagnent, doit suffisamment établir en quoi consiste l’essence de cette prétendue figure que les Rhéteurs renvoient aux Grammairiens, & que les Grammairiens renvoient aux Rhéteurs. C’est un renversement positif dans la corrélation des idées, ou l’exposition d’un certain ordre d’idées quelquefois opposé diamétralement à celui que l’on veut faire entendre. Eh, qui ne voit que l’hypallage si elle existe, est un véritable vice dans l’élocution plûtôt qu’une figure ? Il est assez surprenant que M. du Marsais n’en ait pas porté le même jugement, après avoir posé des principes dont il est la conclusion nécessaire. Ecoutons encore ce grammairien philosophe.]

« Je ne crois pas,... quoi qu’en disent les commentateurs d’Horace, qu’il y ait une hypallage dans ces vers de l’ode XVII. du livre I. {p. 8:399}

Velox amoenum soepè Lucretilem
Mutat Lycoeo Faunus ;

c’est-à-dire que Faune prend souvent en échange le Lucrétile pour le Lycée ; il vient souvent habiter le Lucrétile aupres de la maison de campagne d’Horace, & quitte pour cela le Lycée sa demeure ordinaire. Tel est le sens d’Horace, comme la suite de l’ode le donne nécessairement à entendre. Ce sont les paroles du P. Sanadon, qui trouve dans cette façon de parler (Tom. I. pag. 579.) une vraie hypallage, ou un renversement de construction.

Mais il me paroît que c’est juger du latin par le françois, que de trouver une hypallage dans ces paroles d’Horace, Lucretilem mutat Lycoeo Faunus. On commence par attacher à mutare la même idée que nous attachons à notre verbe changer, donner ce qu’on a pour ce qu’on n’a pas ; ensuite, sans avoir égard à la phrase latine, on traduit, Faune change le Lucrétile pour le Lycée ; & comme cette expression signifie en françois, que Faune passe du Lucrétile au Lycée, & non du Lycée au Lucrétile, ce qui est pourtant ce qu’on sait bien qu’Horace a voulu dire ; on est obligé de recourir à l’hypallage pour sauver le contre-sens que le françois seul présente. Mais le renversement de construction ne doit jamais renverser le sens, comme je viens de le remarquer ; c’est la phrase même, & non la suite du discours, qui doit faire entendre la pensée, si ce n’est dans toute son étendue, c’est au moins dans ce qu’elle présente d’abord à l’esprit de ceux qui savent la langue.

Jugeons donc du latin par le latin même, & nous ne trouverons ici ni contre-sens, ni hypallage ; nous ne verrons qu’une phrase latine fort ordinaire en prose & en vers.

On dit en latin donare munera alicui, donner des présens à quelqu’un ; & l’on dit aussi donare aliquem munere, gratifier quelqu’un d’un présent : on dit également circumdare urbem moenibus, & circumdare moenia urbi. De même on se sert de mutare, soit pour donner, soit pour prendre une chose au lieu d’une autre.

Muto, disent les Etymologistes, vient de motu, mutare quasi motare. (Mart. Lexic. verb. muto.) L’ancienne maniere d’acquérir ce qu’on n’avoit pas, se faisoit par des échanges ; delà muto signifie également acheter ou vendre, prendre ou donner quelque chose au lieu d’une autre ; emo ou vendo, dit Martinius, & il cite Columelle, qui a dit porcus lacteus oere mutandus est, il faut acheter un cochon de lait.

Ainsi mutat Lucretilem signifie vient prendre, vient posséder, vient habiter le Lucretile ; il achete, pour ainsi dire, le Lucrétile pour le Lycée.

M. Dacier, sur ce passage d’Horace, remarque qu’Horace parle souvent de même ; & je sais bien, ajoute-t-il, que quelques historiens l’ont imité.

Lorsqu’Ovide fait dire à Médée qu’elle voudroit avoir acheté Jason pour toutes les richesses de l’univers (Met. l. VII. v. 39.), il se sert de mutare :

Quemque ego cùm rebus quas totus possidet orbis
AEsoniden mutasse velim :

où vous voyez que, comme Horace, Ovide emploie mutare dans le sens d’acquérir ce qu’on n’a pas, de prendre, d’acheter une chose en donnant une autre. Le pere Sanadon remarque (Tom. I. pag. 175.) qu’Horace s’est souvent servi de mutare en ce sens : mutavit lugubre sagum punico (V. od. ix.) pour punicum sagum lugubri : mutet lucana calabris pascuis (V. od. j.) pour calabra pascua lucanis : mutat uvam strigili (II. sat. vij. 110.) pour strigilim uvâ.

L’usage de mutare aliquid aliquâ re dans le sens de prendre en échange, est trop fréquent pour être autre chose qu’une phrase latine ; comme donare aliquem aliquâ re, gratifier quelqu’un de quelque chose, & circumdare moenia urbi, donner des murailles à une ville tout au tour, c’est-à-dire, entourer une ville de murailles ».

La regle donnée par M. du Marsais, de juger du latin par le latin même, est très-propre à faire disparoître bien des hypallages. Celle, par exemple, que Servius a cru voir dans ce vers,

Sin nostrum annuerit nobis victoria Martem ;

n’est rien moins, à mon gré, qu’une hypallage : c’est tout simplement, Sin victoria annuerit nobis Martem esse nostrum, si la victoire nous indique que Mars est à nous, est dans nos intérêts, nous est favorable. Annuere pro affirmare, dit Calepin (verb. annuo) ; & il cite cette phrase de Plaute (Bacchid.), ego autem venturum annuo.

On peut aussi aisément rendre raison de la phrase de Cicéron, Gladium vaginâ vacuum in urbe non vidimus, nous n’avons point vu dans la ville votre épée dégagée du fourreau. C’est ainsi qu’il faut traduire quantité de passages : vacui curis (Cic.), dégagés de soins ; ab isto periculo vacuus (Id.), dégagé, tiré de ce péril. L’adjectif latin vacuus exprimoit une idée très-générale, qui étoit ensuite determinée par les différens complémens qu’on y ajoutoit, ou par la nature même des objets auxquels on l’appliquoit : notre langue a adopté des mots particuliers pour plusieurs de ces idées moins générales ; vacua vagina, fourreau vuide ; vacuus gladius, épée nue ; vacuus animus, esprit libre ; &c. C’est que, dans tous ces cas, nous exprimons par le même mot, & l’idée générale de l’adjectif vacuus, & quelque chose de l’idée particuliere qui résulte de l’application : & comme cette idée particuliere varie à chaque cas, nous avons, pour chaque cas, un mot particulier. Ce seroit se tromper que de croire que nous ayons en françois le juste équivalent du vacuus latin ; & traduire vacuus par vaide en toute occasion, c’est rendre, par une idée particuliere, une idée très-générale, & pécher contre la saine logique. Cet adjectif n’est pas le seul mot qui puisse occasionner cette espece d’erreur : car, comme l’a très-bien remarqué M. d’Alembert, article Dictionnaire,

« il ne faut pas s’imaginer que quand on traduit des mots d’une langue dans l’autre, il soit toujours possible, quelque versé qu’on soit dans les deux langues, d’employer des équivalens exacts & rigoureux ; on n’a souvent que des à-peu-près. Plusieurs mots d’une langue n’ont point de correspondans dans une autre ; plusieurs n’en ont qu’en apparence, & different par des nuances plus ou moins sensibles des équivalens qu’on croit leur donner ».

Il me semble que c’est encore bien gratuitement que les commentateurs de Virgile ont cru voir une hypallage dans ce vers : Et cùm frigida mors animâ seduxerit artus. C’est la partie la moins considérable qui est séparée de la principale ; & Didon envisage ici son ame comme la principale, puisqu’elle compte survivre à cette séparation, & qu’elle se promet de poursuivre ensuite Enée en tous lieux ; omnibus umbra locis adero (v. 386.). Elle a donc dû dire, lorsque la mort aura séparé mon corps de mon ame, c’est-à-dire, lorsque mon ame sera dégagée des liens de mon corps. D’ailleurs la séparation des deux êtres qui étoient unis, est respective ; le premier est séparé du second, & le second du premier ; & l’on peut, sans aucun renversement extraordinaire, les présenter indifféremment sous l’un ou l’autre de ces deux aspects, s’il n’y a, comme ici, un motif de préférence indiqué par la raison, ou suggéré par le goût qui n’est qu’une raison plus fine. {p. 8:400}

C’est se méprendre pareillement, que de voir une hypallage dans Horace, quand il dit : Pocula lethoeos ut si ducentia somnos arente fauce traxerim : il est aisé de voir que le poëte compare l’état actuel où il se trouve, avec celui d’un homme qui a bu une coupe empoisonnée, un breuvage qui cause un sommeil éternel & semblable au sommeil de ceux qui passent le fleuve Léthé. On peut encore expliquer ce passage plus simplement, en prenant le mot lethoeus dans le sens même de son étymologie λήθη, oblivio ; de-là la désignation latine du prétendu fleuve d’enfer dont on faisoit boire à tous ceux qui mouroient, flumen oblivionis ; & par extension, somnus lethoeus, somnus omnium rerum oblivionem pariens, un sommeil qui cause un oubli géneral. Au surplus, c’est le sens qui convient le mieux à la pensée d’Horace, puisqu’il prétend s’excuser de n’avoir pas fini certains vers qu’il avoit promis à Mécene, par l’oubli universel où le jette son amour pour Phryné.

Ibant obscuri solâ sub nocte per umbram. Ce vers de Virgile est aussi sans hypallage. Ibant obscuri, c’est-à-dire, sans pouvoir être vûs, cachés, inconnus : Cicéron a pris dans le même sens à-peu-près le mot obscurus, lorsqu’il a dit (Offic. II.) : Qui magna sibi proponunt, obscuris orti majoribus, des ancêtres inconnus : dans cet autre vers de Virgile (AEn. IX. 244.), Vidimus obscuris primam sub vallibus urbem, le mot obscuris est l’équivalent d’absconditis ou de latentibus, selon la remarque de Nonius Marcellus, (cap. IV. de variâ signif. serm. litt. O) : & nous-mêmes nous disons en françois une famille obscure pour inconnue. Solâ sub nocte, pendant la nuit seule, c’est-à-dire, qui semble anéantir tous les objets, & qui porte chacun à se croire seul ; c’est une métonymie de l’effet pour la cause, semblable à celle d’Horace (1. Od. IV. 13.) pallida mors, à celle de Perse (Prol.) pallidam Pyrenen, &c.

Avec de l’attention sur le vrai sens des mots, sur le véritable tour de la construction analytique, & sur l’usage légitime des figures, l’hypallage va donc disparoître des livres des anciens, ou s’y cantonner dans un très-petit nombre de passages, où il sera peut-être difficile de ne pas l’avouer. Alors même il faut voir s’il n’y a pas un juste fondement d’y soupçonner quelque faute de copiste, & la corriger hardiment plutôt que de laisser subsister une expression totalement contraire aux loix immuables du langage. Mais si enfin l’on est forcé de reconnoître dans quelques phrases l’existence de l’hypallage, il faut la prendre pour ce qu’elle est, & avouer que l’auteur s’est mal expliqué.]

« Les anciens étoient hommes, & par conséquent sujets à faire des fautes comme nous. Il y a de la petitesse & une sorte de fanatisme à recourir aux figures, pour excuser des expressions qu’ils condamneroient eux-mêmes, & que leurs contemporains ont souvent condamnées. L’hypallage ne [doit] pas prêter son nom aux contre sens & aux équivoques ; autrement tout seroit confondu, & cette [prétendue] figure deviendroit un azile pour l’erreur & pour l’obscurité ».

(B. E. R. M.)

{p. 8:400}

HYPERBATE §

HYPERBATE, s. m. (Gramm.) ce mot est grec ; ὑπερβατόν dérivé d’ὑπερβαίνειν, transgredi : R.R. ὑπηρ, trans, & βαίνω, eo. Quintilien a donc eu raison de traduire ce mot dans sa langue par verbi transgressio : & ce que l’on nomme hyperbate consiste en effet dans le déplacement des mots qui composent un discours, dans le transport de ces mots du lieu où ils devroient être en un autre lieu.

« La quatrieme sorte de figure [de construction], c’est l’hyperbate, dit M. du Marsais, c’est-à-dire, confusion, mêlange de mots : c’est lorsque l’on s’écarte de l’ordre successif de la construction simple [ou analytique] : Saxa vocant Itali, mediis, quoe in fluctibus, aras (AEn. I. 113.) : la construction est Itali vocant aras (illa) Saxa quoe (sunt) in fluctibus mediis. Cette figure étoit, pour ainsi dire, naturelle au latin ; comme il n’y avoit que les terminaisons des mots, qui, dans l’usage ordinaire, fussent les signes des relations que les mots avoient entre eux, les Latins n’avoient égard qu’à ces terminaisons, & ils plaçoient les mots selon qu’ils étoient présentés à l’imagination, ou selon que cet arrangement leur paroissoit produire une cadence & une harmonie plus agréable ».

Voyez Construction.

La Méthode latine de P.R. parle de l’hyperbate dans le même sens.

« C’est, dit-elle, (des figures de construction, ch. vj.) le mélange & la confusion qui se trouve dans l’ordre des mots qui devroit être commun à toutes les langues, selon l’idée naturelle que nous avons de la construction. Mais les Romains {p. 8:401} ont tellement affecté le discours figuré, qu’ils ne parlent presque jamais autrement ».

C’est encore le même langage chez l’auteur du Manuel des Grammairiens.

« L’hyperbate se fait, ditil, lorsque l’ordre naturel n’est pas gardé dans l’arrangement des mots : ce qui est si ordinaire aux Latins, qu’ils ne parlent presque jamais autrement ; comme Catonis constantiam admirati sunt omnes. Voilà une hyperbate, parce que l’ordre naturel demanderoit qu’on dît, omnes sunt admirati constantiam Catonis. Cela est si ordinaire, qu’il ne passe pas pour figure, mais pour une propriété de la langue latine. Mais il y a plusieurs especes d’hyperbate qui sont de véritables figures de Grammaire ».

Part. I. chap. xiv. n. 8.

Tous ces auteurs confondent deux choses que j’ai lieu de croire très-différentes & très-distinctes l’une de l’autre, l’inversion & l’hyperbate. Voyez Inversion.

Il y a en effet, dans l’une comme dans l’autre, un véritable renversement d’ordre ; & à partir de ce point de vûe général, on a pu aisément s’y méprendre : mais il falloit prendre garde si les deux cas avoient rapport au même ordre, ou s’ils présentoient la même espece de renversement. Quintilien (Inst. Lib. VIII. Cap. vj. de tropis,) nous fournit un motif légitime d’en douter : il cite, comme un exemple d’hyperbate, cette phrase de Cicéron (pro Cluent. n. 1.) Animadverti, judices, omnem accusatoris orationem in duas divisam esse partes ; & il indique aussitôt le tour qui auroit été sans figure & conforme à l’ordre requis ; nam in duas partes divisam esse rectum erat, sed durum & incomptum.

Personne apparemment ne disputera à Quintilien d’avoir été plus à portée qu’aucun des modernes, de distinguer les locutions figurées d’avec les simples dans sa langue naturelle ; & quand le jugement qu’il en porte, n’auroit eu pour fondement que le sentiment exquis que donne l’habitude à un esprit éclairé & juste, sans aucune réflexion immédiate sur la nature même de la figure, son autorité seroit ici une raison, & peut-être la meilleure espece de raison sur l’usage d’une langue, que nous ne devons plus connoître que par le témoignage de ceux qui la parloient. Or, le tour que Quintilien appelle ici rectum, par opposition à celui qu’il avoit nommé auparavant ὑπέρβατον, est encore un renversement de l’ordre naturel ou analytique ; en un mot, il y a encore inversion dans in duas partes divisam esse, & le rhéteur romain nous assure qu’il n’y a plus d’hyperbate. C’est donc une nécessité de conclure, que l’inversion est le renversement d’un autre ordre, ou un autre renversement d’un certain ordre, & l’hyperbate, le renversement du même ordre. L’auteur du Manuel des grammairiens n’étoit pas éloigné de cette conclusion, puisqu’il trouvoit des hyperbates qui ne passent pas pour figures, & d’autres, dit-il, qui sont de veritables figures de Grammaire.

Il s’agit donc de déterminer ici la vraie nature de l’hyperbate, & d’assigner les caracteres qui le différencient de l’inversion ; & pour y parvenir, je crois qu’il n’y a pas de moyen plus assuré que de parcourir les différentes especes d’hyperbate, qui sont reconnues pour de véritables figures de Grammaire.

1°. La premiere espece est appellée anastrophe, c’est-à-dire proprement inversion, du grec ’ἀναστροφὴ : racine ἀνὰ, in & στροφὴ, versio. Mais l’inversion dont il s’agit ici n’est point celle de toute la phrase, elle ne regarde que l’ordre naturel qui doit être entre deux mots correlatifs, comme entre une préposition & son complément, entre un adverbe comparatif & la conjonction subséquente : ce sont les seuls cas indiqués par les exemples que les Grammairiens ont coutume de donner de l’anastrophe. Cette figure a donc lieu, lorsque le complément précede la préposition, mecum, tecum, vobiscum, quocum, au lieu de cum te, cum me, cum vobis, cum quo ; maria omnia circum, au lieu de circum omnia maria ; Italiam contrà, pour contrà Italiam ; quâ de re, pour de quâ re : c’est la même chose lorsque la conjonction comparative précede l’adverbe, comme quand Properce a dit, Quàm priùs abjunctos sedula lavit equos.

L’anastrophe est donc une véritable inversion ; mais qui avoit droit en latin d’être réputée figure, parce qu’elle étoit contraire à l’usage commun de cette langue, où l’on avoit coutume de mettre la préposition avant son complément, conformément à ce qui est indiqué par le nom même de cette partie d’oraison.

Ainsi la différence de l’inversion & de l’anastrophe est, en ce que l’inversion est un renversement de l’ordre naturel ou analytique, autorisé par l’usage commun de la langue latine, & que l’anastrophe est un renversement du même ordre, contraire à l’usage commun & autorisé seulement dans certains cas particuliers.

2°. La seconde espece d’hyperbate est nommée tmesis ou tmèse, du grec τμῆσις, sectio, coupure. Cette figure a lieu, lorsque par une licence que l’usage approuve dans quelques occasions, l’on coupe en deux parties un mot composé de deux racines élémentaires, réunies par l’usage commun, comme satis mihi fecit, pour mihi satisfecit ; reique publicoe curam deposuit, pour & reipublicoe curam deposuit ; septem subjecta trioni (Géorg. iij. 381) au lieu de subjecta septem trioni. On trouve assez d’exemples de la tmèse dans Horace, & dans les meilleurs écrivains du bon siecle.

Les droits de l’inversion n’alloient pas jusqu’à autoriser cette insertion d’un mot entre les racines élémentaires d’un mot composé. Ce n’est pas même ici proprement un renversement d’ordre ; & si c’est en cela que doit consister la nature générale de l’hyperbate, les Grammairiens n’ont pas dû regarder la tmèse comme en étant une espece. La tmèse n’est qu’une figure de diction, puisqu’elle ne tombe que sur le matériel d’un mot qui est coupé en deux ; & le nom même de tmèse ou coupure, avertissoit assez qu’il étoit question du matériel d’un seul mot, pour empêcher qu’on ne rapportât cette figure à la construction de la phrase.

3°. La troisieme espece d’hyperbate prend le nom de parenthèse, du mot grec παρένθεσις, interpositio, racines παρὰ, inter, ἐν, in, & θέσις, positio, dérivé de τίθημι, pono. Les deux prépositions élémentaires servent à indiquer avec plus d’énergie la nature de la chose nommée. Il y a en effet parenthèse, lorsqu’un sens complet est isolé & inséré dans un autre dont il interrompt la suite ; ainsi il y a parenthèse dans ce vers de Virgile, Ecl. iv. 23.

Titire, dum redeo (brevis est via), pasce capellas.

Les bons écrivains évitent autant qu’ils peuvent l’usage de cette figure, parce qu’elle peut répandre quelque obscurité sur le sens qu’elle interrompt ; & Quintilien n’approuvoit pas l’usage fréquent que les Orateurs & les Historiens en faisoient de son tems avant lui, à moins que le sens détaché mis en parenthèse ne fût très-court. Etiam interjectione, quâ & Oratores & Historici frequenter utuntur, ut medio sermone aliquem inserant sensum, impediri solet intellectus, nisi quod interponitur breve est. (liv. VIII. cap. ij.)

La quatrieme espece d’hyperbate s’appelle synchise, mot purement grec σύγχυσις, confusion ; συγχόω, confundo ; racine σὺν, cum avec, & χύω, fundo, je répans. Il y asynchyse quand les mots d’une phrase sont mêlés ensemble sans aucun égard, ni à l’ordre {p. 8:402} de la construction analytique, ni à la corrélation mutuelle de ces mots : ainsi il y a synchyse dans ce vers de Virgile, Ecl. VII. 57.

Aret ager : vitio moriens sitit aëris herba ;

car les deux mots vitio, par exemple, & aëris qui sont corrélatifs, sont séparés par deux autres mots qui n’ont aucun trait à cette corrélation, moriens sitit ; le mot aëris à son tour n’en a pas davantage à la corrélation des mots sitit & herba entre lesquels il est placé : l’ordre étoit, herba moriens (proe) vitio aëris sitit.

5°. Enfin, il y a une cinquieme espece d’hyperbate que l’on nomme anacoluthe, & qui se fait, selon la Méthode latine de Port-royal, lorsque les choses n’ont presque nulle suite & nulle construction. Il faut avouer que cette définition n’est rien moins que lumineuse ; & d’ailleurs elle semble insinuer qu’il n’est pas possible de ramener l’anacoluthe à la construction analytique. M. du Marsais a plus approfondi & mieux défini la nature de ce prétendu hyperbate :

« c’est, dit-il, une figure de mots qui est une espece d’ellipse.... par laquelle on sous-entend le corrélatif d’un mot exprimé, ce qui ne doit avoir lieu que lorsque l’ellipse peut être aisément suppléée, & qu’elle ne blesse point l’usage ».

Voyez Anacoluthe. «Il justifie ensuite cette définition par l’étymologie du mot ἀκόλουθος, comes, compagnon ; ensuite on ajoûte l’a privatif, & un v euphonique, pour éviter le baillement entre les deux a ; par conséquent l’adjectif anacoluthe signifie qui n’est pas compagnon, ou qui ne se trouve pas dans la compagnie de celui avec lequel l’analogie demanderoit qu’il se trouvât ». Il donne enfin pour exemple ces vers de Virgile, AEn. II. 330.

Portis alii bipatentibus adsunt,
Millia quot magnis nunquam venêre Mycenis ;

où il faut suppléer tot avant quot.

Il y a pareille ellipse dans l’exemple de Térence cité par Port-royal. Nam omnes nos quibus est alicundè aliquis objectus labor, omne quod est intere à tempus, priusquam id rescitum est, lucro est. Si l’on a jugé qu’il n’y avoit nulle construction, c’est qu’on a cru que nos omnes étoient au nominatif, sans être le sujet d’aucun verbe, ce qui seroit en effet violer une loi fondamentale de la syntaxe latine ; mais ces mots sont à l’accusatif, comme complément de la préposition sous-entendue ergà : nam ergà omnes nos...omne... tempus.... lucro est...

L’anacoluthe peut donc être ramenée à la construction analytique, comme toute autre ellipse, & conséquemment ce n’est point une hyperbate, c’est une ellipse à laquelle il faut en conserver le nom, sans charger vainement la mémoire de grands mots, moins propres à éclairer l’esprit qu’à l’embarrasser, ou même à le séduire par les fausses apparences d’un savoir pédantesque. Si l’on trouve quelques phrases que l’on ne puisse par aucun moyen ramener aux procédés simples de la construction analytique, disons nettement qu’elles sont vicieuses, & ne nous obstinons pas à retenir un terme spécieux, pour excuser dans les auteurs des choses qui semblent plûtôt s’y être glissées par inadvertence que par raison. Méth. lat. de Port-royal, loc. cit.

Il résulte de tout ce qui précede, que des cinq prétendues especes d’hyperbate, il y en a d’abord deux qui ne doivent point y être comprises, la tmèse & l’anacoluthe ; la premiere est, comme je l’ai déjà dit, une véritable figure de diction ; la seconde n’est rien autre chose que l’ellipse même.

Il n’en reste donc que trois especes, l’anastrophe, la parenthèse & la synchyse. La premiere est l’inversion du rapport de deux mots autorisée dans quelques cas seulement ; la seconde est une interruption dans le sens total, qui ne doit y être introduite que par une urgente nécessité, & n’y être sensible que le moins que l’on peut ; la troisieme bien appréciée, me paroît plus près d’être un vice qu’une figure puisqu’elle consiste dans une véritable confusion des parties, & qu’elle n’est propre qu’à jetter de l’obscurité sur le sens dont elle embrouille l’expression. Cependant si la synchyse est légere, comme celle dont Quintilien cite l’exemple, in duas divisam esse partes, pour in duas partes divisam esse ; on ne peut pas dire qu’elle soit vicieuse, & l’on peut l’admettre comme une figure. Mais il ne faut jamais oublier que l’on doit beaucoup ménager l’attention de celui à qui l’on parle, non-seulement de maniere qu’il entende, mais même qu’il ne puisse ne pas entendre ; non ut intelligere possit, sed ne omnino possit non intelligere. Quintil. lib. VIII. cap. ij.

Or ces trois especes d’hyperbate, telles que je les ai présentées d’après les notions ordinaires, combinées avec les principes immuables de l’art de parler, nous menent à conclure que l’hyperbate en général, est une interruption légere d’un sens total causée ou par une petite inversion qui déroge à l’usage commun, c’est l’anastrophe, ou par l’insertion de quelques mots entre deux corrélatifs, c’est la synchyse ; ou enfin par l’insertion d’un petit sens détaché, entre les parties d’un sens principal, & c’est la parenthèse. (E. R. M.)

{p. 8:425}

J §

J, s. m. c’est la dixieme lettre & la septieme consonne de l’alphabet françois. Les Imprimeurs l’appellent i d’Hollande, parce que les Hollandois l’introduisirent les premiers dans l’impression. Conformément au système de la Grammaire générale de P. R. adoptée par l’auteur du Bureau typographique, le vrai nom de cette lettre est je, comme nous le prononçons dans le pronom de la premiere personne : car la valeur propre de ce caractere est de représenter l’articulation sifflante qui commence les mots Japon, j’ose, & qui est la foible de l’articulation forte qui est à la tête des mots presque semblables, chapon, chose. j est donc une consonne linguale, sifflante, & foible. Voyez au mot Consonne, le système de M. du Marsais sur les consonnes, & à l’article h, celui que j’adopte sur le même sujet.

On peut dire que cette lettre est propre à l’alphabet françois, puisque de toutes les langues anciennes que nous connoissons, aucune ne faisoit usage de l’articulation qu’elle représente ; & que parmi les langues modernes, si quelques-unes en font usage, elles la représentent d’une autre maniere. Ainsi les Italiens, pour prononcer jardins, jorno, écrivent giardino, giorno. Voyez le Maître italien de Veneroni, p. 9. édit. de Paris 1709. Les Espagnols ont adopté notre caractere, mais il signifie chez eux autre chose que chez nous ; hijo, fils, Juan, Jean, se prononçant presque comme s’il y avoit ikko, Khouan. Voyez la Méthode espagnole de P. R. p. 5. édit. de Paris, 1660.

Les maîtres d’écriture ne me paroissent pas apporter assez d’attention pour différencier le j capital de l’i : que ne suivent-ils les erremens du caractere courant ? L’i ne descend pas au-dessous du corps des autres caracteres, le j descend : voilà la regle pour les capitales. Article de M. Beauzée.

{p. 8:497}

IDIOTISME §

IDIOTISME, subst. masc. (Gramm.) c’est une façon de parler éloignée des usages ordinaires, ou des lois générales du langage, adaptée au génie propre d’une langue particuliere. R. ἴδιος, peculiaris, propre, particulier. C’est un terme général dont on peut faire usage à l’égard de toutes les langues ; un idiotisme grec, latin, françois, &c. C’est le seul terme que l’on puisse employer dans bien des occasions ; nous ne pouvons dire qu’idiotisme espagnol, portugais, turc, &c. Mais à l’égard de plusieurs langues, nous avons des mots spécifiques subordonnés à celui d’idiotisme, & nous disons anglicisme, arabisme, celticisme, gallicisme, germanisme, hébraïsme, hellénisme, latinisme, &c.

Quand je dis qu’un idiotisme est une façon de parler adaptée au génie propre d’un langue particuliere, c’est pour faire comprendre que c’est plutôt un effet marqué du génie caractéristique de cette langue, qu’une locution incommunicable à tout autre idiome, comme on a coutume de le faire entendre. Les richesses d’une langue peuvent passer aisément dans une autre qui a avec elle quelque affinité ; & toutes les langues en ont plus ou moins, selon les différens degrés de liaison qu’il y a ou qu’il y a eu entre les peuples qui les parlent ou qui les ont parlées. Si l’italien, l’espagnol & le françois sont entés sur une même langue originelle, ces trois langues auront apparemment chacune à part leurs idiotismes particuliers, parce que ce sont des langues différentes ; mais il est difficile qu’elles n’aient adopté toutes trois quelques idiotismes de la langue qui sera leur source commune, & il ne seroit pas étonnant de trouver dans toutes trois des celticismes. Il ne seroit pas plus merveilleux de trouver des idiotismes de l’une des trois dans l’autre, à cause des liaisons de voisinage, d’intérêts politiques, de commerce, de religion, qui subsistent depuis long-tems entre les peuples qui les parlent ; comme on n’est pas surpris de rencontrer des arabismes dans l’espagnol, quand on sait l’histoire de la longue domination des Arabes en Espagne. Personne n’ignore que les meilleurs auteurs de la latinité sont pleins d’hellénismes : & si tous les littérateurs conviennent qu’il est plus facile de traduire du grec que du latin en françois, c’est que le génie de notre langue approche plus de celui de la langue greque que de celui de la langue latine, & que notre langage est presque un hellénisme continuel.

Mais une preuve remarquable de la communicabilité des langues qui paroissent avoir entre elles le moins d’affinité, c’est qu’en françois même nous hébraïsons. C’est un hébraïsme connu que la répétition d’un adjectif ou d’un adverbe, que l’on veut élever au sens que l’on nomme communément superlatif. Voyez Amen & Superlatif. Et le superlatif le plus énergique se marquoit en hébreu par la triple répétition du mot : de là le triple kirie eleison que nous chantons dans nos églises, pour donner plus de force à notre invocation ; & le triple sanctus pour mieux peindre la profonde adoration des esprits célestes. Or il est vraissemblable que notre très, formé du latin tres, n’a été introduit dans notre langue, que comme le symbole de cette triple répétition, très-saint, ter sanctus, ou sanctus, sanctus, sanctus : & notre usage de lier très au mot positif par un tiret, est fondé sans doute sur l’intention de faire sentir que cette addition est purement matérielle, qu’elle n’empêche pas l’unité du mot, mais qu’il doit être répété trois fois, ou du-moins qu’il faut y attacher le sens {p. 8:498} qu’il auroit s’il étoit répété trois sois ; & en effet les adverbes bien & fort qui expriment par eux-mêmes le sens superlatif dont il s’agit, ne sont jamais liés de même au mot positif auquel on les joint pour le lui communiquer. On rencontre dans le langage populaire des hébraïsmes d’une autre espece : un homme de Dieu, du vin de Dieu, une moisson de Dieu, pour dire un très-honnête homme, du vin très-bon, une moisson très-abondante ; ou, en rendant par-tout le même sens par le même tour, un homme parfait, du vin parfait, une moisson parfaite : les Hébreux indiquant la perfection par le nom de Dieu, qui est le modele & la source de toute perfection. C’est cette espece d’hébraïsme qui se trouve au Ps. 35. v. 7. justitia tua sicut montes Dei, pour sicut montes altissimi ; & au Ps. 64. v. 10. flumen Dei, pour flumen maximum.

Malgré les hellénismes reconnus dans le latin, on a cru assez légérement que les idiotismes étoient des locutions propres & incommunicables, & en conséquence on a pris & donné des idées fausses ou louches ; & bien des gens croient encore qu’on ne désigne par ce nom général, ou par quelqu’un des noms spécifiques qui y sont analogues, que des locutions vicieuses imitées mal-adroitement de quelque autre langue. Voyez Gallicisme. C’est une erreur que je crois suffisamment détruite par les observations que je viens de mettre sous les yeux du lecteur : je passe à une autre qui est encore plus universelle, & qui n’est pas moins contraire à la véritable notion des idiotismes.

On donne communément à entendre que ce sont des manieres de parler contraires aux lois de la Grammaire générale. Il y a en effet des idiotismes qui sont dans ce cas ; & comme ils sont par-là même les plus frappans & les plus aisés à distinguer, on a cru aisément que cette opposition aux lois immuables de la Grammaire, faisoit la nature commune de tous. Mais il y a encore une autre espece d’idiotismes qui sont des façons de parler éloignées seulement des usages ordinaires, mais qui ont avec les principes fondamentaux de la Grammaire générale toute la conformité exigible. On peut donner à ceux-ci le nom d’idiotismes réguliers, parce que les regles immuables de la parole y sont suivies, & qu’il n’y a de violé que les institutions arbitraires & usuelles : les autres au contraire prendront la dénomination d’idiotismes irréguliers, parce que les regles immuables de la parole y sont violées. Ces deux especes sont comprises dans la définition que j’ai donnée d’abord ; & je vais bientôt les rendre sensibles par des exemples ; mais en y appliquant les principes qu’il convient de suivre pour en pénétrer le sens, & pour y découvrir, s’il est possible, les caracteres du génie propre de la langue qui les a introduits.

I. Les idiotismes réguliers n’ont besoin d’aucune autre attention, que d’être expliqués littéralement pour être ramenés ensuite au tour de la langue naturelle que l’on parle.

Je trouve par exemple que les Allemands disent, diese gelehrten manner, comme en latin, hi docti viri, ou en françois, ces savans hommes ; & l’adjectif gelehrten s’accorde en toutes manieres avec le nom manner, comme l’adjectif latin docti avec le nom viri, ou l’adjectif françois savans avec le nom hommes ; ainsi les Allemans observent en cela, & les lois générales & les usages communs. Mais ils disent, diese manner sind gelehrt ; & pour le rendre littéralement en latin, il faut dire hi viri sunt doctè, & en françois, ces hommes sont savamment, ce qui veut dire indubitablement ces hommes sont savans : gelehrt est donc un adverbe, & l’on doit reconnoître ici que les Allemands s’écartent des usages communs, qui donnent la préférence à l’adjectif en pareil cas. On voit donc en quoi consiste le germanisme lorsqu’il s’a git d’exprimer un attribut ; mais quelle peut être la cause de cet idiotisme ? le verbe exprime l’existence d’un sujet sous un attribut. Voyez Verbe. L’attribut n’est qu’une maniere particuliere d’être ; & c’est aux adverbes à exprimer simplement les manieres d’être, & conséquemment les attributs : voilà le génie allemand. Mais comment pourra-t-on concilier ce raisonnement avec l’usage presque universel, d’exprimer l’attribut par un adjectif mis en concordance avec le sujet du verbe ? Je réponds qu’il n’y a peut-être entre la maniere commune & la maniere allemande d’autre différence que celle qu’il y auroit entre deux tableaux, où l’on auroit saisi deux momens différens d’une même action : le germanisme saisit l’instant qui précede immédiatement l’acte de juger, où l’esprit considere encore l’attribut d’une maniere vague & sans application au sujet : la phrase commune présente le sujet tel qu’il paroît à l’esprit après le jugement, & lorsqu’il n’y a plus d’abstraction. L’Allemand doit donc exprimer l’attribut avec les apparences de l’indépendance ; & c’est ce qu’il fait par l’adverbe qui n’a aucune terminaison dont la concordance puisse en désigner l’application à quelque sujet déterminé. Les autres langues doivent exprimer l’attribut avec les caracteres de l’application ; ce qui est rempli par la concordance de l’adjectif attributif avec le sujet. Mais peut-être faut-il sous-entendre alors le nom avant l’adjectif, & dire que hi viri sunt docti, c’est la même chose que hi viri sunt viri docti ; & que ego sum miser, c’est la même chose que ego sum homo miser : en effet la concordance de l’adjectif avec le nom, & l’identité du sujet exprimé par les deux especes, ne s’entendent clairement & d’une maniere satisfaisante, que dans le cas de l’apposition ; & l’apposition ne peut avoir lieu ici qu’au moyen de l’ellipse. Je tirerois de tout ceci une conclusion surprenante : la phrase allemande est donc un idiotisme régulier, & la phrase commune un idiotisme irrégulier.

Voici un latinisme régulier dont le développement peut encore amener des vues utiles : neminem reperire est id qui velit. Il y a là quatre mots qui n’ont rien d’embarrassant : qui velit id (qui veuille cela) est une proposition incidente déterminative de l’antécédent neminem ; neminem (ne personne) est le complément ou le régime objectif grammatical du verbe reperire ; neminem qui velit id (ne trouver personne qui veuille cela) ; c’est une construction exacte & réguliere. Mais que faire du mot est ? il est à la troisieme personne du singulier ; quel en est le sujet ? comment pourra-t-on lier à ce mot l’infinitif reperire avec ses dépendances ? Consultons d’autres phrases plus claires dont la solution puisse nous diriger.

On trouve dans Horace (III. Od. 2.) dulce & decorum est pro patriâ mori ; & encore (IV. Od. 12.) dulce est desipere in loco. Or la construction est facile : mori pro patriâ est dulce & decorum ; desipere in loco est dulce : les infinitifs mori & desipere y sont traités comme des noms, & l’on peut les considérer comme tels : j’en trouve une preuve encore plus forte dans Perse, Sat. 1. scire tuum nihil est ; l’adjectif tuum mis en concordance avec scire, désigne bien que scire est considéré comme nom. Voilà la difficulté levée dans notre premiere phrase : le verbe reperire est ce que l’on appelle communément le nominatif du verbe est ; ou en termes plus justes, c’en est le sujet grammatical, qui seroit au nominatif, s’il étoit déclinable : reperire neminem qui velit id, en est donc le sujet logique. Ainsi il faut construire, reperire neminem qui velit id, est ; ce qui signifie littéralement, ne trouver personne qui le veuille, est ou existe ; ou en transposant la négation, trouver quelqu’un qui le veuille, n’est pas ou n’existe pas ; ou enfin, en ramenant la même {p. 8:499} pensée à notre maniere de l’énoncer, on ne trouve personne qui le veuille.

C’est la même syntaxe & la même construction par-tout où l’on trouve un infinitif employé comme sujet du verbe sum, lorsque ce verbe a le sens adjectif, c’est-à-dire lorsqu’il n’est pas simplement verbe substantif, mais qu’il renferme encore l’idée de l’existence réelle comme attribut, & conséquemment qu’il est équivalent à existo. Ce n’est que dans ce cas qu’il y a latinisme ; car il n’y a rien de si commun dans la plûpart des langues, que de voir l’infinif sujet du verbe substantif, quand on exprime ensuite un attribut déterminé : ainsi dit-on en latin turpe est mentiri, & en françois, mentir est une chose honteuse. Mais nous ne pouvons pas dire voir est pour on voit, voir étoit pour on voyoit, voir sera, pour on verra, comme les Latins disent videre est, videre erat, videre erit. L’infinitif considéré comme nom, sert aussi à expliquer une autre espece de latinisme qu’il me semble qu’on n’a pas encore entendu comme il faut, & à l’explication duquel les rudimens ont substitué les difficultés ridicules & insolubles du redoutable que retranché. Voyez Infinitif.

II. Pour ce qui regarde les idiotismes irréguliers, il faut, pour en pénétrer le sens, discerner avec soin l’espece d’écart qui les détermine, & remonter, s’il est possible, jusqu’à la cause qui a occasionné ou pû occasionner cet écart : c’est même le seul moyen qu’il y ait de reconnoître les caracteres précis du génie propre d’une langue, puisque ce génie ne consiste que dans la réunion des vues qu’il s’est proposées, & des moyens qu’il a autorisés.

Pour discerner exactement l’espece d’écart qui détermine un idiotisme irrégulier, il faut se rappeller ce que l’on a dit au mot Grammaire, que toutes les regles fondamentales de cette science se réduisent à deux chefs principaux, qui sont la Lexicologie & la Syntaxe. La Lexicologie a pour objet tout ce qui concerne la connoissance des mots considérés en soi & hors de l’élocution : ainsi dans chaque langue, le vocabulaire est comme l’inventaire des sujets de son domaine ; & son principal office est de bien fixer le sens propre de chacun des mots autorisés dans cet idiome. La Syntaxe a pour objet tout ce qui concerne le concours des mots réunis dans l’ensemble de l’élocution ; & ses décisions se rapportent dans toutes les langues à trois points généraux. qui sont la concordance, le régime & la construction.

Si l’usage particulier d’une langue autorise l’altération du sens propre de quelques mots, & la substitution d’un sens étranger, c’est alors une figure de mots que l’on appelle trope. Voyez ce mot.

Si l’usage autorise une locution contraire aux lois générales de la Syntaxe, c’est alors une figure que l’on nomme ordinairement figure de construction, mais que j’aimerois mieux que l’on désignât par la dénomination plus générale de figure de Syntaxe, en réservant le nom de figure de construction aux seules locutions qui s’écartent des regles de la construction proprement dite. Voyez Figure & Construction. Voilà deux especes d’écart que l’on peut observer dans les idiotismes irréguliers.

1°. Lorsqu’un trope est tellement dans le génie d’une langue, qu’il ne peut être rendu littéralement dans une autre, ou qu’y étant rendu littéralement il y exprime un tout autre sens, c’est un idiotisme de la langue originale qui l’a adopté ; & cet idiotisme est irrégulier, parce que le sens propre des mots y est abandonne ; ce qui est contraire à la premiere institution des mots. Ainsi le superstitieux euphémisme, qui dans la langue latine a donné le sens de sacrifier au verbe mactare, quoique ce mot signifie dans son étymologie augmenter davantage (magis auctare) ; cet euphémisme, dis-je, est tellement propre au génie de cette langue, que la traduction littérale que l’on en feroit dans une autre, ne pourroit jamais y faire naître l’idée de sacrifice. Voyez Euphémisme.

C’est pareillement un trope qui a introduit dans notre langue ces idiotismes déja remarqués au mot Gallicisme, dans lesquels on emploie les deux verbes venir & aller, pour exprimer par l’un des prétérits prochains, & par l’autre des futurs prochains (voyez Tems) ; comme quand on dit, je viens de lire, je venois de lire, pour j’ai ou j’avois lû depuis peu de tems ; je vais lire, j’allois lire, pour je dois, ou je devois lire dans peu de tems. Les deux verbes auxiliaires venir & aller perdent alors leur signification originelle, & ne marquent plus le transport d’un lieu en un autre ; ils ne servent plus qu’à marquer la proximité de l’antériorité ou de la postériorité ; & nos phrases rendues littéralement dans quelque autre langue, ou n’y signifieroient rien, ou y signifieroient autre chose que parmi nous. C’est une catachrese introduite par la nécessité (voyez Catachrese), & fondée néanmoins sur quelque analogie entre le sens propre & le sens figuré. Le verbe venir, par exemple, suppose une existence antérieure dans le lieu d’où l’on vient ; & dans le moment qu’on en vient, il n’y a pas long-tems qu’on y étoit : voilà précisément la raison du choix de ce verbe, pour servir à l’expression des prétérits prochains. Pareillement le verbe aller indique la postériorité d’existence dans le lieu où l’on va ; & dans le tems qu’on y va, on est dans l’intention d’y être bientôt : voilà encore la justification de la préférence donnée à ce verbe, pour désigner les futurs prochains. Mais il n’en demeure pas moins vrai que ces verbes, devenus auxiliaires, perdent réellement leur signification primitive & fondamentale, & qu’ils n’en retiennent que des idées accessoires & éloignées.

2°. Ce que l’on vient de dire des tropes, est également vrai des figures de Syntaxe : telle figure est un idiotisme irrégulier, parce qu’elle ne peut être rendue littéralement dans une autre langue, ou que la version littérale qui en seroit faite, y auroit un autre sens. Ainsi l’usage où nous sommes, dans la langue françoise, d’employer l’adjectif possessif masculin, mon, ton, son, avant un nom féminin qui commence par une voyelle ou par une h muette, est un idiotisme irrégulier de notre langue, un gallicisme ; parce que l’imitation littérale de cette figure dans une autre langue n’y seroit qu’un solécisme. Nous disons mon ame, & l’on ne diroit pas meus anima ; ton opinion, & l’on ne peut pas dire tuus opinio : c’est que les Latins avoient pour éviter l’hiatus occasionné par le concours des voyelles, des moyens qui nous sont interdits par la constitution de notre langue, & dont il étoit plus raisonnable de faire usage, que de violer une loi aussi essentielle que celle de la concordance que nous transgressons : ils pouvoient dire anima mea, opinio tua ; & nous ne pouvons pas imiter ce tour, & dire ame ma, opinion ta. Notre langue sacrifie donc ici un principe raisonnable aux agrémens de l’euphonie (voyez Euphonie), conformément à la remarque sensée de Cicéron, Orat. n. 47: impetratum est à consuetudine ut peccare, suavitatis causâ, liceret.

Voici une ellipse qui est devenue une locution propre à notre langue, un gallicisme, parce que l’usage en a prévalu au point qu’il n’est plus permis de suivre en pareil cas la Syntaxe pleine : il ne laisse pas d’agir, notre langue ne laisse pas de se prêter à tous les genres d’écrire, on ne laisse pas d’abandonner la vertu en la louant, c’est-à-dire il ne laisse pas le soin d’agir, notre langue ne laisse pas la faculté de se prêter à tous les genres d’écrire, on ne laisse pas la foiblesse d’abandonner la vertu en la louant. Nous préférons dans ces {p. 8:500} phrases le mérite de la briéveté à une locution pleine, qui sans avoir plus de clarté, auroit le désagrément inséparable des longueurs superflues.

S’il est facile de ramener à un nombre fixe de chefs principaux les écarts qui déterminent les différens idiotismes, il n’en est pas de même de vues particulieres qui peuvent y influer : la variété de ces causes est trop grande, l’influence en est trop délicate, la complication en est quelquefois trop embarrassante pour pouvoir établir à ce sujet quelque chose de bien certain. Mais il n’en est pas moins constant qu’elles tiennent toutes, plus ou moins, au génie des diverses langues, qu’elles en sont des émanations, & qu’elles peuvent en devenir des indices.

« Il en est des peuples entiers comme d’un homme particulier, dit du Tremblay, traité des langues, chap. 22 ; leur langage est la vive expression de leurs moeurs, de leur génie & de leurs inclinations ; & il ne faudroit que bien examiner ce langage pour pénétrer toutes les pensées de leur ame & tous les mouvemens de leur coeur. Chaque langue doit donc nécessairement tenir des perfections & des défauts du peuple qui la parle. Elles auront chacune en particulier, disoit-il un peu plus haut, quelque perfection qui ne se trouvera pas dans les autres, parce qu’elles tiennent toutes des moeurs & du génie des peuples qui les parlent : elles auront chacune des termes & des façons de parler qui leur seront propres, & qui seront comme le caractere de ce génie ».

On reconnoît en effet le flegme oriental dans la répétition de l’adjectif ou de l’adverbe ; amen, amen ; sanctus, sanctus, sanctus : la vivacité françoise n’a pû s’en accommoder, & très-saint est bien plus à son gré que saint, saint, saint.

Mais si l’on veut démêler dans les idiotismes réguliers ou irréguliers, ce que le génie particulier de la langue peut y avoir contribué, la premiere chose essentielle qu’il y ait à faire, c’est de s’assurer d’une bonne interprétation littérale. Elle suppose deux choses ; la traduction rigoureuse de chaque mot par sa signification propre, & la réduction de toute la phrase à la plénitude de la construction analytique, qui seule peut remplir les vuides de l’ellipse, corriger les rédondances du pléonasme, redresser les écarts de l’inversion, & faire rentrer tout dans le système invariable de la Grammaire générale.

« Je sais bien, dit M. du Marsais, Meth. pour apprendre la langue latine, pag. 14, que cette traduction littérale fait d’abord de la peine à ceux qui n’en connoissent point le motif ; ils ne voyent pas que le but que l’on se propose dans cette maniere de traduire, n’est que de montrer comment on parloit latin ; ce qui ne peut se faire qu’en expliquant chaque mot latin par le mot françois qui lui répond.

Dans les premieres années de notre enfance, nous lions certaines idées à certaines impressions ; l’habitude confirme cette liaison. Les esprits animaux prennent une route déterminée pour chaque idée particuliere ; de sorte que lorsqu’on veut dans la suite exciter la même idée d’une maniere différente, on cause dans le cerveau un mouvement contraire à celui auquel il est accoutumé, & ce mouvement excite ou de la surprise ou de la risée, & quelquefois même de la douleur : c’est pourquoi chaque peuple différent trouve extraordinaire l’habillement ou le langage d’un autre peuple. On rit à Florence de la maniere dont un François prononce le latin ou l’italien, & l’on se moque à Paris de la prononciation du Florentin. De même la plûpart de ceux qui entendent traduire pater ejus, le pere de lui, au lieu de son pere, sont d’abord portés à se moquer de la traduction.

Cependant comme la maniere la plus courte pour faire entendre la façon de s’habiller des étrangers, c’est de faire voir leurs habits tels qu’ils sont, & non pas d’habiller un étranger à la françoise ; de même la meilleure méthode pour apprendre les langues étrangeres, c’est de s’instruire du tour original, ce qu’on ne peut faire que par la traduction littérale.

Au reste il n’y a pas lieu de craindre que cette façon d’expliquer apprenne à mal parler françois.

1°. Plus on a l’esprit juste & net, mieux on écrit & mieux on parle : or il n’y a rien qui soit plus propre à donner aux jeunes gens de la netteté & de la justesse d’esprit, que de les exercer à la traduction littérale, parce qu’elle oblige à la précision, à la propriété des termes, & à une certaine exactitude qui empêche l’esprit de s’égarer à des idées étrangeres.

2°. La traduction littérale fait sentir la différence des deux langues. Plus le tour latin est éloigné du tour françois, moins on doit craindre qu’on l’imite dans le discours. Elle fait connoître le génie de la langue latine ; ensuite l’usage, mieux que le maître, apprend le tour de la langue françoise. »

Article de M. de Beauzée.

IMPARFAIT §

{p. 8:584}

Imparfait (Grammaire) §

Imparfait, adj. (Gramm.) employé quelquefois comme tel en Grammaire, avec le nom de prétérit : & quelquefois employé seul & substantivement, ainsi l’on dit le prétérit imparfait ou l’imparfait. C’est un tems du verbe distingué de tous les autres par ses inflexions & par sa destination : j’étois (eram) est l’imparfait de l’indicatif ; que je fusse (essem) est l’imparfait du subjonctif. Voilà des connoissances de fait, & personne ne s’y méprend. Mais il n’en est pas de même des principes raisonnés qui concernent la nature de ce tems : il me semble qu’on n’en a eu encore que des notions bien vagues & même fausses ; & la dénomination même qu’on lui a donnée, caractérise moins l’idée qu’il en faut prendre, que la maniere dont on l’a envisagé. Ceci est développé & justifié à l’article Tems. On y verra que ce tems est de la classe des présens, parce qu’il désigne la simultanéité d’existence, & que c’est un présent antérieur, parce qu’il est relatif à une époque antérieure à l’acte même de la parole. Article de M. Beauzée.

{p. 8:586}

IMPÉRATIF §

IMPÉRATIF, v. adj. (Gram.) on dit le sens impératif, la forme impérative. En Grammaire on emploie ce mot substantivement au masculin, parce qu’on le rapporte à mode ou moeuf, & c’est en effet le nom que l’on donne à ce mode qui ajoute à la signification principale du verbe l’idée accessoire de la volonté de celui qui parle.

Les Latins admettent dans leur impératif deux formes différentes, comme lege & legito ; & la plûpart des Grammairiens ont cru l’une relative au présent, & l’autre au futur. Mais il est certain que ces deux formes différentes expriment la même relation temporelle, puisqu’on les trouve réunies dans les mêmes phrases pour y exprimer le même sens à cet égard, ainsi que l’observe la méthode latine de P. R. Rem. sur les verbes, chap. ij. art. 5.

Aut si es dura, nega ; sin es non dura, venito.
Propert.
Et potum pastas age, Tityre ; & interagendum,
Occursare capro (cornu ferit ille) caveto.
Virg.

Ce n’est donc point de la différence des relations temporelles que vient celle de ces deux formes également impèratives ; & il est bien plus vraissemblable qu’elles n’ont d’autre destination que de caractériser en quelque sorte l’espece de volonté de celui qui parle. Je crois, par exemple, que lege exprime une simple exhortation, un conseil, un avertissement, une priere même, ou tout au plus un consentement, une simple permission ; & que legito marque un commandement exprès & absolu, ou du-moins une exhortation si pressante, qu’elle semble exiger l’exécution aussi impérieusement que l’autorité même : dans le premier cas, celui qui parle est ou un subalterne qui prie, ou un égal qui donne son avis ; s’il est supérieur, c’est un supérieur plein de bonté, qui consent à ce que l’on desire, & qui par ménagement, déguise les droits de son autorité sous le ton d’un égal qui conseille ou qui avertit : dans le second cas, celui qui parle est un maître qui veut absolument être obéi, ou un égal qui veut rendre bien sensible le desir qu’il a de l’exécution, en imitant le ton impérieux qui ne souffre point de délai. Ceci n’est qu’une conjecture ; mais le style des lois latines en est le fondement & la preuve ; ad divos adeunto castè (Cic. iij. de leg.) ; & elle trouve un nouveau degré de probabilité dans les passages mêmes que l’on vient de citer.

Aut si es dura, nega ; c’est comme si Properce avoit dit :

« si vous avez de la dureté dans le caractere, & si vous consentez vous-même à passer pour telle, il faut bien que je consente à votre refus, nega » :

(simple concession). Sin es non dura, venito ; priere urgente qui approche du commandement absolu, & qui en imite le ton impérieux ; c’est comme si l’auteur avoit dit :

« mais si vous ne voulez point avouer un caractere si odieux ; si vous prétendez être sans reproche à cet égard, il vous est indispensable de venir, il faut que vous veniez, venito ».

C’est la même chose dans les deux vers de Virgile. Et potum pastas age, Tityre ; ce n’est ici qu’une simple instruction, le ton en est modeste, age. Mais quand il s’intéresse pour Tityre, qu’il craint pour lui quelqu’accident, il éleve le ton, pour donner à son avis plus de poids, & par-là plus d’efficacité ; occursare Capro...caveto : cave seroit foible & moins honnête, parce qu’il marqueroit trop peu d’intérêt ; il faut quelque chose de plus pressant, caveto.

Trompé par les fausses idées qu’on avoit prises des deux formes impératives latines, M. l’abbé Régnier a voulu trouver de même dans l’impératif de notre langue, un présent & un futur : dans son système le présent est lis ou lisez ; le futur, tu liras ou vous lirez (Gramm. franç. in-12. Paris 1706, pag. 340) ; mais il est évident en soi, & avoué par cet auteur même, que tu liras ou vous lirez ne differe en rien de ce qu’il appelle le futur simple de l’indicatif, & que je nomme le présent postérieur (voyez Tems) ; si ce n’est, dit-il, en ce qu’il est employé à un autre usage. C’est donc confondre les modes que de rapporter ces expressions à l’impératif : & il y a d’ailleurs une erreur de fait, à croire que le présent postérieur, ou si l’on veut, le futur de l’indicatif, soit jamais employé dans le sens impératif. S’il se met quelquefois au lieu de l’impératif, c’est que les deux modes sont également directs (voyez Mode), & que la forme indicative exprime en effet la même relation temporelle que la forme impérative. Mais le sens impératif est si peu commun à ces deux formes, que l’on ne substitue celle de l’indicatif à l’autre, que pour faire disparoître le sens accessoire impératif, ou par énergie, ou par euphémisme.

On s’abstient de la forme impérative par énergie, quand l’autorité de celui qui parle est si grande, ou quand la justice ou la nécessité de la chose est si évidente, qu’il suffit de l’indiquer pour en attendre l’exécution : Dominum Deum tuum adorabis, & illi soli servies (Matth. iv. 10.), pour adora ou adorato, servi ou servito.

On s’abstient encore de cette forme par euphémisme, ou afin d’adoucir par un principe de civilité, l’impression de l’autorité réelle, ou afin d’éviter par un principe d’équité, le ton impérieux qui ne peut convenir à un homme qui prie.

Au reste le choix entre ces différentes formes est uniquement une affaire de goût, & il arrive souvent à cet égard la même chose qu’à l’égard de tous les autres synonymes, que l’on choisit plutôt pour la satisfaction de l’oreille que pour celle de l’esprit, ou pour contenter l’esprit par une autre vûe que celle de la précision. Au fond il étoit très-possible, & peut-être auroit-il été plus régulier, quoique moins énergique, de ne pas introduire le mode impératif, & de s’en tenir au tems de l’indicatif que je nomme présent postérieur : vous adorerez le Seigneur votre Dieu, & vous ne servirez que lui. C’est même le seul moyen direct que l’on ait dans plusieurs langues, & spécialement dans la nôtre, d’exprimer le commandement à la troisieme personne : le style des réglemens politiques en est la preuve.

Puisque dans la langue latine & dans la françoise, on remplace souvent la forme reconnue pour impérative par celle qui est purement indicative, il s’ensuit donc que ces deux formes expriment une même relation temporelle, & doivent prendre chacune dans le mode qui leur est propre, la même dénomination de présent postérieur. Cette conséquence se confirme encore par l’usage des autres langues. Non seulement les Grecs emploient souvent comme nous, le présent postérieur de l’indicatif pour celui de l’impératif, ils ont encore de plus que nous la liberté d’user du présent postérieur de l’impératif pour celui de l’indicatif : οἶσθ’οὖν ὃ δρᾶσον, pour δράσεις (Eurip.) ; littéralement, scis ergo quid fac, pour facies (vous savez donc ce que vous ferez ?). C’est pour la même raison que la forme impérative est la racine immédiate de la forme indicative correspondante, dans la langue hébraïque ; & que les Grammairiens hébreux regardent l’une & l’autre comme des futurs : par égard pour l’ordre de la génération, ils donnent à l’impératif le nom de premier futur, & à l’autre le nom de second futur. Leur pensée revient à la mienne ; mais nous employons diverses dénominations. Je ne puis regarder comme indifférentes, celles qui font propres {p. 8:587} au langage didactique ; & j’adopterois volontiers dans ce sens la maxime de Comenius (Janua ling. tit. 1. period. 4.) : Totius eruditionis posuit fundamentum, qui nomenclaturam rerum artis perdicit. J’ose me flater de donner à l’article Tems une justification plausible du changement que j’introduis dans la nomenclature des tems.

Je me contenterai d’ajouter ici une remarque tirée de l’analogie de la formation des tems : c’est qu’il en est de celui que je nomme présent postérieur de l’impératif, comme de ceux des autres modes qui sont reconnus pour des présens en latin, en allemand, en françois, en italien, en espagnol ; il est dérivé de la même racine immédiate qui est exclusivement propre aux présens, ce qui devient pour ceux qui entendent les droits de l’analogie, une nouvelle raison d’inscrire dans la classe des présens, le tems impératif dont il s’agit.

Indicatif Subjonctif Infinitif Impératif
Latin. laudo. laudem. laudare. lauda ou laudato.
Allemand. ich lobe. dass ich lobe. loben. lobe.
François. je loue. que je loue. louer. loue ou loue.
Italien. lodo. ch’io lodi. lodare. lodà.
Espagnol. alabo. que alábe. alabar. alaba.

Si nos Grammairiens avoient donné aux analogies l’attention qu’elles exigent ; outre qu’elles auroient servi à leur faire prendre des idées justes de chacun des tems, elles les auroient encore conduits à reconnoître dans notre impératif un prétérit, dont je ne sache pas qu’aucun grammairien ait fait mention, si ce n’est M. l’abbé de Dangeau, qui l’a montré dans ses tables, mais qui semble l’avoir oublié dans l’explication qu’il en donne ensuite. Opusc. sur la lang. franç. On avoit pourtant l’exemple de la langue greque ; & la facilité que nous avons de la traduire littéralement dans ces circonstances, devoit montrer sensiblement dans nos verbes ce prétérit de l’impératif. Mais Apollone avoit dit (lib. I. cap. 30.) qu’on ne commande pas les choses passées ni les présentes : chacun a répeté cet adage sans l’entendre, parce qu’on n’avoit pas des notions exactes du présent ni du prétérit ; & il semble en conséquence que personne n’ait osé voir ce que l’usage le plus fréquent mettoit tous les jours sous les yeux. ayez lu ce livre quand je reviendrai : il est clair que l’expression ayez lû est impérative ; qu’elle est du tems prétérit, puisqu’elle désigne l’action de lire comme passée à l’égard de mon retour : enfin que c’est un prétérit postérieur, parce que ce passé est relatif à une époque postérieure à l’acte de la parole, je reviendrai.

Ce prétérit de notre impératif a les mêmes propriétés que le présent. Il est pareillement bien remplacé par le prétérit postérieur de l’indicatif ; vous aurez lu ce livre quand je reviendrai : & cette substitution de l’un des tems pour l’autre a les mêmes principes que pour les présens ; c’est énergie ou euphémisme quand on s’attache à la précision ; c’est harmonie quand on fait moins d’attention aux idées accessoires différencielles. Enfin ce prétérit se trouve dans l’analogie de tous les prétérits françois ; il est composé du même auxiliaire, pris dans le même mode.

Indicatif. Subjonctif. Infinitif. Impératif.
Prés. auxil. j’ai. que j’aye. avoir. aye
Prét. comp. j’ai lû. que j’aye lû. avoir lû. aye lû.
Prés. auxil. je suis. que je sois. être. sois.
Prét. comp. je suis sorti. que je sois sorti. être sorti. sois sorti.

M. l’abbé Girard prétend (vrais princ. Disc. viij. du verbe, pag. 13.) que l’usage n’a point fait dans nos verbes de mode impératif, parce qu’il ne caractérise l’idée accessoire de commandement, à la premiere & seconde personne, que par la suppression des pronoms dont le verbe se fait ordinairement accompagner, & à la troisieme personne par l’addition de la particule que.

J’avoue que nous n’avons pas de troisieme personne impérative, que nous employons pour cela celle du tems correspondant du subjonctif, qu’il lise, qu’il ait lû ; & qu’alors il y a nécessairement une ellipse qui sert à rendre raison du subjonctif, comme s’il y avoit par exemple, je veux qu’il lise, je désire qu’il ait lû. En cela nous imitons les Latins qui font souvent le même usage, non-seulement de la troisieme, mais même de toutes les personnes du subjonctif, dont on ne peut alors rendre raison que par une ellipse semblable.

Mais pour ce qui concerne la seconde personne au singulier, & les deux premieres au pluriel, la suppression même des pronoms, qui sont nécessaires partout ailleurs, me paroît être une forme caractéristique du sens impératif, & suffire pour en constituer un mode particulier ; comme la différence de ces mêmes pronoms suffit pour établir celle des personnes.

D’après toutes ces considérations, il résulte que l’impératif des conjugaisons latines n’a que le présent postérieur ; que ce tems a deux formes différentes, plus ou moins impératives, pour la seconde personne tant au singulier qu’au pluriel, & une seule forme pour la troisieme.

  • sing. 2. lege ou legito. 3. legito.
  • plur. 2. legite ou legitote. 3. legunto.

Ce qui manque à l’impératif, l’usage le supplée par le subjonctif ; & ce que les rudimens vulgaires ajoutent à ceci, comme partie du mode impératif, y est ajouté faussement & mal-à-propos.

La méthode latine de P. R. propose une question, savoir comment il se peut faire qu’il y ait un impératif dans le verbe passif, vû que ce qui nous vient des autres ne semble pas dépendre de nous, pour nous être commandé à nous-mêmes : & on répond que c’est que la disposition & la cause en est souvent en notre pouvoir ; qu’ainsi l’on dira amator ab hero, c’est-à-dire faites si bien que votre maître vous aime. Il me semble que la définition que j’ai donnée de ce mode, donne une réponse plus satisfaisante à cette question. La forme impérative ajoute à la signification principale du verbe, l’idée accessoire de la volonté de celui qui parle ; & de quelque cause que puisse dépendre l’effet qui en est l’objet, il peut le desirer & exprimer ce desir : il n’est pas nécessaire à l’exactitude grammaticale, que les pensées que l’on se propose d’exprimer aient l’exactitude morale ; on en a trop de preuves dans une foule de livres très-bien écrits, & en même tems très-éloignés de cette exactitude morale que des écrivains sages ne perdent jamais de vûe.

Par rapport à la conjugaison françoise, l’impératif admet un présent & un prétérit, tous deux postérieurs ; dans l’un & dans l’autre, il n’y a au singulier que la seconde personne, & au pluriel les deux premieres.

{p. 8:588}
Prèsent post. Prétérit post.
sing. 2. lis ou lisez. 2. aye ou ayez lû.
plur. 1. lisons. 1. ayons lû.
2. lisez. 2. ayez lû.

Je m’arrête principalement à la conjugaison des deux langues, qui doivent être le principal objet de nos études ; mais les principes que j’ai posés peuvent servir à rectifier les conjugaisons des autres langues, si les Grammairiens s’en sont écartés.

Je terminerai cet article par deux observations, la premiere, c’est qu’on ne trouve à l’impératif d’aucune langue, de futur proprement dit, qui soit dans l’analogie des futurs des autres modes ; & que les tems qui y sont d’usage, sont véritablement un présent postérieur, ou un prétérit postérieur. Quel est donc le sens de la maxime d’Apollone, qu’on ne commande pas les choses passées ni les présentes ? On ne peut l’entendre que des choses passées ou présentes à l’égard du moment où l’on parle. Mais à l’égard d’une époque postérieure à l’acte de la parole, c’est le contraire ; on ne commande que les choses passées ou présentes, c’est-à-dire que l’on desire qu’elles précedent l’époque, ou qu’elles coexistent avec l’époque, qu’elles soient passées ou présentes lors de l’époque. Ce n’est point ici une these métaphysique que je prétends poser, c’est le simple résultat de la déposition combinée des usages des langues ; mais j’avoue que ce résultat peut donner lieu à des recherches assez subtiles, & à une discussion très-raisonnable.

La seconde observation est de M. le président de Brosses. C’est que, selon la remarque de Léibnitz (Otium Hanoverianum, pag. 427.), la vraie racine des verbes est dans l’impératif, c’est-à-dire au présent postérieur. Ce tems en effet est fort souvent monosyllabe dans la plûpart des langues : & lors même qu’il n’est pas mono-syllabe, il est moins chargé qu’aucun autre, des additions terminatives ou préfixes qu’exigent les différentes idées accessoires, & qui peuvent empêcher qu’on ne discerne la racine premiere du mot. Il y a donc lieu de présumer, qu’en comparant les verbes synonymes de toutes les langues par le présent postérieur de l’impératif, on pourroit souvent remonter jusqu’au principe de leur synonymie, & à la source commune d’où ils descendent, avec les altérations différentes que les divers besoins des langues leur ont fait subir. (B. E. R. M.)

{p. 8:646}

INCHOATIF §

INCHOATIF, adj. (Gram.) Priscien, & après lui la foule des Grammairiens, ont désigné par cette dénomination, les verbes caractérisés par la terminaison sco ou scor, ajoutée à quelque radical significatif par lui-même. Tels :

Verbes : Augesco (dér. de Augeo), Albesco (Albeo), Calesco (Caleo), Frigesco (Frigeo) ; adjectifs : Dulcesco (Dulcis), Mitesco (Mitis) ; noms : Lapidesco (Lapis, dis), Irascor (Ira).

Au reste cette dénomination pourroit avoir été adoptée bien légèrement, & il ne paroît pas que dans l’usage de la langue latine, les bons écrivains aient supposé dans cette sorte de verbe, l’idée accessoire d’inchoation ou de commencement, que leur nom y semble indiquer. Le style des commentaires de César devoit avoir & a en effet de l’élégance, de la pureté & de la justesse ; celui de Caton (de R. R.) doit encore avoir plus de précision, parce qu’il est purement didactique ; cependant ces deux auteurs ayant besoin de marquer le commencement de l’événement désigné par des verbes prétendus inchoatifs, se sont servis l’un & l’autre du verbe incipio. cùm maturescere frumenta inciperent, Caes. Et ubi primum incipiunt hiscere, legi oportet, Cat. Cicéron qui savoit louer avec tant d’art, & qui connoissoit si bien les différences délicates des mots les plus aisés à confondre, dit à César (pro Marcel.) en faisant l’éloge de sa justice & de sa douceur, at verb hoec tua justitia & lenitas florescit quotidie magis : peut-on penser qu’il ait voulu lui dire que tous les jours il cessoit d’avoir de la justice & de la douceur pour recommencer chaque jour à en montrer davantage ? En ce cas, c’étoit une satyre sanglante plutôt qu’un éloge ; & dans Cicéron, une absurdité plutôt qu’un effet de l’art.

C’est donc sur d’autres titres, que sur la foi du nom d’inchoatif, qu’il est nécessaire d’établir le caractere différentiel de cette sorte de verbe. Consultons les meilleurs écrivains. On lit dans Virgile, Georg. III. 504.

Sin in processu coepit crudescere morbus ;

Sur quoi Servius fait cette remarque, crudescere, validior fieri, ut dejectâ cru descit pugna camillâ : & lorsqu’il en est à ce vers de l’Eneïde, XI. 833. il l’explique ainsi, crudescit, crudelior fit coede multorum ; ce qui peut se justifier par l’autorité même de Virgile, qui avoit dit ailleurs dans le même sens, magis effuso crudescunt sanguine pugnoe. AEn. VII. 788.

Au douzieme livre de l’Eneïde (45.), Virgile s’exprime ainsi :

Haud quaquam dictis violentis Turni
Flectitur ; exuperat magis, aegrescit que medendo.

Et voici le commentaire du même Servius : indè magna ejus oegritudo crescebat, unde se ei Latinus remedium sperabat afferre.

Il est donc évident que crudescere exprime l’augmentation graduelle de la cruauté, & oegrescere l’augmentation graduelle de la douleur : & c’étoit apparemment d’après de pareilles observations que L. Valle (Elegant. lib. I.) vouloit que l’on donnât aux verbes de cette espece le nom d’augmentatifs. Mais ce terme est déja employé dans la Grammaire greque & dans la Grammaire italienne, pour désigner des noms qui ajoutent à l’idée individuelle de leur primitif, l’idée accessoire d’un degré extraordinaire, mais fixe d’augmentation. D’ailleurs ne paroîtroit-il pas choquant d’appeller augmentatifs les verbes deflorescere, decrescere, defervescere, &c. qui expriment à la vérité une progression graduelle, mais de diminution plutôt que d’augmentation ? Ce n’est que cette progression graduelle qui caractérise en effet les verbes dont il s’agit, & c’étoit d’après cette idée spécifique qu’il falloit les nommer progressifs.

Ces verbes ont tous la signification passive ; & c’est pour cela que Servius les explique tous par le verbe passif fieri ; il y ajoute un comparatif pour désigner la gradation caractéristique : crudescere, validior fieri ; & de même augescere, fieri major ; calescere, fieri calidior ; mitescere, fieri mitior ; lapidescere, fieri ad lapidis naturam propior ; defervescere, minùs fervidus fieri, &c.

Nous avons aussi en françois des verbes progressifs, ou si l’on veut, des verbes inchoatifs, qui sont pour la plûpart terminés en ir, comme blanchir, jaunir, vieillir, grandir, rajeunir, fleurir, &c. (B. E. R. M.)

{p. 8:668}

INDÉCLINABLE §

INDÉCLINABLE, adj. terme de Grammaire. On a distingué à l’article Formation deux sortes de dérivation, l’une philosophique, & l’autre grammaticale. La dérivation philosophique sert à l’expression des idées accessoires propres à la nature d’une idée primitive. La dérivation grammaticale sert à l’expression des points de vûe sous lesquels une idée principale peut être envisagée dans l’ordre analytique de l’énonciation. C’est la dérivation philosophique qui forme, d’après une même idée primitive, des mots de différentes especes, ou l’on retrouve une même racine commune, symbole de l’idée primitive, avec les additions différentes destinées à représenter l’idée spécifique qui la modifie, comme AMo, AMor, AMicitia, AMicus, AManter, AMatoriè, AMicè, &c. C’est la dérivation grammaticale qui fait prendre à un même mot diverses inflexions, selon les divers aspects sous lesquels on envisage dans l’ordre analytique la même idée principale dont il est le symbole invariable, comme AMICus, AMICi, AMICo, AMICum, AMICorum, &c. Ce n’est que relativement à cette seconde espece que les Grammairiens emploient les termes déclinable & indéclinable.

Un simple coup d’oeil jetté sur les différentes especes de mots, & sur l’unanimité des usages de toutes les langues à cet égard, conduit naturellement à les partager en deux classes générales, caractérisées par des différences purement matérielles, mais pourtant essentielles, qui sont la déclinabilité & l’indéclinabilité.

La premiere classe comprend toutes les especes de mots qui, dans la plûpart des langues, reçoivent des inflexions destinées à désigner les divers points de vûe sous lesquels l’ordre analytique présente l’idée principale de leur signification ; ainsi les mots déclinables sont les noms, les pronoms, les adjectifs & les verbes.

La seconde classe comprend les especes de mots qui, en quelque langue que ce soit, gardent dans le discours une forme immuable, parce que l’idée principale de leur signification y est toujours envisagée sous le même aspect ; ainsi les mots indéclinables sont les prépositions, les adverbes, les conjonctions & les interjections.

Les mots considérés de cette maniere sont essentiellement déclinables, ou essentiellement indéclinables ; & si l’unanimité des usages combinés des langues ne nous trompe pas sur ces deux propriétés opposées, elles naissent effectivement de la nature des especes de mots qu’elles différencient ; & l’examen raisonné de ces deux caracteres doit nous conduire à la connoissance de la nature même des mots, comme l’examen des effets conduit à la connoissance des causes. Voyez Mot.

Au reste, il ne faut pas se méprendre sur le véritable sens dans lequel on doit entendre la déclinabilité & l’indéclinabilité essentielle. Ces deux expressions ne veulent dire que la possibilité ou l’impossibilité absolue de varier les inflexions des mots relativement aux vûes de l’ordre analytique ; mais la déclinabilité ne suppose point du tout que la variation actuelle des inflexions doive être admise nécessairement, quoique l’indéclinabilité l’exclue nécessairement : c’est que la non existence est une suite nécessaire de l’impossibilité ; mais l’existence, en supposant la possibilité, n’en est pas une suite nécessaire.

En effet, les mots essentiellement déclinables ne sont pas déclinés dans toutes les langues ; & dans celles où ils sont déclinés, ils ne l’y sont pas aux mêmes égards. Le verbe, par exemple, décliné presque par-tout, ne l’est point dans la langue franque, qui ne fait usage que de l’infinitif ; la place qu’il occupe & les mots qui l’accompagnent déterminent les diverses applications dont il est susceptible. Les noms qui en grec, en latin, en allemand, reçoivent des nombres & des cas, ne reçoivent que des nombres en françois, en italien, en espagnol & en anglois, quoique maints Grammairiens croyent y voir des cas, au moyen des prépositions qui les remplacent effectivement, mais qui ne le sont pas pour cela. Les verbes latins n’ont que trois modes personnels, l’indicatif, l’impératif & le subjonctif : ces trois modes se trouvent aussi en grec & en françois ; mais les Grecs ont de plus un optatif qui leur est propre, & nous avons un mode suppositif qui n’est pas dans les deux autres langues.

Il y a dans les diverses langues de la terre mille variétés semblables, suites naturelles de la liberté de l’usage, décidé quelquefois par le génie propre de chaque idiome, & quelquefois par le simple hasard ou le pur caprice. Que les noms ayent en grec, en latin & en allemand des nombres & des cas, & que dans nos langues analogues de l’Europe ils n’ayent que des nombres, c’est génie ; mais qu’en latin, par exemple, où les noms & les adjectifs se déclinent, il y en ait que l’usage a privés des inflexions que l’analogie leur destinoit, c’est hasard ou caprice.

Il me semble que c’est aussi caprice ou hazard, que ces noms ou ces adjectifs anomaux soient les seuls qu’il ait plû aux Grammairiens d’appeller spécialement indéclinables. J’aimerois beaucoup mieux que cette dénomination eût été réservée pour désigner la propriété de toute une espece, en y ajoûtant, si l’on eût voulu, la distinction de l’indéclinabilité naturelle & de l’indéclinabilité usuelle : dans ce cas, les anomaux dont il s’agit ici, auroient dû plutôt se nommer indéclinés qu’indéclinables, parce que leur indéclinabilité est un fait particulier qui déroge à l’analogie commune par accident, & non une suite de cette analogie.

Quoi qu’il en soit de la dénomination, ces anomaux indéclinables n’apportent dans l’élocution latine aucune équivoque ; & il est d’un usage bien entendu, quand on fait l’analyse d’une phrase latine où il s’en trouve, de leur attribuer les mêmes fonctions qu’aux mots déclinés. Ainsi en analysant cette {p. 8:669} proposition interjective de Virgile, cornu ferit ille, il est sage de dire que cornu est à l’ablatif comme complément de la préposition sous-entendue cùm (avec), quoique cornu n’ait réellement aucun cas au singulier : c’est faire allusion à l’analogie latine, & c’est comme si l’on disoit que cornu auroit été mis à l’ablatif, si l’usage l’eût décliné comme les autres noms. J’avoue cependant qu’il y auroit plus de justesse & de vérité à se servir plutôt de ce tour conditionnel que de l’affirmation positive ; & j’en use ainsi quand il s’agit de l’infinitif, qui est un vrai nom indéclinable : dans turpe est mentiri, par exemple, je dis que l’infinitif mentiri est le sujet du verbe est, & qu’il seroit au nominatif s’il étoit déclinable : dans clamare coepit, que clamare est le complément objectif de coepit, & qu’il seroit à l’accusatif s’il étoit déclinable, &c. Voyez Infinitif.

Mais ce qui est raisonnable par rapport à la phrase latine, seroit ridicule & faux dans la phrase françoise. Dire que dans j’obéis au roi, au roi est au datif, c’est introduire dans notre langue un jargon qui lui est étranger, & y supposer une analogie qu’elle ne connoît pas, βαρβαρίζειν. (B. E. R. M.)

INDÉFINI §

{p. 8:669}

Indéfini (Grammaire) §

Indéfini, (Gramm.) ce mot est encore un de ceux que les Grammairiens emploient comme techniques en diverses occasions ; & il signifie la même chose qu’indéterminé. On dit sens indéfini, article indéfini, pronom indéfini, tems indéfini.

1°. Sens indéfini.

« Chaque mot, dit M. du Marsais (Tropes, part. III. art. ij. pag. 233.), a une certaine signification dans le discours, autrement il ne signifieroit rien ; mais ce sens, quoique détermine (c’est-à-dire, quoique fixé à être tel) ne marque pas toujours précisément un tel individu, un tel particulier ; ainsi on appelle sens indéterminé ou indéfini, celui qui marque une idée vague, une pensée générale, qu’on ne fait point tomber sur un objet particulier ».

Les adjectifs & les verbes, considérés en eux-mêmes, n’ont qu’un sens indéfini, par rapport à l’objet auquel leur signification est appliquable grand, durable, expriment à la vérité quelque être grand, quelque objet durable ; mais cet être, cet objet, est ce un esprit ou un corps ? est-ce un corps animé ou inanimé ? est-ce un homme ou une brute ? &c. La nature de l’être est indéfinie, & ce n’est que par des applications particulieres que ces mots sortiront de cette indétermination, pour prendre un sens défini, du-moins à quelques égards ; un grand homme, une grande entreprise, un ouvrage durable, une estime durable. C’est la même chose des verbes considérés hors de toute application.

Je dis que les applications particulieres tirent ces mots de leur indétermination, du-moins à quelques égards. C’est que toute application qui n’est pas absolument individuelle ou spécifique, c’est-à-dire qui ne tombe pas précisément sur un individu ou sur toute une espece, laisse toujours quelque chose d’indéfini dans le sens : ainsi quand on dit un grand homme, le mot grand est défini par son application à l’espece humaine ; mais ce n’est pas à toute l’espece, ni à tel individu de l’espece ; ainsi le sens demeure encore indéfini à quelques égards, quoiqu’à d’autres il soit déterminé.

Les noms appellatifs sont pareillement indéfinis en eux-mêmes. Homme, cheval, argument, désignent à la vérité telle ou telle nature ; mais si l’on veut qu’ils désignent tel individu, ou la totalité des individus auxquels cette nature peut convenir, il faut y ajouter d’autres mots qui en fassent disparoître le sens indéfini : par exemple, cet homme est savant, l’homme est sujet à l’erreur, &c. Voyez Abstraction, Appellatif, Article

2°. Article indéfini. Quelques Grammairiens françois, à la tête desquels il faut mettre l’auteur de la Grammaire générale, Part. II. ch. vij, ont distingué deux sortes d’articles, l’un défini, comme le, la ; & l’autre indéfini, comme un, une, pour lequel on met de ou des au pluriel.

Non content de cette premiere distinction, la Touche vint après M. Arnauld & M. Lancelot, & dit qu’il y avoit trois articles indéfinis :

« Les deux premiers, dit-il, servent pour les noms des choses qui se prennent par parties dans un sens indéfini : le premier est pour les substantifs, & le second pour les adjectifs ; je les appelle articles indéfinis partitifs : le troisieme article indéfini sert à marquer le nombre des choses, & c’est pour cela que je le nomme numéral ».

L’art de bien parler françois, liv. II. ch. j. Le P. Buffier & M. Restaut, à quelques différences près, ont adopté le même système & tous ont eu en vue d’établir des cas & des déclinaisons dans nos noms, à l’imitation des noms grecs & latins ; comme si la Grammaire particuliere d’une langue ne devoit pas être en quelque sorte le code des décisions de l’usage de cette langue, plutôt que la copie inconséquente de la Grammaire d’une langue étrangere.

Je ne dois pas répéter ici les raisons qui prouvent que nous n’avons en effet ni cas ni déclinaisons (voyez ces mots) ; mais j’observerai d’abord avec M. Duclos (Rem. sur le chap. vij. de la II. Part. de la Gramm. génér.)

« que ces divisions d’articles, défini, indéfini, n’ont servi qu’à jetter de la confusion sur la nature de l’article. Je ne prétends pas dire qu’un mot ne puisse être pris dans un sens indéfini, c’est-à-dire dans sa signification vague & générale ; mais loin qu’il y ait un article pour la marquer, il faut alors le supprimer. On dit, par exemple, qu’un homme a été traité avec honneur ; comme il ne s’agit pas de spécifier l’honneur particulier qu’on lui a rendu, on n’y met point d’article ; honneur est pris indéfiniment »,

parce qu’il est employé en cette occurrence dans son acception primitive, selon laquelle, comme tout autre nom appellatif, il ne presente à l’esprit que l’idée générale d’une nature commune à plusieurs individus, ou à plusieurs especes, mais abstraction faite des especes & des individus.

« Il n’y a, continue l’habile secrétaire de l’Académie françoise, qu’une seule espece d’article, qui est le pour le masculin, dont on fait la pour le féminin, & les pour le pluriel des deux genres : le bien, la vertu, l’injustice ; les biens, les vertus, les injustices ».

En effet, dès qu’il est arrêté que nos noms ne subissent à leur terminaison aucun changement qui puisse être regardé comme cas, que les sens accessoires représentés par les cas en grec, en latin, en allemand, & en toute autre langue qu’on voudra, sont suppléés en françois, & dans tous les idiomes qui ont a cet égard le même génie, par la place même des noms dans la phrase, ou par les prépositions qui les précedent ; enfin que la destination de l’article est de faire prendre le nom dans un sens précis & déterminé : il est certain, ou qu’il ne peut y avoir qu’un article, ou que s’il y en a plusieurs, ce seront différentes especes du même genre, distinguées entre elles par les différentes idées accessoires ajoutées à l’idée commune du genre.

Dans la premiere hypothese, où l’on ne reconnoîtroit pour article que le, la, les, la conséquence est toute simple. Si l’on veut déterminer un nom, soit en l’appliquant à toute l’espece dont il exprime la nature, soit en l’appliquant à un seul individu détérminé de l’espece, il faut employer l’article ; c’est pour cela seul qu’il est institué : l’homme est mortel, détermination spécifique ; l’homme dont je vous parle, &c. détermination individuelle. Si on veut employer {p. 8:670} le nom dans son acception originelle, qui est essentiellement indéfinie, il faut l’employer seul ; l’intention est remplie : parler en homme, c’est-à-dire conformément à la nature humaine ; sens indéfini, où il n’est question ni d’aucun individu en particulier, ni de la totalité des individus. Ainsi l’introduction de l’article indéfini seroit au moins une inutilité, si ce n’étoit même une absurdité & une contradiction.

Dans la seconde hypothese, où l’on admettroit diverses especes d’articles, l’idée commune du genre devroit encore se retrouver dans chaque espece, mais avec quelque autre idée accessoire qui seroit le caractere distinctif de l’espece. Tels sont peut-être les mots tout, chaque, nul, quelque, certain, ce, mon, ton, son, un, deux, trois, & tous les autres nombres cardinaux ; car tous ces mots servent à faire prendre dans un sens précis & déterminé, les noms avant lesquels l’usage de notre langue les place ; mais ils le font de diverses manieres, qui pourroient leur faire donner diverses terminaisons. Tout, chaque, nul, articles collectifs, distingués encore entre eux par des nuances délicates ; quelque, certain, articles partitifs ; ce, article démonstratif ; mon, ton, son, articles possessifs ; un, deux, trois, &c. articles numériques, &c. Ici il faut toujours raisonner de même : vous déterminerez le sens d’un nom, par tel article qu’il vous plaira ou qu’exigera le besoin ; ils sont tous destinés à cette fin ; mais dès que vous voudrez que le nom soit pris dans un sens indéfini, abstenez-vous de tout article ; le nom a ce sens par lui-même.

3°. Pronoms indéfinis. Plusieurs Grammairiens admettent une classe de pronoms qu’ils nomment indéfinis ou impropres, comme je l’ai déja dit ailleurs. Voyez Impropre, On verra au mot Pronom, que cette partie d’oraison détermine les objets dont on parle, par l’idée de leur relation de personalité, comme les noms les déterminent par l’idée de leur nature. D’où il suit qu’un pronom, qui en cette qualité seroit indéfini, devroit déterminer un objet par l’idée d’une relation vague de personalité, & qu’il ne seroit en soi d’aucune personne, mais qu’il seroit applicable à toutes les personnes. Y a-t-il des pronoms de cette sorte ? Non : tout pronom est ou de la premiere personne, comme je, me, moi, nous ; ou de la seconde, comme tu, te, toi, vous ; ou de la troisieme, comme se, il, elle, le, la, lui, les, leurs, eux, elles. Voyez Pronom.

4°. Tems indéfinis. Nos Grammairiens distinguent encore dans notre indicatif deux prétérits, qu’ils appellent l’un défini, & l’autre indéfini. Quelques-uns, entre lesquels il faut compter M. de Vaugelas, donnent le nom de défini à celui de ces deux prétendus prétérits, qui est simple, comme j’aimai, je pris, je reçus, je tins ; & ils appellent indéfini celui qui est composé, comme j’ai aimé, j’ai pris, j’ai reçu, j’ai tenu. D’autres au contraire, qui ont pour eux l’auteur de la Grammaire générale & M. du Marsais, appellent indéfini celui qui est simple, & défini celui qui est composé. Cette opposition de nos plus habiles maîtres me semble prouver que l’idée qu’il faut avoir d’un tems indéfini, étoit elle-même assez peu déterminée par rapport à eux. On verra, article Tems, ce qu’il faut penser des deux dont il s’agit ici, & quels sont ceux qu’il faut nommer définis & indéfinis, soit présens, soit prétérits, soit futurs. (B. E. R. M.)

{p. 8:673}

INDICATIF §

INDICATIF, adj. (Gramm.) le mode indicatif, la forme indicative. L’indicatif est un mode personnel qui exprime directement & purement l’existence d’un sujet déterminé sous un attribut.

Comme ce mode est destiné à être adapté à tous les sujets déterminés dont il peut être question dans le discours, il reçoit toutes les inflexions personnelles & numériques, dont la concordance avec le sujet est la suite nécessaire de cette adaptation ; cette propriété lui est commune avec tous les autres modes personnels sans exception.

Mais il exprime directement. C’est une autre propriété qu’il ne partage point avec le mode subjonctif, dont la signification est oblique. Toute énonciation dont le verbe est au subjonctif, est l’expression d’un jugement accessoire, que l’on n’envisage que comme partie de la pensée que l’on veut manifester ; & l’énonciation subjonctive n’est qu’un complément de l’énonciation principale. Celle-ci est l’expression immédiate de la pensée que l’on se propose de manifester, & le verbe qui en fait l’ame doit être au mode indicatif. Ainsi ce mode est direct, parce qu’il sert à constituer la proposition principale que l’on envisage ; & le subjonctif est oblique, parce qu’il ne constitue qu’une énonciation détournée qui entre dans le discours par accident & comme partie dépendante. Je fais de mon mieux ; dans cette proposition, je fais exprime directement, parce qu’il énonce immédiatement le jugement principal que je veux faire connoître. Il faut que je fasse de mon mieux ; dans cette phrase, je fasse explique obliquement, parce qu’il énonce un jugement accessoire subordonné au principal, dont le caractere propre est il faut. C’est à cause de cette propriété que Scaliger le qualifie, solus modus aptus scientiis, solus pater veritatis. de caus. l. I. v. 116.

J’ajoûte que le mode indicatif exprime purement l’existence du sujet, pour marquer qu’il exclue toute autre idée accessoire, qui n’est pas nécessairement comprise dans la signification essentielle du verbe ; & c’est ce qui distingue ce mode de tout autre mode direct. L’impératif est aussi direct, mais il ajoûte à la signification générale du verbe l’idée accessoire de la volonté de celui qui parle. Voyez Impératif. Le suppositif que nous sommes obligés de reconnoître dans nos langues modernes, est direct aussi ; mais il ajoûte à la signification générale du verbe l’idée accessoire d’hypothese & de supposition. Voy. Suppositif. Le seul indicatif, entre les modes directs garde sans mélange la signification pure du verbe. Voy. Mode.

C’est apparemment cette derniere propriété qui est cause que dans quelque langue que ce soit, l’indicatif admet toutes les especes de tems qui sont autorisées dans la langue, & qu’il est le seul mode assez communément qui les admette toutes. Ainsi pour déterminer quels sont les tems de l’indicatif, il ne faut que fixer ceux qu’une langue a reçus. Voyez Tems. (B. E. R. M.)

{p. 8:704}

INFINITIF §

INFINITIF, adj. (Gramm.) le mode infinitif est un des objets de la Grammaire, dont la discussion a occasionné le plus d’assertions contradictoires, & laissé subsister le plus de doutes ; & cet article deviendroit immense, s’il falloit y examiner en détail tout ce que les Grammairiens ont avancé sur cet objet. Le plus court, & sans doute le plus sûr, est d’analyser la nature de l’infinitif, comme si personne n’en avoit encore parlé : en ne posant que des principes solides, on parvient à mettre le vrai en évidence, & les objections sont prévenues ou résolues.

Les inflexions temporelles, qui sont exclusivement propres au verbe, en ont été regardées par Scaliger comme la différence essentielle : tempus autem non videtur esse affectus verbi, sed differentia formalis, propter quam verbum ipsum verbum est. (De Caus. L. L. lib. V. cap. cxxj.) Cette considération, très solide en soi, l’avoit conduit à définir ainsi cette partie d’oraison : verbum est nota rei sub tempore, ibid. 110. Scaliger touchoit presque au but, mais il l’a manqué. Les tems ne constituent point la nature du verbe ; autrement il faudroit dire que la langue franque, qui est le lien du commerce des Echelles du Levant, est sans verbe, puisque le verbe n’y reçoit aucun changement de terminaisons ; mais les tems supposent nécessairement dans la nature du verbe une idée qui puisse servir de fondement à ces métamorphoses, & cette idée ne peut être que celle de l’existence, puisque l’existence successive des êtres est la seule mesure du tems qui soit à notre portée, comme le tems devient à son tour la mesure de l’existence successive. Voyez Verbe.

Or cette idée de l’existence se manifeste à l’infinitif par les différences caractéristiques des trois especes générales de tems, qui sont le présent, le prétérit & le futur ; par exemple, amare (aimer) en est le présent ; amavisse (avoir aimé) en est le prétérit ; & amassere (devoir aimer), selon le témoignage & les preuves de Vossius (Analog. III. 17.) en est l’ancien futur, auquel on a substitué depuis des futurs composés, amaturum esse, amaturum fuisse, plus analogues aux futurs des modes personnels ; voyez Tems. L’usage, malgré ses prétendus caprices, ne peut résister à l’influence sourde de l’analogie.

Il faut donc conclure que l’essence du verbe se trouve à l’infinitif comme dans les autres modes, & que l’infinitif est véritablement verbe : verbum autem esse, verbi definitio clamat ; significat enim rem sub tempore. (Scalig. ibid. 117.) Si Sanctius & quelques autres Grammairiens ont cru que les inflexions temporelles de l’infinitif pouvoient s’employer indistinctement les unes pour les autres ; si quelques-uns en ont conclu qu’à la rigueur il ne pouvoit pas se dire que l’infinitif eût des tems différens, ni par conséquent qu’il fût verbe, c’est une erreur évidente, & qui prouve seulement que ceux qui y sont tombés n’avoient pas des tems une notion exacte. Un mot suffit sur ce point : si les inflexions temporelles de l’infinitif peuvent se prendre sans choix les unes pour les autres, l’infinitif ne peut pas se traduire avec assûrance, & dicis me legere, par exemple, peut signifier indistinctement vous dites que je lis, que j’ai lu, ou que je lirai.

Il semble qu’une fois assûré que l’infinitif a en soi la nature du verbe, & qu’il est une partie essentielle de sa conjugaison, on n’a plus qu’à le compter entre les modes du verbe. Il se trouve pourtant des Grammairiens d’une grande réputation & d’un grand mérite, qui en avouant que l’infinitif est partie du verbe, ne veulent pas convenir qu’il en soit un mode ; mais malgré les noms imposans des Scaliger, des Sanctius, des Vossius, & des Lancelot, j’oserai dire que leur opinion est d’une inconséquence surprenante dans des hommes si habiles ; car enfin, puisque de leur aveu même l’infinitif est verbe, il présente apparemment la signification du verbe sous un aspect particulier, & c’est sans doute pour cela qu’il a des inflexions & des usages qui lui sont propres, ce qui suffit pour constituer un mode dans le verbe, comme une terminaison différente avec une destination propre suffit pour constituer un cas dans le nom ; mais quel est cet aspect particulier qui caractérise le mode infinitif ?

Cette question ne peut se résoudre que d’après les usages combinés des langues. L’observation la plus frappante qui en résulte, c’est que dans aucun idiome l’infinitif ne reçoit ni inflexions numériques, ni inflexions personnelles ; & cette unanimité indique si sûrement le caractere différentiel de ce mode, sa nature distinctive, que c’est de-là, selon Priscien (lib. VIII. de modis.), qu’il a tiré son nom : unde & nomen accepit infinitivi, quod nec personas nec numeros definit. Cette étymologie a été adoptée depuis par Vossius (analog. III. 8.), & elle paroît assez raisonnable pour être reçue de tous les Grammairiens. Mais ne nous contentons pas d’un fait qui constate la forme extérieure de l’infinitif, ce seroit proprement nous en tenir à l’écorce des choses : pénétrons, s’il est possible, dans l’intérieur même.

Les inflexions numériques & les personnelles ont, dans les modes où elles sont admises, une destination connue ; c’est de mettre le verbe, sous ces aspects, en concordance avec le sujet dont il énonce un jugement. Cette concordance suppose identité, entre le sujet déterminé avec lequel s’accorde le verbe, & le sujet vague présenté par le verbe sous l’idée de l’existence (voyez Identité) ; & cette concordance désigne l’application du sens vague du verbe au sens précis du sujet.

Si donc l’infinitif ne reçoit dans aucune langue ni inflexions numériques, ni inflexions personnelles, c’est qu’il est dans la nature de ce mode de n’être jamais appliqué à un sujet précis & déterminé, & de conserver invariablement la signification générale & originelle du verbe. Il n’y a plus qu’à suivre le cours des conséquences qui sortent naturellement de cette vérité.

I. Le principal usage du verbe est de servir à l’expression du jugement intérieur, qui est la perception de l’existence d’un sujet dans notre esprit sous tel ou tel attribut (s’Gravesande, Introd. à la philos. II. vij.) ; ainsi le verbe ne peut exprimer le jugement qu’autant qu’il est appliqué au sujet universel ou particulier, ou individuel, qui existe dans l’esprit, c’est-à-dire à un sujet déterminé. Il n’y a donc que les modes personnels du verbe qui puissent constituer la proposition ; & le mode infinitif, ne pouvant par sa nature être appliqué à aucun sujet déterminé, ne peut énoncer un jugement, parce que tout jugement suppose un sujet déterminé. Les usages des langues nous apprennent que l’infinitif ne fait dans la proposition que l’office du nom. L’idée abstraite de l’existence intellectuelle sous un attribut, est la seule idée déterminative du sujet vague présenté par l’infinitif ; {p. 8:705} & cette idée abstraite devenant la seule que l’esprit y considere, est en quelque maniere l’idée d’une nature commune à tous les individus auxquels elle peut convenir. Voyez Nom.

Dans les langues modernes de l’Europe, cette espece de nom est employée comme les autres noms abstraits, & sert de la même maniere & aux mêmes fins. 1°. Nous l’employons comme sujet ou grammatical, ou logique. Nous disons, mentir est un crime, de même que le mensonge est un crime, sujet logique ; fermer les yeux aux preuves éclatantes du Christianisme est une extravagance inconcevable, de même que l’aveuglement volontaire sur les preuves, &c. ici fermer n’est qu’un sujet grammatical ; fermer les yeux aux preuves éclatantes du Christianisme, est le sujet logique. 2°. L’infinitif est quelquefois complément objectif d’un verbe relatif : l’honnête homme ne sait pas mentir, comme l’honnête homme ne connoît pas le mensonge. 3°. Il est souvent le complément logique ou grammatical d’une préposition : la honte de mentir, comme la turpitude du mensonge ; sujet à débiter des fables, comme sujet à la fievre ; sans déguiser la vérité, comme sans déguisement, &c.

Quoique la langue grecque ait donné des cas aux autres noms, elle n’a pourtant point assujetti ses infinitifs à ce genre d’inflexion ; mais les rapports à l’ordre analytique que les cas désignent dans les autres noms, sont indiqués pour l’infinitif par les cas de l’article neutre dont il est accompagné, de même que tout autre nom neutre de la même langue ; ainsi les Grecs disent au nominatif & à l’accusatif τὸ εὔχεσθαι (le prier), comme ils diroient ἡ εὐχή, precatio, ou τὴν εὐχήν, precationem (la priere) ; ils disent au génitif τοῦ εὔχεσθαι (du prier), & au datif τῷ εὔχεσθαι (au prier), comme ils diroient τῆς εὐχῆς, precationis (de la priere), & τῇ εὐχῇ, precationi (à la priere). En conséquence l’infinitif grec ainsi décliné est employé comme sujet ou comme régime d’un verbe, ou comme complément d’une préposition ; & les exemples en sont si fréquens dans les bons auteurs, que le manuel des Grammairiens (Traité de la synt. gr. ch. j. regl. 4.) donne cette pratique comme un usage élégant.

La différence qu’il y a donc à cet égard entre la langue grecque & la nôtre, c’est que d’une part l’infinitif est souvent accompagné de l’article, & que de l’autre il n’est que bien rarement employé avec l’article. Cette différence tient à celle des procédés des deux langues en ce qui concerne les noms.

Nous ne faisons usage de l’article que pour déterminer l’étendue de la signification d’un nom appellatif, soit au sens spécifique, soit au sens individuel ; ainsi quand nous disons les hommes sont mortels, le nom appellatif homme est déterminé au sens spécifique ; & quand nous disons le roi est juste, le nom appellatif roi est déterminé au sens individuel. Jamais nous n’employons l’article avant les noms propres, parce que le sens en est de soi-même individuel ; peut-être est-ce par une raison contraire que nous ne l’employons pas avant les infinitifs, précisément parce que le sens en est toûjours spécifique : mentir est un crime, c’est-à-dire, tous ceux qui mentent commettent un crime, ou tout mensonge est un crime.

Les Grecs, au contraire, qui emploient souvent l’article par emphase, même avant les noms propres (Voyez la méth. gr. de P. R. liv. VIII. ch. jv.), sont dans le cas d’en user de même avant les infinitifs. D’ailleurs l’inversion autorisée dans cette langue, à cause des cas qui y sont admis, exige quelquefois que les rapports de l’infinitif à l’ordre analytique y soient caractérisés d’une maniere non équivoque : les cas de l’article attaché à l’infinitif sont alors les seuls signes que l’on puisse employer pour cette désignation. Nous, au contraire, qui suivons l’ordre analytique, ou qui ne nous en écartons pas de maniere à le perdre de vûe, le secours des inflexions nous est inutile, & l’article au surplus n’y suppléeroit pas, quoi qu’en disent la plûpart des Grammairiens : nous ne marquons l’ordre analytique que par le rang des mots ; & les rapports analytiques, que par les prépositions.

La langue latine qui, en admettant aussi l’inversion, n’avoit pas le secours d’un article déclinable pour marquer les relations de l’infinitif à l’ordre analytique, avoit pris le parti d’assujettir ce verbe-nom aux mêmes métamorphoses que les autres noms, & de lui donner des cas. Il est prouvé (article Gérondif) que les gérondifs sont de véritables cas de l’infinitif ; & (article Supin) qu’il en est de même des supins : & les anciens Grammairiens désignoient indistinctement ces deux sortes d’inflexions verbales par les noms de gerundia, participalia & supina ; (Priscian. lib. VIII. de modis.) Ce qui prouve que les unes comme les autres tenoient la place de l’infinitif ordinaire, & qu’elles en étoient de véritables cas.

L’infinitif proprement dit se trouve néanmoins dans les auteurs, employé lui-même pour différens cas. Au nominatif : virtus est vitium fugere (Hor.) c’est-à-dire, fugere vitium ou fuga vitii est virtus. Au génitif : tempus est jam hinc abire me, pour meoe hinc abitionis (Cic. Tuscul. I.) A l’accusatif : non tanti emo poenitere (Plaut.) pour poenitentiam ; c’est le complément d’emo : introiit videre, (Ter.) pour ad videre, de même que Lucrece dit ad sedare sitim fluvii fontesque vocabant ; c’est donc le complément d’une préposition. A l’ablatif : audito regem in Siciliam tendere (Salust. Jugurth.) où il est évident qu’audito est en rapport & en concordance avec tendere qui tient lieu par conséquent d’un ablatif. On pourroit prouver chacun de ces cas par une infinité d’exemples : Sanctius en a recueilli un grand nombre que l’on peut consulter (Minerv. III. vj.) Je me contenterai d’en ajouter un plus frappant tiré de Cicéron ; (ad Attic. XIII. 28.) Quam turpis est assentatio, cùm vivere ipsum turpe sit nobis ! Il est clair qu’il en est ici de vivere comme d’assentatio ; l’un est sujet dans le premier membre ; l’autre est sujet dans le second ; l’un est féminin, l’autre est neutre ; tous deux sont noms.

II. Une autre conséquence importante de l’indéclinabilité de l’infinitif, c’est qu’il est faux que dans l’ordre analytique il ait un sujet, que l’usage de la langue latine met à l’accusatif. C’est pourtant la doctrine commune des Grammairiens les plus célebres & les plus philosophes ; & M. du Marsais l’a enseignée dans l’Encyclopédie même, d’après la méthode latine de P. R. Voyez Accusatif & Construction. C’est que ces grands hommes n’avoient pas encore pris, de la nature du verbe & de ses modes, des notions saines : & il est aisé de voir (articles Accident, Conjugaison), que M. du Marsais en parloit comme le vulgaire, & qu’il n’avoit pas encore porté sur ces objets le flambeau de la Métaphysique, qui lui avoit fait voir tant d’autres vérités fondamentales ignorées des plus habiles qui l’avoient précédé dans cette carriere.

Puisque dans aucune langue l’infinitif ne reçoit aucune des terminaisons relatives à un sujet ; il semble que ce soit une conséquence qui n’auroit pas dû échapper aux Grammairiens, que l’infinitif ne doit point se rapporter à un sujet. Ce principe se confirme par une nouvelle observation ; c’est que l’infinitif est un véritable nom, qui est du genre neutre en grec & en latin, qui dans toutes les langues est employé comme sujet d’un verbe, ou comme complément, soit d’un verbe, soit d’une préposition, avec lequel enfin l’adjectif se met en concordance {p. 8:706} dans les langues où les adjectifs ont des inflexions relatives au sujet ; tout cela vient d’être prouvé : or est-il raisonnable de dire qu’un nom ait un sujet ? C’est une chose inouie en Grammaire, & contraire à la plus saine Logique.

Il n’est pas moins contraire à l’analogie de la langue latine, de dire que le sujet d’un verbe doit se mettre à l’accusatif : la syntaxe latine exige que le sujet d’un verbe personnel soit au nominatif ; pourquoi n’assigneroit-on pas le même cas au sujet d’un mode impersonnel, si on le croit appliquable à un sujet ? Deux principes si opposés n’auront qu’à concourir, & il en résultera infailliblement quelque contradiction. Essayons de vérifier cette conjecture.

Le sens formé par un nom avec un infinitif est, dit-on, quelquefois le sujet d’une proposition logique ; & en voici un exemple : magna ars est non apparere artem, ce que l’on prétend rendre littéralement en cette maniere : artem non apparere est magna ars (l’art ne point paroître est un grand art). Mais si artem non apparere est le sujet total ou logique de est magna ars ; il s’ensuit qu’artem, sujet immédiat de non apparere, est le sujet grammatical de est magna ars : c’est ainsi que si l’on disoit ars non apparens est magna ars, le sujet logique de est magna ars seroit ars non apparens, & cet ars, sujet immédiat de non apparens, seroit le sujet grammatical de est magna ars. Mais si l’on peut regarder artem comme sujet grammatical de est magna ars, il ne faut plus regarder artem est magna comme une expression vicieuse, quelque éloignée qu’elle soit & de l’analogie & du principe invariable de la concordance fondée sur l’identité. Ceci prouve d’une maniere bien palpable, que c’est introduire dans le système de la langue latine deux principes incompatibles & destructifs l’un de l’autre, que de soutenir que le sujet de l’infinitif se met à l’accusatif, & le sujet d’un mode personnel au nominatif.

Mais ce n’est pas assez d’avoir montré l’inconséquence & la fausseté de la doctrine commune sur l’accusatif, prétendu sujet de l’infinitif : il faut y en substituer une autre, qui soit conforme aux principes immuables de la Grammaire générale, & qui ne contredise point l’analogie de la langue latine.

L’accusatif a deux principaux usages également avoués par cette analogie, quoique fondés diversement. Le premier, est de caractériser le complément d’un verbe actif relatif, dont le sens, indéfini par soi-même, exige l’expression du terme auquel il a rapport : amo (j’aime), eh quoi ? car l’amour est une passion relative à quelque objet ; amo Ciceronem (j’aime Cicéron). Le second usage de l’accusatif est de caractériser le complément de certaines propositions ; per mentem (par l’esprit), contrà opinionem (contre l’opinion), &c. C’est donc nécessairement à l’une de ces deux fonctions qu’il faut ramener cet accusatif que l’on a pris faussement pour sujet de l’infinitif, puisqu’on vient de prouver la fausseté de cette opinion : & il me semble que l’analyse la mieux entendue peut en faire aisément le complément d’une préposition sousentendue, soit que la phrase qui comprend l’infinitif & l’accusatif tienne lieu de sujet dans la proposition totale, soit qu’elle y serve de complément.

Reprenons la proposition magna ars est non apparere artem. Selon la maxime que je viens de proposer, en voici la construction analytique : circâ artem, non apparere est ars magna (en fait d’art, ne point paroître est le grand art : l’accusatif artem rentre par-là dans l’analogie de la langue ; & la phrase, circà artem, est un supplément circonstanciel très conforme aux vûes de l’analyse logique de la proposition en général, & en particulier de celle dont il s’agit.

Cicéron, dans sa septieme lettre à Brutus, lui dit : mihi semper placuit non rege solum, sed regno liberari rempublicam ; c’est-à-dire, conformément à mon principe, circà rempublicam, liberari non solum à rege, sed à regno placuit semper mihi (à l’égard de la république, être délivré non seulement du roi, mais encore de la royauté, m’a toujours plû, a toujours été de mon goût).

Homines esse amicos Dei quanta est dignitas ! (D. Greg. magn.) Ergà homines, esse amicos Dei est dignitas quanta ! (A l’égard des hommes, être amis de Dieu est un honneur combien grand !) C’est encore la même méthode ; mais je supplée la préposition ergà pour indiquer qu’il n’y a pas nécessité de s’en tenir toujours à la même ; c’est le goût ou le besoin qui doit en décider. Mais remarquez que l’infinitif esse est le sujet grammatical de est dignitas quanta ; & le sujet logique, c’est esse amicos Dei. Amicos s’accorde avec homines, parce qu’il s’y rapporte par attribution, ou, si l’on veut, par attraction. C’est par la même raison que Martial a dit, nobis non licet esse tam disertis, quoique la construction soit esse tam disertis non licet nobis : c’est que la vûe de l’esprit se porte sur toute la proposition, dès qu’on en entame le premier mot ; & par-là même il y a une raison suffisante d’attraction pour mettre disertis en concordance avec nobis, qui au fond est le vrai sujet de la qualification exprimée par disertis.

Cupio me esse clementem : (Cic. I. Catil.) c’est-à-dire, cupio ergà me esse clementem. Le complément objectif grammatical de cupio, c’est esse ; le complément objectif logique, c’est ergà me esse clementem, (l’existence pour moi sous l’attribut de la clémence) ; c’est-là l’objet de cupio.

En un mot, il n’y a point de cas où l’on ne puisse, au moyen de l’ellipse, ramener la phrase à l’ordre analytique le plus simple, pourvû que l’on ne perde jamais de vûe la véritable destination de chaque cas, ni l’analogie réelle de la langue. On me demandera peut-être s’il est bien conforme à cette analogie d’imaginer une préposition avant l’accusatif, qui accompagne l’infinitif. Je réponds, 1°. ce que j’ai déja dit, qu’il faut bien regarder cet accusatif, ou comme complément de la préposition, ou comme complément d’un verbe actif relatif, puisqu’il est contraire à la nature de l’infinitif de l’avoir pour sujet : 2°. que le parti le plus raisonnable est de suppléer la préposition, parce que c’est le moyen le plus universel, & le seul qui puisse rendre raison de la phrase, quand l’énonciation qui comprend l’infinitif & l’accusatif est sujet de la proposition : 3°. enfin que le moyen est si raisonnable qu’on pourroit même en faire usage avant des verbes du mode subjonctif : supposons qu’il s’agisse, par exemple, de dire en latin, serez-vous satisfait, si à l’arrivée de votre pere, non content de l’empêcher d’entrer, je le force même à fuir ; seroit-ce mal parler que de dire, satin’habes, si advenientem patrem faciam tuum non modò ne introeat, verùm ut fugiat ? J’entends la réponse des faiseurs de rudimens & des fabricateurs de méthodes : cette locution est vicieuse, selon eux, parce que patrem tuum advenientem à l’accusatif ne peut pas être le sujet, ou, pour parler leur langage, le nominatif des verbes introeat & fugiat, comme il doit l’être ; & que si on alloit le prendre pour régime de faciam, cela opéreroit un contre-sens. Raisonnement admirable, mais dont toute la solidité va s’évanouir par un mot : c’est Plaute qui parle ainsi(Mostell.). Voulez-vous savoir comme il l’entend ? le voici : satin’habes, si ergà advenientem patrem tuum sic faciam ut non modo ne introeat, verum ut fugiat ; & il en est de faciam ergà patrem sic {p. 8:707} ut, &c. comme de agere cum patre, sic ut : or ce dernier tour est d’usage, & on lit dans Nepos (Cimon. 1.) egit cum Cimone ut eam sibi uxorem daret.

Il résulte donc de tout ce qui précede, que l’infinitif est un mode du verbe qui exprime l’existence sous un attribut d’une maniere abstraite, & comme l’idée d’une nature commune à tous les individus auxquels elle peut convenir ; d’où il suit que l’infinitif est tout-à-la-fois verbe & nom : & ceci est encore un paradoxe.

On convient assez communément que l’infinitif fait quelquefois l’office du nom, qu’il est nom si l’on veut, mais sans être verbe ; & l’on pense qu’en d’autres occurrences il est verbe sans être nom. On cite ce vers de Perse (sat. I. 25.) Scire tuum nihil est nisi te scire hoc sciat alter, où l’on prétend que le premier scire est nom sans être verbe, parce qu’il est accompagné de l’adjectif tuum, & que le second scire est verbe sans être nom, parce qu’il est précédé de l’accusatif te, qui en est, dit-on, le sujet. Mais il n’y a que le préjugé qui fonde cette distinction. Soyez conséquent, & vous verrez que c’est comme si le poëte avoit dit, nisi hoc scire tuum sciat alter, ou comme le dit le P. Jouvency dans son interprétation, nisi ab aliis cognoscatur ; ensorte que la nature de l’infinitif, telle qu’elle résulte des observations précédentes, indique qu’il faut recourir à l’ellipse pour rendre raison de l’accusatif te, & qu’il faut dire, par exemple, nisi alter sciat hoc scire pertinens ad te, ce qui est la même chose que hoc scire tuum.

N’admettez sur chaque objet qu’un principe : évitez les exceptions que vous ne pouvez justifier par les principes nécessairement reçus ; ramenez tout à l’ordre analytique par une seule analogie : vous voilà sur la bonne voie, la seule voie qui convienne à la raison, dont la parole est le ministre & l’image. (B. E. R. M.)

INFLEXION §

{p. 8:727}

Inflexion (Grammaire) §

INFLEXION, s. f. terme de Gramm. On confond assez communément les mots inflexion & terminaison, qui me paroissent pourtant exprimer des choses très-différentes, quoiqu’il y ait quelque chose de commun dans leur signification. Ces deux mots expriment également ce qui est ajoûté à la partie radicale d’un mot ; mais la terminaison n’est que le dernier son du mot modifié, si l’on veut, par quelques articulations subséquentes, mais détaché de toute articulation antécédente. L’inflexion est ce qui peut se trouver dans un mot entre la partie radicale & la terminaison. Par exemple am est la partie radicale de tous les mots qui constituent la conjugaison du verbe amo ; dans amabam, amabas, amabat, il y a à remarquer inflexion & terminaison. Dans chacun de ces mots la terminaison est différente, pour caractériser les différentes personnes ; am pour la premiere, as pour la seconde, at pour la troisieme : mais l’inflexion est la même {p. 8:728} pour marquer que ces mots appartiennent au même tems ; c’est ab par tout.

Voila donc trois choses que l’étymologiste peut souvent remarquer avec fruit dans les mots, la partie radicale, l’inflexion & la terminaison. La partie radicale est le type de l’idée individuelle de la signification du mot ; cette racine passe ensuite par différentes métamorphoses, au moyen des additions qu’on y fait, pour ajoûter à l’idée propre du mot les idées accessoires communes à tous les mots de la même espece. Ces additions ne se font point témérairement, & de maniere à faire croire que le simple hasard en ait fixé la loi ; on y reconnoît des traces d’intelligence & de combinaison, qui déposent qu’une raison saine a dirigé l’ouvrage. L’inflexion a sa raison ; la terminaison a la sienne ; les changemens de l’une & de l’autre ont aussi la leur ; & ces élémens d’analogie entre des mains intelligentes, peuvent répandre bien de la lumiere sur les recherches étymologiques, & sur la propriété des termes. On peut voir article Temps, de quelle utilité est cette observation pour en fixer l’analogie & la nature, peu connue jusqu’à présent. (B. E. R. M.)

INITIAL §

{p. 8:751}

Initial (Grammaire) §

INITIAL, adj. (Grammaire.) On appelle lettre initiale la premiere lettre de chaque mot, comme on appelle finale la derniere. Initial vient du latin initium, entrée, commencement. L’exactitude de l’ortographe exige que quelques lettres initiales soient majuscules : ce sont,

1°. Dans la Poésie, la lettre initiale de chaque vers grand ou petit, soit qu’il commence un sens, soit qu’il ne fasse que partie d’un sens commencé.

Renonçons au stérile appui
Des grands qu’on implore aujourd’hui ;
Ne fondons point sur eux une esperance folle :
Leur pompe indigne de nos voeux
N’est qu’un simulacre frivole,
Et les solides biens ne dépendent pas d’eux.
Rousseau.

2°. La lettre initiale de toute phrase qui commence après un point ou un a linea.

3°. Les lettres initiales du nom de Dieu, & des noms propres d’hommes, d’animaux, de villes, de provinces, de royaumes ou empires, de fleuves ou rivieres, de sciences, d’arts, &c. comme Priscien, Bucéphale, Paris, Bourgogne, France, Allemagne, Tibre, Meuse, Grammaire, Ortographe, Musique, Menuiserie, &c.

4°. Les lettres initiales des noms appellatifs qui déterminent par l’idée d’une dignité, soit ecclésiastique, soit civile. Lorsque ces noms sont employés au lieu des noms propres, pour désigner les individus qui sont revêtus de ces dignités : ainsi on écrit avec une majuscule : le Roi reçut alors les preuves les plus éclatantes de l’affection de ses peuples, parce qu’il est question d’un individu ; mais on écrit avec une minuscule ; un roi doit faire son capital de mériter l’affection de ses sujets, parce que le nom roi demeure sans application individuelle. C’est la même chose de tout autre nom appellatif ou de tout adjectif, qui devient le connotatif d’un individu ; l’Apôtre, en parlant deS.Paul ; l’Orateur, en parlant de Cicéron, &c.

5°. Les lettres initiales des noms des tribunaux, des jurisdictions, des compagnies & corps ; comme le Parlement, le Bailliage, la Connétablie, l’Université, l’Académie, l’Eglise, &c. lorsque ces noms sont pris dans un sens individuel.

6°. On met quelquefois une lettre majuscule à la tête de certains mots susceptibles de divers sens dans l’usage ordinaire, & alors la majuscule initiale indique le sens le plus considérable : par exemple les Grands (les premiers de la nation), pour distinguer ce mot de l’adjectif grand, la jeunesse (âge tendre), la Jeunesse (les jeunes gens) ; les devoirs de votre état, les lois de l’Etat, &c.

Eviter de faire majuscules les lettres initiales dans tous ou dans plusieurs de ces cas, c’est une entreprise qui a droit de révolter la raison autant qu’elle choque les yeux. Outre que cette pratique est contraire à l’usage général de la nation, elle tend à nous priver de l’avantage réel qu’on a trouvé jusqu’à présent à se conformer là-dessus aux regles qu’on vient de prescrire, & ne peut être bonne qu’à bannir de notre écriture la netteté de l’expression, qui dépend toujours de la distinction précise des objets. Conformez-vous à l’usage reçu, quelque anomalie que vous pensiez y voir ; l’usage universel est moins capricieux & plus sage qu’on n’a coutume de le croire, & à s’en écarter, on risque au moins de choquer le grand nombre. (B. E. R. M.)

{p. 8:827}

INTERJECTION §

INTERJECTION, s. f. (Gram. Eloq.) L’interjection étant considérée par rapport à la nature, dit l’abbé Regnier (p. 534.) est peut-être la premiere voix articulée dont les hommes se soient servis. Ce qui n’est que conjecture chez ce grammairien, est affirmé positivement par M. le Président de Brosses, dans ses observations sur les langues primitives, qu’il a communiquées à l’académie royale des Inscriptions & Belles-lettres.

« Les premieres causes, dit-il, qui excitent la voix humaine à faire usage de ses facultés, sont les sentimens ou les sensations intérieures, & non les objets du dehors, qui ne sont, pour ainsi dire, ni apperçus, ni connus. Entre les huit parties d’oraison, les noms ne sont donc pas la premiere, comme on le croit d’ordinaire ; mais ce sont les interjections, qui expriment la sensation du dedans, & qui sont le cri de la nature. L’enfant commence par elles à montrer qu’il est tout à la fois capable de sentir & de parler.

Les interjections, mêmes telles qu’elles sont dans nos langues formées & articulées, ne s’apprennent pas par la simple audition & par l’intonation d’autrui ; mais tout homme les tient de soi-même & de son propre sentiment ; au moins dans ce qu’elles ont de radical & de significatif, qui est le même partout, quoiqu’il puisse y avoir quelque variété dans la terminaison. Elles sont courtes ; elles partent du mouvement machinal & tiennent partout à la langue primitive. Ce ne sont pas de simples mots, mais quelque chose de plus, puisqu’elles expriment le sentiment qu’on a d’une chose, & que par une simple voix promte, par un seul coup d’organe, elles peignent la maniere dont on s’en trouve intérieurement affecté.

Toutes sont primitives, en quelque langue que ce soit, parce que toutes tiennent immédiatement à la fabrique générale de la machine organique, & au sentiment de la nature humaine, qui est partout le même dans les grands & premiers mouvemens corporels. Mais les interjections, quoique primitives, n’ont que peu de dérivés ».

[La raison en est simple. Elles ne sont pas du langage de l’esprit, mais de celui du coeur ; elles n’expriment pas les idées des objets extérieurs, mais les sentimens intérieurs.

Essentiellement bornés, l’acquisition de nos connoissances est nécessairement discursive ; c’est-à-dire, que nous sommes forcés de nous étayer d’une premiere perception pour parvenir à une seconde, & de passer ainsi par des degrés successifs, en courant, pour ainsi dire, d’idée en idée (discurrendo). Cette marche progressive & trainante fait obstacle à la curiosité naturelle de l’esprit humain, il cherche à tirer de son propre fonds même des ressources contre sa propre foiblesse ; il lie volontiers les idées qui lui viennent des objets extérieurs :]

« il les tire les unes après les autres, comme avec un cordon, les combine & les mêle ensemble.

Mais les mouvemens intérieurs de notre ame, qui appartiennent à notre existence, y sont fort distincts, y restent isolés, chacun dans leur classe, selon le genre d’affection qu’ils ont produit tout d’un coup, & dont l’effet, quoique permanent, a été subit. La douleur, la surprise, le dégoût, n’ont rien de commun ; chacun de ces sentimens est un, & son effet a d’abord été ce qu’il devoit être : il n’y a ici ni dérivation dans les sentimens, ni progression successive, ni combinaison factice, comme il y en a dans les idées.

C’est une chose curieuse sans doute que d’observer sur quelles cordes de la parole se frappe l’intonation des divers sentimens de l’ame, & de voir que ces rapports se trouvant les mêmes partout où il y a des machines humaines, établissent ici, non plus une relation purement conventionnelle, telle qu’elle est d’ordinaire entre les choses & les mots, mais une relation vraiment physique & de conformité entre certains sentimens de l’ame & certaines parties de l’instrument vocal.

La voix de la douleur frappe sur les basses cordes : elle est traînée, aspirée & profondément gutturale : eheu, hélas. Si la douleur est tristesse & gémissement, ce qui est la douleur douce, ou, à proprement parler, l’affliction ; la voix, quoique toujours profonde, devient nasale.

La voix de la surprise touche la corde sur une division plus haute : elle est franche & rapide ; ah ah, eh, oh oh : celle de la joie en differe en ce qu’étant aussi rapide, elle est fréquentative & moins breve ; ha ha ha ha, hi hi hi hi.

La voix du dégoût & de l’aversion est labiale ; elle frappe au-dessus de l’instrument sur le bout de la corde, sur les levres allongées ; fi, voe, pouah. Au lieu que les autres interjections n’emploient que la voyelle, celle-ci se sert de la lettre labiale la plus extérieure de toutes, parce qu’il y a ici tout à la fois sentiment & action ; sentiment qui répugne, & mouvement qui repousse : ainsi il y a dans l’interjection voix & figure [son & articulation] ; voix qui exprime, & figure qui rejette par le mouvement extérieur des levres allongées.

La voix du doute & du dissentement est volontiers nasale, à la différence que le doute est allongé, étant un sentiment incertain, hum, hom, & que le pur dissentement est bref, étant un mouvement tout déterminé, in, non.

Cependant il seroit absurde de se figurer que ces formules, si différentes en apparence, & les mêmes au fonds, se fussent introduites dans les langues ensuite d’une observation réflechie telle que je la viens de faire. Si la chose est arrivée ainsi, c’est tout naturellement, sans y songer ; c’est qu’elle tient au physique même de la machine, & qu’elle résulte de la conformation, du moins chez une partie considérable du genre humain. .... Le langage d’un enfant, avant qu’il puisse articuler aucun mot, est tout d’interjections. La peinture d’aucun objet n’est encore entrée en lui par les portes des sens extérieurs, si ce n’est peut-être la sensation d’un toucher fort indistinct : il n’y a que la volonté, ce sens intérieur qui naît avec l’animal, qui lui donne des idées ou plûtôt des sensations, des affections ; ces affections, il les désigne par la voix, non volontairement, mais par une suite nécessaire de sa conformation méchanique & de la faculté que la nature lui a donnée de proférer des sons. Cette faculté lui est commune avec quantité d’autres animaux [mais dans un moindre dégré d’intensité] ; aussi ne peut-on pas douter que ceux-ci n’ayent reçu de la nature le don de la parole, à quelque petit degré plus ou moins grand »,

[proportionné sans doute aux besoins de leur oeconomie animale, & à la nature des sensations dont elle les rend susceptibles ; d’où il doit résulter que le langage des animaux est vraissemblablement tout interjectif, & semblable en cela à celui des enfans nouveau nés, qui n’ont encore à exprimer que leurs affections & leurs besoins.]

Si on entend par oraison, la manifestation orale de tout ce qui peut appartenir à l’état de l’ame, toute la doctrine précédente est une preuve incontestable {p. 8:828} que l’interjection est véritablement partie de l’oraison, puisqu’elle est l’expression des situations même les plus intéressantes de l’ame ; & le raisonnement contraire de Sanctius est en pure perte. C’est, dit-il, (Minerv. I. ij.) la même chose partout ; donc les interjections sont naturelles. Mais si elles sont naturelles, elles ne sont point parties de l’oraison, parce que les parties de l’oraison, selon Aristote, ne doivent point être naturelles, mais d’institution arbitraire. Eh, qu’importe qu’Aristote l’ait ainsi pensé, si la raison en juge autrement ? Le témoignage de ce philosophe peut être d’un grand poids dans les choses de fait, parce qu’il étoit bon observateur, comme il paroît même en ce qu’il a bien vû que les interjections étoient des signes naturels & non d’institution ; mais dans les matieres de pur raisonnement, c’est à la raison seule à prononcer définitivement.

Il y a donc en effet des parties d’oraison de deux especes ; les premieres sont les signes naturels des sentimens, les autres sont les signes arbitraires des idées : celles là constituent le langage du coeur, elles sont affectives : celles ci appartiennent au langage de l’esprit, elles sont discursives. Je mets au premier rang les expressions du sentiment, parce qu’elles sont de premiere nécessité, les besoins du coeur étant antérieurs & supérieurs à ceux de l’esprit : d’ailleurs elles sont l’ouvrage de la nature, & les signes des idées sont de l’institution de l’art ; ce qui est un second titre de prééminence, fondé sur celle de la nature même à l’égard de l’art.

M. l’abbé Girard a cru devoir abandonner le mot interjection, par deux motifs :

« l’un de goût, dit-il, parce que ce mot me paroissoit n’avoir pas l’air assez françois ; l’autre fondé en raison, parce que le sens en est trop restraint pour comprendre tous les mots qui appartiennent à cette espece : voilà pourquoi j’ai préféré celui de particule, qui est également en usage ».

(Vrais princ. tom. I, disc. ij. pag. 80.) Il explique ailleurs (tom. II, disc. xiij. pag. 313.) ce que c’est que les particules.

« Ce sont tous les mots, dit-il, par le moyen desquels on ajoute à la peinture de la pensée celle de la situation, soit de l’ame qui sent, soit de l’esprit qui peint. Ces deux situations ont produit deux ordres de particules ; les unes de sensibilité, à qui l’on donne le nom d’interjectives ; les autres de tournure de discours, que par cette raison je nomme discursives ».

On peut remarquer sur cela, 1°. que M. Girard s’est trompé quand il n’a pas trouvé au mot interjection un air assez françois : un terme technique n’a aucun besoin d’être usité dans la conversation ordinaire pour être admis ; il suffit qu’il soit usité parmi les gens de l’art, & celui-ci l’est autant en grammaire que les mots préposition, conjonction, &c. lesquels ne le sont pas plus que le premier dans le langage familier. 2°. Que le mot interjective, adopté ensuite par cet académicien, devoit lui paroître du moins aussi voisin du barbarisme que le mot interjection, & qu’il est même moins ordinaire que ce dernier dans les livres de Grammaire. 3°. Que le terme de particule n’est pas plus connu dans le langage du monde avec le sens que les Grammairiens y ont attaché, & beaucoup moins encore avec celui que lui donne l’auteur des vrais principes. 4°. Que ce terme est employé abusivement par ce subtil métaphysicien, puisqu’il prétend réunir sous la dénomination de particule, & les expressions du coeur & des termes qui n’appartiennent qu’au langage de l’esprit ; ce qui est confondre absolument les especes les plus différentes & les moins rapprochées.

Ce n’est pas que je ne sois persuadé qu’il peut être utile, & qu’il est permis de donner un sens fixe & précis à un terme technique, aussi peu déterminé que l’est parmi les Grammairiens celui de particule : mais il ne faut, ni lui donner une place déja prise, ni lui assigner des fonctions inalliables. Voyez Particule.

Pretendre faire un corps systématique des diverses especes d’interjections, & chercher entr’elles des différences spécifiques bien caractérisées, c’est me semble, s’imposer une tâche où il est très-aisé de se méprendre, & dont l’exécution ne seroit pour le Grammairien d’aucune utilité.

Je dis d’abord qu’il est très-aisé de s’y méprendre,

« parce que comme un même mot, selon qu’il est différemment prononcé, peut avoir différentes significations, aussi une même interjection, selon qu’elle est proférée, sert à exprimer divers sentimens de douleur, de joie ou d’admiration ».

C’est une remarque de l’abbé Régnier, Gramm. franç. pag. 535.

J’ajoute que le succès de cette division ne seroit d’aucune utilité pour le grammairien : en voici les raisons. Les interjections sont des expressions du sentiment dictées par la nature, & qui tiennent à la constitution physique de l’organe de la parole : la même espece de sentiment doit donc toujours opérer dans la même machine le même mouvement organique, & produire constamment le même mot sous la même forme. De là l’indéclinabilité essentielle des interjections, & l’inutilité de vouloir en préparer l’usage par aucun art, lorsqu’on est sûr d’être bien dirigé par la nature. D’ailleurs l’énonciation claire de la pensée est le principal objet de la parole, & le seul que puisse & doive envisager la Grammaire, parce qu’elle ne doit être chargée de diriger que le langage de l’esprit ; le langage du coeur est sans art, parce qu’il est naturel : or il n’est utile au grammairien de distinguer les especes de mots, que pour en spécifier ensuite plus nettement les usages ; ainsi n’ayant rien à remarquer sur les usages des interjections, la distinction de leurs différences spécifiques est absolument inutile au but de la Grammaire.

Encore un mot avant que de finir cet article. Les deux mots latins en & ecce sont des interjections, disent les rudimens ; elles gouvernent le nominatif ou l’accusatif, ecce homo ou hominem, & elles signifient en françois voici ou voila, qui sont aussi des interjections dans notre langue.

Ces deux mots latins seront, si l’on veut, des interjections ; mais on auroit dû en distinguer l’usage : en indique les objets les plus éloignés, ecce des objets plus prochains ; ensorte que Pilate montrant aux Juifs Jésus flagellé, dut leur dire ecce homo ; mais un Juif qui auroit voulu fixer sur ce spectacle l’attention de son voisin, auroit dû lui dire en homo, ou même en hominem. Cette distinction artificielle porte sur les vûes diverses de l’esprit ; en & ecce sont donc du langage de l’esprit, & ne sont pas des interjections : ce sont des adverbes, comme hic & illic.

C’est une autre erreur que de croire que ces mots gouvernent le nominatif ou l’accusatif ; la destination de ces cas est toute différente. Ecce homo, c’est-à-dire ecce adest homo ; ecce hominem, c’est à-dire ecce vide ou videte hominem. Le nominatif doit être le sujet d’un verbe personnel, & l’accusatif, le complément ou d’un verbe ou d’une préposition : quand les apparences sont contraires, il y a ellipse.

Enfin, c’est une troisieme erreur que de croire que voici & voilà soient en françois les correspondans des mots latins en & ecce, & que ce soit des interjections. Nous n’avons pas en françois la valeur numérique de ces mots latins, ici & sont les mots qui en approchent le plus. Voici & voilà sont des mots composés qui renferment ces mêmes adverbes, & le verbe voi, dont il y a souvent ellipse en latin, voici, voi ici ; voilà, voi là. C’est pour cela que ces mots {p. 8:829} se construisent comme les verbes avec leurs complémens : voilà l’homme, voici des livres ; l’homme que voilà, les livres que voici ; nous voilà, me voici. Ainsi voici & voilà ne sont d’aucune espece, puisqu’ils comprennent des mots de plusieurs especes, comme du, qui signifie de le, des, qui veut dire de les, &c. (B. E. R. M.)

{p. 8:834}

INTERROGATIF §

INTERROGATIF, adj. (Gramm.) Une phrase est interrogative, lorsqu’elle indique de la part de celui qui parle, une question plutôt qu’une assertion : on met ordinairement à la fin de cette phrase un point surmonté d’une sorte de petite s retournée en cette maniere ( ?) ; & ce point se nomme aussi point interrogatif : par exemple,

Fortune, dont la main couronne
Les forfaits les plus inouis,
Du faux éclat qui t’environne
Serons-nous toujours éblouis ?
Rousseau.
Où suis-je ? de Baal ne vois-je pas le prêtre ?
Quoi, filles de David, vous parlez à ce traitre ?
Racine.

Quoi qu’en disent plusieurs grammairiens, il n’y a dans la langue françoise aucun terme qui soit proprement interrogatif, c’est-à-dire qui désigne essentiellement l’interrogation. La preuve en est que les mêmes mots que l’on allegue comme tels, sont mis sans aucun changement dans les assertions les plus positives. Ainsi nous disons bien en françois, Combien coûte ce livre ? Comment vont nos affaires ? Ou tendent ces discours ? Pourqoui sommes-nous nés ? Quand reviendra la paix ? Que veut cet homme ? Qui a parlé de la sorte ? Sur quoi est fondée {p. 8:835} notre espérance ? Quel bien est préférable ? Mais nous disons aussi sans interrogation, je sais combien coûte ce livre ; j’ignore comment vont nos affaires ; vous comprenez ou tendent ces discours ; la religion nous enseigne pourquoi nous sommes nés ; ceci nous apprend quand reviendra la paix : chacun devine ce que veut cet homme ; personne ne sait qui a parlé de la sorte ; vous connoissez sur quoi est fondée notre espérance ; cherchons quel bien est préférable.

C’est la même chose en latin, si l’on excepte la seule particule enclitique ne, qu’il faut moins regarder comme un mot, que comme une particule élémentaire, qui ne fait qu’un mot avec celui à la fin duquel on la place, comme audisne ou audin’ ? (entendez-vous) ? Voyez Particule. Elle indique que le sens est interrogatif dans la proposition où elle se trouve ; mais elle ne se trouve pas dans toutes celles qui sont interrogatives : Quò te Moeri pedes ? Quà transivisti ? Quandiù vixit ? An dimicatum est ? &c.

Qu’est-ce qui dénote donc si le sens d’une phrase est interrogatif ou non ?

1°. Dans toutes celles où l’on trouve quelqu’un de ces mots réputés interrogatifs en eux-mêmes, on y reconnoît ce sens, en ce que ces mots mêmes étant conjonctifs, & se trouvant néanmoins à la tête de la phrase construite selon l’ordre analytique, c’est un signe assuré qu’il y a ellipse de l’antécédent, & que cet antécédent est le complément grammatical d’un verbe aussi sous-entendu, qui exprimeroit directement l’interrogation s’il étoit énoncé. Reprenons les mêmes exemples françois, qui feront assez entendre l’application qu’il faudra faire de ce principe dans les autres langues. Combien coûte ce livre ? c’est-à-dire, apprenez-moi le prix que coûte ce livre. Comment vont vos affaires ? c’est-à-dire, dites-moi comment (ou la maniere selon laquelle) vont nos affaires. Ou tendent ces discours ? c’est-à-dire, faites-moi connoître le but où (auquel) tendent ces discours. Il en est de même des autres ; pourquoi veut dire la raison, la cause, la fin pour laquelle ; quand, le tems auquel ; avant que & quoi, on sous-entend a chose ou un autre antécédent moins vague, indiqué par les circonstances ; avant qui, sous-entendez la personne, l’homme, &c. quel, c’est lequel dont on a supprimé l’article à cause de la suppression de l’antécédent qui se trouve pourtant après ; quel bien, c’est-à-dire le bien, lequel bien.

2°. Dans les phrases où il n’y a aucun de ces mots conjonctifs, la langue françoise marque souvent le sens interrogatif par un tour particulier. Elle veut que le pronom personnel qui indique le sujet du verbe, se mette immédiatement après le verbe, s’il est dans un tems simple, & après l’auxiliaire, s’il est dans un temps composé ; & cela s’observe lors même que le sujet est exprimé d’ailleurs par un nom soit simple, soit accompagné de modificatifs : Viendrez-vous ? Avois-je compris ? Serions-nous partis ? Les Philosophes ont-ils bien pensé ? La raison que vous alléguiez auroit-elle été suffisante ? Il faut cependant observer, que si le verbe étoit au subjonctif, cette inversion du pronom personnel ne marqueroit point l’interrogation, mais une simple hypothèse, ou un desir dont l’énonciation explicite est supprimée par ellipse. Vinssiez-vous à bout de votre dessein, pour je suppose même que vous vinssiez à bout de votre dessein. Puissiez-vous être content ! pour je souhaite que vous puissiez être content. Quelquefois même le verbe étant à l’indicatif ou au suppositif, cette inversion n’est pas interrogative ; ce n’est qu’un tour plus élégant ou plus affirmatif : Ainsi conservons nos droits ; en vain formerions-nous les plus vastes projets ; il le fera, dit-il.

3°. Ce n’est souvent que le ton ou les circonstances du discours, qui déterminent une phrase au sens interrogatif ; & comme l’écriture ne peut figurer le ton, c’est alors le point interrogatif qui y décide le sens de la phrase. (B. E. R. M.)

{p. 8:852}

INVERSION §

INVERSION, s. f. terme de Grammaire qui signifie renversement d’ordre : ainsi toute inversion suppose un ordre primitif & fondamental ; & nul arrangement ne peut être appellé inversion que par rapport à cet ordre primitif.

Il n’y avoit eu jusqu’ici qu’un langage sur l’inversion ; on croyoit s’entendre, & l’on s’entendoit en effet. De nos jours, M. l’abbé Batteux s’est élevé contre le sentiment universel, & a mis en avant une opinion, qui est exactement le contrepié de l’opinion commune : il donne pour ordre fondamental un autre ordre que celui qu’on avoit toujours regardé comme la regle originelle de toutes les langues : il déclare directement ordonnées des phrases où tout le monde croyoit voir l’inversion ; & il la voit, lui, dans les tours que l’on avoit jugés les plus conformes à l’ordre primitif.

La discussion de cette nouvelle doctrine devient d’autant plus importante, qu’elle se trouve aujourd’hui étayée par les suffrages de deux écrivains qui en tirent des conséquences pratiques relatives à l’étude des langues. Je parle de M. Pluche & de M. Chompré, qui fondent sur cette base leur système d’enseignement, l’un dans sa Méchanique des langues, & l’autre dans son Introduction à la langue latine par la voie de la traduction.

L’unanimité des Grammairiens en faveur de l’opinion ancienne, nonobstant la diversité des tems, des idiomes & des vues qui ont du en dépendre, forme d’abord contre la nouvelle opinion, un préjugé d’autant plus fort, que l’intimité connue des trois auteurs qui la défendent, réduit à l’unité le témoignage qu’ils lui rendent : mais il ne s’agit point ici de compter les voix, sans peser les raisons ; il fant remonter à l’origine même de la question, & employer la critique la plus exacte qu’il sera possible, pour reconnoître l’ordre primitif qui doit véritablement servir comme de boussole aux procédés grammaticaux des langues. C’est apparemment le plus sûr & même l’unique moyen de déterminer en quoi consistent les inversions, quelles sont les langues qui en admettent le plus, quels effets elles y produisent, & quelles conséquences il en faut tirer par rapport à la maniere d’étudier ou d’enseigner les langues.

Il y a dans chacune une marche fixée par l’usage ; & cette marche est le résultat de la diversité des vues que la construction usuelle doit combiner & concilier. Elle doit s’attacher à la succession analytique des idées, se prêter à la succession pathétique des objets qui intéressent l’ame, & ne pas negliger la succession euphonique des sons les plus propres à flatter l’oreille. Voilà donc trois differens ordres que la parole doit suivre tout à la fois, s’il est possible, & qu’elle doit sacrifier l’un à l’autre avec intelligence, lorsqu’ils se trouvent en contradiction ; mais par rapport à la Grammaire, dont on prétend ici apprécier un terme, quel est celui de ces trois ordres qui lui sert de guide, si elle n’est soumise qu’à l’influence de l’un des trois ? Et si elle est sujette à l’influence des trois, quel est pour elle le principal, celui qu’elle doit suivre le plus scrupuleusement, & qu’elle doit perdre de vue le moins qu’il est possible ? C’est à quoi se réduit, si je ne me trompe, l’état de la question qu’il s’agit de discuter : celui de ces ordres qui est, pour ainsi dire, le législateur exclusif ou du moins le législateur principal en Grammaire, est en même tems celui auquel se rapporte l’inversion qui en est le renversement.

La parole est destinée à produire trois effets qui devroient toujours aller ensemble : 1. instruire, 2. plaire, 3. toucher. Tria sunt efficienda, 1. ut doceatur is apud quem dicetur, 2. ut delectetur, 3. ut moveatur. Cic. in Bruto, sive de claris Orat. c. lxix. Le premier de ces trois points est le principal ; il est la base des deux autres, puisque sans celui-là, ceux-ci ne peuvent avoir lieu. Car ici par instruire, docere, Ciceron n’entend pas éclaircir une question, exposer un fait, discuter quelque point de doctrine, &c. Il entend seulement énoncer une pensée, faire connoître ce qu’on a dans l’esprit, former un sens par des mots. On parle pour être entendu ; c’est le premier but de la parole ; {p. 8:853} c’est le premier objet de toute langue : les deux autres supposent toujours le premier, qui en est l’instrument nécessaire.

Voulez-vous plaire par le rythme, par l’harmonie, c’est-à-dire, par une certaine convenance de syllabes, par la liaison, l’enchaînement, la proportion des mots entr’eux, de façon qu’il en résulte une cadence agréable pour l’oreille ? Commencez par vous faire entendre. Les mots les plus sonores, l’arrangement le plus harmonieux ne peuvent plaire que comme le feroit un instrument de musique : mais alors ce n’est plus la parole qui est essentiellement la manifestation des pensées par la voix.

Il est également impossible de toucher & d’intéresser, si l’on n’est pas entendu. Quoique mon intérêt ou le vôtre soit le motif principal qui me porte à vous adresser la parole, je suis toujours obligé de me faire entendre, & de me servir des moyens établis à cet effet dans la langue qui nous est commune. Ces moyens à la vérité peuvent bien être mis en usage par l’intérêt ; mais ils n’en dépendent en aucune maniere. C’est ainsi que l’intérêt engage le pilote à se servir de l’aiguille aimantée ; mais le mouvement instructif de cette aiguille est indépendant de l’intérêt du pilote.

L’objet principal de la parole est donc l’énonciation de la pensée. Or en quelque langue que ce puisse être, les mots ne peuvent exciter de sens dans l’esprit de celui qui lit ou qui écoute, s’ils ne sont assortis d’une maniere qui rende sensibles leurs rapports mutuels, qui sont l’image des relations qui se trouvent entre les idées mêmes que les mots expriment. Car quoique la pensée, opération purement spirituelle, soit par-là même indivisible, la Logique par le secours de l’abstraction, comme je l’ai dit ailleurs, vient pourtant à bout de l’analyser en quelque sorte, en considérant séparément les idées différentes qui en sont l’objet, & les relations que l’esprit apperçoit entr’elles. C’est cette analyse qui est l’objet immédiat de la parole ; ce n’est que de cette analyse que la parole est l’image : & la succession analytique des idées est en conséquence le prototype qui décide toutes les lois de la syntaxe dans toutes les langues imaginables. Anéantissez l’ordre analytique, les regles de la syntaxe sont par-tout sans raison, sans appui, & bien-tôt elles seront sans consistance, sans autorité, sans effet : les mots sans relation entr’eux ne formeront plus de sens, & la parole ne sera plus qu’un vain bruit.

Mais cet ordre est immuable, & son influence sur les langues est irrésistible, parce que le principe en est indépendant des conventions capricieuses des hommes & de leur mutabilité : il est fondé sur la nature même de la pensée, & sur les procédés de l’esprit humain qui sont les mêmes dans tous les individus de tous les lieux & de tous les tems, parce que l’intelligence est dans tous une émanation de la raison immuable & souveraine, de cette lumiere véritable qui éclaire tout homme venant en ce monde, lux vera quoe illuminat omnem hominem venientem in hunc mundum. Joan. I. 9.

Il n’y a que deux moyens par lesquels l’influence de l’ordre analytique puisse devenir sensible dans l’énonciation de la pensée par la parole. Le premier, c’est d’assujettir les mots à suivre dans l’élocution la gradation même des idées & l’ordre analytique. Le second, c’est de faire prendre aux mots des inflexions qui caractérisent leurs relations à cet ordre analytique, & d’en abandonner ensuite l’arrangement dans l’élocution à l’influence de l’harmonie, au feu de l’imagination, à l’intérêt, si l’on veut, des passions. Voilà le fondement de la division des langues en deux especes générales, que M. l’abbé Girard (Princ. disc. j. tom. I. pag. 23.) appelle analogues & transpositives.

Il appelle langues analogues celles qui ont soumis leur syntaxe à l’ordre analytique, par le premier des deux moyens possibles : & il les nomme analogues, parce que leur marche est effectivement analogue, & en quelque sorte parallele à celle de l’esprit même, dont elle suit pas-à-pas les opérations.

Il donne le nom de transpositives à celles qui ont adopté le second moyen de fixer leur syntaxe d’après l’ordre analytique : & la dénomination de transpositives caractérise très-bien leur marche libre & souvent contraire à celle de l’esprit, qui n’est point imitée par la succession des mots, quoiqu’elle soit parfaitement indiquée par les livrées dont ils sont revêtus.

C’est en effet l’ordre analytique de la pensée qui fixe la succession des mots dans toutes les langues analogues ; & si elles se permettent quelques écarts, ils sont si peu considérables, si aisés à appercevoir & à rétablir, qu’il est facile de sentir que ces langues ont toujours les yeux sur la même boussole, & qu’elles n’autorisent ces écarts que pour arriver encore plus sûrement au but, tantôt parce que l’harmonie répand plus d’agrément sur le sentier détourné, tantôt parce que la clarté le rend plus sûr. C’est l’ordinaire dans toutes ces langues que le sujet précede le verbe, parce qu’il est dans l’ordre que l’esprit voye d’abord un être avant qu’il en observe la maniere d’être ; que le verbe soit suivi de son complément, parce toute action doit commencer avant que d’arriver à son terme ; que la préposition ait de même son complément après elle, parce qu’elle exprime de même un sens commencé que le complément acheve ; qu’une proposition incidente ne vienne qu’après l’antécédent qu’elle modifie, parce que, comme disent les Philosophes, priùs est esse quàm sic esse, &c. La correspondance de la marche des langues analogues à cette succession analytique des idées, est une vérité de fait & d’expérience ; elle est palpable dans la construction usuelle de la langue françoise, de l’italienne, de l’espagnole, de l’angloise, & de toutes les langues analogues.

C’est encore l’ordre analytique de la pensée, qui dans les langues transpositives détermine les inflexions accidentelles des mots. Un être doit exister avant que d’être tel ; & par analogie le nom doit être connu avant l’adjectif, & le sujet avant le verbe, sans quoi il seroit impossible de mettre l’adjectif en concordance avec le nom, ni le verbe avec son sujet : il faut avoir envisagé le verbe ou la préposition, avant que de penser à donner telle ou telle inflexion à leur complément, &c. &c. Ainsi quand Cicéron a dit, diuturni silentii finem hodiernus dies attulit, les inflexions de chacun de ces mots étoient relatives à l’ordre analytique, & le caractérisoient ; sans quoi leur ensemble n’auroit rien signifié. Que veut dire diuturnus silentium finis hodiernus dies afferre ? Rien du tout : mais de la phrase même de Cicéron je vois sortir un sens net & précis, par la connoissance que j’ai de la destination de chacune des terminaisons. Diuturni a été choisi par préférence, pour s’accorder avec silentii ; ainsi silentii est antérieur à diuturni, dans l’ordre analytique. Pourquoi le nom silentii, & par la raison de la concordance son adjectif diuturni, sont-ils au génitif ? C’est que ces deux mots forment un supplément déterminatif au nom appellatif finem ; ces deux mots font prendre finem dans une acception singuliere ; il ne s’agit pas ici de toute fin, mais de la fin du silence que l’orateur gardoit depuis long-tems : finem est donc la cause de l’inflexion oblique de silentii diuturni ; j’ai donc droit de conclure que finem {p. 8:854} dans l’ordre analytique précede silentïi diuturni, non parce que je dirois en françois la fin du silence, mais parce que la cause précede l’effet, ce qui est également la raison de la construction françoise : finem est encore un cas qui a sa cause dans le verbe attulit, qui doit par conséquent le précéder ; & attulit a pour raison de son inflexion le sujet dies hodiernus, dont la terminaison directe indique que rien ne le précede & ne le modifie.

Il est donc évident que dans toutes les langues la parole ne transmet la pensée qu’autant qu’elle peint fidelement la succession analytique des idées qui en sont l’objet, & que l’abstraction y considere séparément. Dans quelques idiomes cette succession des idées est représentée par celle des mots qui en sont les signes ; dans d’autres elle est seulement désignée par les inflexions des mots qui au moyen de cette marque de relation, peuvent sans conséquence pour le sens, prendre dans le discours telle autre place que d’autres vûes peuvent leur assigner : mais à travers ces différences considérables du génie des langues, on reconnoît sensiblement l’impression uniforme de la nature qui est une, qui est simple, qui est immuable, & qui établit par-tout une exacte conformité entre la progression des idées & celle des mots qui le représentent.

Je dis l’impression de la nature, parce que c’est en effet une suite nécessaire de l’essence & de la nature de la parole. La parole doit peindre la pensée & en être l’image ; c’est une vérité unanimement reconnue. Mais la pensée est indivisible, & ne peut par conséquent être par elle-même l’objet immédiat d’aucune image ; il faut nécessairement recourir à l’abstraction, & considérer l’une après l’autre les idées qui en sont l’objet & leurs relations ; c’est donc l’analyse de la pensée qui seule peut être figurée par la parole. Or il est de la nature de toute image de représenter fidellement son original ; ainsi la nature de la parole exige qu’elle peigne exactement les idées objectives de la pensée & leurs relations. Ces relations supposent une succession dans leurs termes ; la priorité est propre à l’un, la postériorité est essentielle à l’autre : cette succession des idées, fondée sur leurs relations, est donc en effet l’objet naturel de l’image que la parole doit produire, & l’ordre analytique est l’ordre naturel qui doit servir de base à la syntaxe de toutes les langues.

C’est à des traits pareils que M. Pluche lui-même reconnoît la nature dans les langues.

« Dans toutes les langues, dit-il dès le commencement de sa Méchanique, tant anciennes que modernes, il faut bien distinguer ce que la nature enseigne... d’avec ce qui est l’ouvrage des hommes, d’avec ce qui est d’une institution arbitraire. Ce que la nature leur a appris est le même par-tout ; il se soutient avec égalité : & ce qu’il étoit dans les premiers tems du genre humain, il l’est encore aujourd’hui. Mais ce qui provient des hommes dans chaque langue, ce que les événemens y ont occasionné, varie sans fin d’une langue à l’autre, & se trouve sans stabilité même dans chacune d’elles. A voir tant de changemens & de vicissitudes, on s’imagineroit que le premier fond des langues, l’ouvrage de la nature, a dû s’anéantir & se défigurer jusqu’à n’être plus reconnoissable. Mais, quoique le langage des hommes soit aussi changeant que leur conduite, la nature s’y retrouve. Son ouvrage ne peut en aucune langue ni se détruire, ni se cacher ».

Je n’ajoûte à un texte si précis qu’une simple question. Que reste-t-il de commun à toutes les langues, que d’employer les mêmes especes de mots, & de les rapporter à l’ordre analytique ?

Tirons enfin la derniere conséquence. Qu’est-ce que l’inversion ? C’est une construction où les mots se succedent dans un ordre renversé, relativement à l’ordre analytique de la succession des idées. Ainsi Alexandre vainquit Darius, est en françois une construction directe ; il en est de même quand on dit en latin, Alexander vicit Darium : mais si l’on dit, Darium vicit Alexander, alors il y a inversion.

Point du tout, répond M. l’abbé de Condillac, Essai sur l’origine des con. hum. part. II. sec. j. chap. 12.

« Car la subordination qui est entre les idées autorise également les deux constructions latines ; en voici la preuve. Les idées se modifient dans le discours selon que l’une explique l’autre, l’étend, ou y met quelque restriction. Par-là elles sont naturellement subordonnés entr’elles, mais plus ou moins immédiatement, à proportion que leur liaison est elle-même plus ou moins immédiate. Le nominatif (c’est-à-dire le sujet) est lié avec le verbe, le verbe avec son régime, l’adjectif avec son substantif, &c. Mais la liaison n’est pas aussi étroite entre le régime du verbe & son nominatif, puisque ces deux noms ne se modifient que par le moyen du verbe. L’idée de Darius, par exemple, est immédiatement liée à celle de vainquit, celle de vainquit à celle d’Alexandre ; & la subordination qui est entre ces trois idées conserve le même ordre.

Cette observation fait comprendre que pour ne pas choquer l’arrangement naturel des idées, il suffit de se conformer à la plus grande liaison qui est entre elles. Or c’est ce qui se rencontre également dans les deux constructions latines, Alexander vicit Darium, Darium vicit Alexander ; elles sont donc aussi naturelles l’une que l’autre. On ne se trompe à ce sujet, que parce qu’on prend pour plus naturel un ordre qui n’est qu’une habitude que le caractere de notre langue nous a fait contracter. Il y a cependant dans le françois même des constructions qui auroient pû faire éviter cette erreur, puisque le nominatif y est beaucoup mieux après le verbe : on dit par exemple, Darius que vainquit Alexandre ».

Voilà peut être l’objection la plus forte que l’on puisse faire contre la doctrine des inversions, telle que je l’expose ici, parce qu’elle semble sortir du fonds même où j’en puise les principes. Elle n’est pourtant pas insoluble ; & j’ose le dire hardiment, elle est plus ingénieuse que solide.

L’auteur s’attache uniquement à l’idée générale & vague de liaison ; & il est vrai qu’à partir de-là, les deux constructions latines sont également naturelles, parce que les mots qui ont entr’eux des liaisons immédiates, y sont liées immédiatement ; Alexander vicit ou vicit Alexander ; c’est la même chose quant à la liaison, & il en est de même de vicit Darium ou Darium vicit : l’idée vague de liaison n’indique ni priorité ni postériorité. Mais puisque la parole doit être l’image de l’analyse de la pensée ; en sera-t-elle une image bien parfaite, si elle se contente d’en crayonner simplement les traits les plus généraux ? Il faut dans votre portrait deux yeux, un nez, une bouche, un teint, &c. entrez dans le premier attelier, vous y trouverez tout cela : est-ce votre portrait ? Non ; parce que ces yeux ne sont pas vos yeux, ce nez n’est pas votre nez, cette bouche n’est pas votre bouche, ce teint n’est pas votre teint, &c. Ou si vous voulez, toutes ces parties sont ressemblantes, mais elles ne sont pas à leur place ; ces yeux sont trop rapprochés, cette bouche est trop voisine du nez, ce nez est trop de côté, &c. Il en est de même de la parole ; il ne suffit pas d’y rendre sensible la liaison des mots, pour peindre l’analyse de la pensée, même en se conformant à la plus grande liaison, à la liaison la plus immédiate {p. 8:855} des idées. Il faut peindre telle liaison, fondée sur tel rapport ; ce rapport a un premier terme, puis un second : s’ils se suivent immédiatement, la plus grande liaison est observée ; mais si vous peignez d’abord le second & ensuite le premier, il est palpable que vous renversez la nature, tout autant qu’un peintre qui nous présenteroit l’image d’un arbre ayant les racines en haut & les feuilles en terre : ce peintre se conformeroit autant à la plus grande liaison des parties de l’arbre, que vous à celle des idées.

Mais vous demeurez persuadé que je suis dans l’erreur, & que cette erreur est l’effet de l’habitude que notre langue nous a fait contracter. M. l’abbé Batteux, dont vous adoptez le nouveau système, pense comme vous, que nous ne sommes point, nous autres françois, placés, comme il faudroit l’être, pour juger si les constructions des Latins sont plus naturelles que les nôtres (Cours de Belles Lettres, éd. 1753, t. IV. p. 298.) Croyez-vous donc sérieusement être mieux placé pour juger des constructions latines, que ceux qui en pensent autrement que vous ? Si vous n’osez le dire, pourquoi prononcez-vous ? Mais disons le hardiment, nous sommes placés comme il faut pour juger de la nature des inversions, si nous ne nous livrons pas à des préjugés, à des intérêts de systême, si l’amour de la nouveauté ne nous seduit point au préjudice de la vérité, & si nous consultons sans prévention les notions fondamentales de l’élocution.

J’avoue que, comme la langue latine n’est pas aujourd’hui une langue vivante, & que nous ne la connoissons que dans les livres, par l’etude & par de fréquentes lectures des bons auteurs, nous ne sommes pas toujours en état de sentir la différence délicate qu’il y a entre une expression & une autre. Nous pouvons nous tromper dans le choix & dans l’assortiment des mots ; bien des finesses sans doute nous échappent ; & n’ayant plus sur la vraie prononciation du latin que des conjectures peu certaines ; comment serions-nous assurés des lois de cette harmonie merveilleuse dont les ouvrages de Ciceron, de Quintilien & autres, nous donnent une si grande idée. comment en suivrions-nous les vûes dans la construction de notre latin factice ? comment les démêlerions-nous dans celui des meilleurs auteurs ?

Mais ces finesses d’élocution, ces délicatesses d’expression, ces agrémens harmoniques, sont toutes choses indifférentes au but que se propose la Grammaire, qui n’en visage que l’énonciation de la pensée. Peu importe à la clarté de cette énonciation, qu’il y ait des dissonnances dans la phrase, qu’il s’y rencontre des bâillemens, que l’intérêt de la passion y soit négligé, & que la nécessité de l’ordre analytique donne à l’ensemble un air sec & dur. La Grammaire n’est chargée que de dessiner l’analyse de la pensée qu’on veut énoncer ; elle doit, pour ainsi dire, lui faire prendre un corps, lui donner des membres & les placer ; mais elle n’est point chargée de colorier son dessein ; c’est l’affaire de l’élocution oratoire. Or le dessein de l’analyse de la pensée est l’ouvrage du pur raisonnement ; & l’immutabilité de l’original prescrit à la copie des regles invariables, qui sont par conséquent à la portée de tous les hommes sans distinction de tems, de climats, ni de langues : la raison est de tous les tems, de tous les climats & de toutes les langues. Aussi ce que pensent les Grammairiens modernes de toutes les langues sur l’inversion, est exactement la même chose que ce qu’en ont pensé les Latins mêmes, que l’habitude d’aucune langue analogue n’avoit séduits.

Dans le dialogue de partitione oratoria, où les deux Cicerons pere & fils sont interlocuteurs, le fils prie son pere de lui expliquer comment il faut s’y prendre pour exprimer la même pensée en plusieurs manieres différentes. Le pere répond qu’on peut varier le discours premierement, en substituant d’autres mots à la place de ceux dont on s’est servi d’abord : id totum genus situm in commutatione verborum. Ce premier point est indifférent à notre sujet ; mais ce qui suit y vient très-à-propos : in conjunctis autem verbis triplex adhiberi potest commutatio, nec verborum, sed ordinis tantummodò ; ut cùm semel directe’dictum sit, sicut natura ipsa tulerit, invertatur ordo, & idem quasi sursum versus retròque dicatur ; deinde idem intercise atque perincise. Eloquendi autem exercitatio maximè in hoc toto convertendi genere versatur. (cap. vij.) Rien de plus clair que ce passage ; il y est question des mots considérés dans l’ensemble de l’énonciation & par rapport à leur construction ; & l’orateur romain caractérise trois arrangemens différens, selon lesquels on peut varier cette construction, commutatio ordinis.

Le premier arrangement est direct & naturel, directè sicut natura ipsa tulerit.

Le second est le renversement exact du premier ; c’est l’inversion proprement dite : dans l’un on va directement du commencement à la fin, de l’origine au dernier terme, du haut en bas ; dans l’autre, on va de la fin au commencement, du dernier terme à l’origine, du bas en haut, sursùm-versus, à reculons, retrò. On voit que Ciceron est plus difficile que M. l’abbé de Condillac, & qu’il n’auroit pas jugé que l’on suivît également l’ordre direct de la nature dans les deux phrases, Alexander vicit Darium, & Darium vicit Alexander ; il n’y a, selon ce grand orateur, que l’une des deux qui soit naturelle, l’autre en est l’inversion, invertitur ordo.

Le troisieme arrangement s’éloigne encore plus de l’ordre naturel ; il en rompt l’enchaînement en violant la liaison la plus immédiate des parties, incisè ; les mots y sont rapprochés sans affinité & comme au hazard, permistè ; ce n’est plus ce qu’il faut nommer inversion, c’est l’hyperbate & l’espece d’hyperbate à laquelle on donne le nom de synchise. Voyez Hyperbate & Synchise. Tel est l’arrangement de cette phrase, vicit Darium Alexander, parce que l’idée d’Alexander y est séparée de celle de vicit, à laquelle elle doit être liée immédiatement.

Ciceron nous a donné lui-même l’exemple de ces trois arrangemens, dans trois endroits différens où il énonce la même pensée. Legi tuas litteras quibus ad me scribis, &c. ce sont les premiers mots d’une lettre qu’il écrit à Lentulus (Ep. ad famil. lib. VII. ep vij.) Cette phrase est écrite directè, sicut natura ipsa tulit ; ou du moins cet arrangement est celui que Ciceron prétendoit caractériser par ces mots, & cela me suffit. Mais dans la lettre iv. du liv. III. Ciceron met au commencement ce qu’il avoit mis à la fin dans la précédente ; litteras tuas accepi ; c’est la seconde sorte d’arrangement, sursùm-versùs, retròque. Voici la troisieme sorte, qui est lorsque les mots corrélatifs sont séparés & coupés par d’autres mots, intereisè atque permistè : raras tuas quidem... sed suaves accipio litteras. Ep. ad famil. lib II. ep. xiij.

J’avoue que cette application des principes de Ciceron, aux exemples que j’ai empruntés de ses lettres, n’est pas de lui-même ; & que les défenseurs du nouveau systême peuvent encore prétendre que je l’ai faite à mon gré, que je sacrifie à l’erreur où m’a jetté l’habitude de ma langue, & qu’il y a cependant dans le françois même, comme le remarque l’auteur de l’essai sur l’origine des connoissances humaines, des constructions qui auroient pû faire éviter cette erreur, puisque le nominatif y {p. 8:856} est beaucoup mieux après le verbe, comme dans Darius que vainquit Alexandre.

On peut prétendre sans doute tout ce que l’on voudra, si l’on perd de vûe les raisons que j’ai déja alléguées, pour faire connoître l’ordre vraiment naturel, qui est le fondement de toutes les syntaxes. Cet oubli volontaire ne m’oblige point à y revenir encore ; mais je m’arrêterai quelques momens sur la derniere observation de M. l’abbé de Condillac, & sur l’exemple qu’il cite. Oui, notre syntaxe aime mieux que l’on dise Darius que vainquit Alexandre, que si l’on disoit Darius qu’Alexandre vainquit ; & c’est pour se conformer mieux à l’indication de la nature, en observant la liaison la plus immédiate : car que est le complément de vainquit, & ce verbe a pour sujet Alexandre. En disant Darius que vainquit Alexandre, si l’on s’écarte de l’ordre naturel, c’est par une simple inversion ; & en disant Darius qu’Alexandre vainquit, il y auroit inversion & synchise tout à-la fois. Notre langue qui fait son capital de la clarté de l’énonciation, a donc dû préférer celui des deux arrangemens où il y a le moins de desordre ; mais celui même qu’elle adopte est contre nature, & se trouve dans le cas de l’inversion, puisque le complément que précede le verbe qui l’exige, c’est-à-dire, que l’effet précede la cause ; c’est pour cela qu’il est décliné, contre l’ordinaire des autres mots de la langue.

Ce mot est conjonctif par sa nature, & tout mot qui sert à lier, doit être entre les deux parties dont il indique la liaison : c’est une loi dont on ne s’écarte pas, & dont on ne s’écarte que bien peu, même dans les langues transpositives. Quand le mot conjonctif est en même tems sujet de la proposition incidente qu’il joint avec l’antécédent, il prend la premiere place, & elle lui convient à toute sorte de titres ; alors il garde sa terminaison primitive & directe qui. Si ce mot est complément du verbe, la premiere place ne lui convient plus qu’à raison de sa vertu conjonctive, & c’est à ce titre qu’il la garde ; mais comme complément, il est déplacé, & pour éviter l’équivoque, on lui a donné une terminaison que, qui est indiquant. Cette seconde espece de service certifie en même tems le déplacement, de la même maniere précisément que les cas des Grecs & des Latins. Ainsi ce qu’on allegue ici pour montrer la nature dans la phrase françoise, ne sert qu’à y en attester le renversement, & il ne faut pas croire, comme l’insinue M. Batteux (tom. jv. pag. 338.) que nous ayons introduit cet accusatif terminé, pour revenir à l’ordre des Latins ; mais forcés comme les Latins & comme toutes les nations, à placer ce mot conjonctif à la tête de la proposition incidente, lors même qu’il est complément du verbe, nous aurions pû nous dispenser de lui donner un accusatif terminé, sans compromettre la clarté de l’énonciation qui est l’objet principal de la parole, & l’objet unique de la Grammaire.

Au reste, ce n’est rien moins que gratuitement que je suppose que Cicéron a pensé comme nous sur l’ordre naturel de l’élocution. Outre les raisons dont la philosophie étaye ce sentiment, & que Cicéron pouvoit appercevoir autant qu’aucun philosophe moderne, des Grammairiens de profession, dont le latin étoit la langue naturelle, s’expliquent comme nous sur cette matiere : leur doctrine, qu’aucun d’eux n’a donnée comme nouvelle, étoit sans doute la doctrine traditionelle de tous les littérateurs latins.

S. Isidore de Séville, qui vivoit au commencement du septieme siecle, rapporte ces vers de Virgile. (AEn. II. 348.)

Juvenes, fortissima, frustrà,
Pectora, si vobis, audentem extrema, cupido est
Certa sequi ; (quoe sit rebus fortuna videtis :
Excessêre omnes adytis, arisque relictis,
Dî quibus imperium hoc steterat) : succur ritis urb
Incensoe : moriamur, & in media arma ruamus.

L’arrangement des mots dans ces vers paroît obscur à Isidore ; confusa sunt verba, ce sont ses termes. Que fait-il ? il range les mêmes mots selon l’ordre que j’appelle analytique : ordo talis est, comme s’il disoit, il y a inversion dans ces vers, mais voici la construction : Juvenes, fortissima pectora, frustrà succurritis urbi incensoe, quia excessêre dii, quibus hoc imperium steterat : undè si vobis cupido certa est sequi me audentem extrema, ruamus in media arma & moriamur. Isid. orig. lib. I. cap. xxxvj. Que l’intégrité du texte ne soit pas conservée dans cette construction, & que l’ordre analytique n’y soit pas suivi en toute rigueur : c’est dans ce savant évêque un défaut d’attention ou d’exactitude, qui n’infirme en rien l’argument que je tire de son procédé ; il suffit qu’il paroisse chercher cet ordre analytique. On verra au mot Méthode, quelle doit être exactement la construction analytique de ce texte.

Il avoit probablement un modele qu’il semble avoir copié en cet endroit ; je parle de Servius, dont les commentaires sur Virgile sont si fort estimés, & qui vivoit dans le sixieme siecle, sous l’empire de Constantin & de Constance. Voici comme il s’explique sur le même endroit de Virgile : ordo talis est : juvenes, fortissima pectora, frustrà succurritis urbi incensoe, quia excesserunt omnes dii. Undè si vobis cupido certa est me sequi audentem extrema, moriamur & in media arma ruamus. Servius ajoûte un peu plus bas, au sujet de ces derniers mots, ὑστεροπροτέρου ; nam ante est in arma ruere, & sic mori ; & S. Isidore a fait usage de cette remarque dans sa construction, ruamus in media arma & moriamur. L’un & l’autre n’ont insisté que sur ce qui marque dans le total de la phrase, parce que cela suffisoit aux vûes de l’un & de l’autre, comme il suffit aux miennes.

Le même Servius fait la construction de quantité d’autres endroits de Virgile, & il n’y manque pas, dès que la clarté l’exige. Par exemple, sur ce vers (AEn. I. 113.) Saxa, vocant Itali mediis quoe in fluctibus aras ; voici comme il s’explique : ordo est, quoe saxa latentia in mediis fluctibus, Itali aras vocant ; où l’on voit encore les traces de l’ordre analytique.

Donat, ce fameux Grammairien du sixieme siecle, qui fut l’un des maîtres de S. Jérôme, observe aussi la même pratique à l’égard des vers de Térence, quand la construction est un peu embarrassée, ordo est, dit-il ; & il dispose les mots selon l’ordre analytique.

Priscien, qui vivoit au commencement du sixieme siecle, a fait sur la Grammaire un ouvrage bien sec à la vérité, mais d’où l’on peut tirer des lumieres, & sur-tout des preuves bien assurées de la façon de penser des Latins sur la construction de leur langue. Deux livres de son ouvrage, le XVII & le XVIII, roulent uniquement sur cet objet, & sont intitulés, de constructione, sive de ordinatione partium orationis ; ce que nous avons vu jusqu’ici désigné par le mot ordo, il l’appelle encore structura, ordinatio, conjunctio sequentium ; deux mots d’une énergie admirable, pour exprimer tout ce que comporte l’ordre analytique, qui regle toutes les syntaxes ; 1°. la liaison immédiate des idées & des mots, telle qu’elle a été observée plus haut, conjunctio ; 2°. la succession de ces idées liées, sequentium.

Outre ces deux livres que l’on peut appeller dogmatiques, il a mis à la suite un ouvrage particulier, qui est comme la pratique de ce qu’il a enseigné auparavant ; c’est ce qu’on appelle encore aujourd’hui les parties & la construction de chaque premier vers des douze livres de l’Eneïde, conformément au titre {p. 8:857} même, Prisciani grammatici partitiones versuum xij AEnoeidos principalium. Il est par demandes & par réponses ; on lit d’abord le premier vers du premier livre : Arma virumque cano, &c. ensuite après quelques autres questions, le disciple demande à son maître, en quel cas est arma ; car il peut être regardé, dit-il, ou comme étant au nominatif pluriel, ou comme étant à l’accusatif. Le maître répond qu’en ces occurrences, il faut changer le mot qui a une terminaison équivoque, en un autre dont la désinence indique le cas d’une maniere précise & déterminée ; qu’il n’y a d’ailleurs qu’à faire la construction, & qu’elle lui fera connoître que arma est à l’accusatif ; hoc certum est, dit Priscien, à structurâ, id est, ordinatione & conjunctione sequentium ; il décide encore le cas de arma par comparaison avec celui de virum qui est incontestablement à l’accusatif ; manifestabitur tibi casus, ut in hoc loco cano virum dixit (Virgilius). Ainsi, selon Priscien, cano virum est une construction naturelle, & l’image de l’ordre analytique, ordinatio, conjunctio sequentium ; Priscien jugeoit donc que Virgile avoit parlé sursùm versùs, & que son disciple, pour l’entendre, devoit arranger les mots de maniere à parler directè.

Ecoutons Quintilien ; il connoissoit la même doctrine.

« L’hyperbate, dit ce sage rhéteur, est une transposition de mots que la grace du discours demande souvent. C’est avec juste raison que nous mettons cette figure au rang des principaux agrémens du langage ; car il arrive très souvent que le discours est rude, dur, sans mesure, sans harmonie, & que les oreilles sont blessées par des sons desagréables, lorsque chaque mot est placé selon la suite nécessaire de son ordre & de sa génération, (c’est-à-dire, de la construction & de la syntaxe). Il faut donc alors transporter les mots, placer les uns après, & mettre les autres devant, chacun dans le lieu le plus convenable ; de même qu’on en agit à l’égard des pierres les plus grossieres dans la construction d’un édifice ; car nous ne pouvons pas corriger les mots, ni leur donner plus de grace, ou plus d’aptitude à se lier entre eux ; il faut les prendre comme nous les trouvons, & les placer avec choix. Rien ne peut rendre le discours nombreux, que le changement d’ordre fait avec discernement ».

Ὑπερβατὸνquoque, id est verbi transgressionem, quam frequenter ratio compositionis & decor poscit, non immeritò inter virtutes habemus. Fit enim frequentissimè aspera, & dura, & dissoluta, & hians oratio, si ad necessitatem ordinis sut verba redigantur, & ut quodque oritur, ita proximus ... alligetur. Differenda igitur quoedam, & proesumenda, atque, ut in structuris lapidum impolitiorum, loco quo convenit quicque ponendum. Non enim recidere ea, nec polire possumus, quoe coagmentata se magis jungant ; sed utendum his, qualia sunt, eligendoeque sedes. Nec aliud potest sermonem facere numerosum, quàm opportunaordinis mutatio. Inst. orat. lib. VIII. c. vj. de tropis.

Quel autre sens peut-on donner au necessitatem ordinis sui, sinon l’ordre de la succession des idées ? Que peut signifier ut quodque oritur, ita proximis alligetur, si ce n’est la liaison immédiate qui se trouve entre deux idées que l’analyse envisage comme consécutives, & entre les mots qui les expriment ? Ordinis mutatio, c’est donc l’inversion, le renversement de l’ordre successif des idées, ou l’interruption de la liaison immédiate entre deux idées consécutives. Cette explication me paroît démontrée par le langage des Grammairiens latins, postérieurs à Quintilien, dont j’ai rapporté ci-devant les témoignages, & qui parloient de leur langue en connoissance de cause.

Mais voulez-vous que Quintilien lui-même en devienne le garant ? Vous voyez ici qu’il n’est point d’avis que l’on suive rigoureusement cette suite nécessaire de l’ordre & de la génération des idées & des mots, & que pour rendre le discours nombreux, ce qu’un rhéteur doit principalement envisager, il exige des changemens à cet ordre. Il insiste ailleurs sur le même objet ; & l’ordre dont il veut que l’orateur s’écarte, y est désigné par des caracteres auxquels il n’est pas possible de se méprendre ; les sujets y sont avant les verbes, les verbes avant les adverbes, les noms avant les adjectifs ; rien de plus précis. Illa nimia quorumdam fuit observatio, dit-il, ut vocabula verbis, verba rursus adverbiis, nomina appositis & pronominibus rursús essent priora : nam fit contrà quoque frequenter, non indecorè. Lib. IX. cap. ii. de compositione.

Quintilien avoit sans doute raison de se plaindre de la scrupuleuse & rampante exactitude des écrivains de son temps, qui suivoient servilement l’ordre analytique de la syntaxe latine ; dans une langue qui avoit admis des cas, pour être les symboles des diverses relations à cet ordre successif des idées, c’étoit aller contre le génie de la langue même, que de placer toujours les mots selon cette succession ; l’usage ne les avoit soumis à ces inflexions, que pour donner à ceux qui les employoient, la liberté de les arranger au gré d’une oreille intelligente, ou d’un goût exquis ; & c’étoit manquer de l’un & de l’autre, que de suivre invariablement la marche monotone de la froide analyse ; mais en condamnant ce défaut, notre rhéteur reconnoît très-clairement l’existence & les effets de l’ordre analytique & fondamental ; & quand il parle d’inversion, de changement d’ordre, c’est relativement à celui-là même : Non enim ad pedes verba dimensa sunt : ideoque ex loco transferuntur in locum, ut jungantur quo congruunt maximè ; sicut in structurâ saxorum rudium etiam ipsa enormitas invenit cui applicari, & in quo possit insistere. Id. ibid. un peu plus bas.

Que résulte-t-il de tout ce qui vient d’être dit ? Le voici sommairement. Si l’homme ne parle que pour être entendu, c’est-à-dire, pour rendre présentes à l’esprit d’autrui les mêmes idées qui sont présentes au sien ; le premier objet de toute langue, est l’expression claire de la pensée : & de-là cette vérité également reconnue par les Grammairiens & par les rhéteurs, que la clarté est la qualité la plus essentielle du discours ; oratio verò, cujus summa virtus est prespicuitas, quàm sit vitiosa, si egeat interprete ! dit Quintilien, lib. I. cap. jv. de grammaticâ. La parole ne peut peindre la pensée immédiatement, parce que les operations de l’esprit sont indivisibles & sans parties, & que toute peinture suppose proportion, & parties par conséquent. C’est donc l’analyse abstraite de la pensée, qui est l’objet immédiat de la parole ; & c’est la succession analytique des idées partielles, qui est le prototype de la succession grammaticale des mots représentatifs de ces idées. Cette conséquence se vérifie par la conformité de toutes les syntaxes avec cet ordre analytique ; les langues analogues le suivent pié-à-pié ; on ne s’en écarte que pour en atteindre le but encore plus sûrement ; les langues transpositives n’ont pu se procurer la liberté de ne pas le suivre scrupuleusement qu’en donnant à leurs mots des inflexions qui y fussent relatives ; de maniere qu’à parler exactement, elles ne l’ont abandonné que dans la forme, & y sont restées assujetties dans le fait ; cette influence nécessaire de l’ordre analytique a non-seulement reglé la syntaxe do toutes les langues ; elle a encore déterminé le langage des Grammairiens de tous les tems : c’est uniquement à cet ordre qu’ils ont rapporté leurs observations, lorsqu’ils ont envisagé la parole simplement comme énonciative de la pensée, c’est-à-dire, lorsqu’ils n’ont eu en vûe que le grammatical de l’élocution ; {p. 8:858} l’ordre analytique est donc, par rapport à la Grammaire, l’ordre naturel ; & c’est par rapport à cet ordre que les langues ont admis ou proserit l’inversion. Cette vérité me semble réunir en sa faveur des preuves de raisonnement, de fait & de témoignage, si palpables & si multipliées, que je ne croirois pas pouvoir la rejetter sans m’exposer à devenir moi-même la preuve de ce que dit Ciceron : Nescio quomodo nihil tam absurdè dici potest, quod non dicatur ab-aliquo philosophorum. De divinat. lib. II. cap. lviij.

M. l’abbé Batteux, dans la seconde édition de son cours de belles lettres, se fait du précis de la doctrine ordinaire une objection qui paroît née des difficultés qu’on lui a faites sur la premiere édition ; & voici ce qu’il répond : tom. IV. pag. 306.

« Qu’il y ait dans l’esprit un arrangement grammatical, relatif aux regles établies par le méchanisme de la langue dans laquelle il s’agit de s’exprimer ; qu’il y ait encore un arrangement des idées considérées méthaphysiquement. .... ce n’est pas de quoi il s’agit dans la question présente. Nous ne cherchons pas l’ordre dans lequel les idées arrivent chez nous ; mais celui dans lequel elles en sortent, quand, attachées à des mots, elles se mettent en rang pour aller, à la suite l’une de l’autre, opérer la persuasion dans ceux qui nous écoutent ; en un mot, nous cherchons l’ordre oratoire, l’ordre qui peint, l’ordre qui touche ; & nous disons que cet ordre doit être dans les récits le même que celui de la chose dont on fait le recit, & que dans les cas où il s’agit de persuader, de faire consentir l’auditeur à ce que nous lui disons, l’intérêt doit regler les rangs des objets, & donner par conséquent les premieres places aux mots qui contiennent l’objet le plus important ».

Qu’il me soit permis de faire quelques observations sur cette réponse de M. Batteux.

1°. S’il n’a pas envisagé l’ordre analytique ou grammatical, quand il a parlé d’inversion, il a fait en cela la plus grande faute qu’il soit possible de commettre en fait de langage ; il a contredit l’usage, & commis un barbarisme. Les grammairiens de tous les tems ont toujours regardé le mot inversion, comme un terme qui leur étoit propre, qui étoit relatif à l’ordre méchanique des mots dans l’élocution grammaticale : on a vu ci-dessus que c’est dans ce sens qu’en ont parlé Cicéron, Quintilien, Donat, Servius, Priscien, S. Isidore de Séville. M. Batteux ne pouvoit pas ignorer que c’est dans le même sens, que le P. du Cerceau se plaint du désordre de la construction usuelle de la langue latine ; & qu’au contraire M. de Fénelon, dans sa lettre à l’académie françoise (édit. 1740. pag. 313. & suiv.), exhorte ses confreres à introduire dans la langue françoise, en faveur de la poësie, un plus grand nombre d’inversions qu’il n’y en a.

« Notre langue, dit-il, est trop severe sur ce point ; elle ne permet que des inversions douces : au contraire les anciens facilitoient, par des inversions fréquentes, les belles cadences, la variété & les expressions passionnées ; les inversions se tournoient en grandes figures, & tenoient l’esprit suspendu dans l’attente du merveilleux ».

M. Batteux lui-même, en annonçant ce qu’il se propose de discuter sur cette matiere, en parle de maniere à faire croire qu’il prend le mot d’inversion dans le même sens que les autres,

« L’objet, dit-il, (pag. 295.) de cet examen se réduit à reconnoître quelle est la différence de la structure des mots dans les deux langues, & quelles sont les causes de ce qu’on appelle gallicisme, latinisme, &c. »

Or je le demande : ce mot structure n’est-il pas rigoureusement relatif au méchanisme des langues, & ne signifie-t-il pas la disposition artificielle des mots, autorisée dans chaque langue, pour atteindre le but qu’on s’y propose, qui est l’énonciation de la pensée ? N’est-ce pas aussi du méchanisme propre à chaque langue, que naissent les idiotismes ? Voyez Idiotisme.

Je sens bien que l’auteur m’alléguera la déclaration qu’il fait ici expressément, & qu’il avoit assez indiquée dès la premiere édition, qu’il n’envisage que l’ordre oratoire ; qu’il ne donne le nom d’inversion qu’au renversement de cet ordre, & que l’usage des mots est arbitraire, pourvû que l’on ait la précaution d’établir, par de bonnes définitions, le sens que l’on prétend y attacher ; mais la liberté d’introduire, dans le langage même des sciences & des arts, des mots absolument nouveaux, & de donner à des mots déja connus un sens différent de celui qui leur est ordinaire, n’est pas une licence effrénée qui puisse tout changer sans retenue, & innover sans raison ; dabitur licentia sumpta pudenter. Hor. art poet. 51. il faut montrer l’abus de l’ancien usage, & l’utilité ou même la nécessité du changement ; sans quoi, il faut respecter inviolablement l’usage du langage didactique, comme celui du langage national, quem penes arbitrium est, & jus, & norma loquendi. Ibid. 72. M. Batteux a-t-il pris ces precautions ? a-t-il prévenu l’équivoque & l’incertitude par une bonne définition ? Au contraire, quoiqu’il soit peut-être vrai au fond que l’inversion, telle qu’il l’entend, ne puisse l’être que par rapport à l’ordre oratoire ; il semble avoir affecté de faire croire qu’il ne prétendoit parler que de l’inversion grammaticale ; il annonce dès le commencement qu’il trouve singuliere la conséquence d’un raisonnement du P. du Cerceau sur les inversions, qui ne sont assurément que les inversions grammaticales (pag. 298) ; & il prétend qu’il pourroit bien arriver que l’inversion fût chez nous plutôt que chez les Latins. N’est-ce pas à la faveur de la même équivoque, que MM. Pluche & Chompré, amis & prosélytes de M. Batteux, ont fait de sa doctrine nouvelle sur l’inversion, sous ses propres yeux, & pour ainsi dire sur son bureau le fondement de leur système d’enseignement, & de leur méthode d’étudier les langues ?

2°. S’il y a dans l’esprit un arrangement grammatical, relatif aux regles établies pour le méchanisme de la langue dans laquelle il s’agit de s’exprimer, (ce sont les termes de M. Batteux) ; il peut donc y avoir dans l’élocution un arrangement des mots, qui soit le renversement de cet arrangement grammatical qui existe dans l’esprit, qui soit inversion grammaticale ; & c’est précisément l’espece d’inversion, reconnue comme telle jusqu’à présent par tous les Grammairiens, & la seule à laquelle il faille en donner le nom : mais expliquons-nous. Un arrangement grammatical dans l’esprit, veut dire sans doute un ordre dans la succession des idées, lequel doit servir de guide à la grammaire ? cela posé, faut-il dire que cet arrangement est relatif aux regles, ou que les regles sont relatives à cet arrangement ? La premiere expression me sembleroit indiquer que l’arrangement grammatical ne seroit dans l’esprit, que comme le résultat des regles arbitraires du méchanisme propre de chaque langue ; d’où il s’ensuivroit que chaque langue devroit produire son arrangement grammatical particulier. La seconde expression suppose que cet arrangement grammatical préexiste dans l’esprit, & qu’il est le fondement des regles méchanique de chaque langue. En cela même je la crois préférable à la premiere, parce que, comme le disent les Jurisconsultes, regula est quoe rem quoe est, breviter enarrat ; non ut ex regula jus sumatur, sed ex jure, quod est, regula fiat. Paul. juriscons. lib. I. de reg. jur. Quoiqu’il en soit, dès que M. Batteux reconnoît cet arrangement grammatical dans l’esprit, il me semble que ce doit être celui dont j’ai ci-devant {p. 8:859} démontré l’influence sur la syntaxe de toutes les langues, celui qui seul contribue à donner aux mots réunis un sens clair & précis, & dont l’inobservation feroit de la parole humaine un simple bruit semblable aux cris inarticulés des animaux. Dans quelle langue se trouve donc l’inversion relative à cet ordre fondamental ? dans le latin ou dans le françois ? dans les langues transpositives ou dans les analogues ? Je ne doute point que M. Batteux, M. Pluche, M. Chompré, & M. de Condillac ne reconnoissent que le latin, le grec & les autres langues transpositives admettent beaucoup plus d’inversions de cette espece, que le françois, ni aucune des langues analogues qui se parlent aujourd’hui en Europe.

3°. Il ne m’appartient peut-être pas trop de dire ici mon avis sur ce qui concerne l’ordre de l’élocution oratoire ; mais je ne puis m’empêcher d’exposer du moins sommairement quelques réflexions qui me sont venues au sujet du systême de M. Batteux sur ce point.

« C’est, dit-il, (pag. 301.) de l’ordre & de l’arrangement des choses & de leurs parties, que dépend l’ordre & l’arrangement des pensées ; & de l’ordre & de l’arrangement de la pensée, que dépend l’ordre & l’arrangement de l’expression. Et cet arrangement est naturel ou non dans les pensées & dans les expressions qui sont images, quand il est ou qu’il n’est pas conforme aux choses qui sont modeles. Et s’il y a plusieurs choses qui se suivent ou plusieurs parties d’une même chose, & qu’elles soient autrement arrangées dans la pensée, qu’elles ne le sont dans la nature, il y a inversion ou renversement dans la pensée. Et si dans l’expression il y a encore un autre arrangement que dans la pensée, il y aura encore renversement ; d’où il suit que l’inversion ne peut être que dans les pensées ou dans les expressions, & qu’elle ne peut y être qu’en renversant l’ordre naturel des choses qui sont représentées ».

J’avois cru jusqu’ici, & bien d’autres apparemment l’avoient cru comme moi & le croient encore, que c’est la vérité seule qui dépend de cette conformité entre les pensées & les choses, ou entre les expressions & les pensées ; mais on nous apprend ici que la construction réguliere de l’élocution en dépend aussi, ou même qu’elle en dépend seule, au point que quand cette conformité est violée, il y a simplement inversion, ou dans la tête de celui qui conçoit les choses autrement qu’elles ne sont en elles-mêmes, ou dans le discours de celui qui les énonce autrement qu’il ne les conçoit. Voilà sans doute la premiere fois que le terme d’inversion est employé pour marquer le dérangement dans les pensées par rapport à la réalité des choses, ou le défaut de conformité de la parole avec la pensée ; mais il faut convenir alors que la grande source des inversions de la premiere espece est aux petites-maisons, & que celles de la seconde espece sont traitées trop cavalierement par les moralistes qui, sous le nom odieux de mensonges, les ont mises dans la classe des choses abominables.

Mais suivons les conséquences : il est donc essentiel de bien connoître l’ordre & l’arrangement des choses & de leurs parties, pour bien déterminer celui des pensées, & ensuite celui des expressions : tout le monde croit que c’est là la suite de ce qui vient d’être dit ; point du tout. Au moyen d’une inversion, qui n’est ni grammaticale ni oratoire, mais logique, l’auteur trouve

« que dans les cas où il s’agit de persuader, de faire consentir l’auditeur à ce que nous lui disons, l’intérêt doit régler les rangs des objets, & donner par conséquent les premieres places aux mots qui contiennent l’objet le plus important ».

Il est difficile, ce me semble, d’accorder cet arrangement réglé par l’intérêt, avec l’arrangement établi par la nature entre les choses : qu’importe ; c’est dit-on, celui qui doit régler les places des mots. J’y consens ; mais les décisions de cet ordre d’intérêt sont-elles constantes, uniformes, invariables ? Vous savez bien que telle doit être la nature des principes des Sciences & des Arts. Il me semble cependant qu’il vous seroit difficile de montrer cette invariabilité dans le principe que vous adoptez ; il devroit produire en tout tems le même effet pour tout le monde ; au lieu que dans votre systême, pour me servir des termes de l’auteur de la Lettre sur les sourds & muets, pag. 93.

« ce qui sera inversion pour l’un, ne le sera pas pour l’autre. Car, dans une suite d’idées, il n’arrive pas toujours que tout le monde soit également affecté par la même. Par exemple, si de ces deux idées contenues dans la phrase serpentem fuge, je vous demande quelle est la principale ; vous me direz vous que c’est le serpent ; mais un autre prétendra que c’est la fuite, & vous aurez tous deux raison. L’homme peureux ne songe qu’au serpent ; mais celui qui craint moins le serpent que ma perte, ne songe qu’à ma fuite : l’un s’effraye & l’autre m’avertit ».

Votre principe n’est donc ni assez évident, ni assez sûr pour devenir fondamental dans l’élocution même oratoire. Vous le sentez vous-même, puisque vous avouez (pag. 316) que son application

« a pour le métaphysicien même des variations embarrassantes, qui sont causées par la maniere dont les objets se mêlent, se cachent, s’effacent, s’enveloppent, se déguisent les uns les autres dans nos pensées ; de sorte qu’il reste toujours, au moins dans certains cas, quelques parties de la difficulté ».

Vous ajoutez que le nombre & l’harmonie dérangent souvent la construction prétendue réguliere que doit opérer votre principe. Vous y voilà, permettez que je vous le dise ; vous voilà au vrai principe de l’élocution oratoire dans la langue latine & dans la langue grecque ; & vous tenez la principale cause qui a déterminé le génie de ces deux langues à autoriser les variations des cas, afin de faciliter les inversions qui pourroient faire plus de plaisir à l’oreille par la variété & par l’harmonie, que la marche monotone de la construction naturelle & analytique.

Nous avons lu vous & moi, les oeuvres de Rhétorique de Ciceron & de Quintilien, ces deux grands maîtres d’éloquence, qui en connoissoient si profondément les principes & les ressorts, & qui nous les tracent avec tant de sagacité, de justesse & d’étendue. On n’y trouve pas un mot, vous le savez, sur votre prétendu principe de l’élocution oratoire ; mais avec quelle abondance & quel scrupule insistent-ils l’un & l’autre sur ce qui doit procurer cette suite harmonieuse de sons qui doit prévenir le dégoût de l’oreille, ut & verborum numero, & vocum modo, delectatione vincerent aurium satietatem. Cic. de Orat. lib. III. cap. xjv. Ciceron partage en deux la matiere de l’éloquence : 1°. le choix des choses & des mots, qui doit être fait avec prudence, & sans doute d’après les principes qui sont propres à cet objet ; 2°. le choix des sons qu’il abandonne à l’orgueilleuse sensibilité de l’oreille. Le premier point est, selon lui, du ressort de l’intelligence & de la raison ; & les regles par conséquent qu’il faut y suivre, sont invariables & sûres. Le second est du ressort du goût ; c’est la sensibilité pour le plaisir qui doit en décider ; & ces décisions varieront en conséquence au gré des caprices de l’organe & des conjonctures. Rerum verborumque judicium prudentioe est, vocum (des sons) autem & numerorum aures sunt judices : & quod illa ad intelligentiam referuntur, hoec ad voluptatem, in illis raiio invenit, in his sensus, {p. 8:860} artem. Ciceron, Orat. cap. xxij. n. 164.

Voilà donc les deux seuls juges que reconnoissent en fait d’élocution le plus éloquent des Romains, la raison & l’oreille ; le coeur est compté pour rien à cet égard. Et en vérité il faut convenir que c’est avec raison ; l’éloquence du coeur n’est point assujettie à la contrainte d’aucune regle artificielle ; le coeur ne connoît d’autres regles que le sentiment, ni d’autre maître que le besoin, magister artis, ingenîque largitor. Pers. prolog. 11.

Ce n’est pourtant pas que je veuille dire que l’intérêt des passions ne puisse influer sur l’élocution même, & qu’il ne puisse en résulter des expressions pleines de noblesse, de graces, ou d’énergie. Je prétends seulement que le principe de l’intérêt est effectivement d’une application trop incertaine & trop changeante, pour être le fondement de l’élocution oratoire ; & j’ajoûte que quand il faudroit l’admettre comme tel, il ne s’ensuivroit pas pour cela que les places qu’il fixeroit aux mots fussent leurs places naturelles ; les places naturelles des mots dans l’élocution, sont celles que leur assigne la premiere institution de la parole pour énoncer la pensée. Ainsi l’ordre de l’intérêt, loin d’être la regle de l’ordre naturel des mots, est une des causes de l’inversion proprement dite ; mais l’effet que l’inversion produit alors sur l’ame, est en même tems l’un des titres qui la justifient. Eh quoi de plus agréable que ces images fortes & énergiques, dont un mot placé à propos, à la faveur de l’inversion, enrichit souvent l’élocution ? Prenons seulement un exemple dans Horace, lib. I. Od. 28.

. . . . Nec quicquam tibi prodest.
Aërias tentasse domos, animoque rotundum
Percurrisse polum, morituro.

Quelle force d’expression dans le dernier mot morituro ! L’ordre analytique avertit l’esprit de le rapprocher de tibi, avec lequel il est en concordance par raison d’identité ; mais l’esprit repasse alors sur tout ce qui sépare ici ces deux correlatifs : il voit comme dans un seul point, & les occupations laborieuses de l’astronome, & le contraste de sa mort qui doit y mettre fin ; cela est pittoresque. Mais si l’ame vient à rapprocher le tout du nec quicquam prodest qui est à la tête, quelle vérité ! quelle force ! quelle énergie ! Si l’on dérangeoit cette belle construction, pour suivre scrupuleusement la construction analytique ; tentasse domos aërias, atque percurrisse animo polum rotundum, necquicquam prodest tibi morituro ; on auroit encore la même pensée énoncée avec autant ou plus de clarté ; mais l’effet est détruit ; entre les mains du poëte, elle est pleine d’agrément & de vigueur : dans celle du grammairien, c’est un cadavre sans vie & sans couleur ; celui-ci la fait comprendre, l’autre la fait sentir.

Cet avantage réel & incontestable des inversions, joint à celui de rendre plus harmonieuses les langues qui ont adopté des inflexions propres à cette fin, sont les principaux motifs qui semblent avoir déterminé MM. Pluche & Chompré à défendre aux maîtres qui enseignent la langue latine, de jamais toucher à l’ordre général de la phrase latine.

« Car toutes les langues, dit M. Pluche (Méth. p. 115. édit. 1751.) & sur-tout les anciennes, ont une façon, une marche différente de celle de la nôtre. C’est une autre méthode de ranger les mots & de présenter les choses : dérangez-vous cet ordre, vous vous privez du plaisir d’entendre un vrai concert. Vous rompez un assortiment de sons très agréables : vous affoiblissez d’ailleurs l’énergie de l’expression & la force de l’image..... Le moindre goût suffit pour faire sentir que le latin de cette seconde phrase a perdu toute sa saveur ; il est anéanti. Mais ce qui mérite le plus d’attention, c’est qu’en deshonorant ce récit par la marche de la langue françoise qu’on lui a fait prendre, on a entierement renversé l’ordre des choses qu’on y rapporte ; & pour avoir égard au génie, ou plutôt à la pauvreté de nos langues vulgaires, on met en pieces le tableau de la nature »,

M. Chompré est de même avis, & en parle d’une maniere aussi vive & aussi décidée Moyens sûrs, &c. pag. 44. édit. 1757.

« Une phrase latine d’un auteur ancien est un petit monument d’antiquité. Si vous décomposez ce petit monument pour le faire entendre, au lieu de le construire vous le détruisez : ainsi ce que nous appellons construction, est réellement une destruction ».

Comment faut-il donc s’y prendre pour introduire les jeunes gens à l’étude du latin ou du grec ? Voici la méthode de M. Pluche & de M. Chompré. Voyez Méch. pag. 154 & suiv.

«1. C’est imiter la conduite de la nature de commencer le travail des écoles par lire en françois, ou par rapporter nettement en langue vulgaire ce qui sera le sujet de la traduction qu’on va faire d’un auteur ancien. Il faut que les commençans sachent dequoi il s’agit, avant qu’on leur fasse entendre le moindre mot grec ou latin. Ce début les charme. A quoi bon leur dire des mots qui ne sont pour eux que du bruit ? C’est ici le premier degré...

2. Le second exercice est de lire, & de rendre fidellement en notre langue le latin dont on a annoncé le contenu ; en un mot de traduire.

3. Le troisieme est de relire de suite tout le latin traduit, en donnant à chaque mot le ton & l’inflexion de la voix qu’on y donneroit dans la conversation.

Ces trois premieres démarches sont l’affaire du maître : celles qui suivent sont l’affaire des commençans ».

Dispensons-nous donc de les exposer ici : quand les maîtres sauront bien remplir leurs fonctions, leur zele, leurs lumieres & leur adresse les mettront assez en état de conduire leurs disciples dans les leurs. Mais essayons l’application de ces trois premieres regles, sur ce discours adressé à Sp. Carvilius par sa mere. Cic. de Orat. II. 61. Quin prodis, mi Spuri, ut quotiescumque gradum facies, toties tibi tuarum virtutum veniat in mentem.

1. Spurius Carvilius étoit devenu boiteux d’une blessure qu’il avoit reçue en combattant pour la république, & il avoit honte de se montrer publiquement en cet état. Sa mere lui dit : que ne vous montrez-vous, mon fils, afin que chaque pas que vous ferez vous fasse souvenir de votre valeur ?

J’ai donc imité la conduite de la nature : j’ai rapporté en françois le discours qui va être le sujet de la traduction, avec ce qui y avoit donné lieu. Il s’agit maintenant du second exercice, qui consiste, dit-on, à lire & à rendre fidellement en françois le latin dont j’ai annoncé le contenu, en un mot de traduire. Ce mot traduire imprimé en italique me fait soupçonner quelque mystere, & j’avoue que je n’avois jamais bien compris la pensée de M. Pluche, avant que j’eusse vu la pratique de M. Chompré dans l’avertissement de son introduction ; mais avec ce secours, je crois que m’y voici.

2. Quin pourquoi ne pas, prodis tu parois, mi mon, Spuri Spurius, ut que, quotiescumque combien de fois, gradum un pas, facies tu feras, toties autant de fois, tibi à toi, tuarum tiennes, virtutum des vertus, veniat vienne, in dans, mentem l’esprit.

Le troisieme exercice est de relire de suite tout le latin traduit, en donnant à chaque mot le ton & l’inflexion de la voix qu’on y donneroit dans la conversation. On seroit tenté de croire que c’est effectivement {p. 8:861} le latin même qu’il faut relire de suite, & que ce ton si recommandé est pour mettre les jeunes gens sur la voie du tour propre à notre langue. Mais M. Chompré me tire encore d’embarras, en me disant ;

« faites lui redire les mots françois sur chaque mot latin sans nommer ceux-ci ».

Reprenons donc la suite de notre opération. Pourquoi ne pas tu parois, mon Spurius, que combien de fois un pas tu feras, autant de fois à toi tiennes des vertus vienne dans l’esprit.

Peut-on entendre quelque chose de plus extraordinaire que ce prétendu françois ? Il n’y a ni suite raisonnée, ni usage connu, ni sens décidé. Mais il ne faut pas m’en effrayer : c’est M. Chompré qui m’en assure (Avertiss. de l’introd.)

« vous verrez, dit-il, à l’air riant des enfans qu’ils ne sont pas dupes de ces mots ainsi placés à côté les uns les autres, selon ceux du latin ; ils sentent bien que ce n’est pas ainsi que notre langue s’arrange. Un de la troupe dira avec un peu d’aide » :

Pourquoi ne parois tu pas, mon Spurius, ... Pardon ; j’ai voulu sur votre parole suivre votre méthode, mais me voici arrêté parce que je n’ai pas pris le même exemple que vous. Permettez que je vous parle en homme, & que je quitte le rôle que j’avois pris pour un instant dans votre petite troupe. Vous voulez que je conserve ici le littéral de la premiere traduction, & que je le dispose seulement selon l’ordre analytique, ou si vous l’aimez mieux, que je le rapproche de l’arrangement de notre langue ? A la bonne heure, je puis le faire, mais votre jeune éleve ne le fera jamais qu’avec beaucoup d’aide. A quoi voulez-vous qu’il rapporte ce que ? où voulez,vons qu’il s’avise de placer des vertus tiennes ? Tout cela ne tient à rien, & doit tenir à quelque chose. Je n’y vois qu’un remede, que je puise dans votre livre même ; c’est de suppléer les ellipses dès la premiere traduction littérale. Mais il en résulte un autre inconvénient. avant ut, vous suppléerez in hunc finem (à cette fin) ; après tuarum virtutum, vous introduirez le nom memoria (le souvenir) : que faites-vous en cela ? Respectez-vous assez le petit monument ancien que vous avez entre les mains ? Ne le détruisez-vous pas en le surchargeant de pieces qu’on y avoit jugées superflues ? Vous rompez un assortiment de sons très agréables ; vous affoiblissez l’énergie de l’expression ; vous faites perdre à cette phrase toute sa saveur ; vous l’anéantissez : par-là votre méthode me paroît aussi repréhensible que celle que vous blâmez. Vous n’irez pas pour cela défendre d’y suppléer des ellipses ; vous convenez qu’il faut de nécessité y recourir continuellement dans la langue latine, & vous avez raison : mais trouvez bon que j’en discute avec vous la cause.

L’énonciation claire de la pensée est le principal objet de la parole, & le seul que puisse envisager la Grammaire. Dans aucune langue, on ne parvient à ce but que par la peinture fidelle de la succession analytique des idées partielles, que l’on distingue dans la pensée par l’abstraction ; cette peinture est la tâche commune de toutes les langues : elles ne different entr’elles que par le choix des couleurs & par l’entente. Ainsi l’etude d’une langue se réduit à deux points qui sont, pour ne pas quitter le langage figuré, la connoissance des couleurs qu’elle emploie, & la maniere dont elle les distribue : en termes propres, ce sont le vocabulaire & la syntaxe. Il ne s’agit point ici de ce qui concerne le vocabulaire ; c’est une affaire d’exercice & de mémoire. Mais la syntaxe mérite une attention particuliere de la part de quiconque veut avancer dans cette étude, ou y diriger les commençans. Il faut observer tout ce qui appartient à l’ordre analytique, dont la connoissance seule peut rendre la langue intelligible : ici la marche en est suivie régulierement ; là la phrase s’en écarte, mais les mots y prennent des terminaisons, qui sont comme l’étiquette de la place qui leur convient dans la succession naturelle ; tantôt la phrase est pleine, il n’y a aucune idée partielle qui n’y soit montrée explicitement ; tantôt elle est elliptique, tous les mots qu’elle exige n’y sont pas, mais ils sont désignés par quelques autres circonstances qu’il faut reconnoître.

Si la phrase qu’il faut traduire a toute la plénitude exigible ; & qu’elle soit disposée selon l’ordre de la succession analytique des idées, il ne tient plus qu’au vocabulaire qu’elle ne soit entendue ; elle a le plus grand degré possible de facilité : elle en a moins si elle est elliptique, quoique construite selon l’ordre naturel ; & c’est la même chose, s’il y a inversion à l’ordre naturel, quoiqu’elle ait toute l’intégrité analytique ; la difficulté est apparemment bien plus grande, s’il y a tout à la fois ellipse & inversion. Or c’est un principe incontestable de la didactique, qu’il faut mettre dans la méthode d’enseigner le plus de facilité qu’il est possible. C’est donc contredire ce principe que de faire traduire aux jeunes gens le latin tel qu’il est sorti des mains des auteurs qui écrivoient pour des hommes à qui cette langue étoit naturelle ; c’est le contredire que de n’en pas préparer la traduction par tout ce qui peut y rendre bien sensible la succession analytique. M. Chompré convient qu’il faut en établir l’intégrité, en suppléant les ellipses : pourquoi ne faudroit-il pas de même en fixer l’ordre, par ce que l’on appelle communément la construction ? Personne n’oseroit dire que ce ne fût un moyen de plus très-propre pour faciliter l’intelligence du texte ; & l’on est réduit à prétexter, que c’est détruire l’harmonie de la phrase latine ;

« que c’est empêcher l’oreille d’en sentir le caractere, dépouiller la belle latinité de ses vraies parures, la réduire à la pauvreté des langues modernes, & accoutumer l’esprit à se familiariser avec la rusticité ».

Méchan. des langues, pag. 128.

Eh ! que m’importe que l’on détruise un assortiment de sons qui n’a, ni ne peut avoir pour moi rien d’harmonieux, puisque je ne connois plus les principes de la vraie prononciation du latin ? Quand je les connoîtrois, ces principes, que m’importeroit qu’on laissât subsister l’harmonie, si elle m’empêchoit d’entendre le sens de la phrase ? Vous êtes chargé de m’enseigner la langue latine, & vous venez arrêter la rapidité des progrès que je pourrois y faire, par la manie que vous avez d’en conserver le nombre & l’harmonie. Laissez ce soin à mon maître de rhétorique ; c’est son vrai lot : le vôtre est de me mettre dans son plus grand jour la pensée qui est l’objet de la phrase latine, & d’écarter tout ce qui peut en empêcher ou en retarder l’intelligence. Dépouillez-vous de vos préjugés contre la marche des langues modernes, & adoucissez les qualifications odieuses dont vous flétrissez leurs procédés : il n’y a point de rusticité dans des procédés dictés par la nature, & suivis d’une façon ou d’une autre dans toutes les langues ; & il est injuste de les regarder comme pauvres, quand elles se prêtent à l’expression de toutes les pensées possibles ; la pauvreté consiste dans la seule privation du nécessaire, & quelquefois elle naît de la surabondance du superflu. Prenez garde que ce ne soit le cas de votre méthode, où le trop de vûes que vous embrassez pourroit bien nuire à celle que vous devez vous proposer uniquement.

Servius, Donat, Priscien, Isidore de Séville, connoissoient aussi-bien & mieux que vous, les effets & le prix de cette harmonie dont vous m’embarrassez, puisque le latin étoit leur langue naturelle. Vous avez vu cependant qu’ils n’y avoient aucun égard, dès que l’inversion leur sembloit jetter de l’obscurité {p. 8:862} sur la pensée : ordo est, disoient-ils ; & ils arrangeoient alors les mots selon l’ordre de la construction analytique, sans se douter que jamais on s’avisât de soupçonner de la rusticité dans un moyen si raisonnable.

Messieurs Pluche & Chompré me répondront qu’ils ne prétendent point que l’on renonce à l’étude des principes grammaticaux fondés sur l’analyse de la pensée. Le sixieme exercice consiste, selon M. Pluche, (Méch. page 155.) à rappeller fidellement aux définitions, aux inflexions, & aux petites regles élémentaires, les parties qui composent chaque phrase latine. Fort bien : mais cet exercice ne vient qu’après que la traduction est entierement faite ; & vous conviendrez apparemment que vos remarques grammaticales ne peuvent plus alors y être d’aucun secours. Je sais bien que vous me repliquerez que ces observations prépareront toûjours les esprits pour entreprendre avec plus d’aisance une autre traduction dans un autre tems. Cela est vrai, mais si vous en aviez fait un exercice préliminaire à la traduction de la phrase même qui y donne lieu, vous en auriez tiré un profit & plus prompt, & plus grand ; plus prompt, parce que vous auriez recueilli lur le champ dans la traduction, le fruit des observations que vous auriez semées dans l’exercice préliminaire ; plus grand, parce que l’application étant faite plutôt & plus immédiatement, l’exemple est mieux adapté à la regle qui en devient plus claire, & la regle répand plus de lumiere sur l’exemple dont le sens en est mieux développé. J’ajoûte que vous augmenteriez de beaucoup le profit de cet exercice pour parvenir à votre traduction, si la théorie de vos remarques grammaticales étoit suivie d’une application pratique dans une construction faite en conséquence.

« Parlez ensuite des raisons grammaticales, dit M. Chompré (Avert. pag. 7.), des cas, des tems, &c. selon les douze maximes fondamentales, & selon les ellipses que vous aurez employées : mais parlez de tout cela avec sobriété, pour ne pas ennuyer ni rebuter les petits auditeurs, peu capables d’une longue attention. La Logique grammaticale, quelle qu’elle soit, est toûjours difficile, au-moins pour des commençans ».

Ce que je viens de dire à M. Pluche, je le dis à M. Chompré ; mais j’ajoûte que quelque difficile qu’on puisse imaginer la Logique grammaticale, c’est pourtant le seul moyen sûr que l’on puisse employer pour introduire les commençans à l’étude des langues anciennes. Il faut assûrément faire quelque fonds sur leur mémoire, & lui donner sa tâche ; tout le vocabulaire est de son ressort : mais les mener dans les routes obscures d’une langue qui leur est inconnue, sans leur donner le secours du flambeau de la Logique, ou en portant ce flambeau derriere eux, au lieu de les en faire précéder, c’est d’abord retarder volontairement & rendre incertains les progrès qu’ils peuvent y faire ; & c’est d’ailleurs faire prendre à leur esprit la malheureuse habitude d’aller sans raisonner ; c’est, pour me servir d’un tour de M. Pluche, accoutumer leur esprit à se familiariser avec la stupidité. La Logique grammaticale, j’en conviens, a des difficultés, & même très grandes, puisqu’il y a si peu de maîtres qui paroissent l’entendre : mais d’où viennent ces difficultés, si ce n’est du peu d’application qu’on y a donné jusqu’ici, & du préjugé où l’on est, que l’étude en est seche, pénible, & peu fructueuse ? Que de bons esprits ayent le courage de se mettre au-dessus de ces préjugés, & d’approfondir les principes de cette science ; & l’on en verra disparoître la sécheresse, la peine, & l’inutilité. Encore quelques Sanctius, quelques Arnauds, & quelques du Marsais ; car les progrès de l’esprit humain ont essentiellement de la lenteur ; & j’ose répondre que ce qu’il faudra donner aux enfans de cette logique, sera clair, précis, utile, & sans difficulté. En attendant, réduisons de notre mieux les principes qui leur sont nécessaires ; nos efforts, nos erreurs mêmes, ameneront la perfection : mais il ne faut rien attendre que la barbarie, d’un abandon absolu, ou d’une routine aveugle.

Encore un mot sur cette harmonie enchanteresse, à laquelle on sacrifie la construction analytique, quoiqu’elle soit fondée sur des principes de Logique, qui ont d’autant plus de droit de me paroître sûrs, qu’ils réunissent en leur faveur l’unanimité des Grammairiens de tous les tems. M. Pluche & M. Chompré sentent-ils bien les différences harmoniques de ces trois constructions également latines, puisqu’elles sont également de Cicéron : legi tuas litteras, litteras tuas accepi, tuas accipio litteras ? S’ils démêlent ces différences & leurs causes, ils feront bien de communiquer au public leurs lumieres sur un objet si intéressant ; elles en seront d’autant mieux accueillies, qu’ils sont les seuls apparemment qui puissent lui faire ce présent ; & ils doivent s’y prêter d’autant plus volontiers, que cette théorie est le fondement de leur système d’enseignement, qui ne peut avoir de solidité que celle qu’il tire de son premier principe : encore faudra-t-il qu’ils y ajoutent la preuve que les droits de cette harmonie sont inviolables, & ne doivent pas même céder à ceux de la raison & de l’intelligence. Mais convenons plutôt que par rapport à la raison toutes les constructions sont bonnes, si elles sont claires ; que la clarté de l’énonciation est le seul objet de la Grammaire, & la seule vûe qu’il faille se proposer dans l’étude des élémens d’une langue ; que l’harmonie, l’élégance, la parure, sont des objets d’un second ordre, qui n’ont & ne doivent avoir lieu qu’après la clarté, & jamais à ses dépens ; & que l’étude de ces agrémens ne doit venir qu’après celle des élémens fondamentaux, à-moins qu’on ne veuille rendre inutiles ses efforts, en les étouffant par le concours.

Au surplus, qui empêche un maître habile, après qu’il a conduit ses éleves à l’intelligence du sens, par l’analyse & la construction grammaticale, de leur faire remarquer les beautés accessoires qui peuvent se trouver dans la construction usuelle ? Quand ils entendent le sens du texte, & qu’ils sont prévenus sur les effets pittoresques de la disposition où les mots s’y trouvent, qu’on le leur fasse relire sans dérangement ; leur oreille en sera frappée bien plus agréablement & plus utilement, parce que l’ame prêtera à l’organe sa sensibilité, & l’esprit, sa lumiere. Le petit inconvénient résulté de la construction, s’il y en a un, sera amplement compensé par ce dernier exercice ; & tous les intérêts seront conciliés.

J’espere que ceux dont j’ai osé ici contredire les assertions, me pardonneront une liberté dont ils m’ont donné l’exemple. Ce n’est point une leçon que j’ai prétendu leur donner ; quod si facerem, te erudiens, jure reprehenderer. Cic. III. de fin. Je n’ignore pas quelle est l’étendue de leurs lumieres ; mais je sais aussi quelle est l’ardeur de leur zele pour l’utilité publique. Voilà ce qui m’a encouragé à exposer en détail les titres justificatifs d’une méthode qu’ils condamnent, & d’un principe qu’ils desapprouvent : mais je ne prétens point prononcer définitivement ; je n’ai voulu que mettre les pieces sur le bureau : le public prononcera. Nos qui sequimur probabilia, nec ultrà id quod verisimile occurrerit progredi possumus, & refellere sine pertinaciâ, & refelli sine iracundiâ parati sumus. Cic. Tusc. II. ij. 5. (B. E. R. M.)

{p. 8:905}

IRONIE §

IRONIE, sub. fém. (Gram.)

« c’est, dit M. du Marsais, Tropes II. xiv. une figure par laquelle on veut faire entendre le contraire de ce qu’on dit. . . .

M. Boileau, qui n’a pas rendu à Quinault toute la justice que le public lui a rendue depuis, en parle ainsi par ironie ».

Sat. 9. {p. 8:906}

Toutefois, s’il le faut, je veux bien m’en dédire ;
Et pour calmer enfin tous ces flots d’ennemis,
Réparer en mes vers les maux qu’ils ont commis :
Puisque vous le voulez, je vais changer de style.
Je le déclare donc, Quinault est un Virgile.

Lorsque les prêtres de Baal invoquoient vainement cette fausse divinité, pour en obtenir un miracle que le prophete Elie savoit bien qu’ils n’obtiendroient pas ; ce saint homme les poussa par une ironie excellente ; III. Reg. xviij. 27. il leur dit : Clamate voce majore ; Deus enim est, & forsitan loquitur, aut in diversorio est, aut in itinere, ailt certè dormit, ut excitetur.

L’épître du P. du Cerceau à M. J. D. F. A. G. A. P. (Joli de Fleuri, avocat général au parlement) est une ironie perpétuelle, pleine de principes excellens cachés sous des contre-vérités ; mais l’auteur, en s’y plaignant de la décadence du bon goût, y devient quelquefois la preuve de la vérité & de la justice de ses plaintes.

« Les idées accessoires, dit M. du Marsais, ibid. sont d’un grand usage dans l’ironie : le ton de la voix, & plus encore la connoissance du mérite ou du démérite personnel de quelqu’un, & de la façon de penser de celui qui parle, servent plus à faire connoître l’ironie, que les paroles dont on se sert. Un homme s’écrie, ô le bel esprit ! Parle-t-il de Cicéron, d’Horace ; il n’y a point-là d’ironie ; les mots sont pris dans le sens propre. Parle-t-il de Zoïle ; c’est une ironie : ainsi l’ironie fait une satyre, avec les mêmes paroles dont le discours ordinaire fait un éloge ».

Quintilien distingue deux especes d’ironie, l’une trope, & l’autre figure de pensée. C’est un trope, selon lui, quand l’opposition de ce que l’on dit à ce que l’on prétend dire, ne consiste que dans un mot ou deux ; comme dans cet exemple de Cicéron, 1. Catil. cité par Quintilien même : à quo repudiatus, ad sodalem tauri, virum optimum M. Marcellum demigrasti, où il n’y a en effet d’ironie que dans les deux mots virum optimum. C’est une figure de pensée, lorsque d’un bout à l’autre le discours énonce précisément le contraire de ce que l’on pense : telle est, par exemple, l’ironie du P. du Cerceau, sur la décadence du goût. La différence que Quintilien met entre ces deux especes est la même que celle de l’allégorie & de la métaphore ; ut quemadmodum ἀλληγορίαν facit continua μεταφορὰ, sic hoc schema faciat troporum ille contextus. Inst. orat. IX. iij.

N’y a-t-il pas ici quelque inconséquence ? Si les deux ironies sont entre elles comme la métaphore & l’allégorie, Quintilien a dû regarder également les deux premieres especes comme des tropes, puisqu’il a traité de même les deux dernieres. M. du Marsais plus conséquent, n’a regardé l’ironie que comme un trope, par la raison que les mots dont on se sert dans cette figure, ne sont pas pris, dit-il, dans le sens propre & littéral : mais ce grammairien ne s’est-il pas mépris lui-même ?

« Les tropes, dit-il, Part. I. art. iv. sont des figures par lesquelles on fait prendre à un mot une signification qui n’est pas précisément la signification propre de ce mot ».

Or il me semble que dans l’ironie il est essentiel que chaque mot soit pris dans sa signification propre ; autrement l’ironie ne seroit plus une ironie, une mocquerie, une plaisanterie, illusio, comme le dit Quintilien, en traduisant littéralement le nom grec εἰρωνεία. Par exemple, lorsque Boileau dit, Quinault est un Virgile ; il faut 1°. qu’il ait pris d’abord le nom individuel de Virgile, dans un sens appellatif, pour signifier par autonomase excellent poëte : 2°. qu’il ait conservé à ce mot ce sens appellatif, que l’on peut regarder en quelque sorte comme propre, relativement à l’ironie ; sans quoi l’auteur auroit eû tort de dire,

Puisque vous le voulez, je vais changer de style ;

Il avoit assez dit autrefois que Quinault étoit un mauvais poëte, pour faire entendre que cette fois-ci changeant de style, il alloit le qualifier de poëte excellent. Ainsi le nom de Virgile est pris ici dans la signification que l’autonomase lui a assignée ; & l’ironie n’y fait aucun changement. C’est la proposition entiere ; c’est la pensée qui ne doit pas être prise pour ce qu’elle paroît être ; en un mot, c’est dans la pensée qu’est la figure. Il y a apparence que le P. Jouvency l’entendoit ainsi, puisque c’est parmi les figures de pensées qu’il place l’ironie : & Quintilien n’auroit pas regardé comme un trope le virum optimum que Cicéron applique à Marcellus, s’il avoit fait réflexion que ce mot suppose un jugement accessoire, & peut en effet se rendre par une proposition incidente, qui est vir optimus. (B. E. R. M.)

IRRÉGULIER §

{p. 8:907}

Irrégulier (Grammaire) §

IRRÉGULIER, adj. (Gram.) les mots déclinables dont les variations sont entierement semblables aux variations correspondantes d’un paradigme commun, sont réguliers ; ceux dont les variations n’imitent pas exactement celles du paradigme commun, sont irréguliers : en sorte que la suite des variations du paradigme doit être considérée comme une regle exemplaire, dont l’exacte imitation constitue la régularité, & dont l’altération est ce qu’on nomme irrégularité. Le mot irrégulier est générique, & applicable indistinctement à toutes les especes de mots qui ne suivent pas la marche du paradigme qui leur est propre : il renferme sous soi deux mots spécifiques, qui sont anomal & hétéroclite. Voyez ces mots. On appelle anomal un verbe irrégulier ; & le nom d’hétéroclite est propre aux mots irréguliers, dont les variations se nomment cas ; savoir les noms & les adjectifs.

Ce n’est pas, dit-on, une méthode éclairée & raisonnée qui a formé les langues ; c’est un usage conduit par le sentiment. Cela est vrai sans doute, mais jusqu’à un certain point. Il y a un sentiment aveugle & stupide qui agit sans cause & sans dessein ; il y a un sentiment éclairé, sinon par ses propres lumieres, du-moins par la lumiere universello que l’on ne sauroit méconnoître dans mille circonstances, où elle se manifeste par l’unanimité des opinions, ou par l’uniformité des procédés les plus libres en apparence. Que la premiere espece de sentiment ait suggéré la partie radicale des mots qui font le corps d’une langue, cela peut être ; & l’on pourroit l’affirmer sans me surprendre. Mais c’est assurément un sentiment de la seconde espece, qui a amené dans cette même langue le système plein d’énergie des inflexions & des terminaisons. Voyez {p. 8:908} Inflexion. Et moins on peut dire que ce système est l’ouvrage de la Philosophie humaine, plus il y a lieu d’assurer qu’il est inspiré par la raison souveraine, dont la nôtre n’est qu’une foible émanation & une image imparfaite.

Que suit-il de-là ? Deux conséquences importantes : la premiere, c’est qu’il y a dans les langues beaucoup moins d’irrégularités réelles qu’on n’a coûtume de le croire. La seconde, c’est que les irrégularités véritables qu’on ne peut refuser d’y reconnoître, sont fondées sur des raisons particulieres, plus urgentes sans doute que la raison générale du système abandonné ; & par conséquent, ces prétendus écarts n’en sont au fond que plus réguliers ; parce que la grande régularité consiste à être raisonnable. Outre la liaison nécessaire de ces deux consequences avec le principe d’où je les ai déduites, chacune d’elles se trouve encore confirmée par des preuves de fait.

1°. Il est certain que le commun des Grammairiens imagine beaucoup plus d’irrégularités qu’il n’y en a dans les langues. Voyez la Minerve de Sanctius, lib. I. cap. ix. vous y trouverez une foule de noms latins qui passent pour être d’un genre au singulier, & d’un autre au pluriel, & qui n’ont cette apparence d’irrégularité, que pour avoir été usités dans les deux genres : d’autres qui semblent être de deux déclinaisons, ne sont dans ce cas, que parce qu’ils ont été des deux, sous deux terminaisons differentes qui les y assujettissoient. Le système des tems, sur-tout dans notre langue, n’a paru à bien des gens, qu’un amas informe de variations discordantes, décidées sans raison & arrangées sans goût, par la volonté capricieuse d’un usage également aveugle & tyrannique.

« En lisant nos Grammairiens, dit l’auteur des jugemens sur quelques ouvrages nouveaux, tom. IX. pag. 73. & suiv. il est fâcheux de sentir, malgré soi, diminuer son estime pour la langue françoise, où l’on ne voit presque aucune analogie ; où tout est bisarre pour l’expression comme pour la prononciation, & sans cause ; où l’on n’apperçoit ni principes, ni regles, ni uniformité ; où enfin, tout paroît avoir été dicté par un capricieux génie ».

Que ceux qui pensent ainsi se donnent la peine de lire l’article Tems, & de voir jusqu’à quel point est portée l’harmonie analogique de nos tems françois, & même de ceux de bien d’autres langues. C’est peut-être l’un des faits les plus concluans contre la témérité de ceux qui taxent hardiment les usages des langues de bisarrerie, de caprice, de confusion, d’inconséquence, & de contradiction. Il est plus sage de se défier de ses propres lumieres, & même de la somme, si je puis le dire, des lumieres de tous les Grammairiens, que de juger irrégulier dans les langues tout ce dont on ne voit pas la régularité. Il y a peut-être une méthode d’étudier la Grammaire, qui feroit retrouver par-tout ou presque par-tout, les traces de l’analogie.

2°. Pour ce qui concerne les causes des irrégularités qu’il n’est pas possible de rejetter absolument, il est certain que l’on peut en remarquer plusieurs qui seront fondées sur quelque motif particulier plus puissant que la raison analogique. Ici l’usage aura voulu éviter un concours trop dur de voyelles ou de consonnes, ou quelque idée, soit fâcheuse, soit malhonnête, que la rencontre de quelques syllabes ou de quelques lettres, auroient pû réveiller ; là on aura craint l’équivoque, celui de tous les vices qui est le plus directement opposé au but de la pa role, qui est la clarté de l’énonciation. Prenons pour exemple le verbe latin fero ; si on le conjugue régulierement au présent, on aura feris, ferit, feritis, qui paroîtront autant venir de ferio que de fero : comptez que les autres irrégularités du même verbe, & celles de tous les autres, ont pareillement leurs raisons justificatives. Ajoutez à cela qu’une irrégularité une fois admise, les lois de la formation analogique rendent regulieres les irrégularités subséquentes qui y tiennent.

Il en est sans doute des irrégularités de la formation, comme de celles des tours & de la construction ; ou elles n’en ont que l’apparence, ou elles menent mieux au but de la parole que la régularité même. Nous disons, par exemple, si je le vois, je lui dirai ; les Italiens disent, se lo vedrà, glie lo dirò, de même que les Latins, quem si videbo, id illi dicam. Selon les idees ordinaires, la langue italienne & la langue latine, sont en regles ; au lieu que la langue françoise autorise une irrégularité, en admettant un présent au lieu d’un futur. Mais si l’on consulte la saine Philosophie, il n’y a dans notre tour ni figure, ni abus ; il est naturel & vrai. Ce que l’on appelle ici un futur, est un présent postérieur, c’est-à-dire, un tems qui marque la simultanéité d’existence avec une époque postérieure au moment même de la parole, & ce tems dont se servent les Italiens & les Latins, convient très bien au point de vûe particulier que l’on veut rendre. Ce que l’on nomme un présent, l’est en effet ; mais c’est un présent indéfini, qui independant par nature de toute époque, peut s’adapter à toutes les époques, & conséquemment a une époque postérieure, sans que cet usage puisse être taxe d’irrégularité. Voyez Tems. Il ne s’agit donc ici que de bien connoître la vraie nature des tems pour trouver tous ces tours également réguliers.

En voici un autre : si vous y allez & que je le sache ; la conjonction copulative & doit réunir des phrases semblables : cependant le verbe de la premiere est à l’indicatif, amené par si ; celui de la seconde est au subjonctif, amené par que : n’est-ce pas une irrégularité ? Il y a, j’en conviens, quelque chose d’irrégulier ; mais ce n’est pas, comme il paroît au premier coup d’oeil, la disparité des phrases réunies : c’est la suppression d’une partie de la seconde ; suppléez l’ellipse, & tout sera en regle : si vous y allez, & s’il arrive que je le sache. Ce tour plus conforme à la plénitude de la construction analytique, est régulier à cet egard ; mais il a une autre irrégularité plus fâcheuse ; il présente, au moyen du si répété, les deux évenemens réunis, comme simplement co-existens ; au lieu que le premier tour montre le second évenement comme suite du premier : voilà donc plus de vérité dans la premiere locution que dans la seconde, & conséquemment plus de véritable régularité. Ajoutez que l’expression elliptique en devient plus énergique, & l’expression pleine plus lâche, plus languissante, sans être plus claire. Que de titres pour croire réellement plus réguliere celle qui d’abord le paroît le moins ! (B. E. R. M.)

{p. 9:105}

K §

K, Subst. m. (Gramm.) si l’on confond à l’ordinaire l’i voyelle & l’i consonne, K est la dixieme lettre de notre alphabeth ; mais si l’on distingue, comme je l’ai fait, la voyelle I & la consonne J, il faut dire que K est la onzieme lettre, & la huitieme consonne de notre alphabeth, & c’est d’après cette hypothese très-raisonnable que desormais je cotterai les autres lettres.

Cette lettre est dans son origine le Kappa des Grecs, & c’etoit chez eux la seule consonne représentative de l’articulation sorte, dont la foible étoit γ, telle que nous la faisons entendre dans le mot gant.

Les Latins représentoient la même articulation sorte par la lettre C ; cependant un je ne sais quel Salvius, si l’on en croit Saluste, introduisit le K dans l’ortographe latine, où il étoit inconnu anciennement, & où il fut vû dans la suite de mauvais oeil. Voici comme en parle Priscien (l. I.) K & Q, quamvis figurâ & nomine videantur aliquam habere differentiam cum C, tamen eandem tam in sono quam in metro continent potestatem ; & K quidem penitùs supervacua est. Scanrus nous apprend un des usages que les anciens faisoient de cette lettre : c’étoit de l’employer sans voyelle, lorsque la voyelle suivante devoit etre un A, en sorte qu’ils écrivoient krus pour carus. J. Scaliger qui argumente contre le fait par des raisons (de caus. L. L. I. 10.) allegue entre autres contre le témoignage de Scaurus, que si on en avoit usé ainsi à l’égard du K, il auroit fallu de même employer le C sans voyelle, quand il auroit dû étre suivi d’un E, puisque le nom de cette consonne renferme la voyelle E ; mais en vérité c’étoit parler pour faire le censeur. Scaurus loin d’ignorer cette consequence, l’avoit également mise en fait : quoties id verbum scribendum erat, in quo retinere hoe litteroe nomen suum possent, singuloe pro syllaba scribebantur, tanquam satis cam ipso nomine explerent ; & il y joint des exemples, dcimus pour dicimus, cra pour cera, bne pour bene ; Quintilien lui-même assûre que quelques-uns autrefois avoient été dans cet usage, quoiqu’il le trouve erroné.

Cette lettre inutile en latin, ne sert pas davantage en François.

« La lettre k, dit l’abbé Regnier, (p. 339 » n’est pas proprement un caractere de de l’alphabeth françois, n’y ayant aucun mot françois où elle soit employée que celui de kyrielle, qui sert dans le style familier à signifier une longue & fâcheuse suite de choses, & qui a été formé abusivement de ceux de kyrie eleison ».

écrit plutôt Quimper que Kimper ; & si quelques bretons conservent le k dans l’ortographe de leurs noms propres, c’est qu’ils sont dérivés du langage breton plutôt que du françois ; sur quoi il faut remarquer en passant, que quand ils ont la syllabe ker, ils écrivent seulement un k barré en cette maniere K. Anciennement on usoit plus communément du k en françois.

« J’ai lu quelques vieux romans françois, esquels les auteurs plus hardiment, au lieu de q, à la suite duquel nous employons »

l’u sans le proférer, usoient de k, disant ka, ke, ki, ko, ku. Pasquier, Recherc. liv. VIII. chap ; l. xiij.

K chez quelques auteurs est une lettre numérale qui signifie deux cent cinquante, suivant ce vers :

K quoque ducentos & quinquaginta tenebit.

La même lettre avec une barre horisontale au-dessus, acqueroit une valeur mille fois plus grande ; K vaut 250000.

La monnoie qui se fabrique à Bourdeaux se marque d’un K.

{p. 9:141}

L §

L, s. f. c’est la douzieme lettre, & la neuvieme consonne de notre alphabet. Nous la nommons èle ; les Grecs l’appelloient lambda, & les Hébreux lamed : nous nous sommes tous mépris. Une consonne représente une articulation ; & toute articulation étant une modification du son, suppose nécessairement un son, parce qu’elle ne peut pas plus exister sans le son, qu’une couleur sans un corps coloré. Une consonne ne peut donc être nommée par elle-même, il faut lui prêter un son ; mais ce doit être le moins sensible & le plus propre à l’épellation : ainsi l doit se nommer le.

Le caractere majuscule L nous vient des Latins qui l’avoient reçu des Grecs ; ceux-ci le tenoient des Phéniciens ou des Hébreux, dont l’ancien lamed est semblable à notre l, si ce n’est que l’angle y est plus aigu, comme on peut le voir dans la dissertation du P. Souciet, & sur les médailles hébraïques.

L’articulation représentée par l, est linguale, parce qu’elle est produite par un mouvement particulier de la langue, dont la pointe frappe alors contre le palais, vers la racine des dents supérieures. On donne aussi à cette articulation le nom de liquide, sans doute parce que comme deux liqueurs s’incorporent pour n’en plus faire qu’une seule resultée de leur mélange, ainsi cette articulation s’allie si bien avec d’autres, qu’elles ne paroissent plus faire ensemble qu’une seule modificatiou instantanée du même son, comme dans blâme, clé, pli, glose, flûte, plaine, bleu, clou, gloire, &c.

L triplicem, ut Plinio videtur, sonum habet ; exilem, quando geminatur secundo loco posita, ut ille, Metellus ; plenum, quando finit nomina vel syllabas, & quando habet ante se in eâdem syllabâ aliquam consonantem, ut sol, sylva, flavus, clarus ; medium in aliis, ut lectus, lecta, lectum (Prisc. lib. I. de accidentibus litterarum. Si cette remarque est fondée sur un usage réel, elle est perdue aujourd’hui pour nos organes, & il ne nous est pas possible d’imaginer les différences qui faisoient prononcer la lettre l, ou foible, ou pleine, ou moyenne. Mais il pourroit bien en être de cette obiervation de Pline, répétée assez modestement par Priscien, comme de tant d’autres que font quelques-uns de nos grammairiens sur certaines lettres de notre alphabet, & qui, pour passer par plusieurs bouches, n’en acquierent pas plus de vérité ; & telle est par exemple l’opinion de ceux qui prétendent trouver dans notre langue un i consonne différent de j, & qui lui donnent le nom de mouillé foible. Voyez I.

On distingue aussi un l mouillée dans quelques langues modernes de l’Europe ; par exemple, dans le mot françois conseil, dans le mot italien meglio (meilleur), & dans le mot espagnol llamar (appeller). L’ortographe des Italiens & des Espagnols à l’égard de cette articulation ainsi considérée, est une & invariable ; gli chez les uns, ll chez les autres, en est toujours le caractere distinctif : chez nous, c’est autre chose.

1°. Nous représentons l’articulation mouillée dont il s’agit, par la seule lettre l, quand elle est finale & précédée d’un i, soit prononcé, soit muet ; comme dans babil, cil, mil (sorte de graine), gentil (payen), péril, bail, vermeil, écueil, fenouil, &c. Il faut seulement excepter fil, Nil, mil (adjectif numérique qui n’entre que dans les expressions numériques composées, comme mil-sept-cent-soixante, & les adjectifs en il, comme vil, civil, subtil, &c. où la lettre l garde sa prononciation naturelle : il faut aussi excepter les cinq mots fusil, sourcil, outil, gril, gentil (joli), & le nom fils, où la lettre l est entierement muette.

2°. Nous représentons l’articulation mouillée par ll, dans le mot Sulli ; & dans ceux où il y a avant ll un i prononcé, comme dans fille, anguille, pillage, cotillon, pointilleux, &c. Il faut excepter Gilles, mille, ville, & tous les mots commençant par ill, comme illégitime, illuminé, illusion, illustre, &c.

3°. Nous représentons la même articulation par ill, de maniere que l’i est réputé muet, lorsque la voyelle prononcée avant l’articulation, est autre que i ou u ; comme dans paillasse, oreille, oille, feuille, rouille, &c.

4°. Enfin nous employons quelquefois lh pour la même fin, comme dans Milhaut, ville du Rouergue.

Qu’il me soit permis de dire ce que je pense de notre pretendue l mouillée ; car enfin, il faut bien oser quelque chose contre les préjugés. Il semble que l’i prépositif de nos diphtongues doive par-tout nous faire illusion ; c’est cet i qui a trompé les Grammairiens, qui ont cru démêler dans notre langue une consonne qu’ils ont appellée l’i mouillé foible ; & c’est, je crois, le même i qui les trompe sur notre l mouillée, qu’ils appellent le mouillé fort.

Dans les mots feuillages, gentillesse, semillant, carillon, merveilleux, ceux qui parlent le mieux ne font entendre à mon oreille que l’articulation ordinaire l, suivie des diphtongues iage, iesse, iant, ion, ieux, dans lesquelles le son prépositif i est prononcé sourdement & d’une maniere très-rapide. Voyez écrire nos dames les plus spirituelles, & qui ont l’oreille la plus sensible & la plus délicate ; si elles n’ont appris d’ailleurs les principes quelquefois capricieux de notre ortographe usuelle, persuadées que l’écriture doit peindre la parole, elles écriront les mots dont il s’agit de la maniere qui leur paroîtra la plus propre pour caractériser la sensation que je viens d’analyser ; par exemple feuliage, gentiliesse, semiliant, carilion, merveilieux, ou en doublant la consonne, feuilliage, gentilliesse, semilliant, carillion, merveillieux. Si quelques-unes ont remarqué par hazard que les deux ll sont précédées d’un i, elles le mettront ; mais elles ne se dispenseront pas d’en mettre un second après : c’est le cri de la nature qui ne cede dans les personnes instruites qu’à la connoissance certaine d’un usage contraire ; & dont l’empreinte est encore visible dans l’i qui précede les ll.

Dans les mots paille, abeille, vanille ; rouille, & autres terminés par lle, quoique la lettre l ne soit suivie d’aucune diphtongue écrite, on y entend aisément une diphtongue prononcée ie, la même qui termine les mots Blaie (ville de Guienne), paye, foudroye, truye. Ces mots ne se prononcent pas tout-à-fait comme s’il y avoit palieu, abélieu, vanilieu, roulieu ; parce que dans la diphtongue ieu, le son post-positif eu est plus long & moins sourd que le son muet e ; mais il n’y a point d’autre différence, pourvu qu’on mette dans la prononciation la rapidité qu’une diphtongue exige.

Dans les mots bail, vermeil, péril, seuil, fenouil, & autres terminés par une seule l mouillée ; c’est encore la même chose pour l’oreille que les précédens ; la diphtongue ie y est sensible après l’articulation l ; mais dans l’ortographe elle est supprimée, comme l’e muet est supprimé à la fin des mots bal, cartel, civil, seul, Saint-Papoul, quoiqu’il soit avoué par les meilleurs grammairiens, que toute consonne finale {p. 9:142} suppose l’e muet. Voyez remarques sur la prononciation, par M. Hardouin, secrétaire perpétuel de la société littéraire d’Arras, pag. 41.

« L’articulation, dit-il, frappe toujours le commencement & jamais la fin du son ; car il n’est pas possible de prononcer al ou il, sans faire entendre un e féminin après l ; & c’est sur cet e féminin, & non sur l’a ou sur l’i que tombe l’articulation désignée par l ; d’où il s’ensuit que ce mot tel, quoique censé monosyllabe, est réellement dissyllabe dans la prononciation. Il se prononce en effet comme telle, avec cette seule différence qu’on appuie un peu moins sur l’e feminin qui, sans être écrit, termine le premier de ces mots ».

Je l’ai dit moi même ailleurs (art. H),

« qu’il est de l’essence de toute articulation de précéder le son qu’elle modifie, parce que le son une fois échappé n’est plus en la disposition de celui qui parle, pour en recevoir quelque modification ».

Il me paroît donc assez vraissemblable que ce qui a trompé nos Grammairiens sur le point dont il s’agit, c’est l’inexactitude de notre ortographe usuelle, & que cette inexactitude est née de la difficulté que l’on trouva dans les commencemens à éviter dans l’écriture les équivoques d’expression. Je risquerai ici un essai de correction, moins pour en conseiller l’usage à personne, que pour indiquer comment on auroit pu s’y prendre d’abord, & pour mettre le plus de netteté qu’il est possible dans les idées ; car en fait d’ortographe, je sais comme le remarque très-sagement M. Hardouin (pag. 54),

« qu’il y a encore moins d’inconvénient à laisser les choses dans l’état où elles sont, qu’à admettre des innovations considérables ».

1°. Dans tous les mots où l’articulation l est suivie d’une diphtongue où le son prépositif n’est pas un e muet, il ne s’agiroit que d’en marquer exactement le son prépositif i après les ll, & d’écrire par exemple, feuilliage, gentilliesse, semilliant, carillion, mervellieux, milliant, &c.

2°. Pour les mots où l’articulation l est suivie de la diphtongue finale ie, il n’est pas possible de suivre sans quelque modification, la correction que l’on vient d’indiquer ; car si l’on écrivoit pallie, abellie, vanillie, rouillie, ces terminaisons écrites pourroient se confondre avec celle des mots Athalie, Cornélie, Emilie, poulie. L’usage de la diérèze fera disparoître cette équivoque. On sait qu’elle indique la séparation de deux sons consécutifs, & qu’elle avertit qu’ils ne doivent point être réunis en diphtongue ; ainsi la diérèze sur l’e muet qui est à la suite d’un i détachera l’un de l’autre, fera saillir le son i ; si l’e muet final précédé d’un i est sans diérèze, c’est la diphtongue ie. On écriroit donc en effet pallie, abellie, vanillie, roullie, au lieu de pailie, abeille, vanille, rouille, parce qu’il y a diphtongue ; mais il faudroit écrire, Athalië, Cornélie, Emilië, poulië, parce qu’il n’y a pas de diphtongue.

3°. Quant aux mots terminés par une seule l mouillée, il n’est pas possible d’y introduire la peinture de la diphtongue muette qui y est supprimée ; la rime masculine, qui par-là deviendroit féminine, occasionneroit dans notre poésie un dérangement trop considérable, & la formation des pluriers des mots en ail deviendroit étrangement irréguliere. L’e muet se supprime aisément à la fin, parce que la nécessité de prononcer la consonne finale le ramene nécessairement ; mais on ne peut pas supprimer de même sans aucun signe la diphtongue ie, parce que rien ne force à l’énoncer : l’ortographe doit donc en indiquer la suppression. Or on indique par une apostrophe la suppression d’une voyelle ; une diphtongue vaut deux voyelles ; une double apostrophe, ou plutôt afin d’éviter la confusion, deux points posés verticalement vers le haut de la lettre finale l pourroit donc devenir le signe analogique de la diphtongue supprimée ie, & l’on pourroit écrire bal, vermel, péril, seul, fenoul, au lieu de bail, vermeil, péril, seuil, fenouil.

Quoi qu’il en soit, il faut observer que bien des gens, au lieu de notre l mouillée, ne font entendre que la diphtongue ie ; ce qui est une preuve assurée que c’est cette diphtongue qui mouille alors l’articulation l : mais cette preuve est un vice réel dans la prononciation, contre lequel les parens & les instituteurs ne sont pas astez en garde.

Anciennement, lorsque le pronom général & indéfini on se plaçoit après le verbe, comme il arrive encore aujourd’hui, on inséroit entre deux la lettre l avec une apostrophe :

« Celui jour portoit l’on les croix en processions en plusieurs lieux de France, & les appelloit l’on les croix noires ».

Joinville.

Dans le passage des mots d’une langue à l’autre, ou même d’une dialecte de la même langue à une autre, ou dans les formations des dérivés ou des composés, les trois lettres l, r, u, sont commuables entre elles, parce que les articulations qu’elles représentent sont toutes trois produites par le mouvement de la pointe de la langue. Dans la production de n, la pointe de la langue s’appuie contre les dents supérieures, afin de forcer l’air à passer par le nez ; dans la production de l, la pointe de la langue s’éleve plus haut vers le palais ; dans la production de r, elle s’éleve dans ses trémoussemens brusqués, vers la même partie du palais. Voilà le fondement des permutations de ces lettres. Pulmo. de l’attique πλεύμων, au lieu du commun πνεύμων ; illiberalis, illecebroe, colligo, au lieu de inliberalis, inlecebroe, conligo ; pareillement lilium vient de λείριον, par le changement de ρ en l ; & au contraire varius vient de βαλιὸς, par le changement de λ en r.

L est chez les anciens une lettre numérale qui signifie cinquante, conformément à ce vers latin :

Quinquies L denos numero designat habendos.

La ligne horisontale au-dessus lui donne une valeur mille fois plus grande. L vaut 50000.

La monnoie fabriquée à Bayonne porte la lettre L.

On trouve souvent dans les auteurs LLS avec une expression numérique, c’est un signe abrégé qui signifie sextertius le petit sexterce, ou sextertium, le grand sexterce. Celui-ci valoit deux fois & une demi-fois le poids de metal que les Romains appelloient libra (balance), ou pondo, comme on le prétend communément, quoi qu’il y ait lieu de croire que c’étoit plutôt pondus, ou pondum, i (pesée) ; c’est pour cela qu’on le représentoit par LL. pour marquer les deux libra, & par S pour designer la moitié, semis. Cette libra, que nous traduisons livre, valoit cent deniers (denarius) ; & le denier valoit 10 as, ou 10 s. Le petit sexterce valoit le quart du denier, & conséquemment deux as & un demi-as ; ensorte que le sextertius étoit à l’as, comme le sextertium au pondus. C’est l’origine de la différence des genres : as sextertius, syncope de semistertius, & pondus sestertium, pour semistertium, parce que le troisieme as ou le troisieme pondus y est pris à moitié. Au reste quoique le même signe LLS désignât également le grand & le petit sesterce, il n’y avoit jamais d’équivoque ; les circonstances fixoient le choix entre deux sommes, dont l’une n’étoit que la millieme partie de l’autre. (B. E. R. M.)

LANGUE §

{p. 9:249}

Langue (Grammaire) §

LANGUE, (Gramm.) après avoir censuré la définition du mot langue, donnée par Furetiere, Frain du Tremblay, (Traité des langues, ch. ij.) dit que

« ce qu’on appelle langue, est une suite ou un amas de certains sons articulés propres à s’unir ensemble, dont se sert un peuple pour signifier les choses, & pour se communiquer ses pensées ; mais qui sont indifférens par eux-mêmes à signifier une chose ou une pensée plutôt qu’une autre ».

Malgré la longue explication qu’il donne ensuite des diverses parties qui entrent dans cette définition, plutôt que de la définition même & de l’ensemble, on peut dire que cet écrivain n’a pas mieux réussi que Furetiere à nous donner une notion précise & complette de ce que c’est qu’une langue. Sa definition n’a ni briéveté, ni clarté. ni vérité.

Elle peche contre la briéveté, en ce qu’elle s’attache à developper dans un trop grand detail l’essence des sons articulés, qui ne doit pas être envisagée si explicitement dans une définition dont les sons ne peuvent pas être l’objet immédiat.

Elle peche contre la clarté, en ce qu’elle laisse dans l’esprit sur la nature de ce qu’on appelle langue, une incertitude que l’auteur même a sentie, & qu’il a voulu dissiper par un chapitre entier d’explication.

Elle peche enfin contre la vérité, en ce qu’elle présente l’idée d’un vocabulaire plutôt que d’une langue. Un vocabulaire est véritablement la suite ou l’amas des mots dont se sert un peuple, pour signifier les choses & pour se communiquer ses pensées. Mais ne faut-il que des mots pour constituer une langue ; & pour la savoir, suffit-il d’en avoir appris le vocabulaire ? Ne faut-il pas connoître le sens principal & les sens accessoires qui constituent le sens propre que l’usage a attaché à chaque mot ; les divers sens figurés dont il les a rendus susceptibles ; la maniere dont il veut qu’ils soient modifiés, combinés & assortis pour concourir à l’expression des pensées ; jusqu’à quel point il en assujettit la construction à l’ordre analytique ; comment, en quelles occurrences, & à quelle fin il les a affranchis de la servitude de cette construction ? Tout est usage dans les langues ; le matériel & la signification des mots, l’analogie & l’anomalie des terminaisons, la servitude ou la liberté des constructions, le purisme ou le barbarisme des ensembles. C’est une vérité sentie par tous ceux qui ont parlé de l’usage ; mais une vérité mal présentée, quand on a dit que l’usage étoit le tyran des langues. L’idée de tyrannie emporte chez nous celle d’une usurpation injuste & d’un gouvernement déraisonnable ; & cependant rien de plus juste que l’empire de l’usage sur quelque idiome que ce soit, puisque lui seul peut donner à la communication des pensées, qui est l’objet de la parole, l’universalité nécessaire ; rien de plus raisonnable que d’obéir à ses décisions, puisque sans cela on ne seroit pas entendu, ce qui est le plus contraire à la destination de la parole.

L’usage n’est donc pas le tyran des langues, il en est le législateur naturel, nécessaire, & exclusif ; ses décisions en font l’essence : & je dirois d’après cela, qu’une langue est la totalité des usages propres à une nation pour exprimer les pensées par la voix.

Si une langue est parlée par une nation composée de plusieurs peuples égaux & indépendans les uns des autres, tels qu’étoient anciennement les Grecs, & tels que sont aujourd’hui les Italiens & les Allemans ; avec l’usage général des mêmes mots & de la même syntaxe, chaque peuple peut avoir des usages propres sur la prononciation ou sur les terminaisons des mêmes mots : ces usages subalternes, également légitimes, constituent les dialectes de la langue nationale. Si, comme les Romains autrefois, & comme les François aujourd’hui, la nation est une par rapport au gouvernement ; il ne peut y avoir dans sa maniere de parler qu’un usage légitime : tout autre qui s’en écarte dans la prononciation, dans les terminaisons, dans la syntaxe, ou en quelque façon que ce puisse étre, ne fait ni une langue à part, ni une dialecte de la langue nationale ; c’est un patois abandonné à la populace des provinces, & chaque province a le sien.

Si dans la totalité des usages de la voix propres à une nation, on ne considere que l’expression & la communication des pensées, d’après les vues de l’esprit les plus universelles & les plus communes à tous les hommes ; le nom de langue exprime parfaitement cette idée générale. Mais si l’on prétend encore envisager les vues particulieres à cette nation, & les tours singuliers qu’elles occasionnent nécessairement dans son élocution ; le terme d’idiome est alors celui qui convient le mieux à l’expression de cette idée moins générale & plus restrainte.

La différence que l’on vient d’assigner entre langue & idiome, est encore bien plus considérable entre langue & langage, quoique ces deux mots paroissent beaucoup plus rapprochés par l’unité de leur origine. C’est le matériel des mots & leur ensemble qui détermine une langue ; elle n’a rapport qu’aux idées, aux conceptions, à l’intelligence de ceux qui la parlent. Le langage paroît avoir plus de rapport au caractere de celui qui parle, à ses vues, à ses intérêts ; c’est l’objet du discours qui détermine le langage ; chacun a le sien selon ses passions, dit M. l’abbé de Condillac, Orig. des conn. hum. II. Part. 1. sect. ch. xv. Ainsi la même nation, avec la même langue, peut, dans des tems différens, tenir des langages différens, si elle a changé de moeurs, de vues, d’intérêts ; deux nations au contraire, avec différentes langues, peuvent tenir le même langage, si elles ont les mêmes vues, les mêmes intérêts, les mêmes moeurs : c’est que les moeurs nationales tiennent aux passions nationales, & que les unes demeurent stables ou changent comme les autres. C’est la même chose des hommes que des nations : on dit le langage des yeux, du geste, parce que les yeux & le geste sont destinés par la nature à suivre les mouvemens que les passions leur impriment, & conséquemment à les exprimer avec d’autant plus d’énergie, que la correspondance est plus grande entre le signe & la chose signifiée qui le produit.

Après avoir ainsi déterminé le véritable sens du mot langue, par la définition la plus exacte qu’il a été possible d’en donner, & par l’exposition précise des différences qui le distinguent des mots qui lui sont {p. 9:250} ou synonymes ou subordonnés, il reste à jetter un coup d’oeil philosophique sur ce qui concerne les langues en général : & il me semble que cette théorie peut se réduire à trois articles principaux, qui traiteront de l’origine de la langue primitive, de la multiplication miraculeuse des langues, & enfin, de l’analyse & de la comparaison des langues envisagées sous les aspects les plus généraux, les seuls qui conviennent à la philosophie, & par conséquent à l’Encyclopédie. Ce qui peut concerner l’étude des langues, se trouvera répandu dans différens articles de cet ouvrage, & particulierement au mot Méthode.

Au reste, sur ce qui concerne les langues en général, on peut consulter plusieurs ouvrages composés sur cette matiere : les dissertations philologiques de H. Schaevius, De origine linguarum & quibusdam carum attributis ; une dissertation de Borrichius, medecin de Copenhague, de causis diversitatis linguarum ; d’autres dissertations de Thomas Hayne, de linguarum harmoniâ, où il traite des langues en général, & de l’affinité des différens idiomes ; l’ouvrage de Théodore Bibliander, de ratione communi omnium linguarum & litterarum ; celui de Gesner, intitulé Mithridates, qui a à-peu-près le même objet, & celui de former de leur mélange une langue universelle ; le trésor de l’histoire des langues de cet univers de Cl. Duret ; l’harmonie étymologique des langues d’Etienne Guichart ; le traité des langues, par Frain du Tremblay ; les réflexious philosophiques sur l’origine des langues de M. de Maupertuis, & plusieurs autres observations répandues dans différens écrits, qui pour ne pas envisager directement cette matiere, n’en renferment pas moins des principes excellens & des vues utiles à cet égard.

Art. I. Origine de la langue primitive. Quelques-uns ont pensé que les premiers hommes, nés muets par le fait, vécurent quelque tems comme les brutes dans les cavernes & dans les forêts, isolés, sans liaison entre eux, ne prononçant que des sons vagues & confus, jusqu’à ce que réunis par la crainte des bêtes féroces, par la voix puissante du besoin, & par la nécessité de se prêter des secours mutuels, ils arriverent par degrés à articuler plus distincte, ment leurs sons, à les prendre en vertu d’une convention unanime, pour signes de leurs idées ou des choses mêmes qui en étoient les objets, & enfin à se former une langue. C’est l’opinion de Diodore de Sicile & de Vitruve, & elle a paru probable à Richard Simon, Hist. crit. du vieux Test. I. xiv. xv. & III. xxj. qui l’a adoptée avec d’autant plus de hardiesse qu’il a cité en sa faveur S. Grégoire de Nysse, contrà Eunom. XII. Le P. Thomassin prétend néanmoins que, loin de défendre ce sentiment, le saint docteur le combat au contraire dans l’endroit même que l’on allegue ; & plusieurs autres passages de ce saint pere, prouvent évidemment qu’il avoit sur cet objet des pensées bien différentes, & que M. Simon l’entendoit mal.

« A juger seulement par la nature des choses, dit M. Warburthon, Ess. sur les hyéro. e. I. p. 48. à la note, & indépendamment de la révélation, qui est un guide plus sûr, l’on seroit porté à admettre l’opinion de Diodore de Sicile & de Vitruve ».

Cette maniere de penser sur la question présente, est moins hardie & plus circonspecte que la premiere : mais Diodore & Vitruve étoient peut-être encore moins répréhensibles que l’auteur anglois. Guidés par les seules lumieres de la raison, s’il leur échappoit quelque fait important, il étoit très naturel qu’ils n’en apperçussent pas les conséquences. Mais il est difficile de concevoir comment on peut admettre la révélation avec le degré de soumission qu’elle a droit d’exiger, & prétendre pourtant que la nature des choses insinue des principes opposés. La raison & la révélation sont, pour ainsi dire, deux canaux différens qui nous transmettent les eaux d’une même source, & qui ne different que par la maniere de nous le présenter : le canal de la révélation nous met plus près de la source, & nous en offre une émanation plus pure ; celui de la raison nous en tient plus éloignés, nous expose davantage aux mélanges hétérogenes ; mais ces mélanges sont toûjours discernables, & la décomposition en est toûjours possible. D’où il suit que les lumieres véritables de la raison ne peuvent jamais être opposées à celles de la révélation, & que l’une par conséquent ne doit pas prononcer autrement que l’autre sur l’origine des langues.

C’est donc s’exposer à contredire sans pudeur & sans succès le témoignage le plus authentique qui ait été rendu à la vérité par l’auteur même de toute vérité, que d’imaginer ou d’admettre des hypothèses contraires à quelques faits connus par la révélation, pour parvenir à rendre raison des faits naturels : & nonobstant les lumieres & l’autorité de quantité d’écrivains, qui ont crû bien faire en admettant la supposition de l’homme sauvage, pour expliquer l’origine & le développement successif du langage, j’ose avancer que c’est de toutes les hypothèses la moins soutenable.

M. J. J. Rousseau, dans son discours sur l’origine & les fondemens de l’inégalité parmi les hommes, I. partie, a pris pour base de ses recherches, cette supposition humiliante de l’homme né sauvage & sans autre liaison avec les individus même de son espece, que celle qu’il avoit avec les brutes, une simple co habitation dans les mêmes forêts. Quel parti a-t-il tiré de cette chimérique hypothèse, pour expliquer le fait de l’origine des langues ? Il y a trouvé les difficultés les plus grandes, & il est contraint à la fin de les avouer insolubles.

« La premiere qui se présente, dit-il, est d’imaginer comment les langues purent devenir nécessaires ; car les hommes n’ayant nulle correspondance entre eux, ni aucun besoin d’en avoir, on ne conçoit ni la nécessité de cette invention, ni sa possibilité, si elle ne fut pas indispensable. Je dirois bien comme beaucoup d’autres, que les langues sont nées dans le commerce domestique des peres, des meres, & des enfans : mais outre que cela ne résoudroit point les objections, ce seroit commettre la faute de ceux qui raisonnant sur l’état de nature, y transportent des idées prises dans la société, voyent toujours la famille rassemblée dans une même habitation, & ses membres gardant entre eux une union aussi intime & aussi permanente que parmi nous, où tant d’intérêts communs les réunissent ; au lieu que dans cet état primitif, n’ayant ni maisons, ni cabanes, ni propriété d’aucune espece, chacun se logeoit au hasard, & souvent pour une seule nuit ; les mâles & les femelles s’unissoient fortuitement, se on la rencontre, l’occasion, & le desir, sans que la parole fût un interprete fort nécessaire des choses qu’ils avoient à se dire. Ils se quittoient avec la même facilité. La mere alaitoit d’abord ses enfans pour son propre besoin, puis l’habitude les lui ayant rendus chers, elle les nourrissoit ensuite pour le leur ; si-tôt qu’ils avoient la force de chercher leur pâture, ils ne tardoient pas à quitter la mere elle-même ; & comme il n’y avoit presque point d’autre moyen de se retrouver, que de ne pas se perdre de vûe, il en étoient bientôt au point de ne se pas même reconnoître les uns les autres. Remarquez encore que l’enfant ayant tous ses besoins à expliquer, & par conséquent plus de choses à dire à la mere, que la mere à l’enfant, c’est lui qui doit faire les plus grands frais de l’invention, {p. 9:251} & que la langue qu’il emploie doit être en grande partie son propre ouvrage ; ce qui multiplie autant les langues qu’il y a d’individus pour les parler, à quoi contribue encore la vie errante & vagabonde, qui ne laisse à aucun idiome le tems de prendre de la consistence ; car de dire que la mere dicte à l’enfant les mots dont il devra se servir pour lui demander telle ou telle chose, cela montre bien comment on enseigne des langues déja formées ; mais cela n’apprend point comment elles le forment.

Supposons cette premiere difficulté vaincue : franchissons pour un moment l’espace immense qui dut se trouver entre le pur état de nature & le besoin des langues ; & cherchons, en les supposant necessaires, comment elles purent commencer à s’etablir. Nouvelle difficulté pire encore que la précedente ; car si les hommes ont eu besoin de la parole pour apprendre à penser, ils ont eu besoin encore de savoir penser pour trouver l’art de la parole : & quand on comprendroit comment les sons de la voix ont été pris pour interpretes conventionels de nos idées, il resteroit toujours à savoir quels ont pa être les interprêtes mêmes de cette convention pour les idées qui n’ayant point un objet sensible, ne pouvoient s’indiquer ni par le geste, ni par la voix ; de sorte qu’a peine peut-on former des conjectures supportables sur la naissance de cet art de communiquer ses pensées & d’établir un commerce entre les esprits.

Le premier langage de l’homme, le langage le plus universel, le plus énergique, & le seul dont il cut besoin avant qu’il fallût persuader des hommes assembles, est le cri de la nature. Comme ce cri n’étoit arraché que par une sorte d’instinct dans les occasions pressantes, pour implorer du secours dans les grands dangers ou du soulagement dans les maux violens, il n’étoit pas d’un grand usage dans le cours ordinaire de la vie où regnent des sentimens plus modérés. Quand les idées des hommes commencerent à s’étendre & à se multiplier, & qu’il s’établit entre eux une communication plus etroite, ils chercherent des lignes plus nombreux & un langage plus étendu : ils multiplierent les inflexions de la voix, & y joignirent les gestes, qui, par leur nature, sort plus expressifs, & dont le sens depend moins d’une détermination antérieure. Ils exprimoient donc les objets visibles & mobiles par des gestes ; & ceux qui frappent l’ouie par des fons imitatifs : mais comme le geste n’indique guere que les objets présens ou faciles à décrire, & les actions visibles ; qu’il n’est pas d’un usage universel, puisque l’obscurité ou l’interposition d’un corps le rendent inutile, & qu’il exige l’attention plutot qu’il ne l’excite ; on s’avisa enfin de lui substituer les articulations de la voix, qui, sans avoir le même rapport avec certaines idées, sont plus propres à les représenter toutes, comme signes institués ; substitution qui ne peut se faire que d’un commun consentement, & d’une maniere assez difficile à pratiquer pour des hommes dont les organes grossiers n’avoient encore aucun exercice, & plus difficile encore à concevoir en elle-même, puisque cet accord unanime dut être motivé, & que la parole paroît avoir été fort nécessaire pour établir l’usage de la parole.

On doit juger que les premiers mots dont les hommes firent usage, eurent dans leurs esprits une signification beaucoup plus étendue que n’ont ceux qu’on emploie dans les langues déja formées, & qu’ignorant la division du discours en ses parties, ils donnerent d’abord à chaque mot le sens d’une proposition entiere. Quand ils commencerent à distinguer le sujet d’avec l’attribut, & le verbe d’avec le nom, ce qui ne fut pas un médiocre effort de génie, les substantifs ne surent d’abord qu’autant de noms propres, l’infinitif fut le seul tems des verbes, & à l’égard des adjectifs, la notion ne s’en dut développer que fort difficilement, parce que tout adjectif est un mot abstrait, & que les abstractions sont des opérations pénibles & peu naturelles.

Chaque objet reçut d’abord un nom particulier, sans égard aux genres & aux especes, que ces premiers instituteurs n’étoient pas en état de distinguer ; & tous les individus se présenterent isolés à leur esprit, comme ils le sont dans le tableau de la nature. Si un chêne s’appelloit A, un autre chêne s’appelloit B ; de sorte que plus les connoissance étoient bornées, & plus le dictionnaire devint étendu. L’embarras de toute cette nomenclature ne put être levé facilement ; car pour ranger les êtres sous des dénominations communes & génériques, il en falloit connoître les propriétés & les différences ; il falloit des observations & des définitions, c’est-à-dire, de l’Histoire naturelle & de la Métaphysique, beaucoup plus que les hommes de ce tems-là n’en pouvoient avoir.

D’ailleurs, les idées générales ne peuvent s’introduire dans l’esprit qu’à l’aide des mots, & l’entendement ne les saisit que par des propositions. C’étoit une des raisons pourquoi les animaux ne sauroient se former de telles idées, ni jamais acquérir la perfectibilité qui en dépend. Quand un singe va sans hésiter d’une noix à l’autre ; penset-on qu’il ait l’idée générale de cette sorte de fruit, & qu’il compare son archétype à ces deux individus ? Non sans doute ; mais la vue de l’une de ces noix rappelle à sa mémoire les sensations qu’il a reçues de l’autre ; & ses yeux modifiés d’une certaine maniere, annoncent à son goût la modification qu’il va recevoir. Toute idée générale est purement intellectuelle ; pour peu que l’imagination s’en mêle, l’idée devient aussi-tôt particuliere. Essayez de vous tracer l’image d’un arbre en général, vous n’en viendrez jamais à bout, malgré vous il faudra le voir petit ou grand, rare ou touffu, clair ou foncé ; & s’il dépendoit de vous de n’y voir que ce qui se trouve en tout arbre, cette image ne ressembleroit plus à un arbre. Les êtres purement abstraits se voyent de même, ou ne se conçoivent que par le discours. La définition seule du triangle vous en donne la véritable idée : si-tôt que vous en figurez un dans votre esprit, c’est un tel triangle, & non pas un autre, & vous ne pouvez éviter d’en rendre les lignes sensibles, ou le plan coloré. Il faut donc énoncer des propositions ; il faut donc parler pour avoir des idées générales ; car si tôt que l’imagination s’arrête, l’esprit ne marche plus qu’à l’aide du discours. Si donc les premiers inventeurs n’ont pu donner des noms qu’aux idées qu’ils avoient déjà, il s’ensuit que les premiers substantifs n’ont pu jamais être que des noms propres.

Mais lorsque, par des moyens que je ne conçois pas, nos nouveaux grammairiens commencerent à étendre leurs idées, & à généraliser leurs mots, l’ignorance des inventeurs dut assujettir cette méthode à des bornes fort étroites ; & comme ils avoient d’abord trop multiplié les noms des individus, faute de connoître les genres & les especes, ils firent ensuite trop d’especes & de genres, faute d’avoir considéré les êtres par toutes leurs différences. Pour pousser les divisions assez loin, il eût fallu plus d’expérience & de lumiere qu’ils n’en pouvoient avoir, & plus de recherches & de travail qu’ils n’y en vouloient employer. Or, si même {p. 9:252} aujourd’hui l’on découvre chaque jour de nouvelles especes qui avoient échappe jusqu’ici à toutes nos observations, qu’on pense combien il dut s’en dérober à des hommes qui ne jugeoient des choses que sur le premier aspect ? Quant aux classes primitives & aux notions les plus générales, il est superflu d’ajouter qu’elles durent leur échapper encore : comment, par exemple, auroient-ils imaginé ou entendu les mots de matiere, d’esprit, de substance, de mode, de figure, de mouvement, puisque nos philosophes qui s’en servent depuis si long-tems ont bien de la peine à les entendre eux-mêmes, & que les idées qu’on attache à ces mots étant purement métaphysiques, ils n’en trouvoient aucun modéle dans la nature ? »

Après s’être étendu, comme on vient de le voir, sur les premiers obstacles qui s’opposent à l’institution conventionnelle des langues, M. Rousseau se fait un terme de comparaison de l’invention des seuls substantifs physiques, qui font la partie de la langue la plus facile à trouver pour juger du chemin qui lui reste à faire jusqu’au terme où elle pourra exprimer toutes les pensées des hommes, prendre une forme constante, être parlée en public, & influer sur la société : il invite le lecteur à réfléchir sur ce qu’il a fallu de tems & de connoissances pour trouver les nombres qui supposent les méditations philosophiques les plus profondes & l’abstraction la plus métaphysique, la plus pénible, & la moins naturelle ; les autres mots abstraits, les aoristes & tous les tems des verbes, les particules, la syntaxe ; lier les propositions, les raisonnemens, & former toute la logique du discours : après quoi voici comme il conclut :

« Quant à moi, effrayé des difficultés qui se multiplient, & convaincu de l’impossibilité presque démontrée que les langues aient pu naître & s’établir par des moyens purement humains ; je laisse à qui voudra l’entreprendre, la discussion de ce difficile problème, lequel a été le plus nécessaire, de la société déja liée, à l’institution des langues ; ou des langues deja inventées, à l’établissement de la société ».

Il étoit difficile d’exposer plus nettement l’impossibilité qu’il y a à déduire l’origine des langues, de l’hypothese révoltante de l’homme supposé sauvage dans les premiers jours du monde ; & pour en faire voir l’absurdité, il m’a paru important de ne rien perdre des aveux d’un philosophe qui l’a adopté pour y fonder l’inégalité des conditions, & qui malgré la pénétration & la subtilité qu’on lui connoît, n’a pu tirer de ce principe chimérique tout l’avantage qu’il s’en étoit promis, ni peut-être même celui qu’il croit en avoir tiré.

Qu’il me soit permis de m’arrêter un instant sur ces derniers mots. Le philosophe de Genève a bien senti que l’inégalité des conditions étoit une suite necessaire de l’établissement de la société ; que l’établissement de la société & l’institution du langage se supposoient respectivement, puisqu’il regarde comme un problème difficile, de discuter lequel des deux a été pour l’autre d’une nécessité antécédente plus considérable. Que ne faisoit-il encore quelques pas ? Ayant vu d’une maniere démonstrative que les langues ne peuvent tenir à l’hypothèse de l’homme né sauvage, ni s’être établies par des moyens purement humains ; que ne concluoit-il la même chose de la société ? que n’abandonnoit-il entierement son hypothèse, comme aussi incapable d’expliquer l’un que l’autre ? d’ailleurs la supposition d’un fait que nous savons par le temoignage le plus sûr, n’avoir point été, loin d’être admissible comme principe explicatif de faits réels, ne doit être regardée que comme une fiction chimérique & propre à égarer.

Mais suivons le simple raisonnement. Une langue est, sans contredit, la totalité des usages propres à une nation pour exprimer les pensées par la voix ; & cette expression est le véhicule de la communication des pensées. Ainsi toute langue suppose une société préexistente, qui, comme société, aura eu besoin de cette communication, & qui, par des actes déja réitérés, aura fondé les usages qui constituent le corps de sa langue. D’autre part une société formée par les moyens humains que nous pouvons connoître, présuppose un moyen de communication pour fixer d’abord les devoirs respectifs des associés, & ensuite pour les mettre en état de les exiger les uns des autres. Que suit-il de-là ? que si l’on s’obstine à vouloir fonder la premiere langue & la premiere société par des voies humaines, il raut admettre l’éternité du monde & des générations humaines, & renoncer par conséquent à une premiere société & à une premiere langue proprement dites : sentiment absurde en soi, puisqu’il implique contradiction, & démenti d’ailleurs par la droite raison, & par la foule accablante des temoignages de toute espece qui certifient la nouveauté du monde : Nulia igitur in principio facta est ejusmodi congregatio, nec unquam fuisse homines in terra qui propter insantiam non loquerentur, intelliget, cui ratio non deest. Lactance. De vero cultu. cap. x. C’est que si les hommes commencent par exister sans parier, jamais ils ne parleront. Quand on sait quelques langues, on pourroit aisément en inventer une autre : mais si l’on n’en sait aucune, on n’en saura jamais, à moins qu’on n’entende parler quelqu’un. L’organe de la parole est un instrument qui demeure oisif & inutile, s’il n’est mis en jeu par les impressions de l’ouie ; personne n’ignore que c’est la surdité originelle qui tient dans l’inaction la bouche des muets de naissance ; & l’on sait par plus d’une expérience bien constatée, que des hommes élevés par accident loin du commerce de leurs semblables & dans le silence des forêts, n’y avoient appris à prononcer aucun son articulé, qu’ils imitoient seulement les cris naturels des animaux avec lesquels ils s’étoient trouvés en liaison, & que transplantés dans notre société, ils avoient eu bien de la peine à imiter le langage qu’ils entendoient, & ne l’avoient jamais fait que très imparfaitement. Voyez les notes sur le discours de M. J. J. Rousseau sur l’origine & les fondemens de l’inégalité parmi les hommes.

Herodote raconte qu’un roi d’Egypte fit élever deux enfans ensemble, mais dans le silence ; qu’une chevre fut leur nourrice ; qu’au bout de deux ans ils tendirent la main à celui qui étoit chargé de cette éducation expérimentale, & lui dirent beccos, & que le roi ayant su que bek en langue phrygienne signifie pain, il en conclut que le langage phrygien étoit naturel, & que les Phrygiens étoient les plus anciens peuples du monde, lib. II. cap. ij. Les Egyptiens ne renoncerent pas à leurs prétentions d’ancienneté, malgré cette décision de leur prince, & ils firent bien : il est évident que ces enfans parloient comme la chevre leur nourrice, que les Grecs nomment βήκη par onomatopée ou imitation du cri de cet animal, & ce cri ne ressemble que par hasard au bek, (pain) des Phrygiens.

Si la conséquence que le roi d’Egypte tira de cette observation, en étoit mal déduite, elle étoit encore vicieuse par la supposition d’un principe erronné qui consistoit à croire qu’il y eût une langue naturelle à l’homme. C’est la pensée de ceux qui effrayés des difficultés du systême que l’on vient d’exam ner sur l’origine des langues, ont cru ne devoir pas prononcer que la premiere vînt miraculeusement de l’inspiration de Dieu même.

Mais s’il y avoit une langue qui tînt à la nature de l’homme, ne seroit-elle pas commune à tout le genre humain, sans distinction de tems, de climats, {p. 9:253} de gouvernemens, de religions, de moeurs, de lumieres acquises, de préjugés, ni d’aucunes des autres causes qui occasionnent les différences des langues ? Les muets de naissance, que nous savons ne l’être que faute d’entendre, ne s’aviseroient-ils pas du-moins de parler la langue naturelle, vû sur-tout qu’elle ne seroit étouffée chez eux par aucun usage ni aucun préjugé contraire ?

Ce qui est vraiment naturel à l’homme, est immuable comme son essence : aujour d’hui comme des l’aurore du monde une pente secrete mais invincible met dans son ame un desir constant du bonheur, suggere aux deux sexes cette concupiscence mutuelle qui perpétue l’espece, sait passer de générations en générations cette aversion pour une entiere solitude, qui ne s’éteint jamais dans le coeur même de ceux que la sagesse ou la religion a jettés dans la retraite. Mais rapprochons nous de notre objet : le langage naturel de chaque espece de brute, ne voyons nous pas qu’il est inaltérable ? Depuis le commencement jusqu’à nos jours, on a par-tout entendu les lions rugir, les taureaux mugir, les chevaux hennir, les anes braire, les chiens aboyer, les loups hurler, les chats miauler, &c. ces mots mêmes formés dans toutes les langues par onomatopée, sont des témoignages rendus à la distinction du langage de chaque espece, & à l’incorruptibilité, si on peut le dire, de chaque idiome specisique.

Je ne pretends pas insinuer au reste, que le langage des animaux soit propre à peindre le précis analytique de leurs pensées, ni qu’il saille leur accorder une raison comparable à la nôtre, comme le pensoient Plutarque, Sextus Empiricus, Porphyre, & comme l’ont avancé quelques modernes, & en tr’autres Is. Vossius qui a poussé l’indécence de son assertion jusqu’à trouver plus de raison dans le langage des animaux, que vulgò bruta creduntur, dit-il, lib. de viribus rythmi. p. 66. Je mien suis expliqué ailleurs. Voyez Interjection. La parole nous est donnee pour exprimer les sentimens intérieurs de notre ame, & les idées que nous avons des objets extérieurs ; en sorte que chacune des langues que l’homme paile, fournit des expressions an langage du coeur & à celui de l’esprit. Le langage des animaux paroit n’avoir pour objet que les sensations intérieures, & c’est pour cela qu’il est invariable comme leur maniere de sentir, si même l’invariabilité de leur langage n’en est la preuve. C’est la même chose parmi nous : nous ferons entendre partout l’état actuel de notre ame par nes interjections, parce que les sons que la nature nous dicte dans les grands & premiers mouvemens de notre ame, sont les mêmes pour toutes les langues : nos usages à cet égard ne sont point arbitraires, parce qu’ils sont naturels. Il en seroit de même du langage analytique de l’esprit, s’il étoit naturel, il seroit immuable & unique.

Que reste-t-il donc à conclure, pour indiquer une origine raisonnable au langage. L’hypothèse de l’homme sauvage, démentie par l’histoire authentique de la Genèse, ne peut d’ailleurs fournir aucun moyen plausible de former une premiere langue : la supposer naturelle, est une autre pensée inalliable avec les procédés constans & uniformes de la nature : c’est donc Dieu lui-même qui non-content de donner aux deux premiers individus du genre humain la précieuse faculté de parler, la mit encore aussi-tôt en plein exercice, en leur inspirant immédiatement l’envie & l’art d’imaginer les mots & les tours nécessaires aux besoins de la société naissante. C’est à-peu-près ce que paroît en dire l’auteur de l’ecclésiastique, XVII. 5. Consilium, & linguam, & oculos, & aures, & cor dedit illis excogitandi ; & disciplinâ intellectûs explevit illos. Voilà bien exactement tout ce qu’il faut pour justifier mon opinion ; l’envie de communiquer sa pensée, consilium ; la faculté de le faire, linguam ; des yeux pour reconnoître au loin les objets environnans & soumis au domaine de l’homme, afin de les distinguer par leurs noms, oculos ; des oreilles, afin de s’entendre mutuellement, sans quoi la communication des pensées, & la tradition des usages qui servent à les exprimer, auroient été impossibles, aures ; l’art d’assujettir les mots aux lois d’une certaine analogie, pour éviter la trop grande multiplication des mots primitifs, & cependant donner à chaque être son signe propre, cor excogitandi ; enfin l’intelligence nécessaire pour distinguer & nommer les points de vûe abstraits les plus essentiels, pour donner à l’ensemble de l’élocution une forme aussi expressive que chacune des parties de l’oraison peut l’être en particulier, & pour retenir le tout, disciplina intellectus. Cette doctrine se confirme par le texte de la Genese qui nous apprend que ce fut Adam lui-même qui fut le nomenclateur primitif des animaux, & qui nous le présente comme occupé de ce soin fondamental, par l’avis exprès & sous la direction du Créateur, gen. Il. 19. 20. Formatis igitur, Dominus Deus, de humo cunctis animantibas terroe, & universis volatilibus coeli, adduxit ea ad Adam, ut videret quid vocaret ea ; omne enim quod vocavit Adam animae viventis, ipsum est nomen ejus : ap. pellavitque Adam nominibus sais cuncta animantia, & universa volatilia coeli, & omnes bestias terroe. Avec un témoignage si respectable & si bien établi de la véritable origine & de la société & du langage, comment se trouve-t-il encore parmi nous des hommes qui osent interpréter l’oeuvre de Dieu par les délires de leur imagination, & substituer leurs pensées aux documens que l’esprit-saint lui-même nous a fait passer ? Cependant à moins d’introduire le pyrrhonisme historique le plus ridicule & le plus scandaleux tout-à-la-fois, le récit de Moise a droit de subjuguer la croyance de tout homme raisonnable, plus qu’aucun autre historien. Il est si sûr de ses dates, qu’il parle continuellement en homme qui ne craint pas d’être démenti par aucun monument antérieur, quelque court que puisse être l’espace qu’il assigne ; & telle est la condition gênante qu’il s’impose, lorsqu’il parle de la premiere multiplication des langues ; evenement miraculeux qui mérite attention, & sur lequel j’emprunterai les termes mêmes de M. Pluche, Spect. de la nature, tom. VIII. part. I. pag. 96. & suiv.

Art. II. Multiplication miraculeuse des langues.

« Moise tient tout le genre humain rassemblé sur l’Euphrate à la ville de Babel, & ne parlant qu’une même langue, environ huit cent ans avant lui. Toute son histoire tomboit en poussiere devant deux inseriptions antérieures, en deux langues differentes. Un homme qui agit avec cette confiance, trouvoit sans doute la preuve & non la refutation de ses dates dans les monumens égyptiens qu’il connoissoit parfaitement. C’est plûtôt l’exactitude de son recit qui réfute par avance les fables postérieurement introduites dans les annales égyptiennes.

Ce point d’histoire est important : considérons-le par parties, & regardons toujours à côté de Moise, si la nature & la société nous offrent les vestiges & les preuves de ce qu’il avance.

Les enfans de Noé multipliés & mal-à-l’aise dans les rochers de la Gordyenne où l’arche s’étoit arrêtée, passerent le Tigre, & choisirent les fertiles campagnes de Sinhar ou Sennahar, dans la basse Mésopotamie, vers le confluent du Tigre & de l’Euphrate, pour y établir leur séjour comme dans le pays le plus uni & le plus gras qu’ils connussent. La nécessité de pourvoir aux besoins d’une énorme {p. 9:254} multitude d’habitans & de troupeaux, les obligeant à s’étendre, & n’ayant point d’objet dans cette plaine immense qui pût être apperçu de loin. Bâtissons, dirent-ils, une ville & une tour qui s’éleve dans le ciel. Faisons-nous une marque * reconnoissable, pour ne nous pas désunir en nous dispersant de côté & d’autre. Manquant de pierres ils cuisirent des briques ; & l’asphalte ou le bitume que le pays leur fournissoit en abondance, leur tint lieu de ciment. Dien jugea à-propos d’arrêter l’entreprise en diversifiant leur langage. La confusion se mit parmi eux, & ce lieu en prit le nom de Babel, qui signifie confusion. Y a-t-il eu une ville du nom de Babel, une tour connue qui ait accompagné cette ville, une plaine de Sinhar en Mésopotamie, un fleuve Euphrate, des campagnes infiniment fertiles, & parfaitement unies, de façon à rendre la précaution d’une très-haute tour, intelligible & raisonnable ? Enfin l’asphalte est-il une production naturelle de ce pays ? Toute l’antiquité profane a connu dès les premiers tems où l’on a commencé à écrire, & l’Euphrate, & l’égalité de la plaine. Ptolomée, dans ses cartes d’Asie, termine la plaine de Mésopotamie aux monts Sinhar, du côté du Tigre. Tous les Historiens nous parlent de la parfaite égalité des terres, du côté de Babylone, jusques-là qu’on y élevoit les beaux jardins sur quelques masses de bâtimens en brique, pour les détacher de la plaine, & varier les aspects auparavant trop uniformes. Ammien Marcellin qui a suivi l’empereur Julien dans cette contrée, Pline & tous les géographes tant anciens que modernes, attestent pareillement l’étendue & l’égalité des plaines de la Mésopotamie, où la vûe se perd sans aucun objet qui la fixe. Ils nous font remarquer l’abondance du bitume qui y coule naturellement, & la fertilité incroyable de l’ancienne Babylonie. Tout concourt donc à nous faire reconnoître les restes du pays d’Eden, & l’exactitude de toutes les circonstances où Moïse s’engage. Toute la littérature profane rend hommage à l’Ecriture, au lieu que les histoires chinoises & égyptiennes font comme si elles étoient tombées de la lune. »

Le crime que Moïse attribue aux enfans de Noé,

« n’est pas, comme les LXX l’ont traduit, de se vouloir faire un nom avant la dispersion ; mais comme porte littéralement le texte original, c’étoit de se construire une habitation qui pût contenir un peuple nombreux, & d’y joindre une tour qui étant vûe de loin, devînt un signe de ralliement, pour prévenir les égaremens & la séparation. C’est ce qu’ils expriment fort simplement en ces termes : Faisons-nous une marque pour ne nous point désunir, en nous avançant en différentes contrées. Hebr. pen. ne forte.

L’inconvénient qu’ils vouloient éviter avec soin étoit précisément ce que Dieu vouloit & exigeoit d’eux. Ils savoient très-bien que Dieu les appelloit depuis un siecle & plus à se distribuer par colonies d’une contrée dans une autre, & ils prenoient des mesures pour empêcher ou pour suspendre long-tems l’éxécution de ses volontés. Dieu confondit leur langage ; il peupla peu-à-peu chaque pays en y attachant les habitans que l’usage d’une même langue y avoit réunis, & que le desagrément de n’entendre plus les autres familles avoit obligés d’aller vivre loin d’elles.

L’état actuel de la terre & toutes les histoires connues rendent témoignage à l’intention qui a de bonne heure partagé les langues après le déluge. Rien de plus digne de la sagesse divine que d’avoir 3 d’abord employé pour peupler promptement les différentes contrées, le même moyen qui lui sert encore aujourd’hui pour y fixer les habitans & en empêcher la desertion. Il y a des pays si bons & il y en de si disgraciés, qu’on quitteroit les uns pour les autres, si l’usage d’une même langue n’étoit pour les habitans des plus mauvais une attache propre à les y retenir, & l’ignorance des autres langues un puissant moyen d’aversion pour tout autre pays, malgré les desavantages de la comparaison. Le miracle rapporté par Moïse peuple donc encore aujourd’hui toute la terre aussi réellement qu’au tems de la dispersion des enfans de Noé : l’effet en embrasse tous les siecles.

Un autre moyen de sentir la justesse de ce récit, consiste en ce que la diversité des langues s’accorde avec les dates de Moïse ; cette diversité devance toutes nos histoires connues, & d’une autre part ni les pyramides d’Egypte, ni les marbres d’Arondel, ni aucun monument qui porte un caractere de vérité, ne remonte au-dessus. Ajoûtons ici que la réunion du genre humain dans la Chaldée avant la dispersion des colonies, est un fait très-conforme à la marche qu’elles ont tenue. Tout part de l’Orient, les hommes & les arts : tout s’avance peu-à-peu vers l’Occident, vers le Midi & vers le Nord. L’Histoire montre des rois & de grands établissemens au coeur & sur les côtes de l’Asie, lorsqu’on n’avoit encore aucune connoissance d’autres colonies plus reculées : celles-ci n’étoient pas encore ou elles travailloient à se former. Si les peuplades chinoises & égyptiennes ont eu de très-bonne heure plus de conformité que les autres avec les anciens habitans de Chaldée, par leur inclination sédentaire, par leurs figures symboliques, par leurs connoissances en Astronomie, & par la pratique de quelques beaux arts ; c’est parce qu’elles se sont tout d’abord établies dans des pays excellemment bons, où n’étant traversées ni par les bois qui ailleurs couvroient tout, ni par les bêtes qui troubloient tous les établissemens à l’aide des bois, elles se sont promptement multipliées, & n’ont point perdu l’usage des premieres inventions. La haute antiquité de ces trois peuples & leur ressemblance en tant de points, montre l’unité de leur origine & la singuliere exactitude de l’histoire-sainte. L’état des autres peuplades fut tort différent de celles qui s’arrêterent de bonne-houre dans les riches campagnes de l’Euphrate, du Kian & du Nil. Concevons ailleurs des familles vagabondes qui ne connoissent ni les lieux ni les routes, & qui tombant à l’avanture dans un pays misérable, où tout leur manque, point d’instrumens pour exercer ce qu’elles pouvoient avoir retenu de bon, point de consistance ni de repos pour perfectionner ce que le besoin actuel pouvoit leur faire inventer ; la modicité des moyens de subsister les mettoit souvent aux prises ; la jalousie les entre-détruisoit. N’étant qu’une poignée de monde, un autre peloton les mettoit en fuite. Cette vie errante & longtems incertaine, fit tout oublier ; ce n’est qu’en renouant le commerce avec l’Orient que les choses ont changé. Les Goths & tout le Nord n’ont cessé d’être barbares qu’en s’établissant dans la Gaule & en Italie ; les Gaulois & les Francs doivent leur politesse aux Romains : ceux-ci avoient été prendre leurs lois & leur littérature à Athènes. La Grece demeura brute jusqu’à l’arrivée de Cadmus, qui y porta les lettres phéniciennnes. Les Grecs enchantés de ce secours, se livrerent à la culture de leur langue, à la Poésie & au Chant ; ils ne prirent goût à la Politique, à l’Architecture, à la Navigation, à l’Astronomie & à la Peinture, qu’après avoir voyagé à Memphis, à Tyr, & à la cour de Perse : {p. 9:255} ils perfectionnent tout, mais n’inventent rien. Il est donc aussi manifeste par l’histoire profane que par le récit de l’Ecriture, que l’Orient est la source commune des nations & des belles connoissances. Nous ne voyons un progrès contraire que dans des tems postérieurs, où la manie des conquêtes a commencé à reconduire des bandes d’occidentaux en Asie ».

Il seroit peut-être satisfaisant pour notre curiosité de pouvoir déterminer en quoi consisterent les changemens introduits à Babel dans le langage primitif, & de quelle maniere ils y furent opérés. Il est certain qu’on ne peut établir là-dessus rien de solide, parce que cette grande révolution dans le langage ne pouvant être regardée que comme un miracle auquel les hommes étoient fort éloignés de s’attendre, il n’y avoit aucun observateur qui eût les yeux ouverts sur ce phénomene, & que peut-être même ayant été subit, il n’auroit laissé aucune prise aux observations quand on s’en seroit avisé : or rien n’instruit bien sur la nature & les progrès des faits, que les mémoires formés dans le tems d’après les observations. Cependant quelques écrivains ont donné là-dessus leurs pensées avec autant d’assurance que s’ils avoient parlé d’après le fait même, ou qu’ils eussent assisté au conseil du Très-haut.

Les uns disent que la multiplication des langues ne s’est point faite subitement, mais qu’elle s’est opérée insensiblement, selon les principes constans de la mutabilité naturelle du langage ; qu’elle commença à devenir sensible pendant la construction de la ville & de la tour de Babel, qui au rapport d’Eusebe in Chron. dura quarante ans ; que les progrès de cette permutation se trouverent alors si considérables, qu’il n’y eut plus moyen de conserver l’intelligence nécessaire à la consommation d’une entreprise qui alloit directement contre la volonté de Dieu, & que les hommes furent obligés de se séparer. Voyez l’introd. à l’hist. des Juifs de Prideaux, par Samuel Shucford, liv. II. Mais c’est contredire trop formellement le texte de l’Ecriture, & supposer d’ailleurs comme naturelle une chose démentie par les effets naturels ordinaires.

Le chapitre xj. de la Genèse commence par observer que par toute la terre on ne parloit qu’une langue, & qu’on la parloit de la même maniere : Erat autem terra labii unicus & sermonum corumdem, v. 1 ; ce qui semble marquer la même prononciation, labii unicus, & la même syntaxe, la même analogie, les mêmes tours, sermonum eorumdem. Après cette remarque fondamentale & envisagée comme telle par l’historien sacré, il raconte l’arrivée des descendans de Noé dans la plaine de Sennahar, le projet qu’ils firent d’y construire une ville & une tour pour leur servir de signal, les matériaux qu’ils employerent à cette construction ; il insinue même que l’ouvrage fut poussé jusqu’à un certain point ; puis après avoir remarqué que le Seigneur descendit pour visiter l’ouvrage, il ajoûte, v. 67, & dixit (Dominus) : Ecce unus est populus & unum labium omnibus : coeperuntque hoc facere, nec desistent à cogitationibus suis, donec eas opere compleant. Venite igitur, descendamus, & confundamus ibi linguam eorum, ut non audiat unusquisque vocem proximi sui. N’est-il pas bien clair qu’il n’y avoit qu’une langue jusqu’au moment où Dieu voulut faire échouer l’entreprise des hommes, unum labium omnibus ; que dès qu’il l’eut résolu, sa volonté toute puissante eut son effet, atque ita divisit eos Dominus, v. 8 ; que le moyen qu’il employa pour cela fut la division de la langue commune, confundamus . . . linguam eorum, & que cette confusion fut subite, confundamus ibi ?

Si cette confusion du langage primitif n’eût pas été subite, comment auroit-elle frappé les hommes au point de la constater par un monument durable, comme le nom qui fut donné à cette ville même, Babel (confusion) ? Et idcirco vocatum est nomen ejus Babel, quia ibi confusum est labium universae terrae, v. 9. Comment après avoir travaillé pendant plusieurs années en bonne intelligence, malgré les changemens insensibles qui s’introduisoient dans le langage, les hommes furent-ils tout-à-coup obligés de se séparer faute de s’entendre ? Si les progrès de la division étoient encore insensibles la veille, ils dûrent l’être également le lendemain ; ou s’il y eût le lendemain une révolution extraordinaire qui ne tînt plus à la progression des altérations précédentes, cette progression doit être comptée pour rien dans les causes de la révolution ; on doit la regarder comme subite & comme miraculeuse dans sa cause autant que dans son effet.

Mais il faut bien s’y resoudre, puisqu’il est certain que la progression naturelle des changemens qui arrivent aux langues n’opere & ne peut jamais opérer la confusion entre les hommes qui parient originairement la même. Si un particulier altere l’usage commun, son expression est d’abord regardée comme une faute, mais on l’entend ou on le fait expliquer : dans l’un ou l’autre cas, on lui indique la loi fixée par l’usage, ou du-moins on se la rappelle. Si cette faute particuliere, par quelqu’une des causes accidentelles qui font varier les langues, vient à passer de bouche en bouche & à se répeter, elle cesse enfin d’être faute ; elle acquiert l’autorité de l’usage, elle devient propre à la même langue qui la condamnoit autrefois ; mais alors même on s’entend encore, puisqu’on se répete. Ainsi entendons-nous les écrivains du siecle dernier, sans appercevoir entre eux & nous que des différences légeres qui n’y causent aucune confusion ; ils entendoient pareillement ceux du siecle précédent qui étoient dans le même cas à l’égard des auteurs du siecle antérieur, & ainsi de suite jusqu’au tems de Charlemagne, de Clovis, si vous voulez, ou même jusqu’aux plus anciens Druïdes, que nous n’entendons plus. Mais si la vie des hommes étoit assez longue pour que quelques Druïdes vécussent encore aujourd’hui, que la langue fût changée comme elle l’est, ou qu’elle ne le fût pas, il y auroit encore intelligence entr’eux & nous, parce qu’ils auroient été assujettis à céder au torrent des décisions des usages des différens siecles. Ainsi c’est une véritable illusion que de vouloir expliquer par des causes naturelles un évenement qui ne peut être que miraculeux.

D’autres auteurs, convaincus qu’il n’y avoit point de cause assignable dans l’ordre naturel, ont voulu expliquer en quoi a pu consister la révolution étonnante qui fit abandonner l’entreprise de Babel.

« Ma pensée, dit du Tremblai, Traité des langues, ch. vj. est que Dieu disposa alors les organes de ces hommes de telle maniere, que lorsqu’ils voulurent prononcer les mots dont ils avoient coutume de se servir, ils en prononcerent de tout différens pour signifier les choses dont ils voulurent parler. Ensorte que ceux dont Dieu voulut changer la langue se formerent des mots tout nouveaux, en articulant leur voix d’une autre maniere qu’ils n’avoient accoutumé de le faire. Et en continuant ainsi d’articuler leurs voix d’une maniere nouvelle toutes les fois qu’ils parlerent, ils se firent une langue nouvelle ; car toutes leurs idées se trouverent jointes aux termes de cette nouvelle langue, au lieu qu’elles étoient jointes aux termes de la langue qu’ils parloient auparavant. Il y a même lieu de croire qu’ils oublierent tellement leur langue ancienne, qu’ils ne se souvenoient pas même de l’avoir parlée, & qu’ils ne s’apperçurent du changement que parce qu’ils ne s’entre entendoient pas {p. 9:256} tous comme auparavant. C’est ainsi que je’conçois que s’est fait ce changement. Et supposé la puissance de Dieu sur la créature, je ne vois pas en cela un grand mystere, ni pourquoi les rabbins se tourmentent tant pour trouver la maniere de ce changement ».

C’est encore donner ses propres imaginations pour des raisons ; la multiplication des langues a pu se faire en tant de manieres, qu’il n’est pas possible d’en déterminer une avec certitude, comme préférée exclusivement à toutes les autres. Dieu a pu laisser subsister les mêmes mots radicaux avec les mêmes significations, mais en inspirer des déclinaisons & des constructions différentes ; il a pu substituer dans les esprits d’autres idées à celles qui auparavant étoient designées par les mêmes mots, altérer seulement la prononciation par le changement des voyelles ou par celui des consonnes homogenes substituées les unes aux autres, &c. Qui est-ce qui osera assigner la voie qu’il a plu à la Providence de choisir, ou prononcer qu’elle n’en a pas choisi plusieurs à-la-fois ? Quis enim cognovit sensum Domini, aut quis conciliarius ejus fuit ? Rom. xj. 34.

Tenons nous-en aux faits qui nous sont racontés par l’Esprit-saint ; nous ne pouvons point douter que ce ne soit lui-même qui a inspiré Moïse. Tout concourt d’ailleurs à confirmer son récit ; le spectacle de la nature, celui de la société & des révolutions qui ont changé successivement la scene du monde ; les raisonnemens fondés sur les observations les mieux constatées : tout dépose les mêmes vérités, & ce sont les seules que nous puissions affirmer avec certitude, ainsi que les conséquences qui en sortent évidemment.

Dieu avoit fait les hommes sociables ; il leur inspira la premiere langue pour être l’instrument de la communication de leurs idées, de leurs besoins, de leurs devoirs réciproques, le lien de leur société, & sur-tout du commerce de charité & de bienveillance, qu’il pose comme le fondement indispensable de cette société.

Lorsqu’il voulut ensuite que leur fécondité servît à couvrir & à cultiver les différentes parties de la terre qu’il avoit soumises au domaine de l’espece, & qu’il leur vit prendre des mesures pour resister à leur vocation & aux vûes impénétrables de sa providence, il confondit la langue primitive, les força ainsi à se séparer en autant de peuplades qu’il en résulta d’idiomes, & à se disperser dans autant de régions différentes.

Tel est le sait de la premiere multiplication des langues ; & la seule chose qu’il me paroisse permis d’y ajoûter raisonnablement, c’est que Dieu opéra subitement dans la langue primitive des changemens analogues à ceux que les causes naturelles y auroient amenés par la suite, si les hommes de leur propre mouvement s’étoient dispersés en diverses colonies dans les différentes régions de la terre ; car dans les évenemens mêmes qui sont hors de l’ordre naturel, Dieu n’agit point contre la nature, parce qu’il ne peut agir contre ses idées éternelles & immuables, qui sont les archetyptes de toutes les natures. Cependant ceci même donne lieu à une objection qui mérite d’être examinée : la voici.

Que le Créateur ait inspiré d’abord au premier homme & à sa compagne la premiere de toutes les langues pour servir de lien & d’instrument à la société qu’il lui avoit plu d’établir entr’eux ; que l’éducation secondée par la curiosité naturelle & par la pente que les hommes ont à l’imitation, ait fait passer cette langue primitive de générations en générations, & qu’ainsi elle ait entretenu, tant qu’elle a subsisté seule, la liaison originelle entre tous les descendans d’Adam & d’Eve, c’est un premier point qu’il est aisé de concevoir, & qu’il est nécessaire d’avouer.

Que les hommes ensuite, trop épris des douceurs de cette société, aient voulu éluder l’intention & les ordres du Créateur qui les destinoit à peupler toutes les parties de la terre ; & que pour les y contraindre Dieu ait jugé à-propos de confondre leur langage & d’en multiplier les idiomes, afin d’étendre le lien qui les tenoit trop attachés les uns aux autres ; c’est un second point également attesté, & dont l’intelligence n’a pas plus de difficulté quand on le considere à part.

Mais la réunion de ces deux faits semble donner lieu à une difficulté réelle. Si la confusion des langues jette la division entre les hommes, n’est-elle pas contraire à la premiere intention du Créateur & au bonheur de l’humanité ? Pour dissiper ce qu’il y a de spécieux dans cette objection, il ne suffit pas d’envisager seulement d’une maniere vague & indéfinie l’affection que tout homme doit à son semblable, & dont il a le germe en soi-même : cette affection a naturellement, c’est-à-dire par une suite nécessaire des lois que le Créateur même a établies, différens degrés d’identité selon la différence des degrés de liaison qu’il y a entre un homme & un autre. Comme les ondes circulaires qui se forment autour d’une pierre jettée dans l’eau, sont d’autant moins sensibles qu’elles s’éloignent plus du centre de l’ondulation, ainsi plus les rapports de liaison entre les hommes sont affoiblis par l’éloignement des tems, des lieux, des générations, des intérêts quelconques, moins il y a de vivacité dans les sentimens respectifs de la bienveillance naturelle qui subsiste pourtant toûjours, même dans le glus grand éloignement. Mais loin d’être contraire à cette propagation proportionelle de bienveillance, la multiplication des langues est en quelque maniere dans la même proportion, & adaptée pour ainsi dire aux vûes de la charité universelle : si l’on en met les degrés en parallele avec les différences du langage, plus il y aura d’exactitude dans la comparaison, plus on se convaincra que l’un est la juste mesure de l’autre ; ce qui va devenir plus sensible dans l’article suivant.

Article III. Analyse & comparaison des langues. Toutes les langues ont un même but, qui est l’énonciation des pensées. Pour y parvenir, toutes employent le même instrument, qui est la voix : c’est comme l’esprit & le corps du langage ; or il en est, jusqu’à un certain point, des langues ainsi considérées, comme des hommes qui les parlent.

Toutes les ames humaines, si l’on en croit l’école cartésienne, sont absolument de même espece, de même nature ; elles ont les mêmes facultés au même degré, le germe des mêmes talens, du même esprit, du même génie, & elles n’ont entr’elles que des différences numériques & individuelles : les différences qu’on y apperçoit dans la suite tiennent à des causes extérieures ; à l’organisation intime des corps qu’elles animent ; aux divers tempéramens que les conjonctures y établissent ; aux occasions plus ou moins fréquentes, plus ou moins favorables, pour exciter en elles des idées, pour les rapprocher, les combiner, les développer ; aux préjugés plus ou moins heureux, qu’elles reçoivent par l’éducation, les moeurs, la religion, le gouvernement politique, les liaisons domestiques, civiles & nationales, &c.

Il en est encore à-peu-près de même des corps humains. Formés de la même matiere, si on en considere la figure dans ses traits principaux, elle paroît, pour ainsi dire, jettée dans le même moule : cependant il n’est peut-être pas encore arrivé qu’un seul homme ait eû avec un autre une ressemblance de corps bien exacte. Quelque connexion physique {p. 9:257} qu’il y ait entre homme & homme, dès qu’il y a diversité d’individus, il y a des différences plus ou moins sensibles de figure, outre celles qui sont dans l’intérieur de la machine : ces différences sont plus marquées, à proportion de la diminution des causes convergentes vers les mêmes effets. Ainsi tous les sujets d’une même nation ont entr’eux des différences individuelles avec les traits de la ressemblance nationale. La ressemblance nationale d’un peuple n’est pas la même que la ressemblance nationale d’un autre peuple voisin, quoiqu’il y ait encore entre les deux des caracteres d’approximation : ces caracteres s’affoiblissent, & les traits différenciels augmentent à mesure que les termes de comparaison s’éloignent, jusqu’a ce que la très-grande diversité des climats & des autres causes qui en dépendent plus ou moins, ne laisse plus subsister que les traits de la ressemblance spécifique sous les différences tranchantes des Blancs & des Negres, des Lapons & des Européens méridionaux.

Distinguons pareillement dans les langues l’esprit & le corps, l’objet commun qu’elles se proposent, & l’instrument universel dont elles se servent pour l’exprimer, en un mot, les pensées & les sons articulés de la voix, nous y démêlerons ce qu’elles ont nécessairement de commun, & ce qu’elles ont de propre sous chacun de ces deux points de vûe, & nous nous mettrons en état d’établir des principes raisonnables sur la génération des langues, sur leur mélange, leur affinité & leur mérite respectif.

[…]. I. L’esprit humain, je l’ai déja dit ailleurs (Voyez Grammaire & Inversion), vient à bout de distinguer des parties dans sa pensée, toute indivisible qu’elle est, en séparant, par le secours de l’abstraction, les différentes idées qui en constituent l’objet, & les diverses relations qu’elles ont entre elles à cause du rapport qu’elles ont toutes à la pensée indivisible dans laquelle on les envisage. Cette analyse, dont les principes tiennent à la nature de l’esprit humain, qui est la même par-tout, doit montrer par-tout les mêmes résultats, ou du moins des résultats semblables, faire envisager les idées de la même maniere, & établir dans les mois la même classification.

Ainsi il y a dans toutes les langues formées, des mots destinés à exprimer les êtres, soit réels, soit abstraits, dont les idées peuvent être les objets de nos pensées, & des mots pour désigner les relations générales des êtres dont on parle. Les mots du premier genre sont indéclinables, c’est-à-dire, susceptibles de diverses inflexions relatives aux vûes de l’analyse, qui peut envisager les mêmes êtres sous divers aspects, dans diverses circonstances. Les mots du second genre sont indéclinables, parce qu’ils présentent toujours la même idée sous le même aspect.

Les mots déclinables ont par-tout une signification définie, ou une signification indéfinie. Ceux de la premiere classe présentent à l’esprit des êtres déterminés, & il y en a deux especes ; les noms, qui déterminent les êtres par l’idée de la nature ; les pronoms, qui les déterminent par l’idée d’une relation personnelle. Ceux de la seconde classe présentent à l’esprit des êtres indéterminés, & il y en a aussi deux especes ; les adjectifs, qui les désignent par l’idée précise d’une qualité ou d’un relation particuliere, communiquable à plusieurs natures, dont elle est une partie, soit essentielle, soit accidentelle ; & les verbes, qui les désignent par l’idée précise de l’existance intellectuelle sous un attribut également communiquable à plusieurs natures.

Les mots indéclinables se divisent universellement en trois especes, qui sont les prépositions, les adverbes & les conjonctions : les prépositions, pour désigner les rapports généraux avec abstraction des termes ; les adverbes, pour désigner des rapports particuliers à un terme déterminé ; & les conjonctions, pour désigner la liaison des diverses parties du discours. Voyez Mot & toutes les especes.

Je ne parle point ici des interjections, parce que cette espece de mot ne sert point à l’énonciation des pensées de l’esprit, mais à l’indication des sentimens de l’ame ; que les interjections ne sont point des instrumens arbitraires de l’art de parler, mais des signes naturels de sensibilité, antérieurs à tout ce qui est arbitraire, & si peu dépendans de l’art de parler & des langues, qu’ils ne manquent pas même aux muets de naissance.

Pour ce qui est des relations qui naissent entre les idées partielles, du rapport général qu’elles ont toutes à une même pensée indivisible ; ces relations, dis je, supposent un ordre fixe entre leurs termes : la priorité est propre au terme antécédent ; la posteriorité est essentielle au terme conséquent : d’où il suit qu’entre les idées partielles d’une même pensée, il y a une succession fondée sur leurs relations résultantes du rapport qu’elles ont toutes à cette pensée. Voyez Inversion. Je donne à cette succession le nom d’ordre analytique, parce qu’elle est tout à la fois le résultat de l’analyse de la pensée, & le fondement de l’analyse du discours, en quelque langue qu’il soit énoncé.

La parole en effet doit être l’image sensible de la pensée, tout le monde en convient ; mais toute image sensible suppose dans son original des parties, un ordre & une proportion entre ces parties : ainsi il n’y a que l’analyse de la pensée qui puisse être l’objet naturel & immédiat de l’image sensible que la parole doit produire dans toutes les langues ; & il n’y a que l’ordre analytique qui puisse régler l’ordre & la proportion de cette image successive & fugitive. Cette regle est sûre, parce qu’elle est immuable, comme la nature même de l’esprit humain, qui en est la source & le principe. Son influence sur toutes les langues est aussi nécessaire qu’universelle : sans ce prototype original & invariable, il ne pourroit y avoir aucune communication entre les hommes des différens âges du monde, entre les peuples des diverses régions de la terre, pas même entre deux individus quelconques, parce qu’ils n’auroient pas un terme immuable de comparaison pour y rapporter leurs procédés respectifs.

Mais au moyen de ce terme commun de comparaison, la communication est établie généralement par-tout, avec les seules difficultés qui naissent des différentes manieres de peindre le même objet. Les hommes qui parlent une même langue s’entendent entr’eux, parce qu’ils peignent le même original, sous le même aspect, avec les mêmes couleurs. Deux peuples voisins, comme les François & les Italiens, qui avec des mots différens suivent à peu-prés une même construction, parviennent aisément à entendre la langue les uns des autres, parce que les uns & les autres peignent encore le même original, & à-peu près dans la même attitude, quoiqu’avec des couleurs différentes. Deux peuples plus éloignés, dont les mots & la construction different entierement, comme les François, par exemple, & les Latins, peuvent encore s’entendre réciproquement, quoique peut-être avec un peu plus de difficulté ; c’est toujours la même raison ; les uns & les autres peignent le même objet original, mais dessiné & colorié diversement.

L’ordre analytique est donc le lien universel de la communicabilité de toutes les langues & du commerce de pensées, qui est l’ame de la société : c’est donc le terme où il faut réduire toutes les phrases d’une langue étrangere dans l’intelligence de laquelle on vout faire {p. 9:258} quelques progrès sûrs, raisonnés & approfondis ; parce que tout le reste n’est, pour ainsi dire, qu’une affaire de mémoire, où il n’est plus question que de s’assurer des décisions arbitraires du bon usage. Cette conséquence, que les réflexions suivantes ne feront que confirmer & développer davantage, est le vrai fondement de la méthode-pratique que je propose ailleurs (article Méthode) pour la langue latine, qui est le premier objet des études publiques & ordinaires de l’Europe ; & cette méthode, à cause de l’universalité du principe, peut être appliquée avec un pareil succès à toutes les langues étrangeres, mortes ou vivantes, que l’on se propose d’étudier ou d’enseigner.

Voilà donc ce qui se trouve universellement dans l’esprit de toutes les langues ; la succession analytique des idées partielles qui constituent une même pensée, & les mêmes especes de mots pour représenter les idées partielles envisagées sous les mêmes aspects. Mais elles admettent toutes, sur ces deux objets généraux, des différences qui tiennent au génie des peuples qui les parlent, & qui sont elles-mêmes tout à la fois les principaux caracteres du génie de ces langues, & les principales sources des difficultés qu’il y a à traduire exactement de l’une en l’autre.

1°. Par rapport à l’ordre analytique, il y a deux moyens par lesquels il peut être rendu sensible dans l’énonciation vocale de la pensée. Le premier, c’est de ranger les mots dans l’élocution selon le même ordre qui résulte de la succession analytique des idées partielles : le second, c’est de donner aux mots déclinables des inflexions ou des terminaisons relatives à l’ordre analytique, & d’en régler ensuite l’arrangement dans l’élocution par d’autres principes, capables d’ajoûter quelque perfection à l’art de la parole. De-là la division la plus universelle des langues en deux especes générales, que M. l’abbé Girard (Princ. disc. I. tom. j. pag. 23.) appelle analogues & transpositives, & auxquelles je conserverai les mêmes noms, parce qu’ils me paroissent en caractériser très-bien le génie distinctif.

Les langues analogues sont celles dont la syntaxe est soumise à l’ordre analytique, parce que la succession des mots dans le discours y suit la gradation analytique des idées ; la marche de ces langues est effectivement analogue & en quelque sorte parallele à celle de l’esprit même, dont elle suit pas à pas les opérations.

Les langues transpositives sont celles qui dans l’élocution donnent aux mots des terminaisons relatives à l’ordre analytique, & qui acquierent ainsi le droit de leur faire suivre dans le discours une marche libre & tout-à-fait indépendante de la succession naturelle des idées. Le françois, l’italien, l’espagnol, &c. sont des langues analogues ; le grec, le latin, l’allemand, &c. sont des langues transpositives.

Au reste, cette premiere distinction des langues ne porte pas sur des caracteres exclusifs ; elle n’indique que la maniere de procéder la plus ordinaire : car les langues analogues ne laissent pas d’admettre quelques inversions légeres & faciles à ramener à l’ordre naturel, comme les transpositives reglent quelquefois leur marche sur la succession analytique, ou s’en rapprochent plus ou moins. Assez communément le besoin de la clarté, qui est la qualité la plus essentielle de toute énonciation, l’emporte sur le génie des langues analogues & les détourne de la voie analytique dès qu’elle cesse d’être la plus lumineuse : les langues transpositives au contraire y ramènent leurs procédés, quelquefois dans la même vûe, & d’autres fois pour suivre ou les impressions du goût, ou les lois de l’harmonie. Mais dans les unes & dans les autres, les mots portent l’empreinte du génie caractéristique : les noms, les pronoms & les adjectifs déclinables par nature, se déclinent en effet dans les langues transpositives, afin de pouvoir se prêter à toutes les inversions usuelles sans faire disparoître les traits fondamentaux de la succession analytique. Dans les langues analogues, ces mêmes especes de mots ne se déclinent point, parce qu’ils doivent toujours se succéder dans l’ordre analytique, ou s’en écarter si peu, qu’il est toujours reconnoissable.

La langue allemande est transpositive, & elle a la déclinaison ; cependant la marche n’en est pas libre, comme elle paroît l’avoir été en grec & en latin, où chacun en décidoit d’après son oreille ou son goût particulier : ici l’usage a fixé toutes les constructions. Dans une proposition simple & absolue, la construction usuelle suit l’ordre analytique ; die creaturen aussern ihre thatlichkeit entweder durch bewegung, oder durch gedancken (les créatures démontrent leur activité soit par mouvement, soit par pensée). Il y a seulement quelques occurrences où l’on abandonne l’ordre analytique pour donner à la phrase plus d’énergie ou de clarté. C’est pour la même cause que dans les propositions incidentes, le verbe est toujours à la fin ; das wesen welches in uns dencket (l’être qui dans nous pense) ; unter denen digen die moeglich sind (entre les choses qui possibles sont). Il en est de même de toutes les autres inversions usitées en allemand ; elles y sont déterminées par l’usage, & ce seroit un barbarisme que d’y substituer une autre sorte d’inversion, ou même la construction analytique.

Cette observation, qui d’abord a pû paroître un hors-d’oeuvre, donne lieu à une conséquence générale ; c’est que, par rapport à la construction des mots, les langues transpositives peuvent se soudiviser en deux classes. Les langues transpositives de la premiere classe sont libres, parce que la construction de la phrase dépend, à peu de chose près, du choix de celui qui parle, de son oreille, de son goût particulier, qui peut varier pour la même énonciation, selon la diversité des circonstances où elle a lieu ; & telle est la langue latine. Les langues transpositives de la seconde classe sont uniformes, parce que la construction de la phrase y est constamment reglée par l’usage, qui n’a rien abandonné à la décision du goût ou de l’oreille ; & telle est la langue allemande.

Ce que j’ai remarqué sur la premiere division est encore applicable à la seconde. Quoique les caracteres distinctifs qu’on y assigne soient suffisans pour déterminer les deux classes, on ne laisse pas de trouver quelquefois dans l’une quelques traits qui tiennent du génie de l’autre : les langues transpositives libres peuvent avoir certaines constructions fixées invariablement, & les uniformes peuvent dans quelques occasions régler leur marche arbitrairement.

Il se présente ici une question assez naturelle. L’ordre analytique & l’ordre transpositif des mots supposent des vûes toutes différentes dans les langues qui les ont adoptés pour régler leur syntaxe : chacun de ces deux ordres caractérise un génie tout différent. Mais comme il n’y a eu d’abord sur la terre qu’une seule langue, est-il possible d’assigner de quelle espece elle étoit, si elle étoit analogue ou transpositive ?

L’ordre analytique étant le prototype invariable des deux especes générales de langues, & le fondement unique de leur communicabilité respective, il paroît assez naturel que la premiere langue s’y soit attachée scrupuleusement, & qu’elle y ait assujetti la succession des mots, plûtôt que d’avoir imaginé des définences relatives à cet ordre, afin de l’abandonner {p. 9:259} ensuite sans conséquence : il est évident qu’il y a moins d’art dans le langage analogue que dans le transpositif ; & toutes les institutions humaines ont des commencemens simples. Cette conclusion, qui me semble fondée solidement sur les premiers principes du langage, se trouve encore appuyée sur ce que nous savons de l’histoire des différens idiomes dont on a fait usage sur la terre.

La langue hébraïque, la plus ancienne de toutes celles que nous connoissons par des monumens venus jusqu’à nous, & qui par-là semble tenir de plus près à la langue primitive, est astreinte à une marche analogue ; & c’est un argument qu’auroient pû faire valoir ceux qui pensent que c’est l’hébreu même qui est la langue primitive. Ce n’est pas que je croye qu’on puisse établir sur cela rien de positif ; mais si cette remarque n’est pas assez forte pour terminer la question, elle prouve du-moins que la construction analytique, suivie dans la langue. la plus ancienne dont nous ayons connoissance, peut bien avoir été la construction usuclle de la premiere de toutes les langues, conformément à ce qui nous est indiqué par la raison même.

D’où il suit que les langues modernes de l’Europe qui ont adopté la construction analytique, tiennent à la langue primitive de bien plus près que n’y tenoient le grec & le latin, quoiqu’elles en soient beaucoup plus éloignées par les tems. M. Bullet, dans son grand & savant ouvrage sur la langue celtique, trouve bien des rapports entre cette langue & les orientales, notamment l’hébreu. D. le Pelletier nous montre de pareilles analogies dans son dictionnaire bas-Breton, dont nous devons l’édition & la préface aux soins de D. Taillandier ; & toutes ces analogies sont purement matérielles, & consistent dans un grand nombre de racines communes aux deux langues. Mais d’autre part, M. de Grandval, conseiller au conseil d’Artois, de la soc. litt. d’Arras, dans son discours historique sur l’origine de la langue françoise (voyez le II. vol. du mercure de Juin, & le vol. de Juillet 1757.) me semble avoir prouvé très bien que notre françois n’est rien autre chose que le gaulois des vieux Druïdes, insensiblement déguisé par toutes les métamorphoses qu’amenent nécessairement la succession des siecles & le concours des circonstances qui varient sans cesse. Mais ce gaulois étoit certainement, ou le celtique tout pur, ou un dialecte du celtique ; & il faut en dire autant de l’idiome des anciens Espagnols, de celui d’Albion, qui est aujourd’hui la grande-Bretagne, & peut-être de bien d’autres ? Voilà donc notre langue moderne, l’espagnol & l’anglois, liés par le celtique avec l’hébreu ; & cette liaison, confirmée par la construction analogue qui caractérise toutes ces langues, est, à mon gré, un indice bien plus sûr de leur filiation, que toutes les étymologies imaginables qui les rapportent à des langues transposititives : car c’est sur-tout dans la syntaxe que consiste le génie principal & indestructible de tous les idiomes.

La langue italienne, qui est analogue, & que l’on parle aujourd’hui dans un pays où l’on parloit, il y a quelques siecles, une langue transpositive, savoir le latin, peut faire naître ici une objection contre la principale preuve de M. de Grandval, qui juge que la langue d’une nation doit toujours subsister, du moins quant au sonds, & qu’on ne doit point admettre d’argumens négatifs en pareil cas, sur-tout quand la nation est grande, & qu’elle n’a jamais essuyé de transmigrations ; & l’histoire ne paroît pas nous apprendre que les Italiens ayent jamais envoyé des colonies assez considérables pour dépeupler leur patrie.

Mais la translation du siege de l’empire romain à Bysance attira dans cette nouvelle capitale un grand nombre de familles ambitieuses, & insensiblement les principales forces de l’Italie. Les irruption fréquentes des Barbares de toute espece qui l’inonderent successivement & y établirent leur domination, diminuerent sans cesse le nombre des naturels ; & le despotisme de la plûpart de ces conquérans acheva d’imposer à la populace, que leur fureur n’avoit pas daigné perdre, la nécessité de parler le langage des victorieux. La plûpart de ces Barbares parloient quelque dialecte du celtique, qui étoit le langage le plus étendu de l’Europe ; & c’est d’ailleurs un fait connu que les Gaulois eux-mêmes ont conquis & habité une grande partie de l’Italie, qui en a reçu le nom de Gaule cis-alpine. Ainsi la langue italienne moderne est encore entée sur le même fonds que la nôtre ; mais, avec cette différence, que ce fonds nous est naturel, & qu’il n’a subi entre nos mains que les changemens nécessairement amenés par la succession ordinaire des tems & des conjectures ; au lieu que c’est en Italie un fonds étranger, & qui n’y fut introduit dans son origine que par des causes extraordinaires & violentes. La chose est si peu possible autrement, que, supposé la construction analogue usitée dans la langue primitive, il n’est plus possible d’expliquer l’origine des langues transpositives, sans remonter jusqu’à la division miraculeuse arrivée à Babel : & cette remarque, développée autant qu’elle peut l’être, peut être mise parmi les motifs de crédibilité qui établissent la certitude de ce miracle.

2°. Pour ce qui concerne les différentes especes de mots, une même idée spécifique les caracterise dans toutes les langues, parce que cette idée est le résultat nécessaire de l’analyse de sa pensée, qui est nécessairement la même par-tout : mais, dans le détail des individus, on rencontre des différences qui sont les suites nécessaires des circonstances où se sont trouvés les peuples qui parlent ces langues ; & ces différences constituent un second caractere distinctif du génie des langues.

Un premier point, en quoi elles different à cet egard, c’est que certaines idées ne sont exprimées par aucun terme dans une langue, quoiqu’elles ayent dans une autre des signes propres & très énergiques. C’est que la nation qui parle une de ces langues, ne s’est point trouvée dans les conjectures propres à y faire naître ces idées, dont l’autre nation au contraire a eu occasion d’acquérir la connoissance. Combien de termes, par exemple, de la tactique des anciens, soit grecs, soit romains, que nous ne pouvons rendre dans la nôtre, parce que nous ignorons leurs usages ? Nous y suppléons de notre mieux par des descriptions toujours imparfaites, où, si nous voulons énoncer ces idées par un terme, nous le prenons matériellement dans la langue ancienne dont il s’agit, en y attachant les notions incomplettes que nous en avons. Combien au contraire n’avons-nous pas de termes aujourd’hui dans notre langue, qu’il ne seroit pas possible de rendre ni en grec, ni en latin, parce que nos idées modernes n’y étoient point connues ? Nos progrès prodigieux dans les sciences de raisonnemens, Calcul, Géométrie, Méchanique, Astronomie, Métaphysique, Physique expérimentale, Histoire naturelle, &c. ont mis dans nos idiomes modernes une richesse d’expressions, dont les anciens idiomes ne pouvoient pas même avoir l’ombre. Ajoutez y nos termes de Verrerie, de Vénerie, de Marine, de Commerce, de guerre, de modes, de religion, &c. & voilà une source prodigieuse de différences entre les langues modernes & les anciennes.

Une seconde différence des langues, par rapport aux diverses especes de mots, vient de la tournure {p. 9:260} propre de l’esprit national de chacune d’elles, qui fait envisager diversement les mêmes idées. Ceci demande d’être développé. Il faut remarquer dans la signification des mots deux sortes d’idées constitutives, l’idée spécifique & l’idée individuelle. Par l’idée spécifique de la signification des mots, j’entens le point de vue général qui caracterise chaque espece de mots, qui fait qu’un mot est de telle espece plutôt que de telle autre, qui par conséquent convient à chacun des mots de la même espece, & ne convient qu’aux mots de cette seule espece. C’est la différence de ces points de vue généraux, de ces idées spécifiques, qui fonde la différence de ce que les Grammairiens appellent les parties d’oraison, le nom, le pronom, l’adjectif, le verbe, la préposition, l’adverbe, la conjonction, & l’interjection : & c’est la différence des points de vue accessoires, dont chaque idée spécifique est susceptible, qui sert de fondement à la sous-division d’une partie d’oraison en ses especes subalternes ; par exemple, des noms en substantifs & abstractifs, en propres & appellatifs, &c. Voyez Nom. Par l’idée individuelle de la signification des mots, j’entens l’idée singuliere qui caracterise le sens propre de chaque mot, & qui le distingue de tous les autres mots de la même espece, parce qu’elle ne peut convenir qu’à un seul mot de la même espece. Ainsi c’est à la différence de ces idées singulieres que tient celle des individus de chaque partie d’oraison, on de chaque espece subalterne de chacune des parties d’oraison : & c’est de la différence des idées accessoires dont chaque idée individuelle est susceptible, que dépend la différence des mots de la même espece que l’on appelle synonymes ; par exemple, en françois, des noms, pauvreté, indigence, disette, besoin, nécessité ; des adjectifs, malin, mauvais, mechant, malicieux ; des verbes, secourir, aider, assister, &c. Voyez sur tous ces mots les synonymes françois de M. l’Abbé Girard ; & sur la théorie générale des synonymes, l’article Synonymes. On sent bien que dans chaque idée individuelle, il faut distinguer l’idée principale & l’idée accessoire : l’idée principale peut être commune à plusieurs mots de la même espece, qui different alors par les idées accessoires. Or c’est justement ici que se trouve une seconde source de différences entre les mots des diverses langues. Il y a telle idée principale qui entre dans l’idée individuelle de deux mots de même espece, appartenans à deux langues différentes, sans que ces deux mots soient exactement synonymes l’un de l’autre : dans l’une de ces deux langues, cette idée principale peut constituer seule l’idée individuelle, & recevoir dans l’autre quelque idée accessoire ; ou bien, s’allier d’une part avec une idée accessoire, & de l’autre, avec une autre toute différente. L’adjectif vacuus, par exemple, a dans le latin une signification très-générale, qui étoit ensuite déterminée par les différentes applications que l’on en faisoit : notre françois n’a aucun adjectif qui en soit le correspondant exact ; les divers adjectifs, dont nous nous servons pour rendre le vacuus des latins, ajoutent à l’idée générale, qui en constitue le sens individuel, quelques idées accessoires qui supposoient dans la langue latine des applications particulieres & des complémens, ajoutez : Gladius vagin i vacuus, une épée nue ; vagina ense vacua, un fourreau vuide ; vacuus animus, un esprit libre, &c. Voyez Hypallage. Cette seconde différence des langues est un des grands obstacles que l’on rencontre dans la traduction, & l’un des plus difficiles à surmonter sans altérer en quelque chose le texte original. C’est aussi ce qui est cause que jusqu’ici l’on a si peu réussi à nous donner de bons dictionnaires, soit pour les langues mortes, soit pour les langues vivantes : on n’a pas assez analysé les différentes idées partielles ; soit principales, soit accessoires, que l’usage a attachées à la signification de chaque mot & l’on ne doit pas en être surpris. Cette analyse suppose non-seulement une logique sûre & une grande sagacité, mais encore une lecture immense, une quantité prodigieuse de comparaisons de textes, & consequemment un courage & une confiance extraordinaires, & par rapport à la gloire du succès, un désintéressement qu’il est aussi rare que difficile de trouver dans les gens de lettres, même les plus modérés. Voyez Dictionnaire.

§. Il. Si les langues ont des propriétés communes & des caracteres différenciels, fondés sur la maniere dont elles envisagent la pensée qu’elles se proposent d’exprimer ; on trouve de même, dans l’usage qu’elles font de la voix, des procédés communs à tous les idiomes, & d’autres qui achevent de caractériser le génie propre de chacun d’eux. Ainsi comme les langues different par la maniere de dessiner l’original commun qu’elles ont à peindre, qui est la pensée, elles different aussi par le choix, le mélange de le ton des couleurs qu’elles peuvent employer, qui sont les sons articulés de la voix. Jettons encore un coup-d’oeil sur les langues considérées sous ce double point de vue, de ressemblance & de différence dans le matériel des sons. Des mémoires M. S. de M. le président de Brosses nous fourniront ici les principaux secours.

1°. Un premier ordre de mots que l’on peut regarder comme naturels, puisqu’ils se retrouvent au moins à peu près les mêmes dans toutes es langues, & qu’ils ont dû entrer dans le systeme de la langue primitive, ce sont les interjections, effets nécessaires de la relation établie par la nature entre certaines affections de l’ame & certaines parties organiques de la voix. Voyez Interjection. Ce sont les premiers mots, les plus anciens, les plus originaux de la langue primitive ; ils sont invariables au milieu des variations perpétuelles des langues, parce qu’en conséquence de la conformation humaine, ils ont, avec l’affection intérieure dont ils sont l’expression, une liaison physique, nécessaire & industructible. On peut aux interjections joindre, dans le même rang, les accens, espece de chant joint à la parole, qui en reçoit une vie & une activité plus grandes ; ce qui est bien marqué par le nom latin accentus, que nous n’avons fait que franciser. Les accens sont effectivement l’ame des mots, ou plutot ils sont au discours ce que le coup d’archet & l’expression sont à la musique ; ils en marquent l’esprit, ils lui donnent le goût, c’est à dire l’air de conformité avec la vérité ; & c’est sans doute ce qui a porté les Hébreux à leur donner un nom qui signifie goût, saveur. Ils sont le fondement de toute déclamation orale, & l’on sait assez combien ils donnent de supériorité au discours prononcé sur le discours écrit. Car tandis que la parole peint les objets, l’accent pe nt la maniere dont celui qui parle en est affecté, ou dont il voudroit en affecter les autres. Ils naissent de la sensibilité de l’organisation ; & c’est pour cela qu’ils tiennent à toutes les langues, mais plus ou moins, selon que le climat rend une nation plus ou moins suceptible, par la conformation de ses organes, d’être fortement affectée des objets extérieurs. La langue italienne, par exemple, est plus accentuée que la nôtre ; leur simple parole, ainsi que leur musique, a beaucoup plus de chant. C’est qu’ils sont sujets à se passionner davantage ; la nature les a fait nature plus sensibles : les objets extérieurs les remuent si fort, que ce n’est pas même assez de la voix pour exprimer tout ce qu’ils sentent, ils y joignent le geste, & parlent de tout le corps à la fois.

Un second ordre de mots, où toutes les langues {p. 9:261} ont encore une analogie commune & des ressemblances marquées, ce sont les mots enfantins déterminés par la mobilité plus ou moins grande de chaque partie organique de l’instrument vocal, combinée avec les besoins intérieurs ou la nécessité d’appeller les objets extérieurs. En quelque pays que ce soit, le mouvement le plus facile est d’ouvrir la bouche & de remuer les levres, ce qui donne le son le plus plein a, & l’une des articulations labiales b, p, v, s ou m. De-là, dans toutes les langues, les syllabes ab, pa, am, ma, sont les premieres que prononcent les enfans : de-là viennent papa, maman, & autres qui ont rapport à ceux-ci ; & il y a apparence que les enfans formeroient d’eux-mêmes ces sons dès qu’ils seroient en état d’articuler, si les nourrices, prévenant une expérience très-curieuse à faire, ne les leur apprenoient d’avance ; ou plutôt les enfans ont été les premiers à les bégayer, & les parens, empressés de lier avec eux un commerce d’amour, les ont répétés avec complaisance, & les ont établis dans toutes les langues même les plus anciennes. On les y retrouve en effet, avec le même sens, mais défigurés par les terminaisons que le génie propre de chaque idiome y a ajoutées, & de maniere que les idiomes les plus anciens les ont conservés dans un état ou plus naturel, ou plus approchant de la nature. En hébreu ab, en chaldéen abba, en grec ἄππα, πάππα, πατὴρ, en latin pater, en françois papa & pere, dans les îles Antilles baba, chez les Hottentots bo ; par-tout c’est la même idée marquée par l’articulation labiale. Pareillement en langue égyptienne am, ama, en langue syrienne aminis, répondent exactement au latin parens (pere ou mere). De là mamma (mamelle), les mots françois maman, mere, &c. Ammon, dieu des Egyptiens, c’est le soleil, ainsi nommé comme pere de la nature ; les figures & les statues érigées en l’honneur du soleil étoient nommées ammanim ; & les hiéroglyphes sacrés dont se servoient les prêtres, lettres ammonéennes. Le culte du soleil, adopté par presque tous les peuples orientaux, y a consacré le mot radical am, prononcé, suivant les différens dialectes, ammon, oman, omin, iman, &c. Iman chez les Orientaux signifie Dieu ou Etre sacré, les Turcs l’emploient aujourd’hui dans le sens de sacerdos ; & ar-iman chez les anciens Perses veut dire Deus fortis.

« Les mots abba, ou baba, ou papa, & celui de mama, qui des anciennes langues d’Orient semblent avoir passé avec de légers changemens dans la plûpart de celles de l’Europe, sont communs, dit M. de la Condamine dans sa relation de la riviere des Amazones, à un grand nombre de nations d’Amérique, dont le langage est d’ailleurs très différent. Si l’on regarde ces mots comme les premiers sons que les enfans peuvent articuler, & par conséquent comme ceux qui ont dû par tout pays être adoptés préférablement par les parens qui les entendoient prononcer, pour les faire servir de signes aux idées de pere & de mere ; il restera à savoir pourquoi dans toutes les langues d’Amérique où ces mots se rencontrent, leur signification s’est conservée sans se croiser ; par quel hasard, dans la langue omogua, par exemple, au centre du continent, ou dans quelque autre pareille, où les mots de papa & de mama sont en usage, il n’est pas arrivé quelquefois que papa signifie mere, & mama, pere, mais qu’on y observe constamment le contraire comme dans les langues d’Orient & d’Europe ».

Si c’est la nature qui dicte aux enfans ces premiers mots, c’est elle aussi qui y fait attacher invariablement les mêmes idées, & l’on peut puiser dans son sein la raison de l’un de ces phénomenes comme celle de l’autre. La grande mobilité des lèvres est la cause qui fait naitre les premieres, les articulations labiales ; & parmi celles-ci, celles qui mettent moins de force & d’embarras dans l’explosion du son, deviennent en quelque maniere les ainées, parce que la production en est plus facile. D’où il suit que la syllabe ma est antérieure à ba, parce que l’articulation m suppose moins de force dans l’explosion, & que les levres n’y ont qu’un mouvement foible & lent, qui est cause qu’une partie de la matiere du son réflue par le nez. Mama est donc antérieur à papa dans l’ordre de la génération, & il ne reste plus qu’à décider lequel des deux, du pere ou de la mere, est le premier objet de l’attention & de l’appellation des enfans, lequel des deux est le plus attaché à leur personne, lequel est le plus utile & le plus nécessaire à leur subsistance, lequel leur prodigue plus de caresses & leur donne le plus de soins : & il sera facile de conclure pourquoi le sens des deux mots mama & papa est incommutable dans toutes les langues. Si apa & ama, dans la langue égyptienne, signifient indistinctement ou le pere ou la mere, ou tous les deux ; c’est l’effet de quelque cause étrangere à la nature, une suite peut-être des moeurs exemplaires de ce peuple reconnu pour la source & le modele de toute sagesse, ou l’ouvrage de la réflexion & de l’art qui est presque aussi ancien que la nature, quoiqu’il se perfectionne lentement. Remarquez que d’après le principe que l’on pose ici, il est naturel de conclure que les diverses parties de l’organe de la parole ne concourront à la nomination des objets extérieurs que dans l’ordre de leur mobilité : la langue ne sera mise en jeu qu’après les levres ; elle donnera d’abord les articulations qu’elle produit par le mouvement de sa pointe, & ensuite celles qui dépendent de l’action de la racine, &c. L’Anatomie n’a donc qu’à fixer l’ordre généalogique des sons & des articulations, & la Philosophie l’ordre des objets par rapport à nos besoins ; leurs travaux combinés donneront le dictionnaire des mots les plus naturels, les plus nécessaires à la langues primitive, & les plus universels aujourd’hui nonobstant la diversité des idiomes.

Il est une troisieme classe de mots qui doivent avoir, & qui ont en effet dans toutes les langues les mêmes racines, parce qu’ils sont encore l’ouvrage de la nature, & qu’ils appartiennent à la nomenclature primitive. Ce sont ceux que nous devons à l’onomatopée, & qui ne sont que des noms imitatifs en quelque point des objets nommés. Je dis que c’est la nature qui les suggere ; & la preuve en est, que le mouvement naturel & général dans tous les enfans, est de désigner d’eux-mêmes les choses bruyantes, par I’imitation du bruit qu’elles font. Ils leur laisseroient sans doute à jamais ces noms primitifs & naturels, si l’instruction & l’exemple, venant ensuite à déguiser la nature & à la rectifier, ou peut-être à la dépraver, ne leur suggéroient les appellations arbitraires, substituées aux naturelles par les décisions raisonnées, ou, si l’on veut, capricieuses de l’usage. Voyez Onomatopée.

Enfin il y a, sinon dans toutes les langues, du-moins dans la plûpart, une certaine quantité de mots entés sur les mêmes racines, & destinés ou à la même signification, ou à des significations analogues, quoique ces racines n’ayent aucun fondement du-moins apparent dans la nature. Ces mots ont passé d’une langue dans une autre, d’abord comme d’une langue primitive dans l’un de ses dialectes, qui par la succession des tems les a transmis à d’autres idiomes qui en étoient issus ; ou bien cette transmission s’est faite par un simple emprunt, tel que nous en voyons une infinité d’exemples dans nos langues modernes ; & cette transmission universelle suppose en ce cas que les objets nommés sont d’une nécessité générale : le {p. 9:262} mot sac que l’on trouve dans toutes les langues, doit être de cette espece.

2°. Nonobstant la réunion de tant de causes générales, dont la nature semble avoir préparé le concours pour amener tous les hommes à ne parler qu’une langue, & dont l’influence est sensible dans la multitude des racines communes à tous les idiomes qui divisent le genre humain ; il existe tant d’autres causes particulieres, également naturelles, & dont l’impression est également irrésistible, qu’elles ont introduit invinciblement dans les langues des différences matérielles, dont il seroit peut-être encore plus utile de découvrir la véritable origine, qu’il n’est difficile de l’assigner avec certitude.

Le climat, l’air, les lieux, les eaux, le genre de vie & de nourriture produisent des variétés considérables dans la fine structure de l’organisation. Ces causes donnent plus de force à certaines parties du corps, ou en affoiblissent d’autres. Ces variétés qui échapperoient à l’Anatomie, peuvent être facilement remarquées par un philosophe observateur, dans les organes qui servent à la parole ; il n’y a qu’à prendre garde quels sont ceux dont chaque peuple fait le plus d’usage dans les mots de sa langue, & de quelle maniere il les emploie. On remarquera ainsi que l’hottentot a le fond de la gorge, & l’anglois l’extrémité des levres doués d’une très-grande activité. Ces petites remarques sur les variétés de la structure humaine peuvent quelquefois conduire à de plus importantes. L’habitude d’un peuple d’employer certains sons par préférence, ou de fléchir certains organes plutôt que d’autres, peut souvent être un bon indice du climat & du caractere de la nation qui en beaucoup de choses est déterminé par le climat, comme le génie de la langue l’est par le caractere de la nation.

L’usage habituel des articulations rudes désigne un peuple sauvage & non policé. Les articulations liquides sont, dans la nation qui les emploie fréquemment, une marque de noblesse & de délicatesse, tant dans les organes que dans le goût. On peut avec beaucoup de vraissemblance attribuer au caractere mou de la nation chinoise, assez connu d’ailleurs, de ce qu’elle ne fait aucun usage de l’articulation rude r. La langue italienne, dont la plûpart des mots viennent par corruption du latin, en a amolli la prononciation en vieillissant, dans la même proportion que le peuple qui la parle a perdu de la vigueur des anciens Romains : mais comme elle étoit près de la source où elle a puisé, elle est encore des langues modernes qui y ont puisé avec elle, celle qui a conservé le plus d’affinité avec l’ancienne, du moins sous cet aspect.

La langue latine est franche, ayant des voyelles pures & nettes, & n’ayant que peu de diphtongues. Si cette constitution de la langue latine en rend le génie semblable à celui des Romains, c’est à-dire propre aux choses fermes & mâles ; elle l’est d’un autre côté beaucoup moins que la grecque, & même moins que la nôtre, aux choses qui ne demandent que de l’agrément & des graces légeres.

La langue grecque est pleine de diphtongues qui en rendent la prononciation plus allongée, plus sonore, plus gazouillée. La langue françoise pleine de diphtongues & de lettres mouillées, approche davantage en cette partie de la prononciation du grec que du latin.

La réunion de plusieurs mots en un seul, ou l’usage fréquent des adjectifs composés, marque dans une nation beaucoup de profondeur, une appréhension vive, une humeur impatiente, & de fortes idées : tels sont les Grecs, les Anglois, les Allemans.

On remarque dans l’espagnol que les mots y sont longs, mais d’une belle proportion, graves, sonores & emphatiques comme la nation qui les emploie.

C’étoit d’après de pareilles observations, ou du moins d’après l’impression qui résulte de la différence matérielle des mots dans chaque langue, que l’empereur Charles Quint disoit qu’il parleroit françois à un ami, francese ad un amico ; allemand à son cheval, tedesco al suo cavallo ; italien à sa maîtresse, italiano alla sua signora ; espagnol à Dieu, spagnuolo à Dio ; & anglois aux oiseaux, inglese à gli uccelli.

§. III. Ce que nous venons d’observer sur les convenances & les différences, tant intellectuelles que matérielles, des divers idiomes qui bigarrent, si je puis parler ainsi, le langage des hommes, nous met en état de discuter les opinions les plus généralement reçues sur les langues. Il en est deux dont la discussion peut encore fournir des réflexions d’autant plus utiles qu’elles seront générales ; la premiere concerne la génération successive des langues ; la seconde regarde leur mérite respectif.

1°. Rien de plus ordinaire que d’entendre parler de Langue mere, terme, dit M. l’abbé Girard, (Princip. disc. I. tom. I. pag. 30.)

« dont le vulgaire se sert, sans être bien instruit de ce qu’il doit entendre par ce mot, & dont les vrais savans ont peine à donner une explication qui débrouille l’idée informe de ceux qui en font usage. Il est de coutume de supposer qu’il y a des langues-meres parmi celles qui subsistent ; & de demander quelles elles sont ; à quoi on n’hésite pas de répondre d’un ton assuré que c’est l’hébreu, le grec & le latin. Par conjecture ou par grace, on défere encore cet honneur à l’allemand ».

Quelles sont les preuves de ceux qui ne veulent pas convenir que le préjugé seul ait décidé leur opinion sur ce point ? Ils n’alleguent d’autre titre de la filiation des langues, que l’étymologie de quelques mots, & les victoires ou établissement du peuple qui parloit la langue matrice, dans le pays ou l’on fait usage de la langue prétendue dérivée. C’est ainsi que l’on donne pour fille à la langue latine, l’espagnole, l’italienne & la françoise : an ignoras, dit Jul. Cés. Scaliger, linguam gallicam, & italicam, & hispanicam linguae latinae abortum esse ? Le P. Bouhours qui pensoit la même chose, fait (II. entretien d’Ariste & d’Eug. trois soeurs de ces trois langues, qu’il caractérise ainsi.

« Il me semble que la langue espagnole est une orgueilleuse qui le porte haut, qui se pique de grandeur, qui aime le faste & l’excès en toutes choses. La langue italienne est une coquette, toujours parée & toujours fardée, qui ne cherche qu’à plaire, & qui se plaît beaucoup à la bagatelle. La langue françoise est une prude, mais une prude agréable qui, toute sage & toute modeste qu’elle est, n’a rien de rude ni de farouche ».

Les caracteres distinctifs du génie de chacune de ces trois langues sont bien rendus dans cette alégogorie : mais je crois qu’elle peche, en ce qu’elle considere ces trois langues comme des soeurs, filles de la langue latine.

« Quand on observe, dit encore M. l’abbé Girard (ibid. pag. 27.), le prodigieux éloignement qu’il y a du génie de ces langues à celui du latin ; quand on fait attention que l’étymologie précede seulement les emprunts & non l’origine ; quand on sait que les peuples subjugués avoient leurs langues.... Lorsqu’enfin on voit aujourd’hui de ses propres yeux ces langues vivantes ornées d’un article, qu’elles n’ont pu prendre de la latine où il n’y en eut jamais, & diamétralement opposées aux constructions transpositives & aux inflexions des cas ordinaires à celle-ci : on ne sauroit, à cause de quelques mots empruntés, dire qu’elles en sont les filles, ou il faudroit leur donner plus d’une mere. La grecque prétendroit à cet honneur ; & une infinité de mots qui ne viennent ni du {p. 9:263} grec ni du latin, revendiqueroient cette gloire pour une autre. J’avoue bien qu’elles en ont tiré une grande partie de leurs richesses ; mais je nie qu’elles lui soient redevables de leur naissance. Ce n’est pas aux emprunts ni aux étymologies qu’il faut s’arrêter pour connoître l’origine & la parenté des langues : c’est à leur génie, en suivant pas-à-pas leurs progrès & leurs changemens. La fortune des nouveaux mots, & la facilité avec laquelle ceux d’une langue passent dans l’autre, sur-tout quand les peuples se mêlent, donneront toujours le change sur ce sujet ; au lieu que le génie indépendant des organes, par conséquent moins susceptibles d’altération & de changement, se maintient au milieu de l’inconstance des mots, & conserve à la langue le véritable titre de son origine ».

Le même académicien parlant encore un peu plus bas des prétendues filles du latin, ajoûte avec autant d’élégance que de vérité :

« on ne peut regarder comme un acte de légitimation le pillage que des langues étrangeres y ont fait, ni ses dépouilles comme un héritage maternel. S’il suffit pour l’honneur de ce rang (le rang de langue mere), de ne devoir point à d’autre sa naissance, & de montrer son établissement dès le berceau du monde ; il n’y aura plus dans notre système de la création qu’une seule langue mere ; & qui sera assez téméraire pour oser gratifier de cette antiquité une des langues que nous connoissons ? Si cet avantage dépend uniquement de remonter jusqu’à la confusion de Babel ; qui produira des titres authentiques & décisifs pour constater la préférence ou l’exclusion ? Qui est capable de mettre dans une juste balance toutes les langues de l’univers ? à peine les plus savans en connoissent cinq ou six. Où prendre enfin des témoignages non recusables ni suspects, & des preuves bien solides, que les premiers langages qui suivirent immédiatement le deluge, furent ceux qu’ont parlé dans la suite les Juifs, les Grecs, les Romains, ou quelques-uns de ceux que parlent encore les hommes de notre siecle » ?

Voilà, si je ne me trompe, les vrais principes qui doivent nous diriger dans l’examen de la génération des langues ; ils sont fondés dans la nature du langage & des voies que le créateur lui-même nous a suggérées pour la manifestation extérieure de nos pensées.

Nous avons vu plusieurs ordres de mots amenés nécessairement dans tous les idiomes par des causes naturelles, dont l’influence est antérieure & supérieure à nos raisonnemens, à nos conventions, à nos caprices ; nous avons remarqué qu’il peut y avoir dans toutes les langues, ou du-moins dans plusieurs une certaine quantité de mots analogues ou semblables, que des causes communes quoiqu’accidentelles y auroient établis depuis la naissance de ces idiomes différens : donc l’analogie des mots ne peut pas être une preuve suffisante de la filiation des langues, à moins qu’on ne veuille dire que toutes les langues modernes de l’Europe sont respectivement filles & meres les unes des autres, puisqu’elles sont continuellement occupées à grossir leurs vocabulaires par des échanges sans fin, que la communication des idées ou des vûes nouvelles rend indispensables. L’analogie des mots entre deux langues ne prouve que cette communication, quand ils ne sont pas de la classe des mots naturels.

C’est donc à la maniere d’employer les mots qu’il faut recourir, pour reconnoître l’identité ou la différence du génie des langues, & pour statuer si elles ont quelque affinité ou si elles n’en ont point. Si elles en ont à cet égard, je consens alors que l’analogie des mots confirme la filiation de ces idiomes, & que l’un soit reconnu comme langue mere à l’égard de l’autre, ainsi qu’on le remarque dans la langue russiene, dans la polonoise, & dans l’illyrienne à l’égard de l’esclavonne dont il est sensible qu’elles tirent leur origine. Mais s’il n’y a entre deux langues d’autre liaison que celle qui naît de l’analogie des mots, sans aucune ressemblance de génie ; elles sont étrangeres l’une à l’autre : telles sont la langue espagnole, l’italienne & la françoise à l’égard du latin. Si nous tenons du latin un grand nombre de mots, nous n’en tenons pas notre syntaxe, notre construction, notre grammaire, notre article le, la, les, nos verbes auxiliaires, l’indéclinabilité de nos noms, l’usage des pronoms personnels dans la conjugaison, une multitude de tems différenciés dans nos conjugaisons, & confondus dans les conjugaisons latines ; nos procédés se sont trouvés inalliables avec les gérondifs, avec les usages que les Romains faisoient de l’infinitif, avec leurs inversions arbitraires, avec leurs ellipses accumulées, avec leurs périodes interminables.

Mais si la filiation des langues suppose dans celle qui est dérivée la même syntaxe, la même construction, en un mot, le même génie que dans la langue matrice, & une analogie marquée entre les termes de l’une & de l’autre ; comment peut se faire la génération des langues, & qu’entend-on par une langue nouvelle ?

« Quelques-uns ont pensé, dit M. de Grandval dans son Discours historique déja cité, qu’on pouvoit l’appeller ainsi quand elle avoit éprouvé un changement considérable ; de sorte que, selon eux, la langue du tems de François I. doit être regardée comme nouvelle par rapport au tems de saint Louis, & de même celle que nous parlons aujourd’hui par rapport au tems de François I. quoiqu’on reconnoisse dans ces diverses époques un même fonds de langage, soit pour les mots, soit pour la construction des phrases. Dans ce sentiment, il n’est point d’idiome qui ne soit devenu successivement nouveau, étant comparé à lui-même dans ses âges différens. D’autres qualifient seulement de langue nouvelle celle dont la forme ancienne n’est plus intelligible : mais cela demande encore une explication ; car les personnes peu familiarisées avec leur ancienne langue ne l’entendent point du tout, tandis que ceux qui en ont quelque habitude l’entendent très-bien, & y découvrent facilement tous les germes de leur langage moderne. Ce n’est donc ici qu’une question de nom, mais qu’il falloit remarquer pour fixer les idées. Je dis à mon tour qu’une langue est la même, malgré ses variations, tant qu’on peut suivre ses traces, & qu’on trouve dans son origine une grande partie de ses mots actuels, & les principaux points de sa grammaire. Que je life les lois des douze tables, Ennius, ou Ciceron ; quelque différent que soit leur langage, n’est-ce pas toujours le latin ? Autrement il faudroit dire qu’un homme fait, n’est pas la même personne qu’il étoit dans son enfance. J’ajoute qu’une langue est véritablement la mere ou la source d’une autre, quand c’est elle qui lui a donné le premier être, que la dérivation s’en est faite par succession de tems, & que les changemens qui y sont arrivés n’ont pas effacé tous les anciens vestiges ».

Ces changemens successifs qui transforment insensiblement une langue en une autre, tiennent à une infinité de causes dont chacune n’a qu’un effet imperceptible ; mais la somme de ces effets, grossis avec le tems & accumulés à la longue, produit enfin une différence qui caractérise deux langues sur un même fonds. L’ancienne & la moderne sont également analogues ou également transpositives ; mais en cela même elles peuvent avoir quelque différence.

{p. 9:264} 

Si la construction analogue est leur caractere commun ; la langue moderne, par imitation du langage transpositif des peuples qui auront concouru à sa formation par leurs liaisons de voisinage, de commerce, de religion, de politique, de conquête, &c. pourra avoir adopté quelques libertés à cet égard ; elle se permettra quelques inversions qui dans l’ancien idiome auroient été des barbarismes. Si plusieurs langues sont dérivées d’une même, elles peuvent être nuancées en quelque sorte par l’altération plus ou moins grande du génie primitif : ainsi notre françois, l’anglois, l’espagnol & l’italien, qui paroissent descendre du celtique & en avoir pris la marche analytique, s’en écartent pourtant avec des degrés progressifs de liberté dans le même ordre que je viens de nommer ces idiomes. Le françois est le moins hardi, & le plus rapproché du langage originel ; les inversions y sont plus rares, moins compliquées, moins hardies : l’anglois se permet plus d’écarts de cette sorte : l’espagnol en a de plus hardis : l’italien ne se refuse en quelque maniere que ce que la constitution de ses noms & de ses verbes combinée avec le besoin indispensable d’être entendu, ne lui a pas permis de recevoir. Ces différences ont leurs causes comme tout le reste ; & elles tiennent à la diversité des relations qu’a eues chaque peuple avec ceux dont le langage a pû opérer ces changemens.

Si au contraire la langue primitive & la dérivée sont constituées de maniere à devoir suivre une marche transpositive, la langue moderne pourra avoir contracté quelque chose de la contrainte du langage analogue des nations chez qui elle aura puisé les alterations successives auxquelles elle doit sa naissance & sa constitution. C’est ainsi sans doute que la langue allemande, originairement libre dans ses transpositions, s’est enfin soumise à toute la contrainte des langues de l’Europe au milieu desquelles elle est établie, puisque toutes les inversions sont décidées dans cet idiome, au point qu’une autre qui par elle-même ne seroit pas plus obscure, ou le seroit peut-être moins, y est proscrite par l’usage comme vicieuse & barbare.

Dans l’un & dans l’autre cas, la différence la plus marquée entre l’idiome ancien & le moderne, consiste toujours dans les mots : quelques-uns des, anciens mots sont abolis, verborum vetus interit oetas ; (art. poet. 61.) parce que le hasard des circonstances en montre d’autres, chez d’autres peuples, qui paroissent plus énergiques, ou que l’oreille nationale, en se perfectionnant, corrige l’ancienne prononciation au point de défigurer le mot pour lui procurer plus d’harmonie : de nouveaux mots sont introduits, & juvenum ritu florent modo nata, vigentque, (ibid. 62.) parce que de nouvelles idées ou de nouvelles combinaisons d’idées en imposent la nécessité, & forcent de recourir à la langue du peuple auquel on est redevable de ces nouvelles lumieres ; & c’est ainsi que le nom de la boussole a passé chez tous les peuples qui en connoissent l’usage, & que l’origine italienne de ce mot prouve en même tems à qui l’univers doit cette découverte importante devenue aujourd’hui le lien des nations les plus éloignées. Enfin les mots sont dans une mobilité perpétuelle, bien reconnue & bien exprimée par Horace, (ibid. 70.)

Multa renascentur qua jàm cecidêre, cadentque
Quoe nunc sunt in honore vocabula, si volet usus
Quem penès arbitrium est, & jus, & norma loquendi.

2°. La question du mérite respectif des langues, & du degré de préférence qu’elles peuvent prétendre les unes sur les autres, ne peut pas se résoudre par une décision simple & précise. Il n’y a point d’idiome qui n’ait son mérite, & qui ne puisse, selon l’occurrence, devenir préférable à tout autre. Ainsi il est nécessaire, pour etablir cette solution sur des fondemens solides, de distinguer les diverses circonstances où l’on se trouve, & les différens rapports sous lesquels on envisage les langues.

La simple énonciation de la pensée est le premier but de la parole, & l’objet commun de tous les idiomes : c’est donc le premier rapport sous lequel il convient ici de les envisager pour poser des principes raisonnables sur la question dont il s’agit. Or il est évident qu’à cet égard il n’y a point de langue qui n’ait toute la perfection possible & nécessaire à la nation qui la parle. Une langue, je l’ai déjà dit, est la totalité des usages propres à une nation, pour exprimer les pensées par la voix ; & ces usages fixent les mots & la syntaxe. Les mots sont les signes des idées, & naissent avec elles, de maniere qu’une nation formée & distinguée par son idiome, ne sauroit faire l’acquisition d’une nouvelle idée, sans faire en même tems celle d’un mot nouveau qui la représente : si elle tient cette idée d’un peuple voisin, elle en tirera de même le signe vocal, dont tout au plus elle réduira la forme matérielle à l’analogie de son langage ; au lieu de pastor, elle dira pasteur ; au lieu d’embaxada, embassade ; au lieu de batten, battre, &c. si c’est de son propre fonds qu’elle tire la nouvelle idée, ce ne peut être que le résultat de quelque combinaison des anciennes, & voilà la route tracée pour aller jusqu’à la formation du mot qui en sera le type ; puissance se dérive de puissant, comme l’idée abstraite est prise dans l’idée concrete ; parasol est composé de parer (garantir), & de soleil, comme l’idée de ce meuble est le résultat de la combinaison des idées. séparées de l’astre qui darde des rayons brûlans, & d’un obstacle qui puisse en parer les coups. Il n’y aura donc aucune idée connue dans une nation qui ne soit désignée par un mot propre dans la langue de cette nation : & comme tout mot nouveau qui s’y introduit, y prend toûjours l’empreinte de l’analogie nationale qui est le sceau nécessaire de sa naturalisation, il est aussi propre que les anciens à toutes les vûes de la syntaxe de cet idiôme. Ainsi tous les hommes qui composent ce peuple, trouvent dans leur langue tout ce qui est nécessaire à l’expression de toutes les pensées qu’il leur est possible d’avoir, puisqu’ils ne peuvent penser que d’après des idées connues. Cela même est la preuve la plus immédiate & la plus forte de la nécessité où chacun est d’étudier sa langue naturelle par préférence à toute autre, parce que les besoins de la communication nationale sont les plus urgens, les plus universels, & les plus ordinaires.

Si l’on veut porter ses vûes au-delà de la simple énonciation de la pensée, & envisager tout le parti que l’art peut tirer de la différente constitution des langues, pour flatter l’oreille, & pour toucher le coeur, aussi bien que pour éclairer l’esprit ; il faut les considérer dans les procédés de leur construction analogue ou transpositive : l’hébreu & notre françois suivent le plus scrupuleusement l’ordre analytique ; le grec & le latin s’en écartoient avec une liberté sans bornes ; l’allemand, l’anglois, l’espagnol, l’italien tiennent entre ces deux extrémités une espece de milieu, parce que les inversions qui y sont admises, sont déterminées à tous égards par les principes mêmes de la constitution propre de chacune de ces langues. L’auteur de la Lettre sur les sourds & muets, envisageant les langues sous cet aspect, en porte ainsi son jugement, pag. 135 :

« La communication de la pensée étant l’objet principal du langage, notre langue est de toutes les langues la plus châtiée, la plus exacte, & la plus estimable, celle en un mot qui a retenu le moins de ces négligences {p. 9:265} que j’appellerois volontiers des restes de la balbutie des premiers âges ».

Cette expression est conséquente au système de l’auteur sur l’origine des langues ! mais celui que l’on adopte dans cet article, y est bien opposé, & il feroit plûtôt croire que les inversions, loin d’être des restes de la balbutie des premiers âges, sont au contraire les premiers essais de l’art oratoire des siecles postérieurs de beaucoup à la naissance du langage ; la ressemblance du nôtre avec l’hébreu, dans leur marche analytique, donne à cette conjecture un degré de vraissemblance qui mérite quelque attention, puisque l’hébreu tient de bien près aux premiers âges. Quoi qu’il en soit, l’auteur poursuit ainsi :

« Pour continuer le parallele sans partialité, je dirois que nous avons gagné à n’avoir point d’inversions, ou du moins à ne les avoir ni trop hardies ni trop fréquentes, de la netteté, de la clarté, de la précision, qualités essentielles au discours ; & que nous y avons perdu de la chaleur, de l’éloquence, & de l’énergie. J’ajouterois volontiers que la marche didactique & réglée, à laquelle notre langue est assujettie, la rend plus propre aux sciences ; & que par les tours & les inversions que le grec, le latin, l’italien, l’anglois se permettent, ces langues sout plus avantageuses pour les lettres. Que nous pouvons mieux qu’aucun autre peuple, faire parler l’esprit, & que le bon sens choisiroit la langue françoise ; mais que l’imagination & les passions donneroient la préférence aux langues anciennes, & à celles de nos voisins : qu’il faut parler françois dans la société & dans les écoles de philosophie ; & grec, latin, anglois, dans les chaires & sur les théâtres ; que notre langue sera celle de la vérité,..... & que la greque, la latine, & les autres seront les langues de la fable & du mensonge. Le françois est fait pour instruire, éclairer, & convaincre ; le grec, le latin, l’italien, l’anglois pour persuader, émouvoir, & tromper : parlez grec, latin, italien au peuple ; mais parlez françois au sage ».

Pour réduite ce jugement à sa juste valeur, il faut seulement en conclure que les langues transpositives trouvent dans leur génie plus de ressources pour toutes les parties de l’art oratoire ; & que celui des langues analogues les rend d’autant plus propres à l’exposition nette & précise de la vérité, qu’elles suivent plus scrupuleusement la marche analytique de l’esprit. La chose est évidente en soi, & l’auteur n’a voulu rien dire de plus. Notre marche analytique ne nous ôte pas sans ressource la chaleur, l’éloquence, l’énergie ; elle ne nous ôte qu’un moyen d’en mettre dans nos discours, comme la marche transpositive du latin, par exemple, l’expose seulement au danger d’être moins clair, sans lui en faire pourtant une nécessité inévitable. C’est dans la même lettre, pag. 239. que je trouve la preuve de l’explication que je donne au texte que l’on vient de voit.

« Y a-t-il quelque caractere, dit l’auteur, que notre langue n’ait pris avec succès ? Elle est folâtre dans Rabelais, naïve dans la Fontaine & Brantome, harmonieuse dans Malherbe & Fléchier, sublime dans Corneille & Bossuet ; que n’est-elle point dans Boileau, Racine, Voltaire, & une foule d’autres écrivains en vers & en prose ? Ne nous plaignons donc pas : si nous savons nous en servir, nos ouvrages seront aussi précieux pour la postérité, que les ouvrages des anciens le sont pour nous. Entre les mains d’un homme ordinaire, le grec, le latin, l’anglois, l’italien ne produiront que des choses communes ; le françois produira des miracles sous la plume d’un homme de génie. Enquel que langue que ce soit, l’ouvrage que le génie soutient, ne tombe jamais ».

Si l’on envisage les langues comme des instrumens dont la connoissance peut conduire à d’autres lumieres ; elles ont chacune leur mérite, & la préférence des unes sur les autres ne peut se décider que par la nature des vues que l’on se propose ou des besoins où l’on est.

La langue hébraïque & les autres langues orientales qui y ont rapport, comme la chaldaïque, la syriaque, l’arabique, &c. donnent à la Théologie des secours infinis, par la connoissance précise du vrai sens des textes originaux de nos livres saints. Mais ce n’est pas-là le seul avantage que l’on puisse attendre de l’étude de la langue hébraïque : c’est encore dans l’original sacré que l’on trouve l’origine des peuples, des langues, de l’idolatrie, de la fable ; en un mot les fondemens les plus sûrs de l’histoire, & les clés les plus raisonnables de la Mythologie. Il n’y a qu’à voir seulement la Géographie sacrée de Samuel Bochart, pour prendre une haute idée de l’immensité de l’erudition que peut fournir la connoissance des langues orientales.

La langue grecque n’est guere moins utile à la Théologie, non-seulement à cause du texte original de quelques-uns des livres du nouveau Testament, mais encore parce que c’est l’idiome des Chrysostomes, des Basiles, des Grégoires de Nazianze, & d’une foule d’autres peres dont les oeuvres font la gloire & l’édification de l’Eglise ; mais dans quelle partie la littérature cette belle langue n’est-elle pas d’un usage infini ? Elle fournit des maîtres & des modeles dans tous les genres ; Poësie, Eloquence, Histoire, Philosophie morale, Physique, Histoire naturelle, Médecine, Géographie ancienne, &c : & c’est avec raison qu’Esrame, Epist. liv. X, dit en propres termes : Hoc unum expertus, video nullis in litteris nos esse aliquid sine graecitate.

La langue latine est d’une nécessité indispensable, c’est celle de l’église catholique, & de toutes les écoles de la chrétienté, tant pour la Philosophie & la Théologie, que pour la Jurisprudence & la Médecine : c’est d’ailleurs, & pour cette raison même, la langue commune de tous les savans de l’Europe, & dont il seroit à souhaiter peut-être que l’usage devint encore plus général & plus étendu, afin de faciliter davantage la communication des lumieres respectives des diverses nations qui cultivent aujourd’hui les sciences : car combien d’ouvrages excellens en tous genres de la connoissance desquels on est privé, faute d’entendre les langues dans lesquelles ils sont écrits ?

En attendant que les savans soient convenus entre eux d’un langage de communication, pour s’épargner respectivement l’étude longue, pénible & toujours insuffisante de plusieurs langues étrangeres ; il faut qu’ils aient le courage de s’appliquer à celles qui leur promettent le plus de secours dans les genres d’étude qu’ils ont embrassés par goût ou par la necessité de leur état. La langue allemande a quantité de bons ouvrages sur le Droit public, sur la Médecine & toutes ses dépendances, sur l’histoire naturelle, principalement sur la Métallurgie. La langue angloise a des richesses immenses en fait de Mathémathiques, de Physique & de Commerce. La langue italienne offre le champ le plus vaste à la belle littérature, à l’étude des Arts & à celle de l’Histoire ; mais la langue françoise, malgré les déclamations de de ceux qui en censurent la marche pédestre, & qui lui reprochent sa monotonie, sa prétendue pauvreté, ses anomalies perpétuelles, a pourtant des chefs-d’oeuvres dans presque tous les genres. Quels trésors que les mémoires de l’académie royale des Sciences, & de celle des Belles-lettres & Inscriptions ! & si l’on jette un coup-d’oeil sur les écrivains marqués de notre nation, on y trouve des philosophes & des géometres du premier ordre, des grands métaphysiciens, de sages & laborieux antiquaires, des artistes {p. 9:266} habiles, des jurisconsultes profonds, des poëtes qui ont illustré les Muses françoises à l’égal des Muses grecques, des orateurs sublimes & pathétiques, des politiques dont les vues honorent l’humanité. Si quelqu’autre langue que la latine devient jamais l’idiome commun des savans de l’Europe, la langue françoise doit avoir l’honneur de cette préférence : elle a déja les suffrages de toutes les cours où on la parle presque comme à Versailles ; & il ne faut pas douter que ce goût universel ne soit dû autant aux richesses de notre littérature, qu’à l’influence de notre gouvernement sur la politique générale de l’Europe. (B. E. R. M.)

LETTRES §

{p. 9:405}

Lettres (Grammaire) §

LETTRES, s. f. (Gramm.) on appelle ainsi les caracteres représentatifs des élémens de la voix. Ce mot nous vient du latin littera, dont les étymologistes assignent bien des origines différentes.

Priscien, lib. I. de litterâ, le fait venir par syncope de lag tera, eo quòd legendi iter proebeat, ca qui me semble prouver que ce grammairien n’étoit pas difficile a contenter. Il ajoute ensuite que d’autres tirent ce mot de litura, quòd plerùmque in ceratis tabulis antiqui scribere solebant, & poste à delere ; mais si littera vient de litura, je doute tort que ce soit par cette raison, & qu’on ait thé la dénomination des lettres de la possibilité qu’il y a de les effacer : il auroit été, me semble, bien plus raisonnable en ce cas de prendre litura dans le sens d’onction, & d’en tirer litura, de même que le mot grec correspondant γράμμα est dérivé de γράφω je peins, parce que l’écriture est en effet l’art de peindre la parole. Cependant il resteroit encore contre cette etymologie une difficulté réelle, & qui mérite attention : la premiere syllabe de litura est breve, au lieu que litera a la premiere longue, & s’écrit même communément littera.

Jul. Scaliger, de caus. l. L. cap. jv. croit que ces caracteres furent appellés originairement lineaturae, & qu’insensiblement l’usage a réduit ce mot à literae, parce qu’ils sont composes en effet de petites lignes. Quoique la quantité des premieres syllabes ne réclame point contre cette origine, j’y apperçois encore quelque chose de si arbitraire, que je ne la crois pas propre à réunir tous les suffrages.

D’après Hesychius, Vossius dans son étymologicon l. L. verbo Litera, dérive ce mot de l’adjectif grec λιτός tenuis, exilis, parce que les lettres sont en effet des traits minces & déliés ; c’est la raison qu’il en allegue ; & M. le président de Brosses juge cette étymologie préférable à toutes les autres, persuade que quand les lettres commencerent à être d’usage pour remplir l’ecriture symbolique, dont les caracteres étoient nécessairement étendus, compliqués, & embarrassans, on dut être frappe sur-tout de la simplicité & de la grande réduction des nouveaux caracteres, ce qui put donner lieu à leur nomination. Qu’il me soit permis d’observer que l’origine des lettres latines qui viennent incontestablement des lettres greques, & par elles des phéniciennes, prouve qu’elles n’ont pas dû être désignées en Italie par une dénomination qui tînt à la premiere impression de l’invention de l’alphabet ; ce n’étoit plus là une nouveauté qui dût paroitre prodigieuse, puisque d’autres peuples en avoient l’usage. Que ne dit-on plutôt que les lettres sont les images des parties les plus petites de la voix, & que c’est pour cela que le nom latin a été tiré du grec λιτός, en sorte que litterae est pour notae literae, ou notae elementares, notae partium vocis tenuissimarum ?

Que chacun pense au reste comme il lui plaira, sur l’étymologie de ce mot : ce qu’il importe le plus ici de faire connoître, c’est l’usage & la véritable nature des lettres considérées en général ; car ce qui appartient à chacune en particulier, est traité amplement dans les différens articles qui les concernent.

Les diverses nations qui couvrent la terre, ne different pas seulement les unes des autres, par la figure & par le tempérament, mais encore par l’organisation intérieure qui doit nécessairement se ressentir de l’influence du climat, & de l’impression des habitudes nationales. Or il doit résulter de cette différence d’organisation, une différence considérable dans les sons & articulations dont les peuples sont usage. De-là vient qu’il nous est difficile, pour {p. 9:406} ne pas dire impossible, de pronocer l’articulation que les Allemands représentent par ch, qu’eux-mêmes ont peine à prononcer notre u qu’ils confondent avec notre ou ; que les Chinois ne connoissent pas notre articulation r, &c. Les élémens de la voix usités dans une langue, ne sont donc pas toûjours les mêmes que ceux d’une autre ; & dans ce cas les mêmes lettres ne peuvent pas y servir, du moins de la même maniere ; c’est pourquoi il est impossible de faire connoître à quelqu’un par écrit, la prononciation exacte d’une langue étrangere, sur-tout s’il est question d’un son ou d’une articulation inusitée dans la langue de celui à qui l’on parle.

Il n’est pas plus possible d’imaginer un corps de lettres élémentaires qui soient communes à toutes les nations ; & les caracteres chinois ne sont connus des peuples voisins, que parce qu’ils ne sont pas les types des élémens de la voix, mais les symboles immédiats des choses & des idées : aussi les mêmes caracteres sont-ils lûs diversement par les différens peuples qui en font usage, parce que chacun d’eux exprime selon le génie de sa langue, les différentes idées dont il a les symboles sous les yeux. Voyez Écriture chinoise.

Chaque langue doit donc avoir son corps propre de lettres élémentaires ; & il seroit à souhaiter que chaque alphabet comprît précisément autant de lettres qu’il y a d’élémens de la voix usités dans la langue ; que le même élément ne fût pas représenté par divers caracteres ; & que le même caractere ne fût pas chargé de diverses représentations. Mais il n’est aucune langue qui jouisse de cet avantage ; & il faut prendre le parti de se conformer sur ce point à toutes les bisarreries de l’usage, dont l’empire après tout est aussi raisonnable & aussi nécessaire sur l’écriture que sur la parole, puisque les lettres n’ont & ne peuvent avoir qu’une signification conventionnelle, & que cette convention ne peut avoir d’autre titre que l’usage le plus reçu. Voyez Orthographe.

Comme nous distinguons dans la voix deux sortes d’élémens, les sons & les articulations ; nous devons pareillement distinguer deux sortes de lettres, les voyelles pour représenter les sons, & les consonnes pour représenter les articulations. Voyez Consonne, son. (Gramm.) Voyelle, H, & Hiatus. Cette premiere distinction devoit être, ce semble, le premier principe de l’ordre qu’il falloit suivre dans la table des lettres ; les voyelles auroient dû être placées les premieres, & les consonnes ensuite. La considération des différentes ouvertures de la bouche auroit pu aider la fixation de l’ordre des voyelles entre elles : on auroit pu classifier les consonnes par la nature de l’organe dont l’impression est la plus sensible dans leur production, & régler ensuite l’ordre des classes entre elles, & celui des consonnes dans chaque classe par des vûes d’analogie. D’autres causes ont produit par-tout un autre arrangement, car rien ne se fait sans cause : mais celles qui ont produit l’ordre alphabétique tel que nous l’avons, n’étoient peut-être par rapport à nous qu’une suite de hasards, auxquels on peut opposer ce que la raison paroît insinuer, sinon pour réformer l’usage, du moins pour l’éclairer. M. du Marsais désiroit que l’on proposât un nouvel alphabet adapté à nos usage présens, (Voyez Alphabet), débarrassé des inutilités, des contradictions & des doubles emplois qui gâtent celui que nous avons, & enrichi des caracteres qui y manquent. Qu’il me soit permis de poser ici les principes qui peuvent servir de fondement à ce système.

Notre langue me paroit avoir admis huit sons fondamentaux qu’on auroit pu caractériser par autant de lettres, & dont les autres sons usités sont dérivés par de légeres variations : les voici écrits selon notre orthographe actuelle, avec des exemples où ils sont sensibles.

  • a, cadre ;
  • ê, tête ;
  • é, lésard ;
  • i, misère ;
  • eu, meunier ;
  • o, poser ;
  • u, humain ;
  • ou, poudre.

Il me semble que j’ai arrangé ces sons à peu-près selon l’analogie des dispositions de la bouche lors de leur production. A est à la tête, parce qu’il paroît être le plus naturel, puisque c’est le premier ou du moins le plus fréquent dans la bouche des enfans : je ne citerai point en faveur de cette primauté le verset 8. du ch. j. de l’Apocalypse, pour en conclure, comme Wachter dans les prolégomenes de son Glossaire germanique, sect. 11. §. 32, qu’elle est de droit divin ; mais je remarquerai que l’ouverture de la bouche nécessaire à la production de l’a, est de toutes la plus aisée & celle qui laisse le cours le plus libre à l’air intérieur. Le canal semble se retrécir de plus en plus pour les autres. La langue s’éleve & se porte en avant pour ê ; un peu plus pour é ; les mâchoires se rapprochent pour i ; les levres font la même chose pour eu ; elles se serrent davantage & se portent en avant pour o ; encore plus pour u ; mais pour le son ou, elles se serrent & s’avancent plus que pour aucun autre.

J’ai dit que les autres sons usités dans notre langue dérivent de ceux-là par de legeres variations : ces variations peuvent dépendre ou du canal par où se fait l’émission de l’air, ou de la durée de cette émission.

L’air peut sortir entierement par l’ouverture ordinaire de la bouche, & dans ce cas on peut dire que le son est oral ; il peut aussi sortir partie par la bouche & partie par le nez, & alors on peut dire que le son est nasal. Le premier de ces deux états est naturel, & par conséquent il ne faudroit pour le peindre, que la voyelle même destinée à la représentation du son : le second état est, pour ainsi dire, violent, mais il ne faudroit pas pour cela une autre voyelle ; la même suffiroit, pourvu qu’on la surmontât d’une espece d’accent, de celui, par exemple, que nous appellons aujourd’hui circonflexe, & qui ne serviroit plus à autre chose, vû la distinction de caractere que l’on propose ici. Or, il n’y a que quatre de nos huit sons fondamentaux, dont chacun puisse être ou oral, ou nasal ; ce sont le premier, le troisieme, le cinquiéme & le sixieme. C’est ce que nous entendons dans les monosyllabes, ban, pain, jeun, bon. Cette remarque peut indiquer comment il faudroit disposer les voyelles dans le nouvel alphabet : celles qui sont constantes, ou dont l’émission se fait toujours par la bouche, feroient une classe ; celles qui sont variables, ou qui peuvent être tantôt orales & tantôt nasales, feroient une autre classe : la voyelle a assure la prééminence à la classe des variables ; & ce qui précede fixe assez l’ordre dans chacune des deux classes.

Par rapport à la durée de l’émission, un son peut être bref ou long ; & ces différences, quand même on voudroit les indiquer, comme il conviendroit en effet, n’augmenteroient pas davantage le nombre de nos voyelles : tout le monde connoît les notes grammaticales qui indiquent la brieveté ou la longueur. Voyez Breve.

Si nous voulons maintenant fixer le nombre & l’ordre des articulations usitées dans notre langue, afin de construire la table des consonnes qui pourroient entrer dans un nouvel alphabet ; il faut considérer {p. 9:407} les articulations dans leur cause & dans leur nature.

Considérées dans leur cause, elles sont ou labiales, ou linguales, ou gutturales, selon qu’elles paroissent dépendre plus particulierement du mouvement ou des levres, ou de la langue, ou de la trachée-artere que le peuple appelle gosier : & cet ordre même me paroît le plus raisonnable, parce que les articulations labiales sont les plus faciles, & les premieres en effet qui entrent dans le langage des enfans, auquel on ne donne le nom de balbutie, que par une onomatopée fondée sur cela même ; d’ailleurs l’articulation gutturale suppose un effort que toutes les autres n’exigent point, ce qui lui assigne naturellement le dernier rang : au surplus cet ordre caracterise à merveille la succession des parties organiques ; les levres sont extérieures, la langue est en dedans, & la trachée-artere beaucoup plus intérieure.

Les articulations linguales se soudivisent assez communement en quatre especes, que l’on nomme dentales, sifflantes, liquides & mouillées : Voyez Linguale. Cette division a son utilité, & je ne trouverois pas hors de propos qu’on la suivît pour régler l’ordre des articulations linguales entre elles, avec l’attention de mettre toujours les premieres dans chaque classe, celles dont la production est la plus facile. Ce discernement tient à un principe certain ; les plus difficiles s’operent toujours plus près du fond de la bouche ; les plus aisées se rapprochent davantage de l’exterieur.

Les articulations considerées dans leur nature, sont constantes ou variables, selon que le degré de force, dans la partie organique qui les produit, est ou n’est pas susceptible d’augmentation ou de diminution ; par conséquent, les articulations variables sont foibles ou fortes, selon qu’elles supposent moins de force ou plus de force dans le mouvement organique qui en est le principe. D’ou il suit que dans l’ordre alphabétique, il ne faut pas séparer la foible de la forte, puisque c’est la même au fond ; & que la foible doit préceder la forte, par la raison du plus de facilité. Voici dans une espece de tableau le systême & l’ordre des articulations, tel que je viens de l’exposer ; & vis-à-vis, une suite de mots où l’on remarque l’articulation dont il est question, représentée selon notre orthographe actuelle.

Système figuré des articulations.

Voilà donc en tout dix-neuf articulations dans notre langue, ce qui exige dans notre alphabet dixneuf consonnes : ainsi, en y ajoutant les huit voyelles dont on a vû ci-devant la nécessité, le nouvel alphabet ne seroit que de vingt-sept lettres. C’est assez, non-seulement pour ne pas surcharger la multitude de trop de caracteres, mais encore pour exprimer toutes les modifications essentielles de notre langue, au moyen des accents que l’on y ajouteroit, comme je l’ai déja dit.

Me permettra-t-on encore une remarque qui peut paroître minutieuse, mais qui me semble pourtant raisonnable ? C’est que je crois qu’il pourroit y avoir quelque utilité à donner aux lettres d’une même classe une forme analogue, & distinguée de la forme commune aux lettres d’une autre classe : par exemple, à n’avoir que des voyelles sans queue, & formées de traits arrondis, comme a, e, o, 8 ; c, s, 3, a : à former les consonnes de traits droits ; les cinq labiales, par exemple, sans queue, comme n, m, u, m, z : toutes les linguales avec queue ; les dentales par en haut, les sifflantes par en bas ; les foibles en deux traits, les fortes en trois ; les liquides & les mouillées, d’une queue droite & d’un trait rond, la queue en haut pour les premieres, & en bas pour les autres : notre gutturale, comme la plus difficile pourroit avoir une figure plus irréguliere, comme le k, le x, ou le &. Je sens très-bien qu’il n’y a aucun fonds à faire sur une pareille innovation ; mais je ne pense pas qu’il faille pour cela en dédaigner le projet, ne pût-il que servir à montrer comment on envisage en général & en détail un objet qu’on a intérêt de connoître. L’art d’analyser, qui est peut-être le seul art de faire usage de la raison, est aussi difficile que nécessaire ; & l’on ne doit rien mépriser de ce qui peut servir à le perfectionner.

Il est évident, par la définition que j’ai donnée des lettres, qu’il y a une grande différence entre ces caracteres & les élémens de la voix dont ils sont les signes : hoc interest, dit Priscien, inter elementa & litteras, quod elementa propriè dicuntur ipsae pronunciationes ; notae autem earum litterae, lib. I. de litterâ. Il semble que les Grecs aient fait aussi attention à cette différence, puisqu’ils avoient deux mots différens pour ces deux objets, στοιχεῖα, élémens, & γράμματα, peintures, quoique l’auteur de la méthode grecque de P. R. les présente comme synonymes ; mais il est bien plus naturel de croire que dans l’origine le premier de ces mots exprimoit en effet les élémens de la voix, indépendamment de leur représentation, & que le second en exprimoit les signes représentatifs ou de peinture. Il est cependant arrivé par le laps de tems, que sous le nom du signe on a compris indistinctement & le signe & la chose signifiée. Priscien, ibid. remarque cet abus : abusivè tamen & elementa pro litteris & litterae pro elementis vocantur. Cet usage contraire à la premiere institution, est venu, sans doute de ce que, pour désigner tel ou tel élément de la voix, on s’est contenté de l’indiquer par la lettre {p. 9:408} qui en étoit le signe, afin d’éviter les circonlocutions toujours superflues & très-sujettes à l’équivoque dans la matiere dont il est question. Ainsi, au lieu d’écrire & de dire, par exemple, l’articulation foible produite par la réunion des deux levres, on a dit & écrit le b, & ainsi des autres. Au reste, cette confusion d’idées n’a pas de grands inconvéniens, si même on peut dire qu’elle en ait. Tout le monde entend très-bien que le mot lettres, dans la bouche d’un maître d’écriture, s’entend des signes représentatifs des élémens de la voix ; que dans celle d’un fondeur ou d’un imprimeur il signifie les petites pieces de métal qui portent les empreintes de ces signes pour les transmettre sur le papier au moyen d’une encre ; & que dans celle d’un grammairien il indique tantôt les signes & tantôt les élémens mêmes de la voix, selon que les circonstances designent qu’il s’agit ou d’orthologie ou d’ortographe. Je ne m’écarterai donc pas du langage ordinaire dans ce qui me reste à dire sur l’attraction & la permutation des lettres : on verra assez que je ne veux parler que des élémens de la voix prononcée, dont les lettres écrites suivent assez communément le sort, parce qu’elles sont les dépositaires de la parole. Hic enim usus est litterarum, ut custodiant voces, & velut depositum reddant legentibus. Quintil. inst. orat. I. jv.

Nous avons vu qu’il y a entre les lettres d’une même classe une sorte d’affinité & d’analogie qui laissent souvent entr’elles assez peu de différence : c’est cette affinité qui est le premier fondement & la seule cause raisonnable de ce que l’on appelle l’attraction & la permutation des lettres.

L’attraction est une opération par laquelle l’usage introduit dans un mot une lettre qui n’y étoit point originairement, mais que l’homogénéité d’une autre lettre préexistante semble seule y avoir attirée. C’est ainsi que les verbes latins ambio, ambigo, composés de l’ancienne particule am, équivalente à circùm, & des verbes eo & ago, ont reçu la consonne labiale b, attirée par la consonne m, également labiale : c’est la même chose dans comburo, composé de cùm & d’uro. Notre verbe françois trembler, dérivé de tremere, & nombre, dérivé de numerus, présentent le même méchanisme.

La permutation est une opération par laquelle dans la formation d’un mot tiré d’un autre mot pris dans la même langue ou dans une langue étrangere, on remplace une lettre par une autre. Ainsi du mot grec ποῦς, les Latins ont fait pes, en changeant ου en e, & les Allemands ont fait fuss, en changeant π en f, car leur u répond à l’ου des Grecs quant à la prononciation.

Je l’ai déja dit, & la saine philosophie le dit aussi, rien ne se fait sans cause ; & il est très-important dans les recherches étymologiques de bien connoître les fondemens & les causes de ces deux sortes de changemens de lettres, sans quoi il est difficile de débrouiller la génération & les différentes métamorphoses des mots. Or le grand principe qui autorise ou l’attraction ou la permutation des lettres, c’est, comme je l’ai déja insinué, leur homogénéité.

Ainsi, 1°. toutes les voyelles sont commuables entr’elles pour cette raison d’affinité, qui est si grande à l’égard des voyelles, que M. le président des Brosses regarde toutes les voyelles comme une seule, variée seulement selon les différences de l’état du tuyau par où sort la voix, & qui, à cause de sa flexibilité, peut être conduit par dégradation insensible depuis son plus large diametre & sa plus grande longueur, jusqu’à son état le plus resserré & le plus raccourci. C’est ainsi que nous voyons l’a de capio changé en e dans particeps, en i dans participare, & en u dans aucupium ; que l’a du grec πάλλω est changé en e dans le latin pello, cet e changé en u dans le supin pulsum, que nous conservons dans impulsion, & que nous changeons en ou dans pousser ; que l’i du grec ἴλη est changé en a dans le latin ala, & en ê, que nous écrivons ai, dans le françois aile, &c. Il seroit superflu d’accumuler ici un plus grand nombre d’exemples : on n’a qu’à ouvrir les Dictionnaires étymologiques de Vossius pour le latin, de Ménage pour le françois ; de Wachter pour l’allemand, &c. & lire sur-tout le traité de Vossius de litterarum permutatione : on en trouvera de toutes les especes.

2°. Par la même raison les consonnes labiales sont commuables entre elles, voyez Labiales, & l’une peut aisément attirer l’aurre, comme on l’a vu dans la définition que j’ai donnée de l’attraction.

3°. Il en est de même de toutes les consonnes linguales, mais dans un degré de facilité proportionné à celui de l’affinité qui est entr’elles ; les dentales se changent ou s’allient plus aisément avec les dentales, les sifflantes avec les sifflantes, &c. & par la même raison dans chacune de ces classes, & dans toute autre où la remarque peut avoir lieu, la foible & la forte ont le plus de disposition à se mettre l’une pour l’autre, ou l’une avec l’autre. Voyez les exemples à l’article Linguale.

4°. Il arrive encore assez souvent que des consonnes, sans aucuns degrés prochains d’affinité, ne laissent pas de se mettre les unes pour les autres dans les dérivations des mots, sur le seul fondement d’affinité qui résulte de leur nature commune : dans ce cas néanmoins la permutation est déterminée par une cause prochaine, quoiqu’accidentelle ; communément c’est que dans la langue qui emprunte, l’organe joint à la prononciation de la lettre changée l’inflexion d’une autre partie organique, & c’est la partie organique de la lettre substituée. Comment avons-nous substitué c à la lettre t, une sifflante à une dentale, dans notre mot place venu de platea ? c’est que nous sommes accoutumés à prononcer le t en sifflant comme s dans plusieurs mots, comme action, ambitieux, patient, martial, &c. que d’autre part nous prononçons de même la lettre c devant e, i, ou devant les autres voyelles quand elle est cédillée : or l’axiome dit quoe sunt eadem uni tertio sunt eadem inter se ; donc le c & le t peuvent se prendre l’un pour l’autre dans le système usuel de notre langue : l’une & l’autre avec s peuvent aussi être commuables. D’autres vûes autorisées par l’usage contre les principes naturels de la prononciation, donneront ailleurs d’autres permutations éloignées des lois générales.

Pour ce qui concerne l’histoire des lettres & la génération des alphabets qui ont eu cours ou qui sont aujourd’hui en usage, on peut consulter le ch. xx. du liv. I. de la seconde partie de la Géographie sacrée de Bochart ; le livre du P. Herman Hugo, jésuite, de ratione scribendi apud veteres ; Vossius de arte Grammaticâ, ch. ix. & x. Baudelot de Daireval, de l’utilité des voyages & de l’avantage que la recherche des antiquités procure aux Savans ; les oeuvres de dom Bernard de Montfaucon ; l’art de vérifier les dates des faits historiques, par des religieux Bénédictins de la congrégation de S. Maur ; le livre IV. de l’introduction à l’histoire des Juifs de Prideaux, par M. Shuckford ; nos Pl. d’Alph. anc. & mod. plus riches qu’aucun de ces ouvrages. (B. E. R. M.)

{p. 9:451}

LEXICOGRAPHIE §

LEXICOGRAPHIE, s. f. (Gramm.) la Grammaire se divise en deux parties générales, dont la premiere traite de la parole, c’est l’Orthologie ; la seconde traite de l’écriture, & c’est l’Orthographe. Celle-ci se partage en deux branches, que l’on peut nommer Lexicographie & Logographie.

La Lexicographie est la partie de l’Orthographe qui prescrit les regles convenables pour représenter le matériel des mots, avec les caracteres autorisés par l’usage de chaque langue. On peut voir à l’article Grammaire, l’étymologie de ce mot, l’objet & la division détaillée de cette partie, & sa liaison avec les autres branches du système de toute la Grammaire ; & à l’article Orthographe, les principes qui en sont le fondement. (B. E. R. M.)

{p. 9:451}

LEXICOLOGIE §

LEXICOLOGIE, s. f. (Gramm.) l’Orthologie, premiere partie de la Grammaire, selon le système adopté dans l’Encyclopédie, se soudivise en deux branches générales, qui sont la Lexicologie & la Syntaxe. La Lexicologie a pour objet la connoissance des mots considérés hors de l’élocution, & elle en considere le matériel, la valeur & l’étymologie. Voyez à l’article Grammaire, tout ce qui concerne cette partie de la science grammaticale. (B. E. R. M.)

LINGUAL, le §

{p. 9:556}

Linguale (Grammaire) §

Linguale, adj. f. (Gram.) Ce mot vient du latin lingua la langue, lingual, qui appartient à la langue, qui en dépend.

Il y a trois classes générales d’articulations, les labiales, les linguales & les gutturales. (Voyez H & Lettres). Les articulations linguales, sont celles qui dépendent principalement du mouvement de la langue ; & les consonnes linguales sont les lettres qui représentent ces articulations. Dans notre langue, comme dans toutes les autres, les articulations & les lettres linguales sont les plus nombreuses, parce que la langue est la principale des parties organiques, nécessaires à la production de la parole. Nous en avons en françois jusqu’à treize, que les uns classifient d’une maniere, & les autres d’une autre. La division qui m’a paru la plus convenable, est celle que j’ai déja indiquée à l’article Lettres, où je divise les linguales en quatre classes, qui sont les dentales, les sifflantes, les liquides & les mouillées.

J’appelle dentales celles qui me paroissent exiger d’une maniere plus marquée, que la langue s’appuie contre les dents pour les produire : & nous en avons cinq ; n, d, t, g, q, que l’on doit nommer ne, de, te, gue, que, pour la facilité de l’épellation.

Les trois premieres, n, d, t, exigent que la pointe de la langue se porte vers les dents supérieures, comme pour retenir le son. L’articulation n le retient en effet, puisqu’elle en repousse une partie par le nez, selon la remarque de M. de Dangeau, qui observa que son homme enchifrené, disoit, je de saurois, au lieu de je ne saurois : ainsi n est une articulation nasale. Les deux autres d & t sont purement orales, & ne different entr’elles que par le degré d’explosion plus ou moins fort, que reçoit le son, quand la langue se sépare des dents supérieures vers lesquelles elle s’est d’abord portée ; ce qui fait que l’une de ces articulations est foible, & l’autre forte.

Les deux autres articulations g & q ont entr’elles la même différence, la premiere étant foible & la seconde forte ; & elles différent des trois premieres, en ce qu’elles exigent que la pointe de la langue s’appuie contre les dents inférieures, quoique le mouvement explosif s’opere vers la racine de la langue. Ce lieu du mouvement organique a fait regarder ces articulations comme gutturales par plusieurs auteurs, & spécialement par Wachter. Glossar. germ. Proleg. sect. 2. §. 20. & 21. Mais elles ont de commun avec les trois autres articulations dentales, de procurer l’explosion au son & en augmentant la vîtesse par la résistance, & d’appuyer la langue contre les dents ; ce qui semble leur assurer plus d’analogie avec celles-là, qu’avec l’articulation gutturale h, qui ne se sert point des dents, & qui procure l’explosion au son par une augmentation réelle de la force. Voyez H. Mais voici un autre caractere d’affinité bien marqué dans les événemens naturels du langage ; c’est l’attraction entre le n & le d, telle qu’elle a été observée entre le m & le b (Voyez Lettres), & la permutation de g & de d.

« Je trouve, dit M. de Dangeau (opusc. pag. 59.), que l’on a fait .... de cineris, cendre ; de tenor, tendre ; de ponere, pondre ; de veneris dies, vendredi ; de gener, gendre ; de generare, engendrer ; de minor, moindre. Par la même raison à peu près, on a changé le g en d, entre un n & un r ; on a fait de fingere, feindre ; de pingere, peindre ; de jungere, joindre ; de ungere, oindre ; parce que le g est à peu près la même lettre que le d ».

On voit dans les premiers exemples, que le n du mot radical a attiré le d dans le mot dérivé ; & dans les derniers, que le g du primitif est changé en d dans le dérivé ; ce qui suppose entre ces articulations une affinité qui ne peut être que celle de leur génération commune.

Les articulations linguales que je nomme sifflantes, different en effet des autres, en ce qu’elles peuvent se continuer quelque-tems & devenir alors une espece de sifflement. Nous en avons quatre, z, s, j, ch, qu’il convient de nommer ze, se, je, che. Les deux premieres exigent une disposition organique toute différente des deux autres ; & elles different du fort au foible ; ainsi que les deux dernieres. On doit bien juger que ces lettres sont plus ou moins commuables entr’elles, à raison de ces différences. Ainsi le changement de z en s est une regle générale dans la formation du tems, que je nommerois présent postérieur, mais que l’on appelle communément le futur des verbes en ζω de la quatrieme conjugaison {p. 9:557} des barytons ; de φράζω, φράσω : au contraire, dans le verbe allemand zischen, siffler, qui vient du grec σίζειν, le σ ou s grec est changé en z, & le ζ ou z grec est changé en sch qui répond à notre ch françois.

« Quand les Parisiens, dit encore M. de Dangeau (Opusc. pag. 50.), prononcent les mots chevaux & cheveux, ils prononceroient très distinctement le ch de la premiere syllabe, s’ils se vouloient donner le tems de prononcer l’e féminin, & qu’ils prononçassent ces mots en deux syllabes : mais s’ils veulent, en pressant leur prononciation, manger cet e féminin, & joindre sans milieu la premiere consonne avec l’v, consonne qui commence la seconde syllabe ; cette consonne qui est foible affoiblit le ch qui devient j, & ils diront jvaux, & jveux ».

Au reste, ces quatre articulations linguales ne sont pas les seules sifflantes : les deux semi-labiales v & f, sont dans le même cas, puisqu’on peut de même les faire durer quelque tems ; comme une sorte de sifflement. Elles different des linguales sifflantes par la différence des dispositions organiques, qui font du même organe diversement arrangé deux instrumens aussi différens que le haut-bois, par exemple, & la flûte. L’articulation gutturale h, qui n’est qu’une expiration forte & que l’on peut continuer quelque-tems, est encore par-là même analogue aux autres articulations sifflantes. De-là encore la possibilité de mettre les unes pour les autres, & la réalité de ces permutations dans plusieurs mots dérivés : h pour f dans l’espagnol humo, fumée, venu de fumus ; f pour h dans le latin festum venu de ἑστιᾶν ; v pour h dans vesta dérivé de ἑστία ; pour s dans verro qui vient de σαίρω ; s pour h dans super au lieu du grec ὑπὲρ, &c.

Les articulations linguales liquides sont ainsi nommées, comme je l’ai déja dit ailleurs, (Voyez L.) parce qu’elles s’allient si bien avec plusieurs autres articulations qu’elles n’en paroissent plus faire ensemble qu’une seule, de même que deux liqueurs s’incorporent au point qu’il résulte de leur mélange une troisieme liqueur qui n’est plus ni l’une ni l’autre. Nous en avons deux le & re représentées par l & r : la premiere s’opere d’un seul coup de la langue vers le palais ; la seconde est l’effet d’un trémoussement réitéré de la langue. Le titre de la dénomination qui leur est commune, est aussi celui de leur permutation respective ; comme dans varius qui vient de βαλίος, où l’on voit tout à la fois le β changé en v, & le λ en r ; de même milites a été d’abord substitué à melites, descendu de mérites par le changement de r en l, & ce dernier mot venoit de mereri, selon Vossius, dans son traité de litterarum permutatione.

Pour ce qui est des articulations mouillées, je n’entreprendrai pas d’assigner l’origine de cette dénomination : je n’y entends rien, à moins que le mot mouillé lui même, donné d’abord en exemple de l mouillé, n’en soit devenu le nom, & ensuite du gn par compagnie : ce sont les deux seules mouillées que nous ayons. (B. E. R. M.)

{p. 10:326}

MÉMOIRE §

Mémoire, Souvenir, Ressouvenir (Synonymes) §

MÉMOIRE, SOUVENIR, RESSOUVENIR, RÉMINISCENCE, (Synonymes.) ces quatre mots expriment également l’attention renouvellée de l’esprit à des idées qu’il a déjà apperçues. Mais la différence des points de vûe accessoires qu’ils ajoûtent à cette idée commune, assigne à ces mots des caracteres distinctifs, qui n’échappent point à la justesse des bons écrivains, dans le tems même qu’ils s’en doutent le moins : le goût, qui sent plus qu’il ne discute, devient pour eux une sorte d’instinct, qui les dirige mieux que ne feroient les raisonnemens les plus subtils, & c’est à cet instinct que sont dûes les bonnes fortunes qui n’arrivent qu’à des gens d’esprit, comme le disoit un des ecrivains de nos jours qui méritoit le mieux d’en trouver, & qui en trouvoit très-fréquemment.

La mémoire & le souvenir expriment une attention libre de l’esprit à des idées qu’il n’a point oubliées, quoiqu’il ait discontinué de s’en occuper : les idées avoient fait des impressions durables ; on y jette un coup-d’oeil nouveau par choix, c’est une action de l’ame.

Le ressouvenir & la reminiscence expriment une attention fortuite à des idées que l’esprit avoit entierement oubliées & perdues de vûe : ces idées n’avoient fait qu’une impression légere, qui avoit été étouffée ou totalement effacée par de plus fortes ou de plus récentes ; elles se représentent d’elles-mêmes, ou du-moins sans aucun concours de notre part ; c’est un évenement où l’ame est purement passive.

On se rappelle donc la mémoire ou le souvenir des choses quand on veut, cela dépend uniquement de la liberté de l’ame ; mais la mémoire ne concerne que les idées de l’esprit ; c’est l’acte d’une faculté subordonnée à l’intelligence, elle sert à l’éclairer : au-lieu que le souvenir regarde les idées qui intéressent le coeur ; c’est l’acte d’une faculté nécessaire à la sensibilité de l’ame, elle sert à l’échauffer.

C’est dans ce sens que l’auteur du Pere de famille a écrit : Rapportez tout au dernier moment, à ce moment où la mémoire des faits les plus éclatans ne vaudra pas le souvenir d’un verre d’eau présenté par humanité à celui qui avoit soif. (Epit. dédic.) On peut dire aussi dans le même sens : qu’une ame bienfaisante ne conserve aucun souvenir de l’ingratitude de ceux à qui elle a fait du bien ; ce seroit se déchirer elle-même & détruire son penchant favori : cependant elle en garde la mémoire, pour apprendre à faire le bien ; & c’est le plus précieux & le plus négligé de tous les arts.

On a le ressouvenir ou la réminiscence des choses quand on peut ; cela tient à des causes indépendantes de notre liberté. Mais le ressouvenir ramene tout-à-la-fois les idées effacées & la conviction de leur préexistence ; l’esprit les reconnoit : au-lieu que la réminiscence ne réveille que les idees anciennes, sans aucune réflexion sur cette préexistence ; l’esprit croit les connoître pour la premiere fois.

L’attention que nous donnons à certaines idées, soit par notre choix, soit par quelque autre cause, nous porte souvent vers des idées toutes différentes, qui tiennent aux premieres par des liens très-délicats & quelquefois même imperceptibles. S’il n’y a entre ces idées que la liaison accidentelle qui peut venir de notre maniere de voir, ou si cette liaison est encore sensible nonobstant les autres liens qui peuvent les attacher l’un à l’autre ; nous avons alors par les unes le ressouvenir des autres ; nous reconnoissons les premieres traces : mais si la liaison que notre ancienne maniere de voir a mise entre ces idées, n’a pas fait sur nous une impression sensible, & que nous n’y distinguions que le lien apparent de l’analogie ; nous pouvons alors n’avoir des idées postérieures qu’une réminiscence, jouir sans scrupule du plaisir de l’invention, & être même plagiaires de bonne foi ; c’est un piége où maints auteurs ont été pris.

Il y a en latin quatre verbes qui me paroissent assez répondre à nos quatre noms françois, & différer entre eux par les mêmes nuances ; savoir meminisse, recordari, memorari, & reminisci.

Le premier a la forme & le sens actif, & vient, comme tout le monde sait, du vieux verbe meno, dont le prétérit par réduplication de la premiere consonne est memini ; meminisse, se rappeller la mémoire, ce qui est en effet l’action de l’esprit.

Le second a la forme & le sens passif, recordari, se recorder, ou plûtôt être recordé, recevoir au coeur une impression qu’il a déjà reçue anciennement, mais la recevoir par le souvenir d’une idée touchante : si ce verbe a la forme & le sens passif, c’est que, quoique l’esprit agisse ici, le coeur y est purement passif, puisque son émotion est une suite nécessaire & irresistible de l’acte de mémoire qui l’occasionne ; & il y a une sorte de délicatesse à montrer de préférence l’état conséquent du coeur, vû d’ailleurs qu’il indique suffisamment l’acte antérieur de l’esprit, comme l’effet indique assez la cause d’où il part : Tua in me studia & officia multùm tecùm recordere, dit Cicéron à Trébonius (Epist. famil. xv. 24.) & comme s’il avoit eu le dessein formel de nous faire remarquer dans ce recordere l’esprit & le coeur, il ajoûte : non modo virum bonum me existimabis, ce qui me semble designer l’opération de l’esprit simplement, verùm etiam la à me amari plurimùm judicabis, ce qui est dit pour aller au coeur.

Les deux derniers, memorari, être averti par une mémoire accidentelle & non spontanée, avoir le ressouvenir, & reminisci, être ramené aux anciennes notions de l’esprit, en avoir la réminiscence ; ces deux derniers, dis-je, ont la forme & le sens passif, quoi qu’en disent les traducteurs ordinaires, à qui la dénomination de verbe déponent mal entendue en a imposé ; & ce sens passif a bien de l’analogie avec ce que j’ai observé sur le ressouvenir & la réminiscence.

Au reste, malgré les conjectures étymologiques, peut-être seroit-il difficile de justifier ma pensée entierement par des textes précis : mais il ne faudroit pas non plus pour cela la condamner trop ; car si l’euphonie a amené dans la diction des fautes même contre l’analogie & les principes fondamentaux de la grammaire, selon la remarque de Cicéron (Orat. n. 47.) Impetratum est à consuetudine ut peccare suavitatis causâ liceret ; combien l’harmonie n’aura-t-elle pas exigé des sacrifices de la justesse qui décide du choix des synonymes ? Dans notre langue même, où les lois de l’harmonie ne sont pas à beaucoup près si impérieuses que dans la langue latine, combien de fois les meilleurs écrivains ne sont-ils pas obligés d’abandonner le mot le plus précis, & de lui substituer un synonyme modifié par quelque correctif, plûtôt que de faire une phrase mal sonnante, mais juste ? (B. E. R. M.)

{p. 10:430}

MÉTALEPSE §

MÉTALEPSE, s.f. (Gram.) ce mot est grec ; μετάληψις, composé de la préposition μετὰ, qui dans la composition marque changement, & de λαμβάνω, capio ou concipio : la métalepse est donc un trope, par lequel on conçoit la chose autrement que le sens propre ne l’annonce ; c’est le caractere de tous les tropes (voyez Trope) ; & les noms propres de chacun rendent presque tous la même idée, parce qu’en effet les tropes ne different entre eux que par des nuances délicates & difficiles à assigner. Mais la métalepse, en particulier, est reconnue par M. du Marsais pour une espece de métonymie (Voyez Métonymie) ; & peut-être auroit-il été plus à propos de l’y rapporter, que de multiplier sans profit les dénominations. De quelque maniere qu’il plaise à chacun d’en décider, ce qui concerne la métalepse, ou l’espece de métonymie, que l’on désigne ici sous ce nom, mérite d’être connu ; & personne ne peut le faire mieux connoître que M. du Marsais : c’est lui qui va parler ici, jusqu’à la fin de cet article. Tropes, part. II. art. 3.

« La métalepse est une espece de métonymie, par laquelle on explique ce qui suit, pour faire entendre ce qui précede, ou ce qui précede, pour faire entendre ce qui suit : elle ouvre, pour ainsi-dire, la porte, dit Quintilen, afin que vous passiez d’une idée à une autre ; ex alio in aliud viam proestat, Inst. VIII. 6. c’est l’antécédent pour le conséquent, ou le conséquent pour l’antécédent ; & c’est toujours le jeu des idées accessoires dont l’une éveille l’autre.

Le partage des biens se faisoit souvent, & se fait encore aujourd’hui, en tirant au sort. Josué se servit de cette maniere de partager : Cumque surrexissent viri, ut pergerent ad describendam terram, proecepit eis Josue dicens : circuite terram, & describite eam, ac revertimini ad me ; ut hîc, coram Domino, in Silo vobis mittam sortem. Josué XVIII. 8. Le sort précede le partage ; de-là vient que sors, en latin, se prend souvent pour le partage même, pour la portion qui est échue en partage ; c’est le nom de l’antécédent qui est donné au conséquent.

Sors signifie encore jugement, arrêt ; c’étoit le sort qui décidoit chez les Romains, du rang dans lequel chaque cause devoit être plaidée. En voici la preuve dans la remarque de Servius, sur ce vers de Virgile, AEn. v. 431. Nec verò hoe sine sorte datoe, sine judice sedes. Sur quoi Servius s’exprime ainsi : Ex more romano non audiebantur causoe, nisi per sortem ordinatoe. Tempore enim quo causoe audiebantur, conveniebant omnes, unde & concilium : & ex sorte dierum ordinem accipiebant, quo post dies triginta suas causas exequerentur ; unde est, urnam movet. Ainsi quand on a dit sors pour jugement, on a pris l’antécédent pour le conséquent.

Sortes en latin, se prend encore pour un oracle ; soit parce qu’il y avoit des oracles qui se rendoient par le sort, soit parce que les réponses des oracles étoient comme autant de jugemens qui regloient la destinée, le partage, l’état de ceux qui les consultoient.

On croit avant que de parler ; je crois, dit le prophete, & c’est pour cela que je parle : credidi, propter quod locutus sum. Ps. CXV. 1. Il n’y a point là de métalepse ; mais il y a une métalepse quand on se sert de parler ou dire pour signifier croire. Direz-vous après cela que je ne suis pas de vos amis ? c’est-à dire, croirez-vous ? aurez-vous sujet de dire ? »

[On prend ici le conséquent pour l’antécédent.]

« Cedo veut dire dans le sens propre, je cede, je me rends ; cependant par une métalepse de l’antécédent pour le conséquent, cedo signifie souvent, dans les meilleurs auteurs, dites ou donnez : cette {p. 10:431} signification vient de ce que quand quelqu’un veut nous parler, & que nous parlons toujours nous-mêmes, nous ne lui donnons pas le tems de s’expliquer : écoutez-moi, nous dit il, eh bien je vous cede, je vous écoute, pariez : cedo, dic. Quand on veut nous donner quelque chose, nous refusons souvent par civilité ; on nous presse d’accepter, & enfin nous répondons je vous cede, je vous obéis, je me rends, donnez ; cedo, da : cedo qui est le plus poli de ces deux mots, est demeuré tout seul dans le langage ordinaire, sans être suivi de dic ou de da, qu’on supprime par ellipse : cedo signifie alors ou l’un ou l’autre de ces deux mots, selon le sens ; c’est ce qui précéde pour ce qui suit : & voilà pourquoi on dit également cedo, soit qu’on parle à une seule personne ou à plusieurs ; car tout l’usage de ce mot, dit un ancien grammairien, c’est de demander pour soi : cedo, sibi poscit & est immobile. Corn. Fronto, apud autores L. L. pag. 1335. verbo Cedo.

On rapporte de même à la métalepse ces façons de parler, il oublie les bienfaits, c’est-à-dire, il n’est pas reconnoissant : souvenez-vous de notre convention, c’est-à-dire, observez notre convention : Seigneur, ne vous ressouvenez point de nos fautes, c’est-à-dire, ne nous en punissez point, accordez-nous en le pardon : je ne vous connois pas, c’est-à-dire, je ne fais aucun cas de vous, je vous méprise, vous êtes à mon égard comme n’étant point : quem omnes mortales ignorant & ludificant. Plaut. Amphi. act. IV. se. iij. 13.

Il a été, il a vécu, veut dire souvent il est mort ; c’est l’antécédent poue le conséquent. C’en est fait, madame, & j’ai vécu. (Rac. Mithrid. act. V. sc. derniere.), c’est-à-dire, je me meurs.

Un mort est regretté par les amis, ils voudroient qu’il fût encore en vie, ils souhaitent celui qu’ils ont perdu, ils le desirent : ce sentiment suppose la mort, ou du moins l’absence de la personne qu’on regrette. Ainsi la mort, la perte, ou l’absence sont l’antécédent, & le desir, le regret sont le conséquent. Or en latin desiderari, être souhaité, se prend pour être mort, être perdu, être absent ; c’est le conséquent pour l’antécédent, c’est une métalepse. Ex parte Alexandri triginta omninò & duo, on selon d’autres, trecenti omninò, ex peditibus desiderati sunt (Q. Curt. III. 11. in fin.) ; du côté d’Alexandre il n’y cut en tour que trois cent fantassins de tues, Alexandre ne perdit que trois cent hommes d’infanterie. Nulla navis desiderabatur (Coes.), aucun vaisseau n’etoit desiré, c’est-à-dire aucun vaisseau ne périt, il n’y eut aucun vaisseau de perdu. Je vous avois promis que je ne serois que cinq ou six jours à la campagne, dit Horace à Mécénas, & cependant j’y ai déjà passé tout le mois d’Août. Epit. I vij.

Quinque dies tibi pollicitus me rure futurum,
Sextilem totum, mendax, desideror :

où vous voyez que desideror veut dire, par métalepse, je suis absent de Rome, je me tiens à la campagne.

Par la même figure, desiderari signifie encore deficere, manquer, être tel que les autres aient besoin de nous. Cornélius Népos, Epam. 7, dit que les Thébains, par des intrigues particulieres, n’ayant point mis Epaminondas à la tête de leur armée, reconnurent bientôt le besoin qu’ils avoient de son habileté dans l’art militaire : desirari coepta est Epaminondoe diligentia. Il dit encore, (ibid. 5.) que Ménéclide jaloux de la gloire d’Epaminondas, exhortoit continuellement les Thébains à la paix, afin qu’ils ne sentissent point le besoin qu’ils avoient de ce général : hortari so- lebat Thebanos ut pacem bello anteferrent, ne illius imperatoris opera desideraretur.

La métalepse se fait donc lorsqu’on passe, comme par degrés, d’une signification à une autre : par exemple, quand Virgile a dit, Eclog. I. 70.

Postaliquot, mea regna, videns mirabor aristas :

après quelques épis, c’est à-dire, après quelques années : les épis supposent le tems de la moisson, le tems de la moisson suppose l’été, & l’été suppose la révolution de l’année. Les Poëtes prennent les hivers, les étés, les moissons, les automnes, & tout ce qui n’arrive qu’une fois en une année, pour l’année même. Nous disons dans le discours ordinaire, c’est un vin de quatre feuilles, pour dire c’est un vin de quatre ans ; & dans les coutumes (cout. de Loudun. tit. xiv. art. 3.) on trouve bois de quatre feuilles, c’est à-dire, bois de quatre années.

Ainsi le nom des différentes operations de l’Agriculture se prend pour le tems de ces opérations, c’est le conséquent pour l’ant cedent ; la moisson se prend pour le tems de la moisson, la vendange pour le tems de la vendange ; il est mort pend int la moisson, c’est-à-dire, dans le tems de la moisson. La moisson se fait ordinairement dans le mois d’Août, ainsi par métonymie ou métalepse, on appelle la moisson l’Août, qu’on prononce l’oû ; alors le tems dans lequel une chose se fait se prend pour la chose même, & toujours à cause de la liaison que les idées accessoires ont entre elles.

On rapporte aussi à cette figure, ces façons de parler des Poëtes, par lesquelles ils prennent l’antécédent pour le conséquent, lorsqu’au lieu d’une description, ils nous mettent devant les yeux le fait que la description suppose. O Ménalque ! si nous vous perdions, dit Virgile, Eclog. IV. 19. qui émailleroit la terre de fleurs ? qui teroit couler les fontaines sous une ombre verdoyante ? Quis humum florentibus herbis spargeret, aut viridi fontes induceret umbrâ ? c’est-à-dire, qui chanteroit la terre émaillée de fleurs ? qui nous en feroit des descriptions aussi vives & aussi riantes que celles que vous en faites ? qui nous peindroit, comme vous, ces ruisseaux qu cou ent sous une ombre verte ?

Le même poëte a dit, Ecl. VI. 6. que Silene enveloppa chacune des soeurs de Phaëton avec une écorce amere, & fit sortir de terre de grands peupliers : Tum Phaëtontiadas musco circumdat amaroe corticis, atque solo proceras erigit alnos ; c’est-à-dire, que Silene chanta d’une maniere si vive la métamorphose des soeurs de Phaeton en peupliers, qu’on croit voir ce changement. Ces façons de parler peuvent aussi être rapportées à l’hypothipose ».

[Elles ne sont pas l’hypotipose ; mais elles lui prêtent leur secours]. (B. E. R. M.)

{p. 10:436}

MÉTAPHORE §

MÉTAPHORE, s. f. (Gram.)

« c’est, dit M. du Marsais, une figure, par laquelle on transporte, pour ainsi dire, la signification propre d’un nom (j’aimerois mieux dire d’un mot) à une autre signification qui ne lui convient qu’en vertu d’un comparaison qui est dans l’esprit. Un mot pris dans un sens métaphorique perd sa signification propre, & en prend une nouvelle qui ne se présente à l’esprit que par la comparaison que l’on fait entre le sens propre de ce mot, & ce qu’on lui compare : par exemple, quand on dit que le mensonge se pare souvent des couleurs de la vérité ; en cette phrase, couleurs n’a plus de signification propre & primitive ; ce mot ne marque plus cette lumiere modifiée qui nous fait voir les objets ou blancs, ou rouges, ou jaunes, &c. il signifie les dehors, les apparentes ; & cela par comparaison entre le sens propre de couleurs & les dehors que prend un homme qui nous en impose sous le masque de la sincérité. Les couleurs font connoître les objets sensibles, elles en font voir les dehors & les apparences ; un homme qui ment, imite quelquefois si bien la contenance & le discours de celui qui ne ment pas, que lui trouvant le même dehors & pour ainsi dire les mêmes couleurs, nous croyons qu’il nous dit la vérité : ainsi comme nous jugeons qu’un objet qui nous paroît blanc est blanc, de même nous sommes souvent la dupe d’une sincérité apparente ; & dans le tems qu’un imposteur ne fait que prendre les dehors d’homme sincere, nous croyons qu’il nous parle sincerement.

Quand on dit la lumiere de l’esprit, ce mot de lumiere est pris métaphoriquement ; car comme la lumiere dans le sens propre nous fait voir les objets corporels, de même la faculté de connoître & d’appercevoir, éclaire l’esprit & le met en état de porter des jugemens sains.

La métaphore est donc une espece de trope ; le mot, dont on se sert dans la métaphore, est pris dans un autre sens que dans le sens propre ; il est, pour ainsi dire, dans une demeure empruntée, dit un ancien, festus, verbo metaphoram : ce qui est commun & essentiel à tous les tropes.

De plus, il y a une sorte de comparaison où quelque rapport équivalent entre le mot auquel on donne un sens métaphorique, & l’objet à quoi on veut l’appliquer ; par exemple, quand on dit d’un homme en colere, c’est un lion, lion est pris alors dans un sens métaphorique ; on compare l’homme en colere au lion, & voilà ce qui distingue la métaphore des autres figures ».

[Le P. Lami dit dans sa rhétorique, liv. II. ch. iij. que tous les tropes sont des métaphores ; car, dit-il, ce mot qui est grec, signifie translation ; & il ajoute {p. 10:437} que c’est par antonomase qu’on le donne exclusivement au trope dont il s’agit ici. C’est que sur la foi de tous les Rhéteurs, il tire le nom μεταφορὰ des racines μετὰ & φέρω, en traduisant μετὰ par trans, en sorte que le mot grec μεταφορὰ est synonyme au mot latin translatio, comme Cicéron lui-même & Quintilien l’ont traduit : mais cette préposition pouvoit aussi-bien se rendre par cùm, & le mot qui en est composé par collatio, qui auroit très-bien exprimé le caractere propre du trope dont il est question, puisqu’il suppose toujours une comparaison mentale, & qu’il n’a de justesse qu’autant que la similitude paroît exacte. Pour rendre le discours plus coulant & plus élégant, dit M. Warbuthon (Essai sur les hiéroglyphes, t. I. part. I. §. 13.), la similitude a produit la métaphore, qui n’est autre chose qu’une similitude en pétit. Car les hommes étant aussi habitués qu’ils le sont aux objets matériels, ont toujours eu besoin d’images sensibles pour communiquer leurs idées abstraites.

La métaphore, dit-il plus loin, (part. II. §. 35.) est dûe-évidemment à la grossiereté de la conception..... Les premiers hommes étant simples ; grossiers & plongés dans le sens, ne pouvoient exprimer leurs conceptions imparfaites des idées abstraites, & les opérations réfléchies de l’entendement qu’à l’aide des images sensibles, qui, au moyen de cette application, devenoient métaphores. Telle est l’origine véritable de l’expression figurée, & elle ne vient point, comme on le suppose ordinairement, du feu d’une imagination poétique. Le style des Barbares de l’Amérique, quoiqu’ils soient d’une compléxion très-froide & très-flegmatique, le démontre encore aujourd’hui. Voici ce qu’un savant missionnaire dit des Iroquois, qui habitent la partie septenttionale du continent. Les Iroquois, comme les Lacédémoniens, veulent un discours vif & concis. Leur style est cependant figuré & tout métaphorique. (Moeurs des sauv. améric. par le P. Lafiteau, t. I. p. 480.) Leur phlegme a bien pu rendre leur style concis, mais il n’a pas pu en retrancher les figures.... Mais pourquoi aller chercher si loin des exemples ? Quiconque voudra seulement faire attention à ce qui échappe généralement aux réflexions des hommes, parce qu’il est trop ordinaire, peut observer que le peuple est presque toujours porté à parler en figures.]

« En effet, disoit M. du Marsais, (Trop. part. I. art. j.) je suis persuadé qu’il se fait plus de figures un jour de marché à la Halle, qu’il ne s’en fait en plusieurs jours d’assemblées académiques ».

[Il est vrai, continue M. Warburthon, que quand cette disposition rencontre une imagination ardente qui a été cultivée par l’exercice & la méditation, & qui se plaît à peindre des images vives & fortes, la métaphore est bientôt ornée de toutes les fleurs de l’esprit. Car l’esprit consiste à employer des images énergiques & métaphoriques en se servant d’allusions extraordinaires, quoique justes.]

« Il y a cette différence, reprend M. du Marsais, entre la métaphore & la comparaison, que dans la comparaison on se sert de termes qui font connoître que l’on compare une chose à une autre ; par exemple, si l’on dit d’un homme en colere qu’il est comme un lion, c’est une comparaison ; mais quand on dit simplement, c’est un lion, la comparaison n’est alors que dans l’esprit & non dans les termes, c’est une métaphore ».

[Eoque distat, quod illa (la similitude) comparatur rei quam volumus exprimere ; hoec (la métaphore) pro ipsâ re dicitur. Quint. Inst. VIII. 6. de Tropis.]

« Mesurer, dans le sens propre, c’est juger d’une quantité inconnue par une quantité connue, soit par le secours du compas, de la regle, ou de quelque autre instrument, qu’on appelle mesure. Ceux qui prennent bien toutes leurs précautions pour arriver à leurs fins, sont comparés à ceux qui mesurent quelque quantité ; ainsi on dit par métaphore qu’ils ont bien pris leurs mesures. Par la même raison, on dit que les personnes d’une condition médiocre ne doivent pas se mesurer avec les grands, c’est-à-dire vivre comme les grands, se comparer à eux, comme on compare une mesure avec ce qu’on veut mesurer. On doit mesurer sa dépense à son revenu, c’est-à-dire qu’il faut régler sa dépense sur son revenus la quantité du revenu doit être comme la mesure de la quantité de la dépense.

Comme une clé ouvre la porte d’un appartement & nous en donne l’entrée, de même il y a des connoissances préliminaires qui ouvrent, pour ainsi dire, l’entrée aux sciences plus profondes : ces connoissances ou principes sont appellés clés par métaphore ; la Grammaire est la clé des sciences : la Logique est la clé de la Philosophie. On dit aussi d’une ville fortifiée qui est sur une frontiere, qu’elle est la clé du royaume, c’est-à-dire que l’ennemi qui se rendroit maître de cette ville, seroit à portée d’entrer ensuite avec moins de peine dans le royaume dont on parle. Par la même raison, l’on donne le nom de clé, en terme de Musique, à certaines marques ou caracteres que l’on met au commencement des lignes de musique : ces marques font connoître le nom que l’on doit donner aux notes ; elles donnent, pour ainsi dire, l’entrée du chant.

Quand les métaphores sont régulieres, il n’est pas difficile de trouver le rapport de comparaison. La métaphore est donc aussi étendue que la comparaison ; & lorsque la comparaison ne seroit pas juste ou seroit trop recherchée, la métaphore ne seroit pas réguliere.

Nous avons déja remarqué que les langues n’ont pas autant de mots que nous avons d’idées ; cette disette de mots a donné lieu à plusieurs métaphores : par exemple, le coeur tendre, le coeur dur, un rayon de miel, les rayons d’une roue, &c. L’imagination vient, pour ainsi dire, au secours de cette disette ; elle supplée par les images & les idées accessoires aux mots que la langue peut lui fournir ; & il arrive même, comme nous l’avons déja dit, que ces images & ces idées accessoires occupent l’esprit plus agréablement que si l’on se servoit de mots propres, & qu’elles rendent le discours plus énergique : par exemple, quand on dit d’un homme endormi qu’il est enseveli dans le sommeil, cette métaphore dit plus que si l’on disoit simplement qu’il dort. Les Grecs surprirent Troie ensevelie dans le vin & dans le sommeil, (invadunt urbem somno vinoque sepultam, AEn. II. 265.) Remarquez 1° que dans cet exemple sepultam a un sens tout nouveau & différent du sens propre. 2° Sepultam n’a ce nouveau sens que parce qu’il est joint à somno vinoque, avec lesquels il ne sauroit être uni dans le sens propre ; car ce n’est que par une nouvelle union des termes que les mots se donnent le sens métaphorique. Lumiere n’est uni dans le sens propre qu’avec le feu, le soleil & les autres objets lumineux ; celui qui le premier a uni lumiere à esprit, a donné à lumiere un sens métaphorique, & en a fait un mot nouveau par ce nouveau sens. Je voudrois que l’on pût donner cette interprétation à ces paroles d’Horace : (Art poet. 47.)

Dixeris egregie, notum si callida verbum
Reddiderit junctura novum.

La métaphore est très-ordinaire ; en voici encore quelques exemples. On dit dans le sens propre, s’enivrer de quelque liqueur ; & l’on dit par métaphore, s’enivrer de plaisirs ; la bonne fortune enivre les sots, c’est-à-dire qu’elle leur fait perdre la raison, & leur fait oublier leur premier état. {p. 10:438}

Ne vous enivrez point des éloges flatteurs
Que vous donne un amas de vains admirateurs.
Boil. Art poét. ch. iv.
Le peuple qui jamais n’a connu la prudence,
S’enivroit follement de sa vaine espérance.
Henriade, ch. vij.

Donner un frein à ses passions, c’est-à-dire n’en pas suivre tous les mouvemens, les modérer, les retenir comme on retient un cheval avec le frein, qui est un morceau de fer qu’on met dans la bouche d’un cheval.

Mézerai, parlant de l’hérésie, dit qu’il étoit nécessaire d’arracher cette zizanie, (Abrégé de l’hist. de Fr. François II.) c’est-à-dire, cette semence de division ; zizanie est là dans un sens métaphorique : c’est un mot grec, ζιζάνιον, lolium, qui veut dire ivraie, mauvaise herbe qui croît parmi les blés & qui leur est nuisible. Zizanie n’est point en usage au propre, mais il se dit par métaphore pour discorde, mesintelligence, division, semer la zizanie dans une famille.

Materia (matiere) se dit dans le sens propre de la substance étendue, considérée comme principe de tous les corps ; ensuite on a appellé matiere par imitation & par métaphore ce qui est le sujet, l’argument, le thème d’un discours, d’un poëme ou de quelque autre ouvrage d’esprit. Le prologue du I. liv. de Phedre commence ainsi :

AEsopus autor, quam materiam reperit,
Hanc ego polivi versibus senariis ;

j’ai poli la matiere, c’est à-dire, j’ai donné l’agrément de la poésie aux fables qu’Esope a inventées avant moi.

Cette maison est bien riante, c’est à-dire, elle inspire la gaieté comme les personnes qui rient. La fleur de la jeunesse, le feu de l’amour, l’aveuglement de l’esprit, le fil d’un discours, le fil des affaires.

C’est par métaphore que les différentes classes ou considérations auxquelles se réduit tout ce qu’on peut dire d’un sujet, sont appellées lieux communs en rhétorique & en logique, loci communes. Le genre, l’espece, la cause, les effets, &c. sont des lieux communs, c’est à-dire que ce sont comme autant de cellules où tout le monde peut aller prendre, pour ainsi dire, la matiere d’un discours & des argumens sur toutes sortes de sujets. L’attention que l’on fait sur ces différentes classes, réveille des pensées que l’on n’auroit peut être pas sans ce secours. Quoique ces lieux communs ne soient pas d’un grand usage dans la pratique, il n’est pourtant pas inutile de les connoître ; on en peut faire usage pour réduire un discours à certains chefs ; mais ce qu’on peut dire pour & contre sur ce point n’est pas de mon sujet. On appelle aussi en Théologie par métaphore, loci theologici, les différentes sources où les Théologiens puisent leurs argumens. Telles sont l’Ecriture sainte, la tradition contenue dans les écrits des saints peres, des conciles, &c.

En termes de Chimie, regne se dit par métaphore, de chacune des trois classes sous lesquelles les Chimistes rangent les êtres naturels. 1° Sous le regne animal, ils comprennent les animaux. 2° Sous le regne végétal, les végétaux, c’est-à-dire ce qui croit, ce qui produit, comme les arbres & les plantes. 3° Sous le regne minéral, ils comprennent tout ce qui vient dans les mines.

On dit aussi par métaphore que la Géographie & la Chronologie sont les deux yeux de l’Histoire. On personnifie l’Histoire, & on dit que la Géographie & la Chronologie sont, à l’égard de l’Histoire, ce que les yeux sont à l’égard d’une personne vivante ; par l’une elle voit, pour ainsi due, les lieux, & par l’autre les tems ; c’est-à dire qu’un historien doit s’appliquer à faire connoître les lieux & les temps dans lesquels se sont passes les faits dont il décrit l’histoire.

Les mots primitifs d’ou les autres sont dérivés ou dont ils sont composés, sont appellés racines par métaphore : il y a des dictionnaires où les mots sont rangés par racines. On dit aussi par métaphore, parlant des vices ou des vertus, jetter de profondes racines, pour dire s’affermir.

Calus, dureté, durillon, en latin callum, se prend souvent dans un sens métaphorique ; labor quasi callum quoddam obducit dolori, dit Cicéron, Tusc. II. n. 15. seu 36 ; le travail fait comme une espece de calus à la douleur, c’est à-dire que le travail nous rend moins sensibles à la douleur ; & au troisieme livre des Tusculanes, n. 22. sect. 53, il s’exprime de cette sorte : Magis me moverant Corinthi subito ad pectoe parietinoe, quam ipsos Corinthios, quorum animis diuturna cogitatio callum vetustatis obduxarat ; je fus plus touché de voir tout-d’un-coup les murailles ruinées de Corinthe, que ne l’étoient les Corinthiens mêmes, auxquels l’habitude de voir tous les jours depuis long tems leurs murailles abattues, avoit apporté le calus de l’ancienneté, c’est-à dire que les Corinthiens, accoutumés à voir leurs murailles ruinées, n’étoient plus touchés de ce malheur. C’est ainsi que callere, qui dans le sens propre veut dire avoir des durillons, être endurci, signifie ensuite par extension & par métaphore, savoir Bien, connoître parfaitement, ensorte qu’il se soit fait comme un calus dans l’esprit par rapport à quelque connoissance. Quo pacto id fieri soleat calleo, (Ter. Heaut. act. III. se. ij. v. 37.) la maniere dont cela se fait, a fait un calus dans mon esprit ; j’ai médité sur cela, je sais à merveille comment cela se fait ; je suis maitre passé, dit madame Dacier. Illius sensum calleo, (id. Adelph. act. IV. sc. j. v. 17.) j’ai étudié son humeur, je suis accoutume à ses manieres, je sais le prendre comme l faut.

Vûe se dit au propre de la faculté de voir, & par extension de la maniere de regarder les objets : ensuite on donne par métaphore le nom de vûe aux pensées, aux projets, aux desseins, avoir de grandes vûes, perdre de vûe une entreprise, n’y plus penser.

Goût se dit au propre du sens par lequel nous recevons les impressions des saveurs. La langue est l’organe du goût. Avoir le goût dépravé, c’est à-dire trouver bon ce que communément les autres trouvent mauvais, & trouver mauvais ce que les autres trouvent bon. Ensuite on se sert du terme de goût par métaphore, pour marquer le sentiment interieur dont l’esprit est affecté à l’occasion de quelque ouvrage de la nature ou de l’art. L’ouvrage plaît ou déplaît, on l’approuve ou on le desapprouve, c’est le cerveau qui est l’organe de ce goût- là. Le goût de Paris s’est trouvé conforme au goût d’Athènes, dit Racine dans sa préface d’Iphigénie, c’est à-dire, comme il le dit lui-même, que les spectateurs ont été émus à Paris des mêmes choses qui ont mis autrefois en larmes le plus savant peuple de la Grèce. Il en est du goût pris dans le sens figuré, comme du goût pris dans le sens propre.

Les viandes plaisent ou déplaisent au goût sans qu’on soit obligé de dire pourquoi : un ouvrage d’esprit, une pensée, une expression plaît ou déplaît, sans que nous soyons obligés de pénétrer la raison du sentiment dont nous sommes affectés.

Pour se bien connoître en mets & avoir un goût sûr, il faut deux choses ; 1° un organe délicat ; {p. 10:439} 2° de l’expérience, s’être trouvé souvent dans les bonnes tables, &c. on est alors plus en état de dire pourquoi un mets est bon ou mauvais. Pour être connoisseur en ouvrage d’esprit, il faut un bon jugement, c’est un present de la nature ; cela dépend de la disposition des organes ; il faut encore avoir fait des observations sur ce qui plait ou sur ce qui déplaît ; il faut avoir su allier l’étude & la méditation avec le commerce des personnes éclairées, alors on est en état de rendre raison des regles & du goût.

Les viandes & les assaissonnemens qui plaisent aux uns, déplaisent aux autres ; c’est un effet de la différente constitution des organes du goût : il y à cependant sur ce point un goût général auquel il faut avoir égard, c’est-à-dire qu’il y a des viandes & des mets qui sont plus généralement au goût des personnes délicates. Il en est de même des ouvrages d’esprit : un auteur ne doit pas se flatter d’attirer à lui tous les suffrages, mais il doit se conformer au goût général des personnes éclairées qui sont au fait.

Le goût, par rapport aux viandes, dépend beaucoup de l’habitude & de l’éducation : il en est de même du goût de l’esprit ; les idées exemplaires que nous avons reçues dans notre jeunesse, nous fervent de regle dans un âge plus avancé ; telle est la force de l’éducation, de l’habitude & du préjugé. Les organes accoutumés à une telle impression en sont flattés de telle sorte, qu’une impression indifférente ou contraire les afflige : ainsi, malgré l’examen & les discussions, nous continuons souvent à admirer ce qu’on nous a fait admirer dans les premieres années de notre vie ; & de-là peut-être les deux partis, l’un des anciens & l’autre des modernes ».

[J’ai quelquefois ouï reprocher à M. de Marsais d’être un peu prolixe ; & j’avoue qu’il etoit possible, par exemple, de donner moins d’exemples de la métaphore, & de les développer avec moins d’étendue : mais qui est-ce qui ne porte-point envie à une si heureuse prolixité ? L’auteur d’un dictonnaire de langues ne peut pas lire cet article de la métaphore sans être frappé de l’exactitude etonnante de notre grammairien, à distinguer le sens propre du sens figure, & à assigner dans l’un le fondement de l’autre : & s’il le prend pour modele, croit-on que le dictionnaire qui sortira de ses mains, ne vaudra pas bien la foule de ceux dont on accable nos jeunes étudians sans les éclairer ? D’autre part, l’excellente digression que nous venons voir sur le goût n’est-elle pas une preuve des précautions qu’il faut prendre de bonne heure pour former celui de la jeunesse ? N’indique-t-elle pas même ces précautions ? Et un instituteur, un pere de famille, qui met beaucoup au-dessus du goût littéraire des choses qui lui sont en effet préférables, l’honneur, la probité, la religion, verrat-il froidement les attentions qu’exige la culture de l’esprit, sans conclure que la formation du coeur en exige encore de plus grandes, de plus suivies, de plus scrupuleuses ? Je reviens à ce que notre philosophe a encore à nous dire sur la métaphore.]

« Remarques sur le mauveis usage des métaphores. Les métaphores sont défectueuses, 1° quand elles sont tirées des sujets bas. Le P. de Colonia reproche à Tertullien d’avoir dit que le déluge universel fut la lessive de la nature : Ignobilitatis vitio laborare videtur celebris illa Tertulliani metaphora, quâ diluvium appellat naturoe generale lixivium. De arte rhet.

2°. Quand elles sont forcées, prises de loin, & que le rapport n’est point assez naturel, ni la comparaison assez sensible ; comme quand Théophile a dit : Je baignerai mes mains dans les endes de tes cheveux ; & dans un autre endroit il dit que la charrue écorche la plaine. Théophile, dit M. de Bruyere, (Caract. chap. j. des ouvrages de l’esprit), la charge de ses descriptions, s’appesantit sur les détails ; il exagere, il passe le vrai dans la nature, Il en fait le roman. On peut rapporter à la même espece les métaphores qui sont tirées de sujets peu connus.

3°. Il faut aussi avoir égard aux convenances des différens styles ; il y a des métaphores qui conviennent au style poétique, qui seroient déplacées dans le style oratoire. Boileau a dit, ode sur la prise de Namur :

Accourez, troupe savante,
Des sons que ma lyre enfante
Ces arbres sont réjouis.

On ne diroit pas en prose qu’une lyre enfante des sons. Cette observation a lieu aussi à l’egard des autres tropes : par exemple, lumen dans le sens propre, signifie lumiere. Les poëtes latins ont donné ce nom à l’oeil par métonymie, voyez Métonymie. Les yeux sont l’organe de la lumiere, & sont, pour ainsi dire, le flambeau de notre corps. Lucerna corporis tui est oculus tuus. Luc, xj. 34. Un jeune garçon fort aimable étoit borgne ; il avoit une soeur fort belle qui avoit le même défaut : on leur appliqua ce distique, qui fut fait à une autre occasion sous le regne de Philippe II. roi d’Espagne.

Parve puer, lumen quod habes concede sorori ;
Sic tu coecus Amor, sie erit illa Venus.

où voes voyez que lumen signifie l’oeil. Il n’y a rien de si ordinaire dans les poëtes latins que de trouver lumina pour les yeux ; mais ce mot ne se prend point en ce sens dans la prose.

4°. On peut quelquefois adoucir une métaphore en la changeant en comparaison, ou bien en ajoutant quelque correctif : par exemple, en disant pour ainsi dire, si l’on peut parler ainsi, &c. L’art doit être, pour ainsi dire, enté sur la nature ; la nature soutient l’art & lui sert de base, & l’art embellit & perfectionne la nature.

5°. Lorsqu’il y a plusieurs métaphores de suite, il n’est pas toujours nécessaire qu’elles soient tirées exactement du même sujet, comme on vient de le voir dans l’exemple précédent : enté est pris de la culture des arbres ; soutien, base sont pris de l’Architecture : mais il ne faut pas qu’on les prenne de sujets opposés, ni que les termes métaphoriques, dont l’un est dit de l’autre, excitent des idées qui ne puissent point être liées, comme si l’on disoit d’un orateur, c’est un torrent qui s’allume, au lieu de dire c’est ûn torrent qui entraine. On a reproché à Malherbe d’avoir dit, liv. II. voyez les observ. de Ménage sur les poésies de Malherbe,

Prends ta foudre, Louis, & va comme un lion.

Il falloit plûtôt dire comme Jupiter.

Dans les premieres éditions du Cid, Chimene disoit, act. III. sc. 4.

Malgré des feux si beaux qui rompent ma colere.

Feux & rompent ne vont point ensemble : c’est une observation de l’académie sur les vers du Cid. Dans les éditions suivantes on a mis troublent au lieu de rompent ; je ne sais si cette correction répare la premiere faute.

Ecorce, dans le sens propre, est la partie extétérieure des arbres & des fruits, c’est leur couverture : ce mot se dit fort bien dans un sens métaphorique pour marquer les dehors, l’apparence des choses. Ainsi l’on dit que les ignorans s’arrêtent à l’écorce, qu’ils s’attachent, qu’ils s’amusent à l’écorce. {p. 10:440} Remarquez que tous ces verbes s’arrêtent, s’attachent, s’amusent, conviennent fort bien avec l’écorce pris au propre ; mais vous ne diriez pas au propre, fondre l’écorce ; fondre se dit de la glace ou du métal : vous ne devez donc pas dire au figuré fondre l’écorce. J’avoue que cette expression me paroit trop hardie dans une ode de Rousseau, l. III. ode 6. Pour dire que l’hiver est passé & que les glaces sont fondues, il s’exprime de cette forte :

L’hiver qui si long-tems a fait blanchir nos plaines,
N’enchaîne plus le cours des paisibles ruisseaux ;
Et les jeunes zéphirs, de leurs chaudes haleines,
Ont fondu l’écorce des eaux.

6°. Chaque langue a des métaphores particulieres qui ne sont point en usage dans les autres langues : par exemple, les Latins disoient d’une armée, dextrum & sinistrum cornu ; & nous disons, l’aile droite & l’aile gauche.

Il est si vrai que chaque langue a ses métaphores propres & consacrées par l’usage, que si vous en changez les termes par les équivalens même qui en approchent le plus, vous vous rendez ridicule. Un étranger qui depuis devenu un de nos citoyens, s’est rendu célebre par ses ouvrages, écrivant dans les premiers tems de son arrivée en France à son protecteur, lui disoit : Monseigneur vous avez pour moi des boyaux de pere ; il vouloit dire des entrailles.

On dit mettre la lumiere sous le boisseau, pour dire cacher ses talens, les rendre inutiles. L’auteur du poëme de la Madeleine, liv. VII. pag. 117, ne devoit donc pas dire, mettre le flambeau sous le nid ».

[Qu’il me soit permis d’ajouter à ces six remarques un septieme principe que je trouve dans Quintilien, inst. VIII. vj. c’est que l’on donne à un mot un sens métaphorique, ou par nécessité, quand on manque de terme propre, ou par une raison de préférence, pour présenter une idée avec plus d’énergie ou avec plus de décence : toute métaphore qui n’est pas fondée sur l’une de ces considérations, est déplacée. Id facimus, aut quia necesse est, aut quia significantius, aut quia decentiùs : ubi nihil horum proestabit, quod transferetur, improprium erit.

Mais la métaphore assujettie aux lois que la raison & l’usage de chaque langue lui prescrivent, est non seulement le plus beau & le plus usité des tropes, c’en est le plus utile : il rend le discours plus abondant par la facilité des changemens & des emprunts, & il prévient la plus grande de toutes les difficultés, en designant chaque chose par une dénomination caractéristique. Copiam quoque sermonis auget permutando, aut mutuando quod non habet ; quoque difficillimum est, proestat ne ulli rei nomen deesse videatur. Quintil. inst. VIII. vj. Ajoutez à cela que le propre des métaphores, pour employer les termes de la traduction de M. l’abbé Colin,

« est d’agiter l’esprit, de le transporter tout d’un coup d’un objet à un autre ; de le presser, de comparer soudainement les deux idées qu’elles présentent, & de lui causer par les vives & promptes émotions un plaisir inexprimable ».

Eoe propter similitudinem transferunt animos & referunt, ac movent huc & illuc ; qui motus cogitationis, celeriter agitatus, per se ipse delectat. Cicer. orat. n. xxxjx. seu 134. & dans la traduct. de l’abbé Colin, ch. xjx.

« La métaphore, dit le P. Bouhours, man. de bien penser, dialogue 2. est de sa nature une source d’agrémens ; & rien ne flatte peut-être plus l’esprit que la représentation d’un objet sous une image etrangere. Nous aimons, suivant la remarque d’Aristote, à voir une chose dans une autre ; & ce qui ne frappe pas de soi même surprend dans un habile étranger & sous un masque ».

C’est la note du traducteur sur le texte que l’on vient de voir]. (B. E. R. M.)

{p. 10:440}

MÉTAPLASME §

MÉTAPLASME, s. m. μεταπλασμὸς, trans formatio, du verbe μεταπλάσσω, transformo ; c’est le nom général que l’on donne en Grammaire aux figures de diction, c’est-à-dire aux diverses altérations qui arrivent dans le matériel des mots ; de même que l’on donne le nom général de tropes aux divers changemens qui arrivent au sens propre des mots.

Le métaplasme ne pouvant tomber que sur les lettres ou les syllabes dont les mots sont composés, ne peut s’y trouver que par addition, par soustraction ou par immutation.

Le métaplasme par augmentation se fait ou au commencement, ou au milieu, ou à la fin du mot ; d’où résultent trois figures différentes, la prosthèse, l’épenthèse & la paragoge.

On rapporte encore au métaplasme par augmentation, la diérèse qui fait deux syllabes d’une seule diphtongue : ce qui est une augmentation, non de lettres, mais de syllabes. Voyez Prothèse, Epenthèse, Paragoge, Diérèse

Le métaplasme par soustraction produit de même trois figures différentes, qui sont l’aphérèse, la syncope & l’apocope, selon que la soustraction se fait au commencement, au milieu, ou à la fin des mots ; mais il se fait aussi soustraction dans le nombre des syllabes, sans diminution au nombre des lettres, lorsque deux voyelles qui se prononçoient séparément, sont unies en une diphthongue : c’est la synérèse. Voyez Aphérèse, Syncope, Apocope & Synérèse . Voyez aussi Crase & Synalephe, mots presque synonymes à synérèse.

Le métaplasme par immutation donne deux différentes figures, l’antithèse, quand une lettre est mise pour une autre, comme olli pour illi ; & la métathèse, quand l’ordre des lettres est transposé, comme Hanovre pour Hanover. Voyez Antithèse & Métathèse.

Voici toutes les especes de métaplasme assez bien caractérisées dans les six vers techniques suivans :

Prosthesis apponit capiti ; sed aphaeresis aufert :
Syncopa de medio tollit ; sed epenthesis addit :
Abstrahit apocope fini ; sed dat paragoge :
Constringit crasis ; distracta dioeresis effert :
Antithesin mutata dabit tibi littera ; verùm
Littera si legitur transposta ; metathesis extat.

Rien de plus important dans les recherches étymologiques que d’avoir bien présentes à l’esprit toutes les différentes especes de métaplasme, non peut-être qu’il faille s’en contenter pour établir une origine, mais parce qu’elles contribuent beaucoup à confirmer celles qui portent sur les principaux fondemens, quand il n’est plus question que d’expliquer les différences matérielles du mot primitif & du dérivé. (B. E. R. M.)

METHODE §

{p. 10:446}

Méthode (Grammaire) §

Méthode, (Gramm.) ce mot vient du grec μέθοδος, composé de μετὰ, trans ou per, & du nom ὁδός, via. Une méthode est donc la maniere d’arriver à un but par la voie la plus convenable : appliquez ce mot à l’étude des langues ; c’est l’art d’y introduire les commençans par les moyens les plus lumineux & les plus expéditifs. De là vient le nom de méthode, donné à plusieurs des livres élémentaires destinés à l’étude des langues. Tout le monde connoît les méthodes estimées de P. R. pour apprendre la langue grecque, la latine, l’italienne, & l’espagnole ; & l’on ne connoît que trop les méthodes de toute espece dont on accable sans fruit la jeunesse qui fréquente les colléges.

Pour se faire des idées nettes & précises de la méthode que les maîtres doivent employer dans l’enseignement des langues, il me semble qu’il est essentiel de distinguer 1°. entre les langues vivantes & les langues mortes ; 2°. entre les langues analogues & les langues transpositives.

I. 1°. Les langues vivantes, comme le françois, l’italien, l’espagnol, l’allemand, l’anglois, &c. se parlent aujour d’hui chez les nations dont elles portent le nom : & nous avons, pour les apprendre, tous les secours que l’on peut souhaiter ; des maitres habiles qui en connoissent le méchanisme & les finesses, parce qu’elles en sont les idiomes naturels ; des livres écrits dans ces langues, & des interpretes sûrs qui nous en distinguent avec certitude l’excellent, le bon, le médiocre, & le mauvais : ces langues peuvent nous entrer dans la tête par les oreilles & par les yeux tout-à-la-fois. Voilà le fondement de la méthode qui convient aux langues vivantes, décidé d’une maniere indubitable. Prenons, pour les apprendre, des maîtres nationnaux : qu’ils nous instruisent des principes les plus généraux du méchanisme & de l’analogie de leur langue ; qu’ils nous la parlent ensuite & nous la fassent parler ; ajoutons à cela l’étude des observations grammaticales, & la lecture raisonnée des meilleurs livres écrits dans la langue que nous étudions. La raison de ce procédé est simple : les langues vivantes s’apprennent pour être parlées, puisqu’on les parle ; on n’apprend à parler que par l’exercice fréquent de la parole ; & l’on n’apprend à le bien faire, qu’en suivant l’usage, qui, par rapport aux langues vivantes, ne peut se constater que par deux témoignages inséparables, je veux dire, le langage de ceux qui par leur éducation & leur état sont justement présumés les mieux instruits dans leur langue, & les écrits des auteurs que l’unanimité des suffrages de la nation caractérise comme les plus distingués. {p. 10:447}

2°. Il en est tout autrement des langues mortes, comme l’hébreu, l’ancien grec, le latin. Aucune nation ne parle aujourd’hui ces langues ; & nous n’avons, pour les apprendre, que les livres qui nous en restent. Ces livres même ne peuvent pas nous être aussi utiles que ceux d’une langue vivante ; parce que, nous n’avons pas, pour nous les faire entendre, des interpretes aussi sûrs & aussi autorisés, & que s’ils nous laissent des doutes, nous ne pouvons en trouver ailleurs l’éclaircissement. Est-il donc raisonnable d’employer ici la même méthode que pour les langues vivantes ? Après l’étude des principes généraux du méchanisme & de l’analogie d’une langue morte, débuterons nous par composer en cette langue, soit de vive voix, soit par écrit ? Ce procédé est d’une absurdité évidente : à quoi bon parler une langue qu’on ne parle plus ? Et comment prétend-on venir à bout de la parler seul, sans en avoir étudié l’usage dans ses sources, ou sans avoir présent un moniteur instruit qui le connoisse avec certitude, & qui nous le montre en parlant le premier ? Jugez par-là ce que vous devez penser de la méthode ordinaire, qui fait de la composition des thèmes son premier, son principal, & presque son unique moyen. Voyez Etude, & la Méch. des langues, liv. II. §. j. C’est aussi par-là que l’on peut apprécier l’idée que l’on proposa dans le siecle dernier, & que M. de Maupertuis a réchauffée de nos jours, de fonder une ville dont tous les habitans, hommes & femmes, magistrats & artisans ne parleroient que la langue latine. Qu’avons-nous affaire de savoir parler cette langue ? Est-ce à la parler que doivent tendre nos études ?

Quand je m’occupe de la langue italienne, ou de telle autre qui est actuellement vivante, je dois apprendre à la parler, puisqu’on la parle ; c’est mon objet : & si je lis alors les lettres du cardinal d’Ossat, la Jérusalem délivrée, l’énéïde d’Annibal Caro, ce n’est pas pour me mettre au fait des affaires politiques dont traite le prélat, ou des avantures qui constituent la fable des deux poëmes ; c’est pour apprendre comment se sont énoncés les auteurs de ces ouvrages. En un mot, j’étudie l’italien pour le parler, & je cherche dans les livres comment on le parle. Mais quand je m’occupe d’hébreu, de grec, de latin, ce ne peut ni ne doit être pour parler ces langues, puisqu’on ne les parle plus ; c’est pour étudier dans leurs sources l’histoire du peuple de Dieu, l’histoire ancienne ou la romaine, la Mythologie, les Belles-Lettres, &c. La Littérature ancienne, ou l’étude de la Religion, est mon objet : & si je m’applique alors à quelque langue morte, c’est qu’elle est la clé nécessaire pour entrer dans les recherches qui m’occupent. En un mot, l’étudie l’Histoire dans Hérodote, la Mythologie dans Homere, la Morale dans Platon ; & je cherche dans les grammaires, dans les lexiques, l’intelligence de leur langue, pour parvenir à celle de leurs pensées.

On doit donc étudier les langues vivantes, comme fin, si je puis parler ainsi ; & les langues mortes, comme moyen. Ce n’est pas au reste que je prétende que les langues vivantes ne puissent ou ne doivent être regardées comme des moyens propres à acquérir ensuite des lumieres plus importantes : je m’en suis expliqué tout autrement au mot Langue ; & quiconque n’a pas à voyager chez les étrangers, ne doit les étudier que dans cette vûe. Mais je veux dire que la considération des secours que nous avons pour ces langues doit en diriger l’étude, comme si l’on ne se proposoit que de les savoir parler ; parce que cela est possible, que personne n’entend si bien une langue que ceux qui la savent parler, & qu’on ne sauroit trop bien entendre celle dont on prétend faire un moyen pour d’autres études. Au contraire nous n’avons pas assez de secours pour apprendre à parler les langues mortes dans toutes les occasions ; le langage qui résulteroit de nos efforts pour les parler ne serviroit de rien à l’intelligence des ouvrages que nous nous proposerions de lire, parce que nous n’y parlerions guere que notre langue avec les mots de la langue morte ; par conséquent nos efforts seroient en pure perte pour la seule fin que l’on doit se proposer dans l’étude des langues anciennes.

Il. De la distinction des langues en analogues & transpositives, il doit naître encore des différences dans la méthode de les enseigner, aussi marquées que celle du’génie de ces langues.

1°. Les langues analogues suivent, ou exactement ou de fort près, l’ordre analytique, qui est, comme je l’ai dit ailleurs, (voyez Inversion & Langue) le lien naturel, & le seul lien commun de tous les idiomes. La nature, chez tous les hommes, a donc déja bien avancé l’ouvrage par rapport aux langues analogues, puisqu’il n’y a en quelque sorte à apprendre que ce que l’on appelle la Grammaire & la Vocabulaire, que le tour de la phrase ne s’écarte que peu ou point de l’ordre analytique, que les inversions y sont rares ou legeres, & que les ellipses y sont ou peu fréquentes ou faciles à suppléer. Le degré de facilité est bien plus grand encore, si la langue naturelle de celui qui commence cette étude, est elle-même analogue. Quelle est donc la méthode qui convient à ces langues ? Mettez dans la tête de vos éleves une connoissance suffisante des principes grammaticaux propres à cette langue, qui se réduisent à-peu-près à la distinction des genres & des nombres pour les noms, les pronoms, & les adjectifs, & à la conjugaison des verbes. Parlez-leur ensuite sans délai, & faites-les parler, si la langue que vous leur enseignez est vivante ; faites-leur traduire beaucoup, premierement de votre langue dans la leur, puis de la leur dans la vôtre : c’est le vrai-moyen de leur apprendre promptement & sûrement le sens propre & le sens figuré de vos mots, vos tropes, vos anomalies, vos licences, vos idiotismes de toute espece. Si la langue analogue que vous leur enseignez, est une langue morte, comme l’hébreu, votre provision de principes grammaticaux une fois faite, expliquez vos auteurs, & faites-les expliquer avec soin, en y appliquant vos principes fréquemment & scrupuleusement : vous n’avez que ce moyen pour arriver, ou plutôt pour mener utilement à la connoissance des idiotismes, où gissent toûjours les plus grandes difficultés des langues. Mais renoncez à tout desir de parler ou de faire parler hébreu ; c’est un travail inutile ou même nuisible, que vous épargnerez à votre éleve.

2°. Pour ce qui est des langues transpositives, la méthode de les enseigner doit demander quelque chose de plus ; parce que leurs écarts de l’ordre analytique, qui est la regle commune de tous les idiomes, doivent y ajoûter quelque difficulté, pour ceux principalement dont la langue naturelle est analogue : car c’est autre chose à l’égard de ceux dont l’idiome maternel est également transpositif ; la difficulté qui peut naître de ce caractere des langues est beaucoup moindre, & peut-être nulle à leur égard. C’est précisément le cas où se trouvoient les Romains qui étudioient le grec, quoique M. Pluche ait jugé qu’il n’y avoit entre leur langue & celle d’Athènes aucune affinité.

« Il étoit cependant naturel, dit-il dans la préface de la Méchanique des Langues, page vij. qu’il en coûtât davantage aux Romains pour apprendre le grec, qu’à nous pour apprendre le latin : car nos langues françoise, italienne, espagnole, & toutes celles qu’on parle dans le midi de l’Europe, étant sorties, comme elles le sont pour la plûpart, de l’ancienne {p. 10:448} langue romaine ; nous y retrouvons bien des traits de celle qui leur a donné naissance : la latine au contraire ne tenoit à la langue d’Athènes par aucun degré de parenté ou de ressemblance, qui en rendît l’accès plus aisé ».

Comment peut-on croire que le latin n’avoit avec le grec aucune affinité ? A-t-on donc oublié qu’une partie considérable de l’Italie avoit reçû le nom de grande Grece, magna Groecia, à cause de l’origine commune des peuplades qui étoient venues s’y établir ? Ignore-t-on ce que Priscien nous apprend, lib. V. de casibus, que l’ablatif est un cas propre aux Romains, nouvellement introduit dans leur langue, & placé pour cette raison après tous les autres dans la déclinaison ? Ablativus proprius est Romanorum, & .... quia novus videtur à Latinis inventus, vetustati reliquorum casuum concessit. Ainsi la langue latine au berceau avoit précisément les mêmes cas que la langue grecque ; & peut-être l’ablatif ne s’est-il introduit insensiblement, que parce qu’on prononçoit un peu différemment la finale du datif, selon qu’il étoit ou qu’il n’étoit pas complément d’une préposition. Cette conjecture se fortifie par plusieurs observations particulieres : 1°. le datif & l’ablatif pluriels sont toûjours semblables : 2°. ces deux cas sont encore semblables au singulier dans la seconde déclinaison : 3°. on trouve morte au datif dans l’épitaphe de Plaute, rapportée par Aulu-Gelle, Noct. Att. I. xxiv. & au contraire on trouve dans Plaute lui-même, oneri, furfuri, &c. à l’ablatif ; parce qu’il y a peu de différence entre les voyelles e & i, d’où vient même que plusieurs noms de cette déclinaison ont l’ablatif terminé des deux manieres : 4°. le datif de la quatrieme étoit anciennement en u, comme l’ablatif, & Aulu Gelle, IV. xvj. nous apprend que César lui-même dans ses livres de l’Analogie, pensoit que c’étoit ainsi qu’il devoit se terminer : 5°. le datif de la cinquieme fut autrefois en e, comme il paroît par ce passage de Plaute, Mercat. I. j. 4. Amatores, qui aut nocti, aut die, aut soli, aut lunoe miserias narrant suas : 6°. enfin l’ablatif en â long de la premiere, pourroit bien n’être long, que parce qu’il vient de la diphtongue oe du datif. La déclinaison latine offre encore bien d’autres traits d’imitation & d’affinité avec la déclinaison grecque. Voyez Génitif, n. I.

Pour ce qui concerne les étymologies grecques de quantité de mots latins, il n’est pas possible de résister à la preuve que nous fournit l’excellent ouvrage de Vossius le pere, etymologicon linguoe latinoe ; & je suis persuadé que de la comparaison détaillée des articles de ce livre avec ceux du Dictionnaire étymologique de la langue françoise par Ménage, il s’ensuivroit qu’à cet égard l’affinité du latin avec le grec est plus grande que celle du françois avec le latin.

Je dirois donc au contraire qu’il doit naturellement nous en couter davantage pour apprendre le latin, qu’aux Romains pour apprendre le grec : car outre que la langue de Rome trouvoit dans celle d’Athènes les radicaux d’une grande partie de ses mots, la marche de l’une & de l’autre étoit également transpositive ; les noms, les pronoms, les adjectifs, s’y déclinoient également par cas ; le tour de la phrase y étoit également elliptique, également pathétique, également harmonieux ; la prosodie en étoit également marquée, & presque d’après les mêmes principes ; & d’ailleurs le grec étoit pour les Romains une langue vivante qui pouvoit leur être inculquée & par l’exercice de la parole, & par la lecture des bons ouvrages. Au contraire nos langues, françoise, italienne, espagnole, &c. ne tiennent à celle de Rome, que par quelques racines qu’elles y ont empruntées ; mais elles n’ont au surplus avec cette langue ancienne aucune affinité qui leur en rende l’accès plus facile ; leur construction usuelle est analytique ou très-approchante ; le tour de la phrase n’y souffre ni transposition considérable, ni ellipse hardie ; elles ont une prosodie moins marquée dans leurs détails ; & d’ailleurs le latin est pour nous une langue morte, pour laquelle nous n’avons pas autant de secours que les Romains en avoient dans leur tems pour le grec.

Nous devons donc mettre en oeuvre tout ce que notre industrie peut nous suggérer de plus propre à donner aux commençans l’intelligence du latin & du grec ; & j’ai prouvé, article Inversion, que le moyen le plus lumineux, le plus raisonnable, & le plus autorisé par les auteurs mêmes à qui la langue latine étoit naturelle, c’est de ramener la phrase latine ou grecque à l’ordre & à la plénitude de la construction analytique. Je n’avois que cela à prouver dans cet article : j’ajoûte dans celui-ci, qu’il faut donner aux commençans des principes qui les mettent en état le plus promptement qu’il est possible d’analyser seuls & par eux-mêmes ; ce qui ne peut être le fruit que d’un exercice suivi pendant quelque tems, & fondé sur des notions justes, précises, & invariables. Ceci demande d’être développé.

Personne n’ignore que la tradition purement orale des principes qu’il est indispensable de donner aux enfans, ne feroit en quelque sorte qu’effleurer leur ame : la légereté de leur âge, le peu ou le point d’habitude qu’ils ont d’occuper leur esprit, le manque d’idées acquises qui puissent servir comme d’attaches à celles qu’on veut leur donner ; tout cela & mille autres causes justifient la nécessité de leur mettre entre les mains des livres élémentaires qui puissent fixer leur attention pendant la leçon, les occuper utilement après, & leur rendre en tout tems plus facile & plus prompte l’acquisition des connoissances qui leur conviennent. C’est sur-tout ici que se vérifie la maxime d’Horace, Art poét. 180.

Segniùs irritant animos demissa per aures,
Quàm quoe sunt oculis subjecta fidelibus.

On pourroit m’objecter que j’insiste mal-à-propos sur la nécessité des livres élémentaires, puisqu’il en existe une quantité prodigieuse de toute espece, & qu’il n’y a d’embarras que sur le choix. Il est vrai que graces à la prodigieuse fécondité des faiseurs de rudimens, de particules, de méthodes, les enfans que l’on veut initier au latin ne manquent pas d’être occupés ; mais le sont-ils d’une maniere raisonnable, le sont-ils avec fruit ? Je ne prendrai pas sur moi de répondre à cette question ; je me contenterai d’observer que presque tous ces livres ont été faits pour enseigner aux commençans la fabrique du latin, & la composition des thèmes ; que la méthode des thèmes tombe de jour en jour dans un plus grand discrédit, par l’effet des réflexions sages répandues dans les livres excellens des instituteurs les plus habiles, & des écrivains les plus respectables, M. le Fevre de Saumur, Vossius le pere, M. Rollin, M. Pluche, M. Chompré, &c. Qu’il est à desirer que ce discrédit augmente, & qu’on se tourne entierement du côté de la version, tant de vive-voix que par écrit ; que l’un des moyens les plus propres à amener dans la méthode de l’institution publique cette heureuse révolution, c’est de poser les fondemens de la nouvelle méthode, en publiant les livres élémentaires dans la forme qu’elle suppose & qu’elle exige ; & qu’aucun de ceux qu’on a publiés jusqu’à-présent, ou du-moins qui sont parvenus à ma connoissance, ne peut servir à cette fin.

Dans l’intention de prévenir, s’il est possible, une fécondité toujours nuisible à la bonté des fruits, j’ajoute que les livres élémentaires, dans quelque genre d’étude que ce puisse être, sont peut-être les {p. 10:449} plus difficiles à bien faire, & ceux dans lesquels on a le moins réussi. Deux causes y contribuent : d’une part, la réalité de cette difficulté intrinseque, dont on va voir les raisons dans un moment ; & de l’autre, une apparence toute contraire, qui est pour les plus novices un encouragement à s’en mêler, & pour les plus habiles, un véritable piége qui les fait échouer.

Il faut que ces élémens soient réduits aux notions les plus générales, & au nécessaire le plus étroit, parce que, comme le remarque très-judicieusement M. Pluche, il faut que les jeunes commençans voient la fin d’une tâche qui n’est pas de nature à les réjouir, & qu’ils n’en seront que plus disposés à apprendre le tout parfaitement. Ces notions cependant doivent être en assez grande quantité pour servir de fondement à toute la science grammaticale, de solution à toutes les difficultés de l’analyse, d’explication à toutes les irrégularités apparentes ; quoiqu’il faille tout-à-fois les rédiger avec assez de précision, de justesse, & de vérité, pour en déduire facilement & avec clarté, en tems & lieu, les développemens convenables, & les applications nécessaires, sans surcharger ni dégoûter les commençans.

L’exposition de ces élémens doit être claire & débarrassée de tout raisonnement abstrait ou métaphysique, parce qu’il n’y a que des esprits déja formes & vigoureux, qui puissent en atteindre la hauteur, en saisir le fil, en suivre l’enchaînement, & qu’il s’agit ici de se mettre à la portée des enfans, esprits encore foibles & délicats, qu’il faut soutenir dans leur marche, & conduire au but par une rampe douce & presque insensible. Cependant l’ouvrage doit être le fruit d’une métaphysique profonde, & d’une logique rigoureuse, sinon les idées fondamentales auront été ma. vûes ; les définitions seront obscures ou diffuses, ou fausses ; les principes seront mal digérés ou mal présentés ; on aura omis des choses essentielles, ou l’on en aura introduit de superflues ; l’ensemble n’aura pas le mérite de l’ordre, qui répand la lumiere sur toutes les parties, en en fixant la correspondance, qui les fait retenir l’une par l’autre en les enchaînant, qui le, féconde en on facilitant l’application. Peut-être même faut-il à l’auteur une dose de métaphysique d’autant plus forte, que les enfans ne doivent pas en trouver la moindre teinte dans son ouvrage.

Ce n’est pas assez pour réussir dans ce genre de travail, d’avoir vû les principes un à un ; il faut les avoir vûs en corps, & les avoir comparés. Ce n’est pas assez de les avoir envisagés dans un état d’abstraction, & d’avoir, si l’on veut, imaginé le système le plus parfait en apparence ; il faut avoir essayé le tout par la pratique : la théorie ne montre les principes que dans un état de mort ; c’est la pratique qui les vivifie en quelque sorte ; c’est l’expérience qui les justifie. Il ne faut donc regarder les principes grammaticaux comme certains, comme nécessaires, comme admissibles dans nos élémens, qu’après s’être assuré qu’en effet ils fondent les usages qui y ont trait, & qu’ils doivent servir à les expliquer.

Afin d’indiquer à-peu-près l’espece de principes qui peut convenir à la méthode analytique dont je conseille l’usage, qu’il me soit permis d’insérer ici un essai d’analyse, conformément aux vûes que j’insinue dans cet article, & dans l’article Inversion, & dont on trouvera les principes répandus & développés en divers endroits de cet ouvrage. On y verra l’application d’une méthode que j’ai pratiquée avec succès, & que toutes sortes de raisons me portent à croire la meilleure que l’on puisse suivre à l’égard des langues transpositives ; je ne la propose cependant au public que comme une matiere qui peut donner lieu à des expériences intéressantes pour la religion & pour la patrie, puisqu’elles tendront à perfectionner une partie nécessaire de l’éducation.

Quelques lecteurs délicats trouveront peut-être mauvais que j’ose les occuper de pareilles minuties, & d’observations pédantesques : mais ceux qui peuvent être dans ces dispositions, n’ont pas même entamé la lecture de cet article. Je puis continuer sans conséquence pour eux ; les autres qui seroient venus jusqu’ici, & qui seroient insensibles au motif que je viens de leur présenter, je les plains de cette insensibilité ; qu’ils me plaignent, qu’ils me blâment, s’ils veulent, de celle que j’ai pour leur délicatesse ; mais qu’ils ne s’offensent point, si traitant un point de grammaire, j’emprunte le langage qui y convient, & descens dans un détail minutieux, si l’on veut, mais important, puisqu’il est fondamental.

Je reprens le discours de la mere de Sp. Carvilius à son fils, dont j’avois entamé l’explication (article Inversion) d’après les principes de M. Pluche.

Quin prodis, mi Spuri, ut quotiescunque gradum facies,
Toties tibi tuarum virtutum veniat in mentem.

Quin est un adverbe conjonctif & négatif. Quin, par apocope, pour quine, qui est composé de l’ablatif commun quî, & de la négation ne ; & cet ablatif quî est le complément de la préposition sous-entendue pro pour ; ainsi quin est équivalent à pro quî ne, pour quoi ne ou ne pas ; quin est donc un adverbe ; puisqu’il équivaut à la préposition pro avec son complément quî ; & cet adverbe est lui-même le complément circonstanciel de cause du verbe prodis. VoyezRégime. Quin est conjonctif, puisqu’il renferme dans sa signification le mot conjonctif qui ; & en cette qualité il sert à joindre la proposition incidente dont il s’agit (voyez Incidente) avec un antécédent qui est ici sous-entendu, & dont nous ferons la recherche en tems & lieu : enfin quin est négatif, puisqu’il renferme encore dans sa signification la négation ne qui tombe ici sur prodis.

Prodis (tu vas publiquement) est à la seconde personne du singulier du présent indéfini (voyez Présent) de l’indicatif du verbe prodire, prodeo, is, ivi, & par syncope, ii, itum, verbe absolu actif, (voyez Verbe) & irrégulier, de la quatrieme conjugaison : ce verbe est composé du verbe ire, aller, & de la particule pro, qui dans la composition signifie publiquement ou en public, parce qu’on suppose à la préposition pro le complément ore omnium, pro ore omnium (devant la face de tous) le d a été inséré entre les deux racines par euphonie (voyez Euphonie) pour empêcher l’hiatus : prodis est à la seconde personne du singulier, pour s’accorder en nombre & en personne avec son sujet naturel, mi Spuri.Voyez Sujet.

Mi (mon) est au vocatif singulier masculin de meus, a, eum, adjectif hétéroclite, de la premiere déclinaison. Voyez Paradigme. Mi est au vocatif singulier masculin, pour s’accorder en cas, en nombre & en genre avec le nom propre Spuri, auquel il a un rapport d’identité. Voyez Concordance & Identité.

Spuri (Spurius) est au vocatif singulier de Spurius, ii, nom propre, masculin & hétéroclite, de la deuxieme déclinaison : Spuri est au vocatif, parce que c’est le sujet grammatical de la seconde personne, ou auquel le discours est adressé. Voyez Vocatif.

Mi Spuri (mon Spurius) est le sujet logique de la seconde personne.

Ut (que) est une conjonction déterminative, dont l’office est ici de réunir à l’antécédent sous-entendu hanc finem, la proposition incidente déterminative, quotiescumque gradum facies, toties tibi tuarum virtutum veniat in mentem. {p. 10:450}

Quotiescumque (combien de fois) est un adverbe conjonctif ; comme adverbe, c’est le complément circonstanciel de tems du verbe facies ; comme conjonctif, il sert à joindre à l’antécédent toties la proposition incidente déterminative gradum facies.

Gradum (un pas) est à l’accusatif singulier de gradus, ûs, nom masculin de la quatrieme déclinaison ; gradum est à l’accusatif, parce qu’il est le complément objectif du verbe facies ; & par conséquent il doit être après facies dans la construction analytique.

Facies (tu feras) est à la seconde personne du singulier du présent postérieur, voyez Présent, de l’indicatif actif du verbe facere (faire) cio, cis, feci, factum, verbe relatif, actif & irrégulier, de la troisieme conjugaison : facies est à la seconde personne du singulier, pour s’accorder en personne & en nombre avec son sujet naturel mi Spuri.

Quotiescumque facies gradum (combien de fois tu feras un pas) est la totalité de la proposition incidente déterminative de l’antécédent toties ; & par conséquent l’ordre analytique lui assigne sa place après toties.

Toties (autant de fois) est un adverbe, complément circonstanciel de tems du verbe veniat.

Toties quotiescumque facies gradum (autant de fois combien de fois tu feras un pas) est la totalité du complément circonstanciel de tems du verbe veniat ; & doit par conséquent venir après veniat dans la construction analytique.

Tibi (à toi) est au datif singulier masculin de tu, pronom de la seconde personne : tibi est au datif, parce qu’il est le complément relatif du verbe veniat ; après lequel il doit donc être placé dans la construction analytique : tibi est au singulier masculin pour s’accorder en nombre & en genre avec son co-relatif Spurius.Voyez Pronom.

Tuarum (tiennes) est au génitif pluriel feminin de tuus, a, um, adj. de la premiere déclinaison, pour s’accorder en genre, en nombre & en cas avec le nom virtutum, auquel il a un rapport d’identité, & qu’il doit suivre dans la construction analytique.

Virtutum (des vaillances) est au génitif pluriel de virtus, tutis, nom feminin de la troisieme déclinaison, employé ici par une métonymie de la cause pour l’effet, de même que le mot françois vaillance pour action vaillante : virtutum est au génitif, parce qu’il est le complément déterminatif grammatical du nom appellatif sous-entendu recordatio.Voyez Génitif.

Virtutum tuarum (des vaillances tiennes) est le complément déterminatif logique du nom appellatif sous-entendu recordatio, & doit par conséquent suivre recordatio dans l’ordre analytique.

Il y a donc de sous-entendu recordatio (le souvenir), qui est le nominatif singulier de recordatio, onis, nom feminin de la troisieme déclinaison : recordatio est au nominatif, parce qu’il est le sujet grammatical du verbe veniat.

Recordatio virtutum tuarum (le souvenir des vaillances tiennes) est le sujet logique du verbe veniat, & doit conséquemment précéder ce verbe dans la construction analytique.

Veniat (vienne) est à la troisieme personne du singulier du présent indéfini du subjonctif du verbe venire (venir) io, is, i, tum, verbe absolu, actif, de la quatrieme conjugaison : veniat est à la troisieme personne du singulier, pour s’accorder en nombre & en personne avec son sujet grammatical sous-entendu recordatio : veniat est au subjonctif, à cause de la conjonction ut qui doit être suivie du subjonctif quand elle lie une proposition qui énonce une fin à laquelle on tend.

In (dans) est une préposition dont le complément doit être à l’accusatif, quand elle exprime un rapport de tendance vers un terme, soit physique, soit moral ; au lieu que le complément doit être à l’ablatif, quand cette préposition exprime un rapport d’adhésion à ce terme physique ou moral.

Mentem (l’esprit) est à l’accusatif singulier de mens, tis, nom feminin de la troisieme déclinaison : mentem est à l’accusatif, parce qu’il est le complément de la préposition in.

In mentem (dans l’esprit) est la totalité du complément circonstanciel de terme du verbe veniat, qui doit par conséquent précéder in mentem dans l’ordre analytique.

Voilà donc trois complémens du verbe veniat : le complement circonstanciel de tems, toties quotiescumque facies gradum ; le complément relatif tibi, & le complement circonstanciel de terme, in mentem : tous trois doivent être après veniat dans la construction analytique ; mais dans quel ordre ? Le complément relatif tibi doit être le premier, parce qu’il est le plus court ; le complément circonstanciel de terme in mentem doit être le second, parce qu’il est encore plus court que le complément circonstanciel de tems toties quotiescumque facies gradum ; celui-ci doit être le dernier, comme le plus long. La raison de cet arrangement est que tout complément, dans l’ordre analytique, doit être le plus près qu’il est possible du mot qu’il complette : mais quand un même mot a plusieurs complémens, vû qu’alors ils ne peuvent pas tous être immédiatement après le mot completté ; on place les plus courts les premiers, afin que le dernier en soit le moins éloigné qu’il est possible.

Ainsi, ut recordatio virtutum tuarum veniat tibi in mentem toties quotiescumque facies gradum (que le souvenir des vaillances tiennes vienne à toi dans l’esprit autant de fois combien de fois tu feras un pas), c’est la totalité de la préposition incidente déterminative de l’antécédent sous-entendu hune finem : elle doit donc, dans l’ordre analytique, être à la suite de l’antécédent hunc finem.

Il y a donc de sous-entendu hunc finem. Hunc (cette) est à l’accusatif singulier masculin de hic, hoec, hoc, adjectif de la seconde espece de la troisieme déclinaison. Voyez Paradigme. Hunc est à l’accusatif singulier masculin pour s’accorder en cas, en nombre & en genre avec le nom finem, auquel il a un rapport d’identité. Finem (fin) est à l’accusatif singulier masculin de finis, is, nom douteux de la troisieme déclinaison. Voyez Genre, n. IV. Finem est à l’accusatif, parce qu’il est le complément grammatical de la préposition sous-entendue in : finem est aussi l’antécédent grammatical de la proposition incidente déterminative, ut recordatio tuarum virtutum veniat tibi in mentem toties quotiescumque facies gradum ; & hunc finem (cette fin) en est l’antécédent logique.

Hunc finem ut recordatio virtutum tuarum veniat tibi in mentem toties quotiescumque facies gradum (cette fin que le souvenir des vaillances tiennes vienne à toi dans l’esprit autant de fois combien de fois tu feras un pas) ; c’est le complément logique de la préposition sous-entendue in, qui doit être après in par cette raison.

Il y a donc de sous-entendu inou pour), qui est une préposition dont le complément est ici à l’accusatif, parce qu’elle exprime un rapport de tendance vers un terme moral.

In hunc finem ut recordatio virtutum tuarumveniat tibi in mentem toties quotiescumque facies gradum (à cette fin que le souvenir des vaillances tiennes vienne à toi dans l’esprit autant de fois combien de fois tu feras un pas) ; c’est la totalité du complément circonstanciel de fin du verbe prodis ; donc l’ordre analytique doit mettre ce complément après prodis.

Quin prodis, in hunc finem ut recordatio virtutum tuarum veniat tibi in mentem toties quotiescumque {p. 10:451}facies gradum (pourquoi tu ne vas pas publiquement, a cette fin que le souvenir des vaillances tiennes vienne à toi dans l’esprit autant de fois combien de fois tu feras un pas) ; c’est la totalité de la proposition incidente déterminative de l’antécédent sous-entendu causam, & doit conséquemment suivre l’antécédent causam dans l’ordre analytique.

Il y a donc de sous-entendu causam (la cause), qui est à l’accusatif singulier de causa, oe, nom feminin de la premiere déclinaison ; causam est à l’accusatif, parce qu’il est le complément objectif grammatical du verbe interrogatif sous-entendu dic.

Causam quin prodis, in hunc finem ut recordatio virtutum tuarum veniat tibi in mentem toties quotiescumque facies gradum (la cause pourquoi tu ne vas pas publiquement, à cette fin que le souvenir des vaillances tiennes vienne à toi dans l’esprit autant de fois combien de fois tu feras un pas) ; c’est le complément objectif logique du verbe interrogatif sous-entendu dic ; & doit par conséquent être après ce verbe dans la construction analytique.

Il y a donc de sous-entendu dic (dis) qui est à la seconde personne du singulier du présent postérieur de l’impératif actif du verbe dicere (dire) co, cis, xi, ctum, verbe relatif, actif, de la troisieme conjugaison ; dic est à la seconde personne du singulier pour s’accorder en personne & en nombre avec son sujet grammatical Spuri : dic est à l’impératif, parce que la mere de Spurius lui demande de dire la cause pourquoi il ne va pas en public, qu’elle l’interroge ; & dic est le seul mot qui puisse ici marquer l’interrogation désignée par le point interrogatif, & par la position de quin adverbe conjonctif à la tête de la proposition écrite. Dic, au lieu de dice, par une apocope qui a tellement prévalu dans le latin, que dice n’y est plus usité, ni dans le verbe simple, ni dans ses composés.

Spuri, que l’on a déja dit le sujet grammatical de la seconde personne, est donc le sujet grammatical du verbe sous-entendu dic ; & par conséquent mi Spuri (mon Spurius) en est le sujet logique : donc mi Spuri doit précéder dic dans l’ordre analytique.

Voici donc enfin la construction analytique & plaine de toute la proposition : mi Spuri, dic causam quin prodis, in hunc finem ut recordatio virtutum tuarum veniat tibi in mentem toties quotiescumque facies gradum.

En voici la traduction littérale qu’il faut faire faire à son éleve mot à-mot, en cette maniere : mi Spuri (mon Spurius), dic (dis) causam (la cause) quin prodis (pourquoi tu ne vas pas publiquement), in hunc finem (à cette fin) ut (que) recordatio (le souvenir) virtutum tuarum (des vaillances tiennes) veniat (vienne) tibi (à toi) in mentem (dans l’esprit) toties (autant de fois quotiescumque (combien de fois) facies (tu feras) gradum (un pas) ?

En reprenant tout de suite cette traduction littérale, l’éleve dira : mon Spurius, dis la cause pourquoi tu ne vas pas publiquement, à cette fin que le souvenir des vaillances tiennes vienne à toi dans l’esprit autant de fois combien de fois tu feras un pas ?

Pour faire passer ensuite le commençant, de cette traduction littérale à une traduction raisonnable & conforme au génie de notre langue, il faut l’y préparer par quelques remarques. Par exemple, 1°. que nous imitons les Latins dans nos tours interrogatifs, en supprimant, comme eux, le verbe interrogatif & l’antécédent du mot conjonctif par lequel nous débutons, voyez Interrogatif ; qu’ici par conséquent nous pouvons remplacer leur quin par que ne, & que nous le devons, tant pour suivre le génie de notre langue, que pour nous rapprocher davantage de l’original, dont notre version doit être une copie fidelle : 2°. qu’aller publiquement ne se dit point en françois, mais que nous devons dire paroître, se montrer en public : 3°. que comme il seroit indécent d’appeller nos enfans mon Jacques, mon Pierre, mon Joseph, il seroit indécent de traduire mon Spurius ; que nous devons dire comme nous dirions à nos enfans, mon fils, mon enfant, mon cher fils, mon cher enfant, ou du moins mon cher Spurius : 4°. qu’au lieu de à cette fin que, nous disions autrefois à icelle fin que, à celle fin que ; mais qu’aujourd’hui nous disons afin que ; 5°. que nous ne sommes plus dans l’usage d’employer les adjectifs mien, tien, sien avec le nom auquel ils ont rapport, comme nous faisions autrefois, & comme font encore aujourd’hui les Italiens, qui disent il mio libro, la mia casa le mien livre, la mienne maison) ; mais que nous employons sans article les adjectifs possessifs prépositifs mon, ton, son, notre, votre, leur ; qu’ainsi au lieu de dire, des vaillances tiennes, nous devons dire de tes vaillances : 6°. que la métonymie de vaillances pour actions courageuses, n’est d’usage que dans le langage populaire, & que si nous voulons conserver la métonymie de l’original, nous devons mettre le mot au singulier, & dire de ta vaillance, de ton courage, de ta bravoure, comme a fait M. l’abbé d’Olivet, Pens. de Cic. chap. xij. pag. 359. 7°. que quand le souvenir de quelque chose nous vient dans l’esprit par une cause qui précede notre attention, & qui est indépendante de notre choix, il nous en souvient ; & que c’est précisément le tour que nous devons préférer comme plus court, & par-là plus énergique ; ce qui remplacera la valeur & la briéveté de l’ellipse Iatine.

De pareilles réflexions ameneront l’enfant à dire comme de lui même : que ne parois-tu, mon cher enfant, afin qu’à chaque pas que tu feras, il te souvienne de ta bravoure ?

Cette méthode d’explication suppose, comme on voit, que le jeune éleve a déja les notions dont on y fait usage ; qu’il connoît les différentes parties de l’oraison, & celles de la proposition ; qu’il a des principes sur les métaplasmes, sur les tropes, sur les figures de construction, & à plus forte raison sur les regles générales & communes de la syntaxe. Cette provision va paroître immense à ceux qui sont paisiblement accoutumés à voir les enfans faire du latin sans l’avoir appris ; à ceux qui voulant recueillir sans avoir semé, n’approuvent que les procédés qui ont des apparences éclatantes, même aux dépens de la solidité des progrès ; & à ceux enfin qui avec les intentions les plus droites & les talens les plus décidés, sont encore arrêtés par un préjugé qui n’est que trop répandu, savoir que les enfans ne sont point en état de raisonner, qu’ils n’ont que de la mémoire, & qu’on ne doit faire fonds que sur cette faculté à leur égard.

Je réponds aux premiers, 1°. que la multitude prodigieuse des regles & d’exceptions de toute espece qu’il faut mettre dans la tête de ceux que l’on introduit au lat n par la composition des thèmes, surpasse de beaucoup la provision de principes raisonnables qu’exige la méthode analytique. 2°. Que leurs rudimens sont beaucoup plus difficiles à apprendre & à retenir, que les livres élementaires nécessaires à cette méthode ; parce qu’il n’y a d’une part que désordre, que fausseté, qu’inconséquence, que prolixité ; & que de l’autre tout est en ordre, tout est vrai, tout est lié, tout est nécessaire & précis. 3°. Que l’application des regles quelconques, bonnes ou mauvaises, à la composition des thèmes, est épineuse, fatigante, captieuse, démentie par mille & mille exceptions, & deshonorée non seulement par les plaintes des savans les plus respectables & des maîtres les plus habiles, mais même par ses propres succès, qui n’aboutissent enfin qu’à {p. 10:452} la structure méchanique d’un jargon qui n’est pas la langue que l’on vouloit apprendre ; parsque, comme l’observe judicieusement Quintilien, aliud est grammaticè, aliud latinè loqui : au lieu que l’application de la méthode analyrique aux ouvrages qui nous restent du bon siecle de la langue latine, est uniforme & par conséquent sans embarras ; qu’elle est dirigée par le discours même qu’on a tous les yeux, & conséquemment exempte des travaux pénibles de la production, j’ai presque dit de l’enfantement ; enfin, que tendant directement à l’intelligence de la langue telle qu’on l’écrivoit, elle nous mene sans détour au vrai, au seul but que nous devions nous proposer en nous en occupant.

Je réponds aux seconds, à ceux qui veulent retrancher du nécessaire, afin de recueillir plutôt les fruits du peu qu’ils auront semé, sans même attendre le tem naturel de la maturité, que l’on affoiblit ces plantes & qu’on les détruit en hâtant leur fécondité contre nature ; que les fruits précoces qu’on en retire n’ont jamais la même saveur ni la même salubrité que les autres, si l’on n’a recours à cette culture forcée & meurtriere ; & que la seule culture raisonnable est celle qui ne néglige aucune des attentions exigées par la qualité des sujets & des circonstances, mais qui attend patiemment les fruits spontanés de la nature secondée avec intelligence, pour les recueillir ensuite avec gratitude.

Je réponds aux derniers, qui s’imaginent que les enfans en général ne sont guere que des automates, qu’ils sont dans une erreur capitale & démentie par mille expériences contraires. Je ne leur citerai aucun exemple particulier ; mais je me contenterai de les inviter à jetter les yeux sur les diverses conditions qui composent la societé. Les enfans de la populace, des manoeuvres, des malheureux de toute espece qui n’ont que le tems d’échanger leur sueur contre leur pain, demeurent ignorans & quelquefois stupides avec des dispositions de meilleur augure ; toute culture leur manque. Les enfans de ce que l’on appelle la bourgeoisie honnête dans les provinces, acquierent les lumieres qui tiennent au systeme d’institution qui y a cours ; les uns se développent plutôt, les autres plus tard, autant dans la proportion de l’empressement qu’on a eu à les cultiver que dans celle des dispositions naturelles. Entrez chez les grands, chez les princes : des enfans qui balbutient encore y sont des prodiges, sinon de raison, du moins de raisonnement ; & ce n’est point une exagération toute pure de la flatterie, c’est un phénomene réel dont tout le monde s’assure par soi-même, & dont les témoins deviennent souvent jaloux, sans vouloir faire les frais nécessaires pour le faire voir dans leur famille : c’est qu’on raisonne sans cesse avec ces embryons de l’humanité que leur naissance fait déja regarder comme des demi-dieux ; & l’humeur singeresse, pour me servir du vieux mais excellent mot de Montagne, l’humeur singeresse, qui dans les plus petits individus de l’espece humaine ne demande que des exemples pour s’évertuer, développe aussi-tôt le germe de raison qui tient essentiellement à la nature de l’espece. Passez de là à Paris, cette ville imitatrice de tout ce qu’elle voit à la cour, & dans laquelle, comme dit Lafontaine, fab. III.

Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages :

Vous y verrez les enfans des bourgeois raisonner beaucoup plutôt que ceux de la province, parce que dans toutes les familles honnêtes on a l’ambition de se modeler sur les gens de la premiere qualité que l’on a sous les yeux. Il est vrai que l’on observe aussi, qu’après avoir montré les premices les plus flatteuses, & donné les plus grandes espérances, les jeunes parisiens retombent communément dans une sorte d’inertie, dont l’idée se grossit encore par la comparaison sourde que l’on en fait avec le début : c’est que les facultés de leurs parens les forcent de les livrer, à un certain âge, au train de l’institution commune, ce qui peut faire dans ces tendres intelligences une disparate dangereuse ; & que d’ailleurs on continue, parce que la chose ne coûte rien, d’imiter par air les vices des grands, la mollesse, la paresse, la suffisance, l’orgueil, compagnes ordinaires de l’opulence, & ennemies décidées de la raison. Il y a peu de personnes au reste qui n’ait par-devers soi quelque exemple connu du succès des soins que l’on donne à la culture de la raison naissante des enfans ; & j’en ai, de mon côté, qui ont un rapport immédiat à l’utilité de la méthode analytique telle que je la propose ici. J’ai vû par mon expérience, qu’en supposant même qu’il ne fallût faire fonds que sur la memoire des enfans, il vaut encore mieux la meubler de principes généraux & féconds par eux-memes, qui ne manquent pas de produire des fruits des les prem ers développemens de la raison, que d’y jetter, sans choix & sans mesure, des idées isolées & stériles ; ou des mots dépouillés de sens.

Je réponds enfin à tous, que la provision des principes qui nous sont nécessaires, n’est pas absolument si grande qu’elle peut le paroître au premier coup d’oeil, pourvu qu’ils soient digérés par une personne intelligente, qui sache choisir, ordonner, & écrire avec précision, & qu’on ne veuille recueillir qu’après avoir semé ; c’est une idée sur laquelle j’insiste, parce que je la crois fondamentale.

Me permettra-t-on d’esquisser ici les livres élémentaires que suppose nécessairement la méthode analytique ? Je dis d’abord les livres élémentaires, parce que je crois essentiel de réduire à plusieurs petits volumes la tâche des enfans, plutôt que de la renfermer dans un seul, dont la taille pourroit les effrayer : le goût de la nouveauté, qui est très-vif dans l’enfance, se trouvera flatté par les changemens fréquens de livres & de titres ; le changement de volume est en effet une espece de délassement physique, ou du moins une illusion aussi utile ; le changement de titre est un aiguillon pour l’amour prore, qui se trouve déja fondé à se dire, je sai ceci, qui voit de la facilité à pouvoir se dire bientôt, je sai encore cela, ce qui est peut-être l’encouragement le plus efficace. Je réduirois donc à quatre les livres élémentaires dons nous avons besoin.

1°. Elémens de la grammaire générale appliquée à la langue françoise. Il ne s’agit pas de grossir ce volume des recherches profondes & des raisonnemens abstraits des Philosophes sur les fondemens de l’art de parler ; piscis hic non est omnium. Mais il faut qu’à partir des mêmes points de vûe, on y expose les résultats fondamentaux de ces recherches, & qu’on y trouve détaillés avec justesse, avec précision, avec choix, & en bon ordre, les notions des parties nécessaires de la parole ; ce qui se réduit aux élémens de la voix, aux élémens de l’oraison, & aux élémens de la proposition.

J’entends par les élémens de la voix, prononcée ou écrite, les principes fondamentaux qui concernent les parties élémentaires & intégrantes des mots, considérés matériellement comme des productions de la voix : ce sont donc les sons & les articulations, les voyelles, & les consonnes, qu’il est nécessaire de bien distinguer ; mais qu’il ne faut pas séparer ici, parce que les signes extérieurs aident les notions intellectuelles ; & enfin les syllabes, qui sont, dans la parole prononcée, des sons simples ou articulés ; & dans l’écriture, des voyelles seules ou accompagnées de consonnes. Voyez Lettres, Consonne, {p. 10:453} Diphtongue, Voyelle, Hiatus , &c. & les articles de chacune des lettres. La matiere que je présente paroit bien vaste ; mais il faut choisir & réduire ; il ne faut ici que les games des idées générales, & tout ce premier traité ne doit occuper que cinq ou six pages in-12. Cependant il faut y mettre les principaux fondemens de l’étymologie, de la prosodie, des métaplasmes, de l’orthographe ; mais peut-être que ces noms-là mêmes ne doivent pas y paroître.

J’entends par les élémens de l’oraison, ce qu’on en appelle communément les parties, ou les différentes especes de mots distinguées par les différentes idées spécifiques de leur signification ; savoir, le nom, le pronom, l’adjectif, le verbe, la préposition, l’adverbe, la conjonction & l’interjection. Il ne s’agit ici que de faire connoître par des définitions justes chacune de ces parties d’oraison, & leurs especes subalternes. Mais il faut en écarter les idées de genres, de nombres, de cas, de déclinaisons, des personnes, de modes : toutes ces choses ne tiennent à la grammaire, que par les besoins de la syntaxe, & ne peuvent être expliquées sans allusion à ses principes, ni par conséquent être entendues que quand on en connoit les fondemens. Il n’en est pas de même des tems du verbe, considérés avec abstraction des personnes, des nombres & des modes ; ce sont des variations qui sortent du fond même de la nature du verbe, & des besoins de l’énonciation, indépendamment de toute syntaxe : ainsi il sera d’autant plus utile d’en mettre ici les notions, qu’elles sont en grammaire de la plus grande importance ; & quoiqu’il faille en écarter les idées de personnes, on citera pourtant les exemples de la premiere, mais sans en avertir. On voit bien qu’il sera utile d’ajouter un chapitre sur la formation des mots, où l’on parlera des primitifs & des dérivés ; des simples & des composés ; des mots radicaux, & des particules radicales ; de l’insertion des lettres euphoniques ; des verbes auxiliaires ; de l’analogie des formations, dont on verra l’exemple dans celles des tems, & l’utilité dans le système qui en facilitera l’intelligence & la mémoire. Je crois qu’en effet c’est ici la place de ce chapitre, parce que, dans la génération des mots, on n’en modifie le matériel que relativement à la signification. Au reste, ce que j’ai déja dit à l’égard du premier traité, je le dis à l’égard de celui-ci : choisissez, rédigez, n’épargnez rien pour être tout-à-la-fois précis & clair. Voyez Mots, & tous les articles des différentes especes de mots ; voyez aussi Tems, Particule, Euphonie, Formation, Auxiliaire , &c.

J’entends enfin par les élémens de la proposition, tout ce qui appartient à l’ensemble des mots réunis pour l’expression d’une pensée : ce qui comprend les parties, les especes & la forme de la proposition. Les parties, soit logiques, soit grammaticales, sont les sujets, l’attribut, lesquels peuvent être simples ou composés, incomplexes ou complexes ; & toutes les sortes de complémens des mots susceptibles de quelque détermination. Les especes de propositions nécessaires à connoître, & suffisantes dans ce traité, sont les propositions simples, composées, incomplexes & complexes, dont la nature tient à celle de leur sujet ou de leur attribut, ou de tous deux à la fois, avec les propositions principales, & les incidentes, soit explicatives, soit déterminatives. La forme de la proposition comprend la syntaxe & la construction. La syntaxe regle les inflexions des mots qui entrent dans la proposition, en les assujettissant aux lois de la concordance, qui émanent du principe d’identité, ou aux lois du régime qui portent sur le principe de la diversité : c’est donc ici le lieu de traiter des accidens des mots déclinables, les genres, les nombres, les cas pour certaines langues, & tout ce qui appartient aux déclinaisons ; les personnes, les modes, & tout ce qui constitue les conjugaisons ; les raisons & la destination de toutes ces formes seront alors intelligibles, & conséquemment elles seront plus aisées à concevoir & à retenir : l’explication claire & précise de chacune de ces formes accidentelles, en en indiquant l’usage, formera le code le plus clair & le plus précis de la syntaxe. La construction fixe la place des mots dans l’ensemble de la proposition ; elle est analogue ou inverse : la construction analogue à des regles fixes qu’il faut détailler ; ce sont celles qui reglent l’analyse de la proposition : la construction inverse en a de deux sortes, les unes générales, qui découlent de l’analyse de la proposition, les autres particulieres, qui dépendent uniquement des usages de chaque langue. Le champ de ce troisieme traité est plus vaste que le précédent ; mais quoiqu’il comprenne tout ce qui entre ordinairement dans nos grammaires françoises, & même quelque chose de plus, si l’on saisit bien les points généraux, qui sont suffisans pour les vûes que j’indique, je suis assuré que le tout occupera un assez petit espace, relativement à l’étendue de la matiere, & que tout ce premier volume ne sera qu’un in-12 très-mince. Voyez Proposition, Incidente, Syntaxe, Régime, Inflexion, Genre, Nom bre, Cas , & les articles particuliers, Personnes, Modes & les articles des différents modes, Déclinaison, Conjugaison, Paradigme, Concordance, Identité, Construction, Inversion , &c.

Si je dis que ces élémens de la grammaire générale doivent être appliqués à la langue françoise ; c’est que j’ecris principalement pour mes compatriotes : je dirois à Rome qu’il faut les appliquer à la langue italienne ; à Madrid, j’indiquerois la langue espagnole ; à Lisbonne, la portugaise ; à Vienne, l’allemande ; à Londres, l’angloise ; partout, la langue maternelle des enfans. C’est que les généralités sont toujours les résultats des vûes particulieres, & même individuelles ; qu’elles sont toujours très-loin de la plûpart des esprits ; & plus loin encore de ceux des enfans ; & qu’il n’y a que des exemples familiers & connus qui puissent les en rapprocher. Mais la méthode de descendre des généralités aux cas particuliers est beaucoup plus expéditive que celle de remonter des cas particuliers sans fruit pour la fin, puisqu’elle est inconnue, & que dans celle là au contraire on envisage toujours le terme d’où l’on est parti.

Je conviens qu’il faut beaucoup d’exemples pour affermir l’idée générale, & que notre livre élémentaire n’en comprendra pas assez : c’est pourquoi je suis d’avis que dès que les éleves auront appris, par exemple, le premier traité des élemens de la voix, on les exerce beaucoup à appliquer ces premiers principes dans toutes les lectures qu’on leur fera faire, pendant qu’ils apprendront le second traité des élémens de l’oraison ; que celui-ci appris on leur en fasse pareillement faire l’application dans leurs lectures, en leur y faisant reconnoître les différentes sortes de mots, les divers tems des verbes, &c. sans négliger de leur faire remarquer de fois à autre ce qui tient au premier traité ; enfin que quand ils auront appris le troisieme, des élémens de la proposition, on les occupe quelque-tems à en reconnoître les parties, les especes, & la forme dans quelque livre françois.

Cette pratique a deux avantages : 1°. celui de mettre dans la tête des enfans les principes raisonnés de leur propre langue, la langue qu’il leur importe le plus de savoir, & que communément on {p. 10:454} néglige le plus malgré les réclamations des plus sages, malgré l’exemple des anciens qu’on estime le plus, & malgré les expériences réitérées du danger qu’il y a à négliger une partie si essentielle ; 2°. celui de préparer les jeunes éleves à l’étude des langues étrangeres, par la connoissance des principes qui sont communs à toutes, & par l’habitude d’en faire l’application raisonnée. Il ne faudra donc point regarder comme perdu le tems qu’ils emploieront à ce premier objet, quoiqu’on ne puisse pas encore en tirer de latin : ce n’est point un détour ; c’est une autre route où ils apprennent des choses essentielles qui ne se trouvent point sur la route ordinaire : ce n’est point une perte ; c’est un retard utile ; qui leur épargne une fatigue superflue & dangereuse, pour les mettre en état d’aller ensuite plus aisément, plus surement, & plus vîte quand ils entreront dans l’étude du latin, & qu’ils passeront pour cela au second livre élémentaire.

2°. Elémens de la langue latine. Ce second volume supposera toutes les notions générales comprises dans le premier, & se bornera à ce qui est propre à la langue latine. Ces différences propres naissent du génie de cette langue, qui a admis trois genres, & dont la construction usuelle est transpositive ; ce qui y a introduit l’usage des cas & des déclinaisons dans les noms, les pronoms & les adjectifs : il faut les exposer de suite avec des paradigmes bien nets pour servir d’exemples aux principes généraux des déclinaisons ; & ajouter ensuite des mots latins avec leur traduction, pour être déclinés comme le paradigme : on joindra aux déclinaisons grammaticales des adjectifs la formation des degrés de signification, qui en est comme la déclinaison philosophique. L’usage des cas dans la syntaxe latine doit être expliqué immédiatement après ; 1°. par rapport aux adjectifs, qui se revêtent de ces formes, ainsi que de celles des genres & des nombres, par la loi de concordance ; 2°. par rapport aux noms & aux pronoms qui prennent tantôt un cas, & tantôt un autre, selon l’exigence du régime : & ceci, comme on voit, amenera naturellement, à propos de l’accusatif & de l’ablatif, les principaux usages des prépositions. Viendront ensuite les conjugaisons des verbes, dont les paradigmes, rendus les plus clairs qu’il sera possible, seront également précédés des regles de formation les plus générales, & suivis des verbes latins traduits pour être conjugués comme le paradigme auquel ils seront rapportés. Les conjugaisons seront suivies de quelques remarques générales sur les usages propres de l’infinitif, des gérondifs, des supins, & sur quelques autres latinismes analogues. Partout on aura soin d’indiquer les exceptions les plus considérables ; mais il faut attendre de l’usage la connoissance des autres. Voilà toute la matiere de ce second ouvrage élémentaire, qui sera, comme on voit, d’un volume peu considérable. Voyez ceux des articles déja cités qui conviennent ici, & spécialement Superlatif, Infinitif, Gérondif, Supin .

On doit bien juger qu’il en doit être de ce livre, comme du précédent ; qu’à mesure que l’enfant en aura appris les différens articles, il faudra lui en faire faire l’application sur du latin ; l’accoutumer à y reconnoître les cas, les nombres, les genres, à remonter d’un cas oblique qui se présente au nominatif, & de-là à la déclinaison, d’un comparatif ou d’un superlatif au positif : puis quand il aura appris les conjugaisons, les lui faire reconnoître de la même maniere, & se hâter enfin de l’amener à l’analyse telle qu’on l’a vûe ci-devant ; car cette provision de principes est suffisante, pourvû qu’on ne fasse analyser que des phrases choisies exprès. Mais j’avoue qu’on ne peut pas encore aller bien loin, parce qu’il est rare de trouver du latin sans figures, ou de diction, ou de construction, & sans tropes, & que, pour bien entendre le sens d’un écrit, il faut au-moins être en état d’entendre les observations qu’un maître intelligent peut faire sur ces matieres. C’est pourquoi il est bon, pendant ces exercices préliminaires sur les principes généraux, de faire apprendre au jeune éleve les fondemens du discours figuré dans le livre qui suit.

3°. Elémens grammaticaux du discours figuré, ou traité élémentaire des métaplasmes, des tropes, & des figures de construction. Ce livre élémentaire se partage naturellement en trois parties analogues & correspondantes à celles du premier ; & il appartient, comme le premier, à la grammaire générale : mais on en prendra les exemples dans les deux langues. Le traité des métaplasmes sera très-court, Voyez Métaplasme : les deux autres demandent un peu plus de développement, quoiqu’il faille encore s’attacher à y réduire la matiere au moindre nombre de cas, & aux cas les plus généraux qu’il sera possible. Les définitions doivent en être claires, justes, & précises : les usages des figures doivent y être indiqués avec goût & intelligence : les exemples doivent être choisis avec circonspection, non seulement par rapport à la forme, qui est ici l’objet immédiat, mais encore par rapport au fonds, qui doit toujours être l’objet principal. On trouvera d’excellentes choses dans le bon ouvrage de M. du Marsais sur les tropes ; & sur l’ellipse en particulier, qui est la principale clé des langues, mais surtout du latin ; il faut consulter avec soin, & pourtant avec quelque précaution, la Minerve de Sanctius, & si l’on veut, le traité des ellipses de M. Grimm, imprimé en 1743 à Francfort & à Léipsic : j’observerai seulement que l’un & l’autre de ces auteurs donne à-peu-près une liste alphabétique des mots supprimés par ellipses dans les livres latins ; & que j’aimerois beaucoup mieux qu’on exposât des regles générales pour reconnoître & l’ellipse, & le supplément, ce qui me paroît très-possible en suivant à-peu près l’ordre des parties de l’oraison avec attention aux lois générales de la syntaxe. Voyez Tropes & les articles de chacun en particulier, Construction, Figure, &c.

Je suis persuadé qu’enfin avec cette derniere provision de principes, il n’y a plus gueres à ménager que la progression naturelle des difficultés ; mais que cette attention même ne sera pas longtems nécessaire : tout embarras doit disparoître, parce qu’on a la clé de tout. La seule chose donc que je crois nécessaire, c’est de commencer les premieres applications de ces derniers principes sur la langue maternelle, & peut-être d’avoir pour le latin un premier livre préparé exprès pour le début de notre méthode : voici ma pensée.

4°. Selectoe è probatissimis scriptoribus eclogoe. Ce titre annonce des phrases détachées ; elles peuvent donc être choisies & disposées de maniere que les difficultés grammaticales ne s’y présentent que successivement. Ainsi on n’y trouveroit d’abord que des phrases très-simples & très-courtes ; puis d’autres aussi simples, mais plus longues ; ensuite des phrases complexes qui en renfermeroient d’incidentes ; & enfin des périodes ménagées avec la même gradation de complexité. Il faudroit y présenter les tours elliptiques avec la même discrétion, & ne pas montrer d’abord les grands ellipses où il faut suppléer plusieurs mots.

Malgré toutes les précautions que j’insinue, qu’on n’aille pas croire que j’approuvasse un latin factice, où il seroit aisé de préparer cette gradation de difficultés. Le titre même de l’ouvrage que je propose me justifie pleinement de ce soupçon : j’entends que le tout seroit tiré des meilleures sources, & sans {p. 10:455} aucune altération ; & la raison en est simple. Je l’ai déja dit ; nous n’étudions le latin que pour nous mettre en état d’entendre les bons ouvrages qui nous restent en cette langue, c’est le seul but où doivent tendre tous nos efforts : c’est donc le latin de ces ouvrages mêmes qui doit nous occuper, & non un langage que nous n’y rencontrerons pas ; nos premieres tentatives doivent entamer notre tâche, & l’abréger d’autant. Ainsi il n’y doit entrer que ce que l’on pourra copier fidellement dans les auteurs de la plus pure latinité, sans toucher le moins du monde à leur texte ; & cela est d’autant plus facile, que le champ est vaste au prix de l’étendue que doit avoir ce volume élémentaire, qui, tout considéré, ne doit pas excéder quatre à cinq feuilles d’impression, afin de mettre les commençans, aussitôt après, aux sources mêmes.

Du reste, comme je voudrois que les enfans apprissent ce livre par coeur à mesure qu’ils l’entendroient, afin de meubler leur mémoire de mots & de tours latins ; il me semble qu’avec un peu d’art dans la tête du compilateur, il ne lui seroit pas impossible de faire de ce petit recueil un livre utile par le fonds autant que par la forme : il ne s’agiroit que d’en faire une suite de maximes intéressantes, qui avec le tems pourroient germer dans les jeunes esprits où on les auroit jettées sous un autre prétexte, s’y développer, & y produire d’excellens fruits. Et quand je dis des maximes, ce n’est pas pour donner une préférence exclusive au style purement dogmatique : les bonnes maximes se peuvent présenter sous toutes les formes ; une fable, un trait historique, une épigramme, tout est bon pour cette fin : la morale qui plait est la meilleure.

Quel mal y auroit-il à accompagner ce recueil d’une traduction élégante, mais fidelle vis à-vis du texte ? L’intelligence de celui-ci n’en seroit que plus facile ; & il est aisé de sentir que l’étude analytique du latin empêcheroit l’abus qui résulte communément des traductions dans la méthode ordinaire. On pourroit aussi, & peut-être seroit-ce le mieux, imprimer à part cette traduction, pour être le sujet des premieres applications de la Grammaire générale à la langue françoise : cette traduction n’en seroit que plus utile quand elle se retrouveroit vis-à-vis de l’original : il seroit plûtôt conçu ; la correspondance en seroit plûtôt sentie ; & les différences des deux langues en seroient saisies & justifiées plus aisément. Mais dans ce cas le texte devroit aussi être imprimé à part, afin d’éviter une multiplication superflue.

J’ose croire qu’au moyen de cette méthode, & en n’adoptant que des principes de Grammaire lumineux & véritablement généraux & raisonnés, on menera les enfans au but par une voie sûre, & débarrassée non-seulement des épines & des peines inséparables de la méthode ordinaire, mais encore de quantité de difficultés qui n’ont dans les livres d’autre réalité que celle qu’ils tirent de l’inéxactitude de nos principes, & de notre paresse à les discuter. Qu’il me soit permis, pour justifier cette derniere reflexion, de rappeller ici un texte de Virgile que j’ai cité à l’article Inversion, & dont j’ai donné la construction telle que nous l’a laissée Servius, & d’après lui saint Isidore de Séville, Aeneïd. II. 348. Voici d’abord ce passage avec la ponctuation ordinaire.

Juvenes, fortissima, frustrà,
Pectora, si vobis, audentem extrema, cupido est
Certa sequi ; quoe sit rebus fortuna videtis :
Excessêre omnes, adytis